Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de eimeone : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Héros de l'Olympe, Tome 5 : Le Sang de l'Olympe Héros de l'Olympe, Tome 5 : Le Sang de l'Olympe
Rick Riordan   
J'ai envie de pleurer. Je vous jure. je l'ai fini dimanche et quand j'y repense, j'ai encore envie de fondre en larme.
C'est la fin d'une grande aventure, les enfants, une grande aventure qui nous as tenu en haleine pendant de nombreuses années. même si la fin est plutôt heureuse (même si à un moment j'ai eu peur pour le vie de BlackJack x) ), j'ai pas pu retenir ma petite larme à la fin.

Bon, trêve de sensiblerie : Bilan de ce livre qui clot assez merveilleusement bien cette série.
1) je suis définitivement tombée sous le charme du personnage de Nico Di Angelo. vraiment. C'était déjà mon personnage préféré avant mais là ... Il c'est affirmé dans ce tome, a prit de l'aisance et une véritable identité. on peut maintenant se faire une idée sur qui est vraiment Nico. [spoiler]même si j'ai trouvé que son avoeu à Percy était un peu "baclée" (même si j'ai adoré que "t'es mignon, mais t'es pas mon genre" :p), la relation qu'il noue avec Reyna et Will Solace est pleine de promesse et j'espère savoir un jour si celle avec Will aboutira ![/spoiler] Bref, mon personnage préféré et je le trouve absolument énorme dans ce tome !!
2) Ma grande deception du livre fut la mise à l'écart de Percy, qui est mon deuxième personnage préféré. même s'il ne joue pas un grand rôle, j'aurais avoir au moins une ou deux fois son point de vu, c'est quand même le personnage qu'on a suivit et kiffer pendant 10 tomes. il aurait mérité un peu plus de considération. même si son humour est toujours présent, et me fait toujours plier en deux x)
3) Ceux qui n'ont pas eut le rôle qu'il méritaient, c'étaient Hazel et Franck. Encore, la mise à l'écart de Percy et Annabeth au profit de Jason et Piper peut se comprendre (ils ont eut une grosse place dans les tomes 3 et 4, contrairement à eux, qui ont eu une place de moindre importance dans ces livres, c'est normale dans un sens s'ils laissent le premiers rôle à d'autre, même si ça ne me plait pas x) ) [spoiler]au moins, les quatre, plus Léo, on une place dans la prophéthie --> "sous la tempête ou leur feu le monde doit tomber" : Léo Piper et Jason, "Serment sera tenu jusqu'au souffle dernier": Léo, "des ennemis viendront en arme devant les portes de la mort" : Annabeth et Percy. Bref, tout le monde joue un rôle majeur dans la prophétie, sauf Hazel et Franck. je les adore, franchement, les deux. mais j'aurais aimé qu'ils aient un rôle un peu plus important dans le dénoument ....[/spoiler]
4) La bataille est bien ficelée, je trouve [spoiler]certes, les dieux qui descendent du ciel en mode super-héros, ça fait cliché, mais ça produit quand même son petit effet :) [/spoiler] Si elle avait était plus longue, ça en aurait trop fait, je pense. j'aurais plus allongé certain passage avant. (et j'ai toujours pas compris à quoi leur avait servit Niké, mais bon, je l'aime bien :) ) J'aurais aimé revoir des dieux comme Monsieur D ou Hermès, ou même Poséidon. ils m'ont manqué. De plus, la bataille laisse certain point d'ombre [spoiler]genre, qu'est ce qu'il c'est passer à Delphe? Apollon va-t-il retrouver son pouvoir prophétique? Zeus va-t-il être indulgent auprès de lui? quoi, cette guerre, c'est pas sa faute, non plus ![/spoiler]
5) J'ai trouvé le point de vue de Léo moins drôle que d'habitude, son humour un peu moins mordant. il reste quand même un de mes personnage préférés, mais tout de même, son point de vue m'a un peu déçu ... [spoiler]Les retrouvailles entre Léo et Calypso sont trop courtes, mais très touchantes. j'étais super contente qu'il se retrouve, et j'étais plier quand il arrive sur son dragon en hurlant x) [/spoiler]
6) J'ai adoré le point de vue de Reyna : ça été très agréable d'en savoir plus sur elle et ce qui lui est arrivé à Porto Rico. j'espère qu'elle trouvera quelqu'un à sa hauteur, un jour, parce qu'elle le mérite ! (tu nous fais une petite nouvelle la dessus, Rick? :p)
8)[spoiler]M'sieur Hedge qui appelle son fils Chuck ! Clarrisse qui est la marraine? suis-je la seule qui ait éclater de rire? x') mais j'étais très contente, je m'attendait à ce que lui ou Nico meurt... qu'il ait pu connaitre son fils ça fait plaiz ! [/spoiler]
9) Hum ... Ce fameux cousin d'Annabeth à Boston, un pont vers le prochain livre avec les dieux nordiques? :p
10) Hum. je pense que c'es tout :)

