Livres
504 737
Membres
512 050

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires

Éden



Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par leslectures-desarah 2020-04-27T17:06:25+02:00
Lu aussi

Grosse déception pour moi. Malheureusement, j'ai trouvé l'intrigue très longue à avancer, il ne se passait rien pendant pas mal de temps puis quand enfin il se passe quelque chose d'intéressant BIM il y a un long moment de flottement avant de découvrir la vérité sur toutes ces enquêtes. De plus, la conclusion ne m'a pas du tout plu. C'est dommage

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serafima 2020-03-20T17:52:42+01:00
Lu aussi

C'est une lecture agréable, sans plus mais on passe un bon moment de détente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2020-01-06T12:59:31+01:00
Or

Je ne connaissais pas du tout Monica Sabolo avant de l'avoir vue par hasard à l'émission La grande librairie sur France 5. Elle y parlait justement de ce dernier roman, Éden. Le sujet et la façon dont elle en parlait m'ont tout de suite plu et intriguée. Lorsque j'ai vu qu'il était disponible à ma médiathèque, je n'ai pas hésité longtemps avant de le réserver. Maintenant que cette lecture est terminée, je peux dire que je suis vraiment très contente d'avoir fait cette double découverte, celle d'un roman et de son auteure. J'ai pu surtout apprécier sa plume, son style et sa façon de dépeindre des personnages ou des lieux.

Ici, il n'y a pas de mention exacte du lieu de l'histoire. On sait juste qu'on est à proximité d'une forêt, et on se doute que cela se passe en Amérique, à proximité des réserves amérindiennes. Il n'y a pas non plus de date, cette histoire pourrait très bien se passer maintenant comme il y a plusieurs années. J'ai fait la connaissance de Lucy, une jeune fille blanche et Nita, une jeune amérindienne. La vie n'est pas simple pour ces jeunes. Ils ont comme les autres leurs soucis que tous les adolescents ont, mais il faut en plus qu'ils s'intègrent aux autres. Lucy est un jour découverte nue à la lisière de la forêt, traumatisée par le viol qu'elle a subi, recouverte de griffures et d'égratignures. Le choc la rend muette, elle reste enfermée dans le silence et ne dit rien. D'autres agressions ont d'ailleurs lieu sur des hommes dans la forêt, certains ont vu des ombres, d'autres des animaux, personne n'en sait davantage. Nita, de son côté, nous raconte sa vie à la réserve, le lycée, les copains, elle nous parle aussi de Lucy avant l'agression, son comportement. Nita vit seule avec sa mère qui s'occupe très peu d'elle. Son père est parti un jour sans rien dire, est-ce la forêt qui l'a avalé, ou s'est-il enfui pour mener une autre vie, Nita ne cesse de se poser la question.

Bien que le roman ne soit pas divisé, j'ai ressenti à la lecture deux parties distinctes. La première où Nita raconte sa vie, ses rêves, ses espoirs. Où elle parle de Lucy avant son agression, ce qu'elles faisaient ensemble, leurs relations avec les garçons de la réserve. La seconde, pour moi, commence après l'agression de Lucy, quand Nita veut prendre les choses en main et enquêter sur ce qui a bien pu se passer. Elle va intégrer une équipe de serveuses du bar local où elle va pouvoir examiner les hommes qui y viennent. À partir de ce moment là, elle va prendre des décisions importantes pour elle mais aussi pour son amie Kishi ou Lucy. Elle ne peut en même temps pas compter sur la police qui ne protège pas ce peuple, bien au contraire.

Un autre personnage très important ici est représenté par la forêt. L'auteure lui a donné vie, avec les animaux qui y habitent, les humains qui veulent la détruire pour construire une route. Il s'y passe des drames dedans, elle donne un côté très sombre à l'histoire, parfois même étouffante. On peut sentir son cœur battre à travers les pages du roman. Nita veut la protéger, elle représente pour elle tout un monde qu'elle a hérité de ses ancêtres et il est inconcevable de la massacrer. Il est très facile de comprendre ce que ressent la jeune fille. Qui n'a pas eu cette sensation en se promenant dans une forêt d'être observé par les arbres et toute la population qui la peuple. Quand on pose une main sur un arbre, on a la sensation qu'il vit. Alors pour un peuple comme celui de Nita, bercé par des légendes, on comprend aisément l'importance qu'elle a à leurs yeux.

Ce roman est porteur d'un tas de messages et véhicule tant de valeurs. Il nous parle de l'adolescence avec son lot de mal-être ou d'exaltation que l'on connait tous, son envie d'indépendance et pourtant ils ont encore tellement besoin des adultes. Et justement, ces adultes ne se comportent pas toujours comme il faudrait avec eux. Les scènes de viol ou d'agression ne sont pas détaillées et dépeintes, et c'est très bien ainsi, on devine aisément la violence des actes au travers des souffrances des personnes, pas besoin d'en ajouter de plus. Et ça, j'ai vraiment beaucoup apprécié que l'auteure soit délicate et sensible à ce sujet. Ce roman nous parle aussi de la société américaine, celle qui a envahi tout un peuple y habitant déjà en les déracinant de leur terre, en les parquant dans des réserves avec la destruction de leur nature pour y mettre toujours plus de béton. Des sujets graves abordés par l'auteure avec beaucoup de sensibilité dans les mots et les descriptions. Elle dépeint avec talent chaque parcelle de la forêt, j'aurais presque pu sentir les branches craquer sous mes pas ou respirer l'odeur des arbres.

C'est une histoire sombre, qui pourrait ressembler à un thriller plus porté sur la psychologie des personnages que sur les actes. Il règne un suspense noir et intense, à partir du moment où Lucy est retrouvée, et cela se passe au tout début du roman. En tant que lecteur, on suit des pistes, on se demande si c'est lié aux autres agressions d'adultes, ou si cela pourrait être d'autres jeunes. Le mystère reste total tout le long. Les réponses arrivent petit à petit, ainsi que l'esprit de revanche que Nita connait. Et on la comprend parfaitement.

Je me suis d'ailleurs très vite attachée à ces deux jeunes filles, Nita ou Lucy. Leur fragilité à chacune que Nita cache d'ailleurs derrière une carapace. J'ai ressenti parfaitement ce qu'elle vivait ou ses sentiments. Ceci est d'ailleurs renforcé par le choix narratif de l'auteure puisqu'elle emploie la première personne du singulier. Ce « je » représente Nita et permet ainsi d'être au plus près d'elle, de rentrer dans sa tête et de connaître le moindre de ses secrets. C'est un procédé que j'aime beaucoup car il me permet de vivre dans la peau de l'héroïne le temps d'une histoire.

Pour conclure, je dirais que ce fut une très bonne lecture. Je n'ai pas vu les pages défiler, j'ai trouvé l'histoire prenante et j'ai eu beaucoup de mal à quitter ces personnages. La fin n'est pas celle à laquelle je m'attendais, elle fait partie des bonnes surprises de ce roman. Je me suis tellement sentie imprégnée par l'atmosphère créée par Monica Sabolo que j'ai l'impression qu'elle me colle encore même une fois la lecture terminée. J'ai été happée dès les premières pages et n'en suis sortie qu'à la dernière.

Ce qui est sûr, c'est que je vais continuer à lire cette auteure, j'aime la façon dont elle traite son sujet et dont elle raconte. En lisant les résumés de ses autres romans, je serais assez tentée de lire Crans-Montana ou Summer, j'ai vu qu'elle parlait une nouvelle fois de la jeunesse, serait-ce un thème récurrent pour l'auteure ? En tout cas, je prendrais plaisir à la lire de nouveau.

Bien sûr, je vous recommande la lecture de ce roman, c'est une belle aventure qui marque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LicorneEnChaussettes 2019-11-29T18:48:27+01:00
Bronze

Le roman aborde de nombreux sujets forts, et parfois difficiles, comme les injustices faites aux femmes et aux minorités, l’adolescence, les viols, parfois l’indifférence… Ici, les femmes sont malmenées par les hommes; les Amérindiens subissent les injustices perpétrées par les Blancs ainsi que la destructions de leur forêt qui vole en éclat avec leurs coutumes; les jeunes de la réserve sont accusés sans preuve… Toutes ces victimes qui ne sont aidées par personne, décident de faire justices elles-mêmes, mais est-ce vraiment la meilleure solution?

C’est aussi un monde mystérieux, ampli de croyances, d’esprits, de surnaturel, de fantastique… C’est une ambiance un peu sombre et étrange…

Pour ma chronique complète, rdv sur le blog https://livrissime.home.blog/2019/11/27/eden/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par claclouche 2019-11-24T13:32:53+01:00
Or

Premier constat : ce livre est féministe.

Deuxième constat : il est violent, mais d’une violence presque poétique.

Troisième constat : il est superbe.

Je me suis retrouvée avec Eden dans les mains dans le cadre du Roman des Etudiants de Télérama. Alors que jusqu’à présent, la sélection ne m’emballait pas, Eden m’a conquise.

A la fin de ma lecture, les questions se sont mises à surgir dans mon esprit, sans que je puisse les en empêcher. Il y a tant à dire sur ce roman, tant de points sujets à une réflexion poussée, que c’est difficile d’en faire un résumé.

L’histoire est racontée par Nita, une lycéenne vivant dans une réserve. Un jour, Lucie et son père, des « blancs », s’installent près de chez elle. Alors qu’elle se passionne pour la culture des autochtones, elle est rejetée par ceux-ci, même Nita. Et le jour où Lucie disparaît, puis réapparaît, nue et mutique dans la forêt, les passions se déchaînent.

Le lieu du roman est volontairement flou. On sait qu’on se situe quelque part, entre une forêt et une autoroute. Que c’est une réserve, perdue aux confins du monde. C’est un nulle part et un partout. Un lieu réel et inventé. La forêt prend une place de plus en plus importante au fil du roman, jusqu’à presque devenir un personnage à part entière, avec ses humeurs et ses mouvements. Un personnage semi-fantastique, à la fois effrayant et rassurant, qui avale les êtres et, parfois, ne les recrache pas.

C’est un roman sur l’adolescence, sur les découvertes, les envies et la sexualité, sur l’impuissance et les étapes que l’on ne sait franchir. Sur les épreuves et les peurs, et la pression que l’on s’impose.

Et c’est un roman sur la femme. Les femmes. Ce qu’elles peuvent réaliser. Ce dont elles sont capables. Sur la violence à l’intérieur, celle qu’on ne soupçonne pas, la rage et la peur, et la volonté. Volonté d’agir, de changer les choses. Les femmes qui se découvrent, et découvrent leur pouvoirs, leur puissances. Des femmes qui s’éveillent, des filles qui deviennent femmes. Certains personnages en sont un exemple marquant, comme la meilleure amie de Nita, sorte de prêtresse immatérielle de la forêt, à la puissance mystique, qui passe de personnage secondaire à cette flamme incandescente.

Autre dimension très importante dans ce roman, quoique sous-jacente, c’est la différence. Celle entre les blancs et les jeunes de la réserve est très marquée. Tant dans les interactions entre les personnages que dans les pensées de la narratrice, qui explique la différence de futur. Ce roman est immensément politique, bien que très intime dans sa conception. Cette colère contre ces jeunes, bloqués dans leur réserve, harcelés presque par les policiers, au contraire de ces blancs de passages, qui finiront toujours par repartir, et qui commettent plus de méfaits que les jeunes de la réserve, sans jamais devoir en porter les conséquences.

Il y a encore énormément de thèmes abordés dans ce livre, mais il est difficile d’en tenir la liste. La beauté de ce roman vient du fait qu’il résonne en nous, avec notre histoire, nous permettant de voir à demi-mot, de comprendre et de ressentir, rappel de notre histoire et de notre adolescence, mais également du changement constant dans nos vies, qui n’est au final pas si éloigné de l’incertitude de la jeunesse.

J’ai vraiment été fascinée par ce livre, tant par la poésie qu’il dégage que par la violence qu’il contient, violence des femmes, violences de celles qui sont toujours oubliées, violentée, abîmées et qui, pourtant, font avancer le monde. La douceur aussi, enveloppante, et la volonté d’avancer, de changer les choses. L’acceptation de soi.

C’est un roman vaste qui peut en perdre certains, mais dont la beauté ne peut être démentie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par missbookeuse-26 2019-11-06T19:33:31+01:00
Argent

Une histoire vraiment magnifique tant par son écriture que par le thème choisit. Découvrir l'univers des gens de la réserve et de retrouver ce conflit entre nature et industrie mais vraiment bouleversé. De plus, l'auteur utilise le point de vue d'adolescent tous différent et en même temps complémentaire et c'est ce qui rend son histoire aussi forte. Un grand Wahou pour cette découverte!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Saturna 2019-09-05T22:19:22+02:00
Argent

J'ai décidé de lire "Eden" un peu sur un coup de tête. Le sujet ne m'inspirait pas vraiment, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre mais je me suis dis "allez, on prend un risque !" Au final je ne saurais pas vraiment dire si j'ai aimé ou non ce roman. Ce qui est certain en revanche c'est qu'il ne m'a pas laissé indifférente.

"Eden" est vraiment très vaste. Il aborde plein de sujets, le premier étant l'injustice. Tout d'abord celle faite aux femmes. J'ai trouvé que le livre avait un côté "balance ton porc". On sent que la vague #metoo est passée par là. Les personnages féminins sont malmenés par les hommes. Tous sans exception ont un côté prédateur, du flic à Conrad (qui ne défendra pas Nita contre ses copains) aux clients du Hollywood. Bien évidemment il est essentiel de dénoncer les violences faites aux femmes mais j'ai trouvé un peu dommage qu'il n'y ait pas un seul mec pour sauver l'honneur...Injustice aussi envers les minorités. Nous sommes là dans une réserve Amérindienne (la tribu n'est jamais précisée mais on soupçonne que ce sont des Amérindiens) et bien sur c'est toujours eux qu'on accuse les premiers lorsqu'un crime est commis. Monica Sabolo dénonce quelque chose de malheureusement trop réel...dans ce livre il est d'ailleurs question du mal que l'injustice peut provoquer. De la même manière que la violence engendre la violence, des victimes qu'on refuse de défendre peuvent décider de faire justice elles-mêmes et donc à leur tour passer du mauvais côté de la barriere.

Dans cet ouvrage on parle aussi beaucoup de féminité. De celle des adolescentes notamment. Comment se passe l'éveil à la sexualité, de quelle manière une jeune fille assume ses désirs, comment est-elle perçue par les autres en fonction de la façon dont elle les exprime. J'ai lu une critique sur "Eden" qui le comparait aux films de Sofia Coppola. C'est très vrai. Parfois au cours de ma lecture, j'ai pensé à des longs métrages comme "Virgin Suicides" ou "The bling ring".

Enfin, le gros enjeu de ce livre c'est aussi "y'a t'il oui ou non quelque chose de fantastique dans cette forêt" ? Car le lieu semble plein de mystères, à moitié hanté par des esprits. Si une explication rationnelle est donnée, le lecteur est tout de même libre de croire à un truc surnaturel. La forêt est très humanisée. Elle semble se défendre contre ceux qui l'agressent. J'ai beaucoup aimé cette ambiance.

"Eden" est donc un roman que je decrirais comme dense et bizarre...je ne savais pas trop comment l'appréhender. Mais j'ai bien aimé ma lecture dans l'ensemble et j'encourage chacun à le découvrir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Milie_Baker 2019-08-08T23:09:54+02:00
Lu aussi

Une forêt mystérieuse et terrifiante, une jeune fille disparue retrouvée nue et couverte de sang le lendemain, des esprits animaux vengeurs... Monica Sabolo décide de nous emmener dans une histoire sombre où la justice n'est plus du ressort de la loi, mais de ceux qui subissent de la mettre en oeuvre.

Nita, jeune adolescente perdue dans cet environnement hostile, est choquée d'apprendre ce qui est arrivé à Lucy, mais elle ne comprend pas vraiment qu'elle sorte de "choses" les hommes font subir aux femmes de la réserve. Mais comme dirait la police : "elles l'ont bien cherché".

Un récit trouble, un personnage principal trop désorienté et confus : ce qui fait que je ne suis pas sûre d'avoir bien compris ce qu'il se passait durant la majorité du roman. Certainement un choix de l'autrice, sauf que ça n'a pas aidé ma lecture et j'ai eu énormément de mal à me plonger dans l'intrigue et comprendre quel était le but de cette énigme sur la forêt.

L'histoire est malgré tout très captivante et le livre se lit rapidement et facilement. Il laisse néanmoins planer un doute sur la compréhension de l'histoire une fois que l'on a terminé le roman. Je crois que les histoires de Monica Sabolo ne sont pas faites pour moi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode