Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Eldwyst : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
L'Assassin royal, Tome 12 : L'Homme noir L'Assassin royal, Tome 12 : L'Homme noir
Robin Hobb   
Tout simplement Génial ! Je viens de finir le tome 12, et c'est un régal.
c'est le Fitz qu' on aime voir : combatif, fidèle, torturé par des choix à faire, déterminé et courageux.
Enfin l'action revient à tout vitesse après une certaine langueur dans les tome 10 et 11 ( bon il ne faut pas oublier que normalement dans la version originale, les tomes 10, 11 et 12 n'en forment qu'un seul!) . Le retour du mentor de Fitz est une source de doutes et de peines qui nous font mal au coeur.
Ah! le Fou...

La plume de Hobb est toujours aussi délicate et savante. Quel talent de conteur!

Bref, un moment de bonheur littéraire.



par lutin82
Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse
Sarah J. Maas   
Bon allez, je me lance.

Que dire? Commençons par ce qui est simple: j'ai lu ce livre en anglais, pas parce que j'en avais forcément envie mais surtout parce qu'on avait pas encore de renseignements sur une éventuelle date française. Pas de grosses difficultés malgré mon petit niveau dans la langue de Shakespeare. On fait plutôt vite le tour du vocabulaire spécifique à l'auteur et à l'histoire et finalement, on comprend très bien sans avoir besoin de passer son temps dans le dico. Bref, je ferme cette petite parenthèse quant à la VO et je m'intéresse un peu à l'histoire.

L'action commence dès le premier chapitre, ce qui est très appréciable, on entre directement dans le vif du sujet avec l'arrivée de Dorian à Endovier. Malheureusement, on ne garde pas longtemps ce rythme. Ce que je reproche le plus c'est sans doute le côté "évident" du déroulement. Aucune vraie surprise, le méchant est ciblé dès le départ, aucun gros retournement de situation. J'aurais sans doute aimé une histoire plus axée heroic-fantasy, sans histoire de magie au milieu, je trouve que ça enlève son charme à cette histoire d'assassin rondement bien menée au début. Mais c'est un avis partial, j'ai fait une overdose de magie depuis quelques années et je suis cruellement en manque de fantasy médiévale donc ne vous arrêtez pas à ça.

En revanche, l'évolution des personnages est très réussie je trouve, elle est plutôt lente et même si elle n'est pas forcément surprenante, on prend beaucoup de plaisir à suivre les changements de Celeana et de tous les autres.

Au niveau des personnages:
Mention spéciale pour Chaol qui est, de loin, mon personnage préféré. J'aime bien Dorian et son père aussi. Celeana est assez réaliste ce qui la rend assez attachante mais les autres m'ont paru très fade et sans intérêt. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur le duc et Kaltain. Nehemia, quant à elle, me tape prodigieusement sur les nerfs mais on sent qu'elle a son rôle à jouer.
Voila, j'ai dit le principal de ce que m'avez laissé la lecture.

Maintenant, je pense que ce premier tome était plus une longue introduction pour la suite, on sent que Sarah Mass prépare le terrain pour Crown of Midnight et c'est tout à son honneur de ne pas se précipiter mais du coup, ce tome-ci, on s'ennuie un peu au bout d'un moment.


J'achèterai sans doute le deuxième en anglais aussi mais quand même, il faut que je m'indigne: pourquoi changer Celeana en Keleana et honnêtement "l'assassineuse" ça ressemble à rien comme mot (et ça n'est pas dans le dictionnaire), pourquoi ne pas garder le titre ou alors faire comme les italiens qui ont traduit 'Throne of Glass' par Le Trône de Cristal, ça sonne quand même mieux, non?
Bref je pense que "Throne of glass" est bien plus accrocheur que "L'assassineuse", il manquerait plus qu'ils changent la couverture et pour moi, ils auraient perdu tout ce qui fait que j'ai voulu lire ce livre.

Encore une fois, ce n'est que MON avis.


En conclusion, je dirais que c'est une lecture agréable qui demande à être approfondie dans le prochain tome mais qui peut faire passer un agréable moment à tous les amateurs de fantasy.

par Eleann
Le Cycle de Drenaï : Légende Le Cycle de Drenaï : Légende
David Gemmell   
Légende, un livre inoubliable. j'ai pourtant mis des années à accepter de le lire. Parce que mon frère insistait, parce qu'il me disait que c'était un livre sur la guerre, mais que ce n'était pas grave, il fallait absolument que je le lise. et un jour, j'ai lu un autre livre de David Gemmell. Waylander. Je me suis faite avoir et j'ai pas pu décroché. j'ai tout simplement adoré. Alors mon frère est revenu à l'attaque en me disant de le lire. Et un jour, j'ai craqué. Je me suis plongé dans l'histoire et je n'en suis pas ressorti. J'ai combattu aux côté des Drenaïs, soutenu les personnages dans leurs entrainement, j'ai aussi pleuré comme un malade, pour Druss, pour la Légende, pour tout les morts de la guerre. Et une fois que je l'ai terminé, je me suis dépêche de trouver un autre livre de cet auteur merveilleux pour me replonger dans cet univers fantastique et si réel à la fois. Attention, lecteurs, une fois que vous l'avez en main, vous ne pourrez le reposer. Alors, je n'ai qu'un conseil a vous donner, profiter, et courez à la librairie la plus proche pour trouver d'autres aventures des héros de David Gemmell.

par lalisa78
Le Trône de fer, Intégrale 1 Le Trône de fer, Intégrale 1
George R. R. Martin   
Que dire ? Difficile de mettre des mots sur ce que j'ai ressenti à la lecture de ce premier tome... impossible presque.

A Game of Thrones est peut-être l'un des livres qui m'a le plus marquée, dans ses personnages si tangibles, ses situations si retorses, ses paysages si rudes... C'est une de ces lectures dont on ne sort pas indemne, et je sais que désormais A Song of Ice and Fire ne me quittera plus.

Je n'ai qu'un seul regret : ne pas l'avoir commencé en hiver... Winter is coming.

par Funambule
Port d'Âmes Port d'Âmes
Lionel Davoust   
Une ville fascinante et mystérieuse ; un héros qui rentre chez lui après 8 ans d'exil et qui compte bien redorer le nom de sa famille ; des inventions, des machines oubliées qui nous font remonter aux origines de cette ville ; une histoire d'amour vraiment forte, mais terriblement triste ; Port d'âmes avait tout pour me plaire. Malheureusement, si j'ai trouvé que l'auteur avait de très, très bonnes idées, j'ai trouvé le récit vraiment trop long car centré sur les mauvaises choses.

Le narrateur interne nous permet de suivre Rhuys, cet héritier déchu, ses doutes et ses pensées. Rhuys n'est jamais très sûr de lui, il va faire de nombreuses erreurs, se plaindre et se poser beaucoup trop de questions. Si j'ai fini par vraiment m'attacher à lui grâce à son évolution au cours du récit, j'ai tout de même trouvé tous ces passages dans ses pensées trop longs. J'ai mis presque un mois à lire ce livre car j'avais vraiment du mal à faire de longues sessions de lecture : je m'ennuyais et finissais par sauter des passages. Le livre n'est clairement pas porté sur l'action, et les quelques missions entrepris par Rhuys sont beaucoup trop décrites et donc longues pour éveiller l'intérêt.

L'univers créé par l'auteur m'a pourtant fasciné. J'ai aimé les aspects modernes introduits par la conversion dranique et ses machines dans cet univers purement fantaisiste. J'ai trouvé que le mélange était vraiment intéressant et m'a beaucoup fait penser au siècle des lumières. La découverte de la merveille à la fin du livre m'a vraiment donné envie d'en connaître plus sur les anciens âges de ce monde. Le livre m'a d'ailleurs assez frustré sur ce point : on s'intéresse une nouvelle fois beaucoup trop à Rhuys, à ses problèmes avec l'Administration ou aux moyens utilisés par le cartel pour faire avancer leurs recherches, alors que ce qu'il y a d'intéressant selon moi dans ce livre, c'est bien son univers.

J'ai aussi beaucoup aimé le principe des Transferts. Au marché d'Aniagrad, tout se vend, même les souvenirs. Lors de son retour, Rhuys va en non connaissance de cause acheter un Transfert. La Vendeuse, grâce à un rituel que je vous laisse découvrir, va transférer à Rhuys un de ses souvenirs, et plus particulièrement les émotions qu'elle a ressenti. Ce faisant, elle en perd elle même les sensations. Alors que Rhuys va être très choqué par cette pratique (comment peut-on volontairement oublier ce qui nous définit ?) il va finir par être complètement fasciné par cette Vendeuse. Ces moments de Transfert sont vraiment forts, je les attendais toujours avec impatience.

Et cette Vendeuse, Rhuys va en tomber éperdument amoureux. J'ai beaucoup aimé leur relation impossible, alors que j'ai pourtant eu beaucoup de mal avec le personnage de la Vendeuse. C'est une donneuse de leçons qui contredit sans arrêt Rhuys, alors qu'elle semble elle même perdue.

Ainsi, il y a énormément de choses qui m'ont plu dans ce livre. Des choses dont je vais longtemps me souvenir, qui m'ont marqué par leur originalité ou leur force. Malheureusement, elles sont entourées de choses qui le sont beaucoup moins, portées par un style très descriptif et un narrateur interne qui ressasse beaucoup trop les pensées de son personnage. Mais mon voyage en Evanegyre ne va pas s'arrêter là pour autant : d'après ce que j'ai pu lire, Port d'âmes est très différent des autres romans de son univers. Univers dont je compte bien en apprendre plus !

http://bookshowl.blogspot.fr/2017/05/le-mois-de-lionel-davoust-port-dames.html
Blood Song, Tome 3 : La Reine de Feu Blood Song, Tome 3 : La Reine de Feu
Anthony Ryan   
Je possède un avis partagé (mais très positif) quant au troisième et dernier tome de la saga Blood Song. Davantage addictif que le second volet mais un niveau sous le premier, « La reine de feu » m’a toutefois convaincue.

Ce roman –et la saga dans son ensemble, d’ailleurs- brille par la constance de sa qualité. Il n’y a pas un chapitre, pas un paragraphe où Anthony Ryan ne relâche la pression et le suspens qu’il a instaurés. Résultat : impossible de referme ce livre une fois commencé.

Conquis lors du second tome, le Royaume Unifié se veut ici conquérant : ses habitants réclament justice et vengeance. L’essentiel de l’intrigue se déroule donc en terres volariennes. Passer pour une fois du côté des envahisseurs a de quoi séduire, surtout quand Anthony Ryan scénarise l’invasion.

Mais ces noms, tous ces noms… Quand, comme moi, vous avez lu le tome deux neuf mois auparavant, vous replonger dans l’histoire est une tâche extrêmement ardue. Les personnages sont nombreux et l’intrigue complexe ; jongler avec tous ces noms, tous ces titres, toutes ces informations s’avère laborieux. Un conseil si vous planifiez la lecture de ce roman : révisez sec le second tome, vous en apprécierez davantage le troisième.

La seule fausse note que j’ai rencontrée se rapporte à l’Allié, élément principal de l’intrigue. Le concernant, je m’attendais à du lourd, à du très lourd. Je sentais venir une histoire en béton, teintée de Ténèbre et de mysticisme. Mon souhait a été partiellement exaucé : Mr Ryan entame un récit mystérieux qui jette efficacement les bases de l’origine de l’Allié. Au fil des pages, ce récit se complète mais à terme, de trop nombreuses zones d’ombres subsistent. En souhaitant installer (à juste titre !) du suspens dans le récit de l’Allié, Anthony Ryan a volontairement fait preuve de laconisme concernant certains aspects de son histoire. Conséquence : peu nombreuses sont mes questions à avoir trouvé réponse complète et satisfaisante. [spoiler]Quelles sont les motivations de l’Allié? Pourquoi souhaite-t-il la mort de tous les Doués ? Quel rapport entre lui, la Pierre Noire et l’épidémie de Main Rouge ? Quelle entité ténébreuse habite la Pierre Noire ?[/spoiler] Un léger goût de frustration est donc venu me gâcher la fin du roman, que j’ai pourtant grandement apprécié.

J’espère qu’une suite –peut-être une saga parallèle- est au programme. C’est en tout cas ce que laisse penser la fin de ce troisième tome : Lyrna, forte de sa détermination et de son intelligence plus vive que jamais, ne comptera pas en rester là, j’en suis sûre. Le Royaume Unifié nous promet encore de belles épopées, que je m’empresserai de dévorer si par bonheur elles voient la lumière du jour.

Le Temps des Cerisiers Le Temps des Cerisiers
Tsukasa Hōjō   
Un manga très touchant avec beaucoup d'émotions et de délicatesse. Beaucoup de poésie se dégage également. Ce fut pour moi un très agréable moment de lecture.
Martin Eden Martin Eden
Jack London   
J'ai beaucoup aimé ce roman, il fait parti de mes coups de cœur.
J'ai aimé cette façon d'écrire, la poésie des instants, les personnages, tantôt touchants tantôt ignobles dans leur stupidité.
Il nous apprend que naitre dans telle ou telle classe sociale ne détermine pas la personne que l'on devient.
On y apprend à être soi-même. Mais aussi que vouloir changer par amour est dangereux.
Une belle leçon de vie.

par Keagan
L'Arcane des Epées, Tome 1 : Le trône du dragon L'Arcane des Epées, Tome 1 : Le trône du dragon
Tad Williams   
Une série un peu longue à démarrer, c'est vrai, deux amis lecteurs me l'ont dit, au début, c'en est presque chiant. On suit les aventures de Simon dans le château, on découvre son monde et les personnages importants, mais il n'y a qu'à partir d'un moment relativement avancé que l'intrigue va réellement se mettre en place, et que Simon va devoir sortir des jupes de toutes les femmes qui se sont occupées de lui depuis sa naissance, pour entrer activement dans le vif de l'histoire qu'on sent apparaître et naître tout au long du tome.