ENFIN BREF. 10 point pour 5 tomes absolument passionnant d'un bout à l'autre. Au commentaire du tome 4, je réclamais, sans aucune conviction, un Happy End à Rick. et je constate qu'en fin de compte de j'ai eu, et j'en suis très heureuse. Ce livre est plein de promesse et d'épanouissement pour mes personnages préférés. Nico (<3) Percy, Reyna, Léo, M'sieur Hedge... vous allez me manquer. je suis en train de prier très très fort pour que Rick nous ressorte des petites nouvelle pour nous tenir au courant de vos aventure (et qu'elles soient traduites en français --'), dont je ne me lasserais jamais !
BREF. J'arrête, en concluant pour dire que c'était un très bon tome, pour clore une excellente série :) Je retourne maintenant à ma dépression en attendant le prochain livre de Rick. Bonne lecture à tous :)

par Perripuce
La Cité des ténèbres, Tome 1 : La Coupe mortelle La Cité des ténèbres, Tome 1 : La Coupe mortelle
Cassandra Clare   
TROP BIEN
Clary, découvre sa véritable nature, c'est une chasseuse d'ombres(démons). Sa vie tranquille est complétement chamboulée. Le monde (vampires, fées, loup-garous, magie) auquel elle apartient se dévoile au fur et à mesure. Personnage central, elle est courageuse, forte et loyale. Elle rencontre Jace, chasseur d'ombre également, bad boy torturé au grand coeur. C'est un personnage "a tomber par terre". Clary va peu à peu faire tomber sa carapace. De révélations en découvertes, d'actions en surprises, le récit va s'enchainer sans temps mort et se révéler émouvant, captivant, palpitant. L'histoire est tellement prenante que vous enchainerait sur les tomes 2 et 3 sans vous en rendre compte.


par Adèle
Tugdual, Tome 1 : Les Cœurs noirs Tugdual, Tome 1 : Les Cœurs noirs
Cendrine Wolf    Anne Plichota   
Ce premier tome n'est autre qu'une pure merveille ! Je l'attendais depuis des mois... J'étais tellement impatiente qu'il sorte, j'avais envie de le lire, j'avais besoin de le lire. J'ai dévoré la saga Oksa Pollock qui est de loin la meilleure saga qu'il m'ait été donné de lire, je me suis attachée comme cela n'était pas permis aux personnages créés par Anne Plichota et Cendrine Wolf, et en retrouver une partie dans ce premier tome de leur nouvelle saga, cela m'a procuré un bonheur incommensurable! Je dois tellement à ces deux auteures, je les trouve absolument incroyables et extrêmement talentueuses. Je ne saurais leur exprimer toute ma gratitude, tout ce que leurs écrits m'ont apporté. Les personnages qu'elles ont créés me semblent à présent tellement réels, je me suis attachée à eux, comme à leurs aventures, à leurs vies qui ont bouleversées la mienne. La plume de ces deux auteures est exceptionnelle, belle et touchante. Ce fut un régal de les lire à nouveau, cela m'avait beaucoup trop manqué pour être supportable.

Dés les premières pages de ce roman, j'ai été transportée aux côtés de Tugdual, Mortimer, Zoé, Barbara et Abakoum. J'étais tellement heureuse d'évoluer à leurs côtés à nouveau, et ce pour un tome complet. J'aime toujours autant le personnage de Tugdual, il est réellement captivant et son mystère et sa personnalité le rendent terriblement attachant. Il m'avait séduite dans la saga d'Oksa Pollock et ce fut avec une joie immense que j'ai suivi son évolution dans ce nouvelle saga qui lui est dédiée. Zoé est une jeune fille que j'apprécie énormément également. Elle est adorable, gentille et totalement indispensable à ses deux frères qui ont besoin d'elle pour les ramener à la raison lorsque les choses tournent mal. Mortimer est peut être celui qui a le plus changé au cours de six tomes de la saga où nous avons fait sa connaissance. Dans ce tome, c'est un autre jeune homme que nous découvrons, plus attachant qu'auparavant. Ce trio maudit est très uni, et leurs liens si forts m'ont beaucoup touchée. L'un sans l'autre, ils ne sont rien. Zoé a besoin de ses deux frères qu'elle aime profondément comme ils ont besoin de leur P'tite Madone, comme dirait Tugdual. Ce surnom affectueux m'a rappelé la façon dont il surnommait Oksa: P'tite Gracieuse. J'étais tombée amoureuse de la façon dont il l'appelait, il y avait tant d'affection dans ce simple surnom. Cela m'avait beaucoup plu, comme cela a à nouveau été le cas dans ce premier tome. Ils sont inséparables, malgré les disputes, malgré les tensions. Ils sont forts, ils se doivent de l'être pour supporter le mal qui les ronge. Ils n'y parviendraient peut-être pas sans la sagesse et l'amour d'Abakoum, leur grand-père, et l'amour maternel et l'affection de Barbara, la mère de Mortimer devenue la mère adoptive de Zoé et Tugdual. Abakoum est, sans le moindre doute, l'un des personnages que j'ai le plus aimé lors de ma lecture de la première saga écrite pas ces fabuleuses auteures. Je me suis énormément attachée à lui, et mon bonheur fut à son comble lorsque j'ai vu son nom écrit sur les pages de ce nouveau roman. Barbara est une femme attentionnée et son cœur déborde d'amour pour ses trois enfants. De l'amour, ils en réclament, ils en ont besoin. L'amour de leur famille, c'est tout ce à quoi ils peuvent se raccrocher à cause du terrible poison qui coule dans leurs veines.

Ce poison, cette malédiction, leur vient d'Orthon, le père de Tugdual et Mortimer, un être maléfique dépourvu de tout sentiment, dépourvu d'humanité et heureusement pour eux et le monde entier, mort. Les personnes qui les entourent sont irrémédiablement attirées par eux, les désirent, les aiment, mais un seul baiser de l'un des trois adolescents peut les tuer. Une attraction mortelle, un fardeau on ne peut plus lourd à porter. Mais l'amour, comme on peut s'en douter, fait son apparition dans leur vie et bouleverse tout. Les sentiments qu'ils peuvent éprouver sont forts et vrais, mais malheureusement mortels pour les personnes concernées. Ils sont d'autant plus dangereux si cet amour est réciproque. Il est injuste que ces adolescents si attachants n'aient pas droit à une histoire d'amour digne de ce nom! Ils le méritent tellement... On fait la rencontre de personnages secondaires qui ont toute leur importance, tel que Josh, que j'ai énormément apprécié. Mortimer et lui forment un duo qui m'a immédiatement plu et que je veux impérativement revoir dans le second tome! Victoria, une jeune fille singulière et mystérieuse qui envoûte notre sombre Tugdual. Connor, un garçon au sens de l'humour aussi développé que sa culture générale, qui amuse Zoé et reste à ses côtés coûte que coûte. Et les fameux OMG, qu'on ne connait pas très bien, finalement... Ce groupe aux allures bienveillantes va aider notre trio préféré, mais les raisons de leurs actes demeurent obscures et à la fin de ce roman, nous nous posons toujours de nombreuses questions à ce sujet. Réponses qui, je n'en doute pas, vont nous être données dans le prochain tome que j'ai plus qu'envie de lire, car il ne fait aucun doute qu'il sera fabuleux. La fin de ce tome m'a beaucoup ému, et je dois avouer avoir versé quelques larmes. Le décès d'un des personnages est brutal, inattendu, et terriblement triste. Je n'étais pas prête pour cela. J'ai été pratiquement aussi bouleversée que les héros de ce roman.

Un des points forts (Mais, il n'y a que des points forts!) de ce roman est qu'il est très musical. En effet, deux membres du trio que je chéris tant fondent un groupe nommé les No-body. Je vous invite plus que grandement à écouter leur chanson principale "Black Hearts" qui est absolument sublime, leurs voix sont magnifiques, et la mélodie et les paroles sont splendides.
Tous les éléments sont là pour que cette saga soit une pure merveille: Cendrine Wolf et Anne Plichota, deux auteures à l'imagination incroyable et débordante, une histoire passionnante, des personnages terriblement attachants, de l'action, de l'amour, une couverture splendide et mystérieuse... Un bouquet explosif et délicieux dont je ne me lasserai probablement jamais.
L'Épreuve, Tome 2 : La Terre brûlée L'Épreuve, Tome 2 : La Terre brûlée
James Dashner   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/08/lepreuve-tome-2-la-terre-brulee.html

Généralement lorsqu'un tome 1 est trop bien, le second déçoit. C'est un peu une loi élémentaire de la littérature Young Adult. Et puis, il y a ce livre. Ce second tome tout aussi fascinant, complexe, addictif et génial que le premier.

Dès le premier chapitre, le roman est lancé sur les chapeaux de roues. James Dashner a prit le parti de ne pas nous imposer d'ellipse de temps, et nous repartons donc au point où le premier tome s'était arrêté. Non seulement cela donne une vraie continuité à ce second tome, mais en plus le rythme ne perd pas de temps à également reprendre comme en quarante. Les ennuis s'empilent donc de nouveau très rapidement avec le début de cette nouvelle épreuve et la découverte de l'existence d'un groupe B. En tant que lecteur on ne se pose pas de questions et on repart dans cette histoire avec des questions pleins la tête.

Cette seconde épreuve imaginée par WICKED afin de tester les adolescents apporte également avec elle son lot d'obstacles et de nouvelles questions. La principale étant : en qui Thomas peut-il avoir confiance ? A part Newt et Minho, les autres personnages sont très vite devenus très suspect à mes yeux. A commencer par Teresa, qui disparaît mystérieusement durant la nuit en laissant derrière elle une fiche de WICKED la qualifiant de "Teresa Agnes : La traître", et Aris, qui lui apparaît à la place de Teresa et s'avère être le sujet masculin du groupe B. Si vous, vous avez pas d'énormes doutes qui commencent à se répandre comme une traînée de poudre dès ce moment... Et puis croyez-moi lorsque je vous dis que les doutes ne feront qu’accroître au fil des pages et des événements ! Le moins que l'on puisse dire c'est que James Dashner n'a pas eu la main morte sur les retournements de situations ! Une fois encore mon cerveau est passé plusieurs fois près de la surchauffe. Bref, ce livre m'a mise dans un de ces états... Et comme si on était pas devenus assez parano comme ça au fil de notre lecture, à 80% du roman c'est l'apothéose du retournement de situation qui se met en route. L'auteur nous retourne le cerveau dans tous les sens tellement de fois d'affilés qu'à la fin on ne sait même plus où on en est, et ça c'est un vrai régal.

Concernant les personnages, si j'avais apprécié Thomas dans le premier tome, je l'ai vraiment adoré dans celui-ci. Le phénomène d'identification se déclenche vraiment dans ce second tome, et surtout on s'attache encore plus au jeune homme. Comme je l'ai dis plus haut, j'ai également une fois de plus beaucoup apprécié Newt et Minho qui sont décidément des personnages qui savent se faire discrets mais sont de vrais soutiens. Les personnages féminins ne sont cependant toujours pas à la fête puisque la seule réellement présente est Brenda, une jeune femme que les garçons rencontrent lors de leur périple, et qu'elle souffre du même problème que Teresa lors du premier tome : une vraie distance entre elle et le lecteur qui la rend difficilement attachante et appréciable. Je ne m’appesantirais également pas plus que nécessaire sur le personnage de Teresa, pour cause de risque de spoilers, mais dirais simplement que j'ai décidément beaucoup de mal avec elle. Si dans le premier tome elle m'avait laissé indifférente, elle m'a carrément déplu dans celui-ci...

Après, je vais quand même souligner un petit point négatif qui pourra peut-être en gêner certains. En effet, ce tome se repose énormément sur le mystère qui s'épaissi et qui donc nous porte au travers des quelques petites baisses ponctuées dans le rythme général. Cependant le fait est qu'on commence à être vite perdus dans cette histoire. J'ai l'impression de ne toujours pas voir appris grand chose de concret durant ces deux volets et qu'au contraire les choses se sont nettement compliquées avec chaque nouvelle pierre apportée à l'édifice.

En conclusion ce second tome de L’Épreuve fut une nouvelle réussite pour ma part. Tout comme le premier tome je le qualifie volontiers d'haletant, captivant, et de très grande qualité. James Dashner prend un malin plaisir à faire s'effondrer toutes nos certitudes et personnellement, même si mon petit cœur en a souffert, j'ai adoré ça. Le troisième, et ultime, tome s'annonce définitivement savoureux !

par Althea
Le Monde de Charlie Le Monde de Charlie
Stephen Chbosky   
Ce livre est la perfection sur papier. Tout simplement. Je viens de le finir et j'en suis nostalgique. Que de personnages attachants sont présents et je me sens comme si je les connaissais. On se sent dans la peau du personnage principal, qui est intriguant tout le long du roman. Toutes les aventures qui lui arrivent pourraient autant arriver à moi qu'à toi, et c'est ce qui rend le tout parfait.

Je l'ai lu en anglais (je suis bilingue), et je crois que toute personne ayant un niveau d'anglais correct, devrait le lire dans sa langue originale. En voyant le résumé français, je sais tout de suite que la version anglaise est mieux écrite.

C'est un roman qu'on ne peut pas ne pas lire. Et il y a une adaptation cinématographique très bientôt (nouveauté ; le film est excellent!) et j'espère qu'il fera honneur au livre et qu'il donnera envie à plusieurs de s'embarquer dans l'aventure d'une vie (ou plutôt, d'une soirée, dans mon cas!!!).

par nin-nin-
L'Épreuve, Tome 1 : Le Labyrinthe L'Épreuve, Tome 1 : Le Labyrinthe
James Dashner   
http://wandering-world.skyrock.com/3126268951-L-epreuve-Tome-1-Le-Labyrinthe.html

Oh god. Ce livre, c'est une bombe ! On a le cœur qui explose, le souffle qui se brise, les mains qui tremblent et le veines gorgées d'adrénaline à chaque chapitre. Purée, quel roman !!! Je ne me suis pas ennuyé une minute ! Mais, genre, vraiment. Pas une seule seconde je n'ai pensé à lâcher L'épreuve. Je peux vous assurez que lire 400 pages en à peine trois jours et en pleine période de cours, c'est vraiment un exploit ! Mais ce fût tellement tellement tellement facile grâce à ce roman... Une fois qu'on commence à lire une page, impossible de s'arrêter. Les lignes défilent pratiquement d'elles-mêmes. On se laisse piéger par le Labyrinthe aussi facilement et docilement que les Blocards, et c'est une expérience tout aussi troublante qu'exaltante.
L'épreuve est définitivement un livre d'action. Seigneur, un nombre incalculable de rebondissements vous attendent ! L'intrigue est juste palpitante ! James Dashner sait réellement comment nous tenir en haleine d'un bout à l'autre de son histoire. C'est tellement impressionnant ! Aucune seconde de répit ne nous est accordée, c'est aussi simple que ça. Chaque chapitre possède son lot de surprises et de retournements de situation. C'en était presque jouissif ! En tournant la page suivante, on sait pertinemment que quelque chose va nous achever, et c'est formidable. On ne se repose pas une seule minute. On reste aux aguets, toujours prêts à affronter la prochaines épreuve... Et BAM, un chose énorme à laquelle on ne s'attendait absolument pas pointe le bout de son nez. Ouaw. Juste ouaw. J'ai été sidéré énormément de fois. L'auteur a doté son récit de milliards coups de théâtre tout en parvenant à mettre en place une intrigue cousue à la perfection. Dans les dernières pages, tout s'imbrique parfaitement. Et c'est un schéma bouleversant auquel nous faisons face ! Ouaw ! Surtout que monsieur Dashner maîtrise aussi l'art de nous donner envie d'avancer dans son récit. En effet, il pose des milliers de questions et n'en distillent les réponses que très lentement ! Un peu plus de temps pour les recevoir, et cela aurait été ennuyant. Mais là, il ne dépasse pas cette limite dangereuse. Il gère tout brillamment. Une plume vive et efficace, qu'il me tarde de retrouver !
Bien évidemment, l'action ne voit pas le jour toute seule... Nous rencontrons, ici, Thomas, un jeune homme envoyé dans un lieu étrange : le Labyrinthe. Dès le départ, j'ai bien senti que l'histoire allait me plaire. Une ambiance oppressante, des créatures étranges, des dizaines d'adolescents déboussolés et des morts à répétition... Une explosion de suspense et de mystère assez rare dans mes lectures. Si l'intrigue m'a énormément plu, je dois bien reconnaître que j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Thomas, ou à tous les autres protagonistes. En effet, on reste beaucoup trop en surface avec eux, alors que tout le reste est ultra intense. Du coup, le roman ne sera pas un coup de cœur. Il m'a manqué cet attachement si important à mes yeux avec le héros de l'histoire. Si l'auteur a réussi à me renverser avec ses rebondissements, ça n'a pas été le cas avec ses personnages... Dommage.
Heureusement, très rapidement, la situation au sein du Labyrinthe va se compliquer. Une fille va y faire son entrée... et va modifier toutes les convictions des jeunes hommes qui y habitent. Car cette fille, Teresa, est la seule et unique personne de sexe féminin qui a pu accéder au Labyrinthe en deux ans. Et, aux yeux des Blocards ( les personnes vivants dans le Labyrinthe ), c'est un très mauvais présage. Hiiiiiiiiii, je ressens encore toute l'excitation qui m'a traversé en découvrant les nombreuses énigmes qui tournent autour de Teresa mais également de Thomas. On comprend très vite qu'ils sont liés, et qu'un destin inattendu leur est réservé. Démarre alors une folle bataille pour l'espoir, l'amour, l'amitié et la survie.
En parlant d'amour, je me dois de vous avertir que celle contenue dans ce roman est vraiment, vraiment, très légère. Il n'y en a pas vraiment, pour tout vous dire. On pourrait croire que c'est fait très embêtant, mais pas du tout ! Il y a tellement d'autres choses sur lesquelles se focaliser qu'on ne remarque même pas le manque de romance et sentiments amoureux. Et pour que cet aspect ne me manque pas, c'est vraiment que les autres éléments du livre sont décrits merveilleusement bien !
On dévore le roman avec une frénésie difficilement contrôlable. Une fois parvenus aux dernières 100 pages, impossible de refermer le livre avant d'en connaître la fin. La fin... Haaaaa, quelle conclusion explosive !!! Venant de James Dashner, je n'en attendais pas moins. Il répond à toutes nos interrogations et laisse à la fois beaucoup d'énigmes en suspens. Pile assez pour nous donner envie de sauter sur le tome deux, en fait. Les derniers chapitres sont dévastateurs, et ils nous ramènent, comme beaucoup de romans en ce moment, au cœur du genre dystopique. Un peu comme pour Divergent Tome 2 ou The Other Life, on comprend que tout ce qui s'est déroulé ici n'est qu'une infime pièce du puzzle, et j'ai trouvé ça réellement super ! C'est bluffant !
En résumé, L'épreuve Tome 1 est un premier opus vraiment captivant. On plonge dans un univers ensorcelant et effrayant, qui nous prend aux tripes. On se laisse prendre au jeu avec une facilité déconcertante, et il est juste impossible de s'échapper du Labyrinthe avant d'en avoir trouvé la sortie, à savoir le dernier mot du récit. Je suis tellement impatient de lire la suite que je me tâte depuis des jours pour savoir si je ne vais pas la commander en anglais... Pour que j'en arrive à ce point-là, c'est vraiment qu'il s'est passé quelque chose ! Une lecture coup de poing, à la fois haletante et sensationnelle, qu'il ne faut absolument pas louper !

par Jordan
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Divergente, Tome 3 : Au-delà du mur Divergente, Tome 3 : Au-delà du mur
Veronica Roth   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/11/divergent-tome-3-allegiant.html

Je ne sais pas vraiment par où commencer pour parler de Allegiant. Tout simplement car ce tome m'a bouleversée comme Divergent et Insurgent ne l'ont jamais fait. J'ai été émue durant ces deux premiers tomes, plusieurs fois, mais ce n'est certainement rien à côté du torrent d'émotions qu'à provoqué en moi ce roman. Je pense sincèrement que longtemps encore j'y repenserais et serait encore tourmentée par ces événements.

Dans Allegiant nos héros découvrent finalement ce qui se trouve hors de Chicago. Depuis le tome 1 on nous a laissé quelques indices sur l'extérieur de cet univers dans lequel évoluent les personnages, des indices si intelligemment et délicatement distillés que certains lecteurs n'avaient pas forcément bien compris qu'il y avait autre chose que Chicago dans ce monde dystopique et que cet autre chose était appelé à jouer un rôle important dans l'histoire. C'est donc dans ce tome-ci que nos théories se retrouvent confirmées (pour ma part) ou infirmés. Ce changement de décor a un réel impact sur nos héros qui sortent encore un peu plus de la boîte dans laquelle ils ont été élevés, et avec ces découvertes viennent des révélations sur eux-même. Particulièrement chez Tris et Four. En tant que personnages individuels mais également en tant que couple.

Tris se révèle complètement dans cet ultime tome. Quel chemin parcouru depuis le début de la saga ! Elle atteint dans Allegiant un vrai point d'arrivé. Forte et déterminée, elle est beaucoup plus confiante sur ses capacités et ses choix. Elle est également plus réfléchie, bien que toujours un peu impulsive, et on a le réel sentiment qu'elle s'est enfin trouvée au fil de ses aventures. Sa relation avec Four est également touchée par ces changements sur son personnage, principalement car alors que Tris s'épanouit, Four vacille. C'est d'ailleurs déstabilisant pour le lecteur, voir même parfois gênant puisque la narration de son point de vue tâtonne, de voir Tobias perdre pied alors qu'il fut un roc infaillible et implacable tout au long de la trilogie. Four doute, il a du mal à trouver son identité face aux révélations qui lui sont faites alors même que le spectre de son éducation plane encore et toujours au dessus de sa tête. Nos deux héros s'opposent, se défient, se fuient, et finalement se trouvent entièrement et absolument. La dynamique entre Four et Tris n'échappe donc pas aux changements et révélations de cet ultime volet et s'en retrouvera totalement bouleversée.

