Livres
477 906
Membres
459 028

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Elégies et sonnets



Description ajoutée par Croquignolle 2017-01-28T12:51:23+01:00

Résumé

Labé, Louise (1526-1566) Poétesse française. Fille d'une famille de cordiers (d'où son surnom de "belle cordière"), elle reçoit une éducation humaniste et appartient au cercle des lettrés lyonnais dans lequel elle mène une vie libre. Ses poèmes disent les joies de l'amour, le plaisir érotique, la douleur de l'absence de l'être aimé. Sa voix de femme se détache du pétrarquisme et de l'influence de Maurice Scève. De 1545 à 1555, elle compose Elégies et sonnets.

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Ledesignerdu29 2019-05-26T16:42:16+02:00

Ainsi Amour inconstamment me mène ;

Et, quand je pense avoir plus de douleur,

Sans y penser je me trouve hors de peine."

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Ledesignerdu29 2019-05-26T16:40:40+02:00
Or

De beaux poèmes et sonnets sur le thème riche et inspirant de l'amour... La vie sentimentale selon Louise Labé en somme.

Afficher en entier
Bronze

Un — plutôt bon — recueil lu en cours.

 

Pour moi qui n'aime pas trop la poésie, je n'ai pas eu trop de mal avec les Sonnets (peut-être parce qu'ils sont au nombre de vingt-cinq seulement ?). Malgré ce que la poésie du début de la Renaissance peut avoir de difficile, notamment dans la langue, avec un appareil de notes suffisamment fourni, ça peut être très intéressant ! Un aspect poétique que j'ai beaucoup apprécié est notamment l'omission possible du sujet (lorsqu'il est pronom personnel), ce qui redonne une dynamique toute nouvelle au vers et à la phrase.

Les thèmes sont banals (amour, passion, douleur) mais le traitement l'est beaucoup moins et il est très intéressant de voir la multitude d'aspects que prend l'Amour dans ces sonnets.

 

Sélection brève, mais ce sont vraiment les poèmes qui m'ont le plus touché par leur puissance :

VIII (Je vis, je meurs...) — XIV (Tant que mes yeux...)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Croquignolle 2017-01-28T12:51:48+01:00
Argent

Cette poésie de la fin du Moyen-Age n'est vraiment pas facile d'accès. Pourtant elle dégage une force immense et entraînante. L'amour y est omniprésent et amène autant de joie (quand l'Aimé est proche) que de souffrances infinies (lorsque l'Il est absent). Les mots de Louise Labé sont à lire à haute voix, le vieux français se rendant plus accessible ainsi.

Au final, j'ai été heureuse de cette découverte même s'il me faudrait bien du temps pour relire ces vers et les apprécier à leur juste valeur.

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 4
Commentaires 3
Extraits 2
Evaluations 3
Note globale 6.33 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode