Livres
486 868
Membres
477 339

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par camille510 2017-08-26T00:15:22+02:00

You’re an egomaniac.”

“Maybe. But an attractive one.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-11-19T09:39:19+01:00

Sur les marches du tribunal, elle se tourne vers moi.

– J’espère que vous n’êtes pas opposé aux démonstrations d’affection en public, parce que j’ai besoin de vous serrer dans mes bras.

En fait, je ne suis pas très démonstration d’affection en public, non, mais là… je ne serai pas payé pour cette journée fichue, alors autant en tirer quelque plaisir. Or ces jolis seins plaqués contre moi, c’est carrément mieux que rien. C’est peut-être même mieux qu’une journée complète à six cent soixante-quinze dollars de l’heure.

– Si vous insistez.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Accrocauxlivres 2018-11-29T20:41:23+01:00

Quand une nana vous surprend en train de la reluquer, les choses peuvent aller dans deux directions. Soit elle saisit la perche et flirte aussi, soit…

Emerie raccroche et s’approche de moi d’un pas décidé. Son expression impassible ne me permet pas de deviner à quoi m’attendre.

Elle s’immobilise dans l’encadrement de la porte et croise les bras.

– Vous étiez en train de regarder mes fesses ?

OK, donc on prend l’autre direction, apparemment. Celle où l’objet du zieutage vous met le nez dans votre caca. Imitant sa posture, je croise les bras à mon tour.

– Vous voulez que je vous mente ?

– Non.

– C’est un très joli postérieur.

Ses joues s’embrasent.

– Vous êtes un trou du cul, vous le savez, ça ?

– Dans ce cas, je dois en être un beau. Entre beaux culs, on se reconnaît.

Son expression neutre se fissure et elle éclate de rire. J’aime bien l’idée qu’elle soit plus amusée qu’agacée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-11-19T09:35:43+01:00

Emerie n’est pas une de mes clientes. Elle a loué un bureau dans mon immeuble il y a quelques semaines.

Frank lâche un sifflement admiratif.

– Un espace sur Park Avenue. Jolie et riche, en plus. Vous êtes célibataire, ma belle ?

– Tu n’apprends jamais de tes erreurs, mon vieux ?

– Quoi ? J’ai seulement essayé les moches et les fauchées, c’est peut-être ça, mon souci.

– Je suis quasi certain que c’est pas ça, non.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Venus13013 2019-01-07T01:42:14+01:00

Je resterais sans boire pendant trois cent soixante quatre jours, si je savais que c'est toi qui me rafraîchirais la dernière journée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par la-voyageuse 2018-11-20T12:30:15+01:00

– Accorde-moi juste une minute avant de m’arracher les yeux, d’accord ?

– Soixante secondes.

Je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire. Dieu qu’elle m’a manqué, cette bouche. Et pas seulement le contact de ses lèvres douces. Sa langue bien pendue aussi. Passant deux doigts sur sa joue, je me lance sans détour. D’une voix rauque, je dépose les armes à ses pieds.

– Je t’aime.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-02-04T19:11:43+01:00

Spoiler(cliquez pour révéler)– Emerie Rose, depuis le jour où tu t’es introduite par effraction dans mon bureau, que tu l’as vandalisé et que tu m’as montré tes fesses, j’ai l’impression qu’il me manque une partie de moi lorsque je ne suis pas avec toi. Tu es la couleur dans mon univers en noir et blanc. Avant de te rencontrer, je ne comprenais pas pourquoi ça ne fonctionnait jamais avec personne. Mais je l’ai enfin compris : c’est parce qu’elles n’étaient pas toi. Alors s’il te plaît, dis-moi que tu veux bien m’épouser, parce que tu m’as déjà donné tout le reste. La seule chose qui manque à ma vie, c’est que tu portes mon nom.

Afficher en entier
Extrait ajouté par EmelineAJ 2019-01-25T10:44:41+01:00

Bien sûr que je suis jaloux. Mais j’ai aussi une frousse de malade. Et je n’aime pas, mais alors pas du tout ressentir ça.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Accrocauxlivres 2018-11-29T20:44:10+01:00

En franchissant ma porte, je m’arrête pour relire ma citation.

Drew.

Je vais le tuer.

Il l’a modifiée.

Encore.

J’avais inscrit :

Ce n’est pas ce que l’on dit qui compte, c’est la manière dont on le dit.

Aujourd’hui, j’aimerais te dire ______________ et te montrer que je le pense

Il a dû la changer pendant que la porte était fermée, car désormais on peut lire :

Ce n’est pas ce que l’on fait qui compte, c’est la manière dont on le fait.

Aujourd’hui, j’aimerais te faire jouir.

Et je le pense vraiment.

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-11-19T09:33:28+01:00

Elle vacille sur sa chaise et tend les deux bras pour recouvrer son équilibre. Et puis… sa jupe tombe à ses pieds.

– Dehors !

Elle s’accroupit et ramasse la jupe, qu’elle remonte jusqu’à sa taille tout en me tournant le dos.

– Vous prenez des médicaments, madame ?

– Des médicaments ? Madame ? Non, mais vous plaisantez, là ?

– Vous savez quoi ? (Je désigne le téléphone qu’elle a toujours à la main.) Pourquoi vous ne composeriez pas le numéro, histoire que les flics viennent. Qu’ils vous reconduisent dans l’asile de fous dont vous vous êtes échappée.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode