Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Eleanara : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Légende d'Iskari, Tome 1 : Asha Tueuse de Dragons La Légende d'Iskari, Tome 1 : Asha Tueuse de Dragons
Kristen Ciccarelli   
Au premier abord, à voir la couverture, je m’attendais à un livre jeunesse, très jeunesse. Mais après quelques chapitres j’ai compris que je m’étais trompée.

L’auteure dépeint un univers en apparence simple, les gentils, les méchants, une héroïne forte et intrépide mais naïve et obtuse. On comprend immédiatement qu’il y a cachalot sous gravillon.
Un départ classique et sans surprise mais s’ensuit une intrigue rondement menée, enchaînant découvertes et révélations, actions et rebondissements qui nous poussent toujours plus loin dans une histoire finalement pas si simple. Quelques points prévisibles, mais la plupart m’ont totalement surprise. Ce n’est finalement pas « jeunesse pur et dur » et comme pour la passe-miroir l’intrigue est adaptée à un publique adulte tout autant qu’ado.
Une romance qui sans être bâclée n’éclipse pas l’action, des personnages secondaires intéressants et pleins de surprises, une écriture fluide et agréable à lire complètent le tableau pour donner 430 pages de pur plaisir!

Je me suis faite berner et, comme Asha l’héroïne, j’ai appris qu’il ne fallait pas se fier aux apparences et creuser les choses pour se faire son avis.

par btizlit
Marquer les ombres, Tome 2 Marquer les ombres, Tome 2
Veronica Roth   
Encore un livre des plus réussis à l'actif de cette grande auteure qu'est Veronica Roth ! La conclusion de cette duologie exceptionnelle nous tient en haleine jusqu'au bout.
Tout d'abord, une des grandes forces du roman est sans aucun doute le cadre spatio-temporel extraordinaire. On pourrait dire que c'est simplement un décor normal pour un roman de science-fiction , ce qui est totalement vrai. Une nouvelle galaxie, des planètes habitées par différents peuples, la magie -le flux- qui circule à travers les êtres de ces nations,... Oui, c'est vrai, c'est peut-être un peu déjà-vu, mais l'auteure à une maîtrise incroyable de son univers. On sent qu'elle n'invente pas sur le moment un truc qui l'arrange pour terminer son histoire, mais qu'elle a longuement réfléchi aux détails de son univers, y a instauré des traditions et coutumes, des croyances,... C'est toute cette maîtrise qui fait que le cadre devient si particulier et original.
Ensuite, comment ne pas citer les personnages hauts en couleurs de ce roman ! À commencer par Cyra. Elle est forte et courageuse, elle a traversé des épreuves que personnes ne devrait connaître un jour. Ça l'a endurcie. C'est pour cela que ses choix ne sont pas toujours géniaux, mais elle pense à ses objectifs avant de penser à sa petite personne, même si elle craque à certains moments, c'est une personne admirable. Je pourrais dire La même chose d'Akos. Les objectifs avant ses besoins personnels. La vie des autres avant la sienne. J'ai également apprécié Teka, avec son caractère de cochon qui m'a valu quelques rires.
L'action est bien présente dans la roman. Le rythme est bien soutenu. Je n'ai pas eu une seconde de répit, sauf au début, le temps de remettre l'histoire en place. J'ai englouti les 200 dernières pages ( à peu près la moitié du livre ) d'une traite. Ça contribue fortement à rendre le bouquin addictif, en plus de la plume de l'auteure , qui est très belle. Légère et humoristique, elle est tout ce qu'il y a de plus agréable à lire.
Je terminerais par dire que le livre contient quelques rebondissements , qui sont juste imprévisibles. Personne ne pourra se vanter d'avoir deviné quelque chose à l'avance.
En bref, un roman à lire !

par Chloe7
L'Éveil des Chimères L'Éveil des Chimères
Éric Amon   
Un roman dense et déroutant.

La magie semble avoir disparue du monde, les humains ont pris le pas sur les êtres qui peuplaient ce monde avant eux et les considèrent comme des monstres ( enfin , quand ils croient encore à leur existence).
Mais il n'est pas dit que les "monstres" en soient vraiment et ils sont peut être plus humains qu'ils n'y paraît.

J'ai du mal à dire ce que j'ai pensé de ce roman car je l'ai terminé en ayant eu l'impression d'avoir mis un pied dans un univers fantastique sans toutefois avoir réussi à m'y plonger complètement.

Souvent dans les romans de fantasy , l'on se retrouve face à un héros qui doit combattre le mal ou des créatures maléfiques ( autrement dit des monstres ) . Mais l'on a peu souvent l'occasion d'avoir le point de vue de ces "monstres".

Ici l'auteur , Éric Amon, a fait le pari d'avoir pour héros des créatures issues du bestiaire fantastique, entre autres sphinx, faune et hydre .
Lorsque l'on commence ce livre on ne comprend tout d'abord pas que le personnage qui nous narre son histoire n'est pas humain et pourtant on se captive pour lui et ce n'est qu'au bout de quelques pages que l'on comprend qu'il n'est pas humain, qu'il fait partie de ces fameux monstres.
Et pourtant il se dégage de lui beaucoup d'humanité , il n'y a en lui aucune malveillance et pourtant il est pourchassé.

J'ai trouvé très intéressant ce début de roman car il nous plonge tout de suite dans cette histoire , on comprend dès lors que c'est un roman atypique et que les Héros ne seront pas forcément ceux que l'on pourrait imaginer.

Dès le départ j'ai donc été très intriguée et j'étais prête à me laisser totalement embarquée dans l'histoire. Et pourtant la sauce n'a pas totalement prise sur moi.

Chaque changement de chapitres nous offre un point de vue sur l'histoire . Tout en avançant dans le déroulé de l'histoire on découvre de nouveaux personnages , en alternance avec des personnages déjà connus .

Ces changements de personnages ( changements qui auraient dû me plaire car en général j'en suis plutôt friande ) ne m'ont pas tous convaincus . J'ai aimé certains personnages mais d'autres ne m'ont pas intrigués et m'ont laissé plutôt froide.
Ce qui était une bonne idée m'a au final plus troublée qu'attirée.

L'une des choses que j'ai aimé est de découvrir en image ces créatures fantastiques . Lorsque l'on découvre un nouveau personnage l'on peut découvrir à la fin de son chapitre , une illustration le représentant.
C'est une bonne façon d'aider le lecteur à se représenter ces êtres étonnants.

Comme je le disais certains personnages m'ont plus plu que d'autres. Mais les personnages ne font pas tout dans un roman, il faut une histoire qui tienne la route.
Et là c'est plutôt le cas .
Je ne peux pas trop en dire mais l'histoire est somme toute intéressante et a le mérite d'intriguer le lecteur .

En reposant ce livre je garde un sentiment un peu mitigé.
Je regrette de ne pas être totalement rentrée dans l'histoire , j'ai un peu l'impression d'être passée à côté , le foisonnement de personnages m'ayant quelque peu perturbée.

Peut-être que si la narration avait été différente ou plus rythmée, je me serais totalement passionnée pour l'histoire ou peut être que non, finalement on ne peut pas le savoir mais je pense quand même que d'ici quelques temps je retenterai l'expérience de ce roman pour voir si mon impression se confirme.

Peut-être vous charmera t-il?

Lady Helen, Tome 3 : L'Ombre des mauvais jours Lady Helen, Tome 3 : L'Ombre des mauvais jours
Alison Goodman   
Ce tome 3, je l'ai adoré, je l'ai dévoré, je l'ai mangé tout entier, si j'avais pu le boire ou me l'injecter en intraveineuse, je l'aurais fait. Sauf qu'alors je l'aurais terminé trop vite à mon goût.

Le côté historique est vraiment très présent, c'était un vrai plaisir de me promener dans l'Angleterre des années 1800.
L'hébergement de Lady Helen dans un grand manoir donne au roman un petit goût de Downton Abbey. Cela ajoute encore une saveur supplémentaire à ce récit truffé de rebondissements et de suspense qui m'a poussée à lire bien trop tard le soir...

Lady Helen est un personnage que j'adore, ses doutes, ses passions, ses dilemmes, son courage, sa loyauté, tout nous donne envie de la suivre, de la soutenir, d'être son amie.
Et quand le carcan des conventions lui tombe dessus comme un couperet, on se sent emprisonné comme elle dans ses mailles trop étroites.

Un grand roman auquel je donne la note maximale.

par Dune_
Le Faiseur de rêves, Tome 2 : La Muse des cauchemars Le Faiseur de rêves, Tome 2 : La Muse des cauchemars
Laini Taylor   
https://aliceneverland.com/2019/04/10/le-faiseur-de-reves-tome-2-la-muse-des-cauchemars-laini-taylor/

Le faiseur de rêves fut un de mes plus gros coup de cœur de l’année dernière. Alors, cette suite et fin, je l’attendais impatiemment. Et quel final !

Le début a tout de même été assez laborieux. Surtout que le prologue s’ouvre sur l’histoire de deux sœurs, Kora et Nova, qui ont, de premier abord, strictement aucun lien avec les éléments que nous avait présenté l’auteure jusque là. J’ai donc été un peu perdue, jusqu’à ce que je retrouve enfin Lazlo, Sarai et les autres peu de temps après, exactement là où nous les avions laissés à la fin du premier tome.

L’intrigue reste donc la continuité de l’histoire et j’en ai, une nouvelle fois, pris plein les mirettes. Qu’est ce que j’aime l’univers mystérieux et onirique de Laini Taylor ! C’était déjà le gros point fort du premier tome, et ça l’a été encore plus ici. Car, là où Le Faiseur de Rêves nous présentait un monde merveilleux, La Muse des Cauchemars y apporte les éléments manquants, les réponses que l’on attendait depuis. Et, une chose est sûre, c’est que l’auteure s’amuse avec son univers : je suis allée de surprise en surprise !

Plus l’histoire avançait, plus je ne comprenais pas comment Laini Taylor allait pouvoir terminer son histoire. Jusqu’à un revirement de situation que je n’avais pas du tout vu venir, et qui redistribue complètement les cartes en renversant l’intrigue. Et, waouh ! J’ai été complètement soufflée par toutes les possibilités que cela apporte à l’imaginaire de l’auteure !

On en apprend également plus encore sur le Carnage, ses conséquences, mais aussi sur les dieux, leurs desseins, leurs origines… Les rejetons des dieux ne sont pas en reste non plus, et ce second tome les replace directement au cœur de l’intrigue. J’ai adoré partir à la découverte du vaisseau aux côtés de Lazlo, mais aussi découvrir tous les secrets qu’il renferme. Tout doucement, les pièces du puzzle s’emboitent. Et il y a tant à découvrir…

Laini Taylor se révèle vraiment avec cette série. Elle nous raconte une histoire qui ne ressemble à aucune autre, et a le don de nous transporter dans son imaginaire avec une aisance implacable. Elle nous décrit chaque tableau, chaque décor, avec tellement de vie et un réel soucis du détail que ces derniers prennent vie devant nos yeux. C’était divin, et c’est aussi ce que j’ai le plus aimé : pouvoir fermer les yeux, et réussir à me représenter tout cet univers enchanteur…

J’ai été émerveillée par tout ce que je découvrais, et je me suis laissée porter par le monde fantasmagorique de Laini Taylor. Un régal, du début à la fin, et une fin, justement, qui ouvre la porte sur une multitude de possibilités… Gros coup de cœur pour cette saga qui m’a conquise, capturée dans ses filets, et ne m’a toujours pas relâchée… Je suis, une seconde fois, tombée amoureuse de cet univers, tout simplement… ❤

par Kesciana
Les Faucons de Raverra, Tome 1 : La Sorcière captive Les Faucons de Raverra, Tome 1 : La Sorcière captive
Melissa Caruso   
Je sais qu’il ne faut pas juger un livre par sa couverture mais ce roman est juste magnifique ! Et ce qu’il y a à l’intérieur est vraiment bien également.
Nous allons suivre l’histoire d’Amalia, jeune femme qui appartient à la noblesse de Raverra. Alors qu’elle n’en a normalement pas le droit, Amalia va se retrouver fauconnière, c’est-à-dire qu’elle va devoir s’occuper d’une puissante sorcière de feu. L’univers créé dans ce roman par Melissa Caruso est absolument fantastique. On va découvrir un monde rempli de magie, où les sorciers vont être utilisés à des fins politiques. Plusieurs questions morales vont être mise en avant et j’ai beaucoup aimé cet aspect.
Les personnages sont tous bien décrits, très différents mais tous attachants. On voit déjà au fil de ce roman une grande évolution de la part des protagonistes et j’ai trouvé leurs relations bien tissées. Rien ne va trop vite, que ce soit au niveau de l’amitié ou de la romance. Je reproche souvent aux romans young adult de prendre de trop gros raccourcis à ce niveau là mais ici ce n’est pas du tout le cas et c’est un point que j’ai énormément apprécié.
L’intrigue, quant à elle, est bien ficelée. Toute une partie de l’histoire va mettre en avant des complots politiques et il y a de nombreux retournements de situations. Certains étaient un peu trop prévisibles mais d’autres m’ont surpris.
J’ai découvert ce roman en français donc dans une traduction de l’américain. L’écriture est fluide mais certains termes sont trop alambiqués (certains sont inventés mais il n’y a pas d’explication c’est dommage).
Enfin, le seul point négatif pour moi dans ce roman est qu’il y a énormément de mise en place dans la première partie du roman. J’ai été un peu perdue avec tous les différents types de magie et leurs pouvoirs associés (un résumé au début du roman m’aurait bien aidé).
Dans le premier tiers du roman environ, j’ai eu du mal à rentrer dans ma lecture car il n’y avait pas beaucoup d’action. Toutefois, j’ai adoré la deuxième partie qui est beaucoup plus addictive.
Par conséquent, ce premier opus est très prometteur car il met en place beaucoup de choses pour la suite de l’histoire. Même si le début m’a moins emballée j’ai adoré la suite de l’histoire qui mêle avec merveille la magie et la politique. Les fans de The Curse de Marie Rutkoski seront séduits j’en suis sure !
A mortal song A mortal song
Megan Crewe   
http://papillonvoyageurbloglivresque.weebly.com/chroniques/mortal-song-megan-crewe

Je parlerais d’abord du scénario. À première vue, rien qu’avec le résumé, je le trouvais déjà assez original dans sa conception. Suivre une héroïne à qui l’on annonce qu’elle est un leurre ? Et qui, en fait, n’est pas du tout l’élue tant attendue ? Je trouvais ça très rafraîchissant et j’étais impatiente de voir comment l’autrice allait aborder cette désillusion. De ce côté-là, je n’ai pas été déçue, parce qu’elle en a parlé avec beaucoup de cohérence et de réalisme. À chaque instant, nous avons ressenti les émotions de Sora, du choc à la révélation à son évolution qui a suivi. Tout était parfaitement dosé, le thème a été exploité avec finesse, et comme je le disais, cela apportait un plus à cette histoire. D’ailleurs, ce n’est pas du tout le seul élément qui a été détourné au cours du récit. Au fur et à mesure de la lecture, certaines situations s’imbriquent dans l’intrigue et peuvent surprendre. Je vous garantis une chose à propos de Mortal Song : vous ne vous retrouvez pas du tout dans une histoire bancale. Pour être honnête, une seule révélation m’a paru aussi voyante que le nez au milieu d’un visage, et ce n’était pas non plus autour de ça que l’histoire tournait. Dans son ensemble, nous avons affaire à un texte au scénario original, très ancré dans me folklore japonais. J’ai apprécié le fait d’immerger complètement dans un univers que je ne connais que très peu, même s’il m’a fallu plus de temps pour terminer le livre. C’est encore tout nouveau pour moi, malgré cette lecture effectuée. Il me faudra en lire davantage pour m’y habituer. Dans tous les cas, l’intrigue m’a franchement surprise dans sa structure et dans sa construction initiale. Rien que la désillusion de Sora me donnait hâte de lire ce livre, parce que c’est un sujet très peu exploité dans les romans. Ou alors, on en parle, mais au final, le héros/l’héroïne redevient quand même « l’élu(e) » d’une façon quelconque et ça gâche toute la magie, toute l’ampleur de ce que cela consiste. Ici, Megan Crewe a très bien décrit les sentiments qui ont suivi : le choc, l’angoisse, le déni, l’abattement, l’obstination, l’acceptation… enfin, tout un tas d’émotions de jour et de nuit, qui vont dans un sens avant de prendre un autre tournant. Le tout avec énormément de logique. Pour cela, je félicite ce coup de maître, parce que c’était vraiment bien fait. De plus, si le premier chapitre et les deux derniers ont été les plus difficiles à lire (difficulté à entrer dans l’univers, déception de la fin), je tiens à dire que dès le deuxième chapitre, jusqu’à l’avant de l’avant-dernier, je ne me suis pas ennuyée. Plusieurs actions parsèment l’histoire, il y a de l’humour, du drame, des beaux moments comme des mauvais, des relations qui se créent. C’était une histoire très prenante, agréable à lire, chargée de toutes sortes de créatures merveilleuses (ou pas) comme les kami, les fantômes, les ogres, les kitsunes, et j’en passe. ​

En ce qui concerne l’écriture, il est impossible pour moi d’émettre un jugement impartial et juste, puisqu’il s’agit d’une traduction et que je ne connais pas la version originale du texte. De ce que j’en ai lu, malgré quelques faiblesses, le texte est globalement bien écrit, les descriptions nous plongent dans l’univers riche d’un Japon moderne, orné de magie, de nature et de beauté. Écrit à la première personne, l’histoire nous fait entrer totalement dans la tête de Sora, ce qui nous permet d’entrer en collision avec chacune de ses pensées. C’est aussi ça qui a rendu sa désillusion si poignante, si bien exploitée. Le texte en lui-même se composait d’un chouette rythme, avec un vocabulaire très accessible, même pour les non initiés au folklore japonais. Malheureusement, le premier chapitre contenait trop de fois le mot « ki » à mon goût et je ne parle même pas du mot « kami » qui revenait de très nombreuses fois, mais en-dehors de cela, nous avons là un récit fluide et accrocheur. La preuve, j’ai lu le milieu en deux traites, j’avais surtout traîné sur le début et la fin ! Au vu de son histoire et de sa plume très chouette à découvrir, ce livre est juste parfait à lire à l’extérieur, en printemps ou en été.

En ce qui concerne les personnages, il y en a quand même beaucoup ! Sora, Takeo, Chiyo, Haru, Keiji, Midori, Omori, etc... J’ai énormément apprécié Sora, qui est très humaine (sans blague…) et dont les réactions m’ont touchée. Elle ne réagit jamais de manière trop égoïste, elle ne pense pas assez à elle, alors que tout son monde s’effondre. Certes, elle se laisse aller dans sa tristesse à certains moments, mais jamais ça n’a un impact direct sur ses amis ou sur le Mont Fuji, elle reste braquée sur ses objectifs coûte que coûte, même après qu’on lui ait dit qu’elle ne « servait à rien » dans la prophétie. C’est une femme courageuse, émotive et très vivante ! À côté d’elle, Chiyo m’a franchement moins plus. Au début, elle m’agaçait à un point où je n’en pouvais plus de lire ses interventions. Je levais systématiquement les yeux au ciel. Mais, plus tard, ça s’améliore beaucoup, ce que je trouve positif. Elle a une chouette évolution ! Takeo et Keiji m’ont paru un peu plus « fades », plus Takeo que Keiji au final. Le premier a zéro défaut, quand le deuxième en a quelques-uns ; j’ai trouvé que ça faisait trop un contraste kami/humain, comme s’il n’existait aucun juste milieu. Mais la façon dont évolue Keiji est aussi très intéressante à lire. En revanche, j’ai vraiment bien aimé Haru, même s’il ne faisait pas partie des principaux, il déborde d’énergie, de courage et de serviabilité, c’est vraiment chouette. Je n’ai aucun avis sur Midori, je l’aimais juste bien. Et, Omori m’a un peu déçue…

Enfin, ce n’est pas seulement Omori qui m’a déçue, mais la fin du livre en lui-même. Je ne spoilerai pas, pour ne pas vous gâcher la surprise, mais ce que j’aime dans un roman, ce sont les méchants. Et celui-ci est un peu raté, selon moi. Je n’ai pas trouvé la hype que je ressens autour de gros bons méchants charismatiques, parce qu’Omori m’a laissé totalement indifférente, son histoire ne m’a pas vraiment touchée plus que ça. Et puis, la fin m’a laissé un arrière-goût de « Ah… tout ça pour ça ». J’ai nettement plus apprécié l’aventure, le milieu du livre, tout ce qui a précédé la fin, au final, mais ce n’est qu’un avis personnel et ça ne veut pas dire que c’est nul. C’est un avis subjectif. C’est juste moi qui n’ai pas accroché plus que cela au dénouement du roman, tout simplement. Le mieux est que vous vous fassiez votre propre avis, pour le coup.

Grosso modo, Mortal Song est une histoire ancrée dans le folklore japonais, où une classique prophétie se transforme en une tragique malédiction pour une héroïne, préparée depuis l’enfance à devenir plus que ce qu’elle était en réalité. Au fil des pages, nous entrons en collision avec ses sentiments, logiques et cohérents, tous autant qu’ils sont. Sora évolue, au même stade que les autres intervenants du récit autour d’elle. À l’aide d’une plume soignée, fluide et accessible, Megan Crewe nous emporte dans un univers très rafraîchissant et surprenant sur bien des aspects. Ma déception réside dans le personnage d’Omori et le dénouement de l’histoire qui, à mon goût, manquaient un peu de profondeur… Il s’agit malgré tout d’une agréable lecture que je conseille à tous les amateurs du genre (ou ceux qui souhaitent le découvrir!).

par Rosalys
Les Épées de glace, Tome 2 : Le Châtiment de l'Empire Les Épées de glace, Tome 2 : Le Châtiment de l'Empire
Olivier Gay   
Dès que j'ai eu achevé le 1 je voulais lire ce second et dernier tome. J'ai attendu le format poche avec la superbe couverture de Magalie Villeneuve.

Je n'ai pas été déçue de ma lecture. La plume d'Olivier Gay est toujours aussi agréable. On fait tour à tour comme dans le premier tome un passage dans l'esprit de chacun, ça permet de davantage connaitre les personnages et de mieux les comprendre ou non ou s'identifier ou pas à eux.

Ce tome reprend directement à la suite du précédent, pour moi c'est un point positif. J'aurais rongé mon frein s'il y avait eu un blanc ou des questions irrésolues.
On retrouve Shani et Mahlin en mauvaise posture, qui parviennent à se soustraire aux dangereux courants du Verdoyant et finissent par retrouver la vielle Dareen en ville.

Début d'une longue aventure pour Shani, Mahlin et Laarth qui décident de s'infiltrer au palais pour faire évader Rekk, rien que ça!
[spoiler]Après quelques combats épiques et l'intervention providentielle de l'assassin Eléon (il veut tellement toucher sa prime pour la mort de Rekk qu'il voulait lui aussi le voir à nouveau libre). On découvre davantage les talents de Laarth dans ce tome surtout en matière de monte en l'air.
Poursuivit par tous les mercenaires du royaume notre quatuor prend la route de froidevel, car Rekk est bien décidé à se venger de Théorocle pour la mort de Deria et la prime sur la tête de notre premier trio. Leur périple va voir la mort de l'un d'entre eux,
Dans ce tome même si Rekk a de petits moments d'humanité on le découvre encore plus sombre et jusqu'au boutisme que dans le précédent. C'est certainement Shani qui subit la plus forte évolution.[/spoiler]
On retrouve Mandonius et ses manœuvres politiques mais également qu'il n'est pas le seul à en joueur.
J'ai apprécié le dénouement et surtout le fait d'avoir un épilogue avec le fin mot de la mort de Deria et son pourquoi. Petite morale une vengeance personnelle peut pousser à de trop grande extrémités tout comme la cupidité.

par Sahiane
Sharakhaï, Tome 2 : Le Sang sur le Sable Sharakhaï, Tome 2 : Le Sang sur le Sable
Bradley P. Beaulieu   
Le sable et le soleil brûlant ont su réchauffer mon corps transit de froid et les épices ont de nouveaux emballés mes sens pour se retour à Sharaikhai.
Nous retrouvons le même rythme lent et travaillé du premier tome tout en aillant beaucoup plus de révélations surtout dans le dernier quart ou toutes les intrigues éclatent sans nous révéler encore tout les mystères des rois et des tribus.
Chaque personnage suit un but qui lui est propre et il y a peu de place pour les sentiments, çeda l'illustre bien en enfouissant les siens au fond d'elle dans une coquille bien rigide ce qui nous la rend un poil froide.
Plus qu'à attendre la suite....
Ash Princess, Tome 2 : Lady Smoke Ash Princess, Tome 2 : Lady Smoke
Laura Sebastian   
Que dire ? j'avais été emballée par le 1er Tome mais celui-ci me laisse pleine de frustration. L'histoire est lente et un peu répétitive, on a attend une action qui vient peu. Peu de rebondissements, peu de retournements de situations ... c'est dommage car l'idée de départ est bonne.
Mais surtout, le point rédhibitoire est la princesse elle-mêle à laquelle je n'arrive plus à adhérer : trop hésitante, pas assez badass, je la trouve peu intéressante et finalement assez manipulatrice de Blaise et Soren. Bref très exaspérante !!!

par Kouet