Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Eleanara : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Sinners, Tome 1 : Vicious Sinners, Tome 1 : Vicious
L.J. Shen   
Chronique de Diana disponible sur Follw the Reader : https://followthereader2016.wordpress.com/2017/10/27/sinners-of-saint-tome-1-vicious-l-j-shen/

Tout d’abord je vais rassurer les lectrices. Ce roman n’est pas une dark romance malgré l’inscription sur la couverture française (ou alors je suis devenue complètement blasée mais c’est un autre débat). C’est une super romance contemporaine dans le style New Adult et je pense sincèrement que vous allez adorer Vicious et Emilia.

Emilia fait connaissance avec Baron (aka Vicious) peu de temps après son installation dans le domaine de son père. Elle est la fille des employés de maison et la première rencontre ne se fait pas sans heurt. Emilia prend peur et par la suite ses rapports avec le fils ne seront jamais simples. Vicious va s’évertuer à faire de la vie de Millie un véritable enfer. D’un naturel décalé mais volontaire ce dernier ne ménagera pas l’année de terminale de la jeune fille. Elle le retrouve des années après alors qu’il vient boire un verre dans le bar où elle travaille.

Vic n’a pas changé et il place à nouveau la jeune femme dans une position délicate. Elle se voit dans l’obligation de travailler à nouveau pour lui en tant qu’assistante. Mais détaillons plus nos héros.

Emilia est une artiste, un peu bohème mais perspicace et elle est très protectrice envers les siens. Elle n’a jamais compris pourquoi Vicious avait une telle animosité envers elle et pourquoi il lui avait littéralement pourri la vie pendant sa dernière année de lycée. Vic est un écorché vif, par moment inadapté social mais surtout immature dans ses relations avec les autres. On pourrait dire qu’il agit comme un petit garçon de 5 ans avec Emilia en lui tirant les cheveux sauf qu’il emploie des moyens bien plus radicaux comme un jeune homme et non un garçonnet. Impulsif, arrogant on a envie par moment de détester l’homme imbu de sa personne qu’il présente à tous. Cependant Millie arrive à gratter ce vernis et là on découvre un autre homme. Bon n’allez pas imaginer que c’est un agneau. Vic est un loup, il est brillant, calculateur et vicieux lorsqu’il veut obtenir quelque chose ou quelqu’un.

Entre eux va commencer une sorte de parade amoureuse, bancale mais très attractive pour le lectorat. On se retrouve complètement pris dans cette histoire avec l’envie de découvrir toujours plus sur nos personnages. Entre la famille, la vengeance, les rancunes entre amis mais aussi tout simplement le fait de grandir, se projeter dans le futur et vouloir construire une histoire, on en s’ennuie jamais avec ce récit.

J’ai découvert une auteure dont j’adore la plume, c’est rythmé, les personnages sont bien construits et ils sont complexes. Vicious est le parfait anti-héros qui vous fera cependant craquer. Cette romance, passionnée et passionnante est pour vous si vous souhaitez une super lecture.
Semblables, Tome 1 Semblables, Tome 1
Julie Jodts   
Dans ce premier tome, nous faisons la rencontre de jumelles : Mia et Léna. Si leur ressemblance physique est flagrante, elles ont un tempérament bien distinct. Nos héroïnes évoluent dans un monde bien ordonné où la gémellité est souvent considérée comme une malédiction, et où leur destinée est déjà tracée avant même leur naissance. Le premier enfant défendra la cité, le second se mariera et enfantera, le suivant exercera un métier comme infirmier, pâtissier, artisan, etc...
Chaque enfant se verra attribué le jour de ses 8 ans, un aniphore lui correspondant. Panthère, écureuil, oiseau, les catégories sont nombreuses et variées. Le lien qu'ils tisseront ensemble, les liera à tout jamais, dans la vie mais aussi dans la mort.
Léna étant la première née, c'est elle qui sera envoyée au combat, Mia, elle, est fiancé à Hans, un jeune homme bien sous tout rapport, quand à Siviane, elle exerce le métier de pâtissière ce qui n'est pas vraiment du goût de leur mère.

Mais vous vous doutez bien que les choses ne seront pas aussi simples et prévisibles qu'il n'y paraît.
Je vais difficilement pouvoir vous donner plus d'informations tout en gardant cette part mystérieuse que j'ai tant appréciée.

Léna est une jeune femme forte, intransigeante, très souvent en retard, autoritaire, dévouée... en gros, c'est une guerrière et elle nous le prouve. Son aniphore n'est autre qu'une panthère robuste et fiable dont elle devra néanmoins se séparer lors de ses différentes missions.
En dehors de ça, elle a toujours été proche de sa jumelle, toujours là pour l'aider à se surpasser, pour la motiver.
On la découvre assez peu finalement, mais il y a une bonne raison à tout cela. J'ai été surprise par le froideur qui peut émaner d'elle, elle me fait penser à un roc que rien ne peut briser. Et je ne sais pas pourquoi, j'ai la sensation qu'il nous manque des détails la concernant tout en ayant cette certitude étrange, que l'auteure nous réserve encore bien des surprises à venir.

Mia, quand à elle, est l'exact opposé de Léna. Elle est plutôt douce, maladroite, a de l'humour, elle est peu sûre d'elle, étourdie et assez rêveuse. Je l'ai trouvé touchante et j'ai adoré la suivre tout au long de ces 300 pages. Ses maladresses font d'elle une héroïne comme tout le monde. Son aniphore est également une panthère, mais contrairement à celle de sa sœur, celle-ci se révèle joueuse et très affectueuse. Sa personnalité la rend proche de son lectorat et on peut facilement se retrouver en elle par certains aspects. Suite à un événement que je vous laisserais découvrir par vous-même, on la voit se remettre complètement en question, elle se posera d'ailleurs les bonnes questions et tentera de trouver la meilleure solution qu'il soit. Elle est très attachée à sa famille et est prête à tout pour cette dernière. On découvre alors en elle, une rage de vouloir se dépasser. Elle devient plus forte, têtue et déterminée que jamais, mais sans pour autant devenir une héroïne badasse en un claquement de doigts. Tout se fait progressivement, sur la durée et il n'y a pas un seul moment où les doutes ne cesse de l'envahir. Ce que j'ai le plus aimé est le fait qu'elle soit si crédible, elle tente, elle espère, par moment elle y croit, puis un événement se produira et remettra tout en question. Rien n'est ni tout noir, ni tout blanc. On est dans une pléiade de nuances qui nous en fera voir de toutes les couleurs.

Puis il y a Hans, le futur mari de Mia. Un jeune homme charmant, élégant, bien élevé et adorable. Il est délicat tout en étant robuste, mais aussi d'une grande compassion et compréhension. Il est affectueux et conciliant. C'est le mec parfait dont toutes les jeunes filles rêvent, et je peux les comprendre. Avec lui, Mia est assurée de faire un mariage tendre et heureux. Lorsque les choses se compliquent, il prend les choses en main et devient un soutien hors pair. Aucune déception, aucune amertume, aucune colère, aucune jalousie ne l'habite et on en arrive à se demander si il possède un seul défaut.

Mon choix de vous présenter ces personnages là plutôt que d'autres, vient du fait que ce sont ceux qu'on rencontre dès le début. Comme je vous le disait plus haut, j'ai adoré ce côté très mystérieux et parfois sombre de l'histoire. Je souhaite donc que vous vous plongiez dans ce roman de la même façon que moi, en en apprenant le moins possible avant lecture et tout en vous donnant envie, je l'espère, de le découvrir à votre tour.

La plume de Julie Jodts est harmonieuse, tout en délicatesse, mais également très prenante. Elle a fait le choix de nous raconter son récit au présent et à la première personne du singulier, choses extrêmement rares au vu de ce que j'ai pu découvrir en fantasy. C'est sans doute ce choix audacieux qui m'a permis de me plonger avec un tel engouement dans l'histoire. L'univers est riche, complet, suffisamment détaillé sans alourdir le récit et je n'ai pas été larguée le moins du monde. Au contraire, j'étais littéralement captivée.
J'ai lu ce livre en 2 soirées, et honnêtement si je n'avais pas dû me refréner en me disant que je bossais le lendemain, je l'aurais dévoré en une seule. Je ne voulais pas m'arrêter, je voulais savoir ce qui allait se passer, pourquoi et comment. Pour ceux et celles, qui me suivent depuis un moment, vous savez pourtant à quel point je lis à la vitesse d'un escargot ce genre littéraire.
Julie Jodts bravo à vous, pour avoir susciter en moi une telle envie de poursuivre ma lecture. J'étais complètement dépendante du sort de notre héroïne. J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai grincé des dents, j'ai eu parfois envie de frapper certains personnages, d'en réconforter d'autres, j'ai eu peur, j'étais stressée et ça en devenait même intenable à certains moments. Le soir où je l'ai fini, premièrement j'ai sacrifié une partie de mon sommeil mais en plus, j'en ai rêvé toute la nuit. J'espère donc que le tome 2 est en cours d'écriture ou le sera très prochainement car je n'arrive pas à me sortir cette histoire de la tête.
Moi qui pensais que la fantasy n'était pas pour moi, je me rend tout simplement compte qu'il faut juste que je trouve des récits qui me convienne et clairement, celui-ci en fait partie!
Les personnages sont travaillés qu'ils soient principaux ou secondaires et ça s'en ressent. La tension monte crescendo pour nous laisser sur notre faim en lisant ces dernières lignes. C'est un univers dans lequel je me replongerais avec grand plaisir.
Autres points positifs, il faut savoir que le texte que j'ai pu découvrir n'était pas le texte définitif, bien au contraire. Pourtant, les fautes sont vraiment rares et anodines, certains devraient d'ailleurs prendre exemple avant d'imprimer leurs ouvrages. Et puis, j'ai été très agréablement surprise de découvrir que tout au long du texte, nous avons droit à des illustrations qui ornent le tout. Je ne m'attendais pas à un tel travail éditorial pour un livre qui n'était pas finalisé, donc chapeau.
Dernier point que j'aborderais dans mon avis est le fait que si le résumé m'avait énormément intriguée sans que je le comprenne réellement, après lecture, il est juste parfait et original.

En résumé, un univers original, captivant et riche qui nous fera voyager au milieu de la cité et des catervas en compagnie de personnages qui valent le détour. Un objet livre qui promet d'envoyer du lourd et une plume plaisante et addictive qui fera apprécier la fantasy aux plus réfractaires.

par ellesmera
Lucky Harbor, Tome 1 : Irrésistible Lucky Harbor, Tome 1 : Irrésistible
Jill Shalvis   
UN VÉRITABLE COUP DE CŒUR !

Cette nouvelle série de la nouvelle filière de Milady PROMET !
Avec un premier tome haut en romance avec aucune touche de paranormale, ça fait plaisir de revenir sur terre !

On rencontre une jeune femme, Maddie, (la sourie comme on la surnomme), plutôt discrète, complètement maladroite, attachante, drole (!!!) et fuyante.
Avec son passé de femme abusée, elle revient là où la dernière volonté de sa mère voulait : Lucky Harbor.

Elle retrouvera ses deux demie-soeurs, une complètement dégenté et l'autre plutôt stricte qui cache un grand secret...

Mais avant cela, elle fait la recontre (assez explosive) de Jax (MIIIIAAAAAMMMMM ! si j'aurais pu le sortir du livre celui-la... !!!)
Jax habite lucky Harbor et est tout ce qu'une femme peut aimé !
Du genre mauvais garçon avec un grand coeur, et vraiment, vraiment beau.
Avec ces deux la, impossible de s'ennuyer entre amour et humour, ce livre est une explosion pour les yeux, c'est juste un régal !

Ce premier livre m'a vraiment BEAUCOUP plu ! Une romance comme on aime, avec un homme sexy comme on aime aussi... bref, je le conseil à toutes les jeunes adultes, et adultes, ce livre vous fera vibrer !

par naiky
La Voix de l'Empereur, Tome 1 : Le Corbeau et la Torche La Voix de l'Empereur, Tome 1 : Le Corbeau et la Torche
Nabil Ouali   
Une compagnie d'une cinquantaine de vétérans commandée par un certain Lorgeam est en marche vers la Cité de Pierre, bastion des Seigneurs de Fervadora. Ils accompagnent deux diplomates, Aymeric et Tirsand... Frimas fige dans la glace une bande de brigands de grands chemins... Le paladin Ravel sauve son frère, un nourrisson, et part le confier aux bons soins des clercs qui devront se charger de son éducation... Victime d'un empoisonnement lent, Brisard, l'empereur de Ferva n'en finit pas de mourir. Son fils, le prince Elin, soutenu par Gweleth, le grand chancelier chargé de son éducation, s'apprête à prendre la succession de son père alors que toutes sortes de conspirateurs s'agitent dans l'ombre.
« La voix de l'empereur » se présente comme le premier tome d'une saga de fantaisie que l'éditeur, qui ne doute de rien, nous annonce comme proche de Robin Hobb mais que le lecteur hésitera à classer entre « dark » et « heroïc » tant son esprit n'en est que pseudo moyennâgeux, pseudo poétique et pseudo raffiné. En dehors de quelques combats, de quelques dialogues souvent inutiles, de longues descriptions quelquefois bien ennuyeuses (quatre pages pour un simple crochetage de serrure par exemple!), il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome. Ouali se contente de présenter toute une galerie de personnages sans grande consistance et plutôt antipathiques. Dans de courts chapitres maniérés, il saute de l'un à l'autre sans trop se préoccuper de les relier les uns aux autres. Le résultat donne une intrigue atomisée, mal construite, une histoire où le lecteur peine à se retrouver. Un fouillis qui oblige très souvent à repartir en arrière pour essayer de comprendre qui est qui, qui fait quoi et où tout cela mène. A ce handicap majeur, s'ajoute celui d'un style que d'aucuns au premier abord, pourraient trouver raffiné voire sophistiqué ne serait-ce que par l'emploi de mots recherchés ou par l'utilisation systématique du subjonctif passé. Si on l'analyse plus finement, on notera quelques pléonasmes, pas mal de coquilles, de nombreuses approximations lexicales et autres erreurs de syntaxe qui ne peuvent en aucun cas passer pour des licences poétiques. L'inclusion de poèmes plus ou moins longs, plus ou moins abscons et plus ou moins travaillés dans un texte en prose vendu comme roman d'aventures n'est pas non plus du meilleur effet. En raison d'un manque de rythme permanent et sans doute voulu, d'une absence d'originalité, de fantastique et de merveilleux (ennuyeux pour de la fantaisie!), ce premier tome tombe vite des mains et ne donne pas envie de continuer avec cette saga. Et pourtant, l'éditeur a le culot de noter en quatrième de couverture cette publicité mensongère : « Un roman rare, une histoire flamboyante comme un voyage à travers des lieux merveilleux où règne une atmosphère d'éternité. » Péniblement parvenu à l'ultime page cette oeuvrette, le lecteur averti comprendra mieux quand il découvrira cette mention : « Ouvrage publié avec le soutien de la région Rhône-Alpes ». Astuce qui permet à l'éditeur, qui semble s'être fait une spécialité de la chasse aux subventions, de publier n'importe quoi au frais du contribuable. Chaque fois que le lecteur est tombé sur une mention de ce genre, l'ouvrage était mauvais. Etrange, n'est-ce pas ? Nos régions feraient sans doute mieux de ne plus s'occuper de littérature...
Legend, Tome 3 : Champion Legend, Tome 3 : Champion
Marie Lu   
Ce livre est plein d'action et d'émotions. Day et June deviennent plus matures. Après la fin du deuxième tome, j'avais vraiment peur que leur relation ne soit plus jamais pareille, mais elle n'a pas changé tant que ça. Je dirais même qu'après huit mois séparés, elle est plus forte.

On voit mieux ce qui se passe dans le reste du monde et on a enfin des date précises pour les événements du livre et du passé (inondations, formation de la République, etc.)ce qui est très différent des autres dystopies.

La fin m'a fait versé quelques larmes et m'a mise un peu en colère, je n'arrive pas à décider si elle est belle ou triste, probablement les deux. En même temps, c'est une fin appropriée pour cette histoire. J'ai vraiment vraiment eu peur au moment où la fin se dirigeait vers une fin «à la Allegiant». Une chance que ça n'a pas été le cas, parce que je crois que j'aurais démoli ma liseuse.

par thjess
La Bête du Bois Perdu La Bête du Bois Perdu
Nina Gorlier   
Cette lecture est réalisée dans le cadre du PLIB2019, je remercie la Maison d’édition Magic Mirror pour avoir offert le fichier numérique aux jurés :

L’intrigue :
On est dans une réécriture de conte, ici celui de la Belle et la Bête. On commence par le très célébrissime « il était une fois… » qui donne tout de suite le ton.

Le texte est composé de deux récit entremêlés, un conte avec le Prince Espérance qui reçoit comme dons des fées une qualité et un défaut choisis par ses parents, l’Esprit et l’Orgueil. On saura de loin en loin ses choix en grandissant et les conséquences jusqu’à ce que le conte s’imbrique à l’histoire principale.

Pour la réécriture en elle-même, nous faisons la connaissance de Sybil enfant qui pleure la perte de sa mère, tuée par la Bête et consolée par sa grand-mère qui lui conte des histoires. On la retrouve 10 ans plus tard, âgée alors de 17 ans et n’étant pas emballée à l’idée de se marier mais les finances catastrophiques de la famille ne permettent pas vraiment d’autres choix. C’est une nouvelle attaque de la Bête qui lance Sybil dans sa quête pour traquer le monstre au coeur de la forêt armée de l’arbalète de son grand-père, seule arme à avoir blesser la créature. Perdue, elle fera d’étranges rencontres dont celle de Rose qui lui apprend que la forêt est vivante et joue avec la raisons de ceux qui se perdent sous sa ramure. La folie et l’amnésie guettent Sybil qui fait tout pour garder la mémoire et retrouver son chemin.

Les personnages et les clins d’oeil :
Sybil Lockart est notre héroïne principale, elle est déterminée à se venger de la Bête. C’est une jeune femme qui refuse les conventions cette quête est autant une recherche d’émancipation que la volonté de soulager sa conscience, on comprendra pourquoi dans le récit.

Rose est une jeune femme amnésique, elle oublie absolument tout quasi instantanément et Sybil deviendra son point d’ancrage. On ne sait depuis combien de temps elle erre dans la forêt mais son amie lui offre l’espoir d’en sortir.

La forêt est une entité vivante à part entière, elle change et perd les gens sous sa frondaison où même les rayons du soleil ont du mal à pénétrer. Les gens qui y vivent n’ont jamais entendu parler de la Bête ce qui est tout de même curieux depuis le temps qu’elle frappe les villageois. Parvenir au coeur de la forêt est ardu et se mérite, la folie guette.

Au fil des pages on rencontre plusieurs personnages de divers contes en plus de celui qui est réécrit : Le petit Chaperon rouge, La Belle au bois dormant, Le Petit Poucet et Blanche Neige pour ceux que j’ai repéré. La créature en elle-même reste un mystère jusqu’à la fin, on sait juste qu’elle existe depuis un siècle, peut-être est-elle immortelle, en tout cas elle revient de loin en loin pour tuer un villageois principalement quelqu’un de la famille de Sybil et s’en va.

Ce qui m’a gêné :
Globalement, c’est un livre qui se lit bien mais j’ai deux choses qui m’ont mitigé.

D’abord la profusion de coquilles qui ont gêné ma lecture, ça me sort de l’histoire personnellement et je ne parle pas forcément d’un -s ou un -e qui manque ou en trop mais parfois des mots manquants ou inversés ainsi que des erreurs de conjugaison.

L’autre point c’est dans l’histoire elle-même, entre 50 % et 80 % du récit j’avais du mal à rester attentive avec l’impression de tourner en rond et la folie qui guettait Sybil rendait ce long passage assez lourd, j’avais la sensation de ne pas avancer mais arrivée au coeur de la forêt il y a eu un mieux surtout quand parvient la confrontation avec les explications et le changement de points de vue qui re-dynamise le tout.

En bref, une nouvelle réécriture de conte à mon actif, j’ai noté un style plutôt fluide un début et une fin plutôt sympas, une perte de vitesse au milieu mais il faut dire que le thème de la folie n’est pas spécialement mon dada donc il peut y avoir de ça aussi. Autrement, j’ai apprécié les clins d’oeil aux divers contes et j’aime bien les récits entremêlés et les changements de point de vue qui dynamisent toujours une histoire quand on suit bien, ce qui est le cas ici.

par Elhyandra
Le sang versé Le sang versé
Åsa Larsson   
Au début j'ai mis longtemps à rentrer dans l'histoire, mais finalement j'ai beaucoup aimé ce livre, qui peut se résumer comme ça : L'Homme est un loup pour l'Homme.

par Gollum
Irish War Irish War
Amélie C. Astier    Mary Matthews   
http://www.voluptueusementvotre.fr/2018/11/irish-war-amheliie-maryrhage/

Une guerre, un couple à la dérive et une histoire vibrante d’émotions, voici ce qu’il vous attend en vous lançant dans Irish War, le nouveau roman du duo Amheliie & Maryrhage.

Comme toujours, elles ont réussi l’exploit d’allier passé, présent et futur avec un gros travail de documentation, mais sans jamais en faire trop, de sorte que l’on se retrouve complètement happé par leur récit. En m’embarquant dans cette lecture, je leur ai fait confiance et je ne le regrette pas une seule seconde.

La romance entre Eireen et Kenan n’est pas n’importe laquelle, car elle nous plonge au cœur d’événements brutaux, douloureux et malheureux. Lorsque j’ai pris connaissance de leur condition, j’ai immédiatement pensé que l’on fonçait droit dans le mur et que j’allais forcément souffrir en découvrant leur histoire. Je n’ai pu m’empêcher de frissonner, de douter et de trembler à leurs côtés, car ils se retrouvent rapidement déchirés entre leurs sentiments et leurs devoirs. Chacun de leur choix provoque des conséquences désastreuses ce qui les oblige à entraîner l’autre dans leur chute. Préparez vos nerfs, armez vos cœurs, car vous ne pourrez pas rester insensible à l’évolution de cette relation hors du commun, qui mérite toute notre admiration.

Je me suis sentie véritablement investie dans ce roman grâce à la précision des faits et à la justesse des mots choisis par les auteures. Bien que leurs convictions me dépassent, elles n’en ont pourtant pas moins de valeur et Amheliie & Maryrhage ont parfaitement retranscrit les émotions qui traversent leurs personnages. Je voyais les images défiler devant mes yeux, je les imaginais très bien la sueur coulant sur leur front, leur concentration poussée au maximum à prier pour que tout se passe bien. J’ai ressenti leur volonté, leur détermination, leur peur, mais également leur espoir. Chaque coup porté est destiné à affaiblir et vaincre, chaque décision est prise pour la cause et à aucun moment je n’ai pu douter de l’un ou de l’autre de nos héros. Aussi bizarre que cela puisse paraître j’ai compris leurs arguments et je suis bien incapable de vous dire comment j’aurais réagi à leur place.

Irish War n’est pas une simple romance, il s’agit d’un pan d’existence, d’une tranche d’histoire que l’on traverse sans faux semblants en se disant que notre monde est bien imparfait et que chaque époque comporte ses propres menaces et obstacles. Ce livre transmet un message puissant et percutant, il nous prouve que les différences ne sont pas forcément des entraves à l’amour, du moment que l’on est en accord sur les choses essentielles de la vie.
Aromantic (Love) Story, Tome 2 Aromantic (Love) Story, Tome 2
Ono Haruka   
Un second tome génial, drôle et surtout captivant avec la conception des sentiments, leurs évolutions et leurs interprétations en fonction des personnes.
Vu la fin, je dirais qu'une chose, vivement la suite !!!!

par Elyas
Raison et sentiments Raison et sentiments
Jane Austen   
je craignais d'être déçue après avoir lu orgueil et préjugés, mais mes appréhensions n'avaient pas lieu d'être. Un petit bijou où le romantisme est toujours de la partie.
Je n'ai qu'une seule déception : jane austen n'a pas laissé assez de romans derrière elle!!!

par ludivine