Parmi toutes ces révélations, les plus importantes concernent bien sur la ville de Chicago en elle-même mais également ce que veux réellement dire être Divergent. Veronica Roth ne se défile par sur ce point qui a rythmé la trilogie par son importance cruciale. Personnellement les explications sur la Divergence et sa valeur ne m'ont pas surprise car elles furent proches des théories que je m'étais échafaudé. J'ai donc trouvé tout l'aspect dystopique et technique de ce dernier tome tangible et satisfaisant. Si l'auteure voulait répondre aux interrogations amenés tout au long de la trilogie, je vois mal quelles autres possibilités lui restaient. Je reste convaincue que beaucoup de lecteurs, si ce n'est la majorité, y retrouveront leur compte et seront satisfaits par les découvertes et développements proposés par Allegiant.

Et si c'est dur de parler de la fin d'Allegiant sans spoiler quoique ce soit, je tirerais tout de même mon chapeau à Veronica Roth. Elle a eu le culot et la force de caractère d'aller au bout de ses idées et de prendre des risques. Là où beaucoup d'auteurs sont tentés de choisir la voie de la facilité, Mrs Roth ne s'est pas défilée et a fait un des choix les plus badass et Dauntless que j'ai pu voir dans la littérature Young Adult. Au final c'est certainement cela qui a tant déplu et déchaînés les passions à la sortie du roman. Tout simplement le fait que Veronica Roth soit allée au bout de SES attentes et non pas de celles que pouvaient avoir les lecteurs. Les réactions négatives sur cette fin en deviennent presque pour la plupart des caprices... un comble après que Tris elle-même ait été tant de fois cataloguée de capricieuse dans les deux premiers tomes !

La trilogie Divergent se conclue dont de la manière la plus percutante qui soit et Veronica Roth fait une entrée fracassante dans la cour des auteurs qui comptent ! Une fois ce roman terminé, tout fait mal et on y laisse une petite part de nous (à se demander si c'est pas un horcruxe). Alors peut-être que ça fait de moi une masochiste mais, malgré toutes ces émotions fortes et ces larmes, Tris, Four, Uriah, Christina et les autres, je suis ravie d'avoir fait ce voyage avec vous. Merci Mrs Roth !

par Althea
Divergente, Tome 1 Divergente, Tome 1
Veronica Roth   
Que dire d'autre après avoir fini ce livre que "ouaw" ? C'est vrai, je viens juste de le finir est je suis encore sous le choc. Il est plein de rebondissements surprenants, de passages à couper le souffle et d'instants magiques époustouflants.
Divergent est un nouveau roman dystopique que j'ai adoré. En même temps, quel livre de ce genre ne me plaira pas ? Ici, nous sommes loin du contexte de Delirium ou Promise, et plus proche du style de Hunger Games. En effet, dans le monde de Beatrice, nous devons choisir entre cinq factions : Candor ( l'honnêteté ) Abnegation ( la générosité ), Dauntless ( le courage ), Amity ( la patience ) et Erudite ( l'intelligence ). Depuis sa plus tendre enfance, elle vit dans la faction Abnegation avec Caleb, son frère. Leurs parents et lui se sont toujours montrés à l'écoute, gentils sans rien attendre en retour. Mais pour Beatrice, les choses sont différentes.
Depuis toujours, elle a beaucoup de mal à s'adapter à sa faction, et bien que sa vie lui plaise, elle sait que quelque chose cloche. Heureusement pour elle, elle est âgée de seize ans. A cet âge là, les adolescents choisissent à quelle faction ils vont dédier leur vie jusqu'à leur mort. Beatrice va alors devoir passer un test pour savoir vers quelle vertu elle va se tourner. Malheureusement, les résultats de ce dernier vont se révéler être très étranges...
Là je me tais, et je vous laisse découvrir le suspense totalement prenant que cache cette fabuleuse histoire. Et quelle histoire ! Tout d'abord, il faut que vous sachiez que Beatrice va se faire surnommer Tris durant le roman. Pourquoi ? Je vous laisse le plaisir de le comprendre. Mais vous devez également savoir que cette héroïne est juste parfaite. Oubliez les protagonistes qui ne font aucune faute et qui semblent "bons" à chaque instant. Ici, on a le droit à une personne qui fait des erreurs, qui doute, qui souffre et qui ressent des émotions brutales. On ne peine pas à s'attacher à ce personnage troublant et touchant. Tris est courageuse et vulnérable à la fois. On sent en elle une véritable volonté de se battre pour vivre.
D'ailleurs, ce point est un élément clé de l'histoire. On découvre avec émerveillement jusqu'où l'héroïne est prête à aller pour découvrir qui elle est. Ce livre est également basé sur la découverte de soi d'ailleurs... En effet Tris va apprendre à dépasser ses limites et à se battre contre elle-même pour avancer. Cela n'a fait que renforcer mon admiration pour elle.
De plus, derrière cette personnalité forte et poignante, on entre dans un univers passionnant. Veronica Roth possède en effet ce rare pouvoir, celui de nous déchirer par de simples mots. Elle n'hésite pas à décrire de sanglants spectacles pour nous bouleverser et à nous décrire des scènes d'amour à nous en donner la chair de poule. Car oui, la romance n'est tout de même pas oubliée. Beatrice va rencontrer un homme durant son initiation. Un qui va énormément la troubler. Comme nous grâce à leur histoire.
Qu'est-ce que je peux ajouter ? Ce livre est vraiment sensationnel. On voyage au cœur d'une intrigue fascinante et palpitante. C'est vrai, j'ai ressenti plusieurs fois de fortes montées d'adrénaline, de stress et de tension. L'atmosphère de Divergent est à la fois oppressante et captivante...
Vous savez, ce livre nous attire alors qu'on sait qu'en le lisant, on va se faire mal. On sait pertinemment qu'il va y avoir des morts, que la douleur ne va pas s'arrêter pour les héros et que les cicatrices vont mettre du temps à se fermer. Mais on y retourne, inlassablement. C'est angoissant et extraordinaire. C'est Divergent, tout simplement.

par Jordan
Divergente, Tome 2 : L'Insurrection Divergente, Tome 2 : L'Insurrection
Veronica Roth   
Je ne suis pas très douée en anglais, mais attendre encore 6 mois me paraissait infaisable. Je me suis donc lancée dans la VO, et même si certain passage me semblent un peu flou : J'ADORE !!!
Tout comme le premier :)
On retrouve Tris, Quatre, Caleb, Peter et Marcus juste à la fin du premier.
Les 5 se retrouvent dans un train et se dirigent vers le siège des Fraternels.
On découvre le fonctionnement de cette faction, et on aime, ou pas...
On découvre également celui des Sincères qui est...franc... et là aussi ça passe, ou ça casse.
On apprend plus de choses sur ce qu'être Divergent veut réellement dire.
Tris est toujours aussi forte et le deviens plus encore.
[spoiler]Elle est courageuse face à la mort de ses parents, et en particulier à celle de Will. La culpabilité la ronge à tel point que toucher une arme lui devient impossible, ce qui n'est pas spécialement pratique en temps de guerre. De plus quand elle retrouve Christina, la chose devient bien plus difficile.[/spoiler] Mais on retrouve toujours la Tris qu'on aime, têtue, courageuse et amoureuse et bien plus encore.
Tobias est... j'ai envie de dire toujours aussi parfait, mais ce n'est pas le cas. Là aussi on en apprend plus sur lui, sa famille et sur ses pensées.
[spoiler]Je n'aime pas Evelyne, c'est une manipulatrice et on ne peut même pas dire que c'est une mère.
Bien que Quatre l'ait déjà dit : Marcus est un vrai manipulateur.
Y'a pas à dire : Tobias n'a vraiment pas eu de chance avec des parents comme eux.[/spoiler]
La relation Tris/Tobias qu'on pouvait dire basée sur la confiance est en fait pleine de non dits.
J'ai eu plusieurs fois envie des les frapper tous les deux.
Ma grosse déception :[spoiler] Caleb, le sale traître, même si on finit par s'en douter, quand on l'apprend ça fait vraiment mal au coeur[/spoiler]
Je vais m'arrêter là, j'ai trop de chose à dire, et je ne sais pas comment donc je stoppe sur la fin.
Elle est... atroce !
UN AN ! Encore un an d'attente... ça va être une année de souffrances interminables... ;)
C'est un beau cliffhanger que nous fait Veronica Roth !
Vivement Mai 2013 !
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3