Livres
523 563
Membres
541 251

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Eliara : Mes envies

Orgueil et préjugés (illustré) Orgueil et préjugés (illustré)
Jane Austen    Hugh Thomson   
Sincèrement je suis partie avec un réel préjugé (XD) concernant ce livre. J'en avais beaucoup entendu parler notamment par certaines personnes qui ont du l'étudier en cours d'anglais international et il ressortait souvent une impression de longueur et d'ennui. Mais bon quand j'ai vu cette édition je me suis dit que soit c'était bien et j'y gagnais sur tout les plans, soit je n'étais pas fan et là j'aurais toujours une belle couverture pour ma bibliothèque en consolation (faible consolation je peux le concevoir).
Bon déjà, c'est un livre que j'ai lu vraiment très vite. J'ai trouvé l'écriture fluide et étant une fan du langage de l'époque, pour moi c'était comme manger une friandise. Bon par contre, ma famille a dû me supporter pendant un certain temps avec mes phrases à rallonge avec les tournures qui vont avec...
Côté personnages, je dirais que les différents caractères suivaient un schéma classique avec la sœur gentille, celle un peu rebelle, celle qui étudie,... Apres cela ne m'a pas dérangé plus que cela dans le déroulement de l'histoire et j'ai tout de suite préfèré Mr Darcy à son ami que je trouvais trop gentil.
Côté scénario, bah je ne vais pas mentir en disant que j'ai été étonné de la fin. En fait toute l'histoire est assez prévisible, les actions de chaque personnage suivent des logiques faciles à anticiper. Mais bon, j'essaie quand même de me mettre à la place des gens de l'épique qui lisait se livre lorsque qu'il est sorti et je pense que pour eux c'était assez novateur, alors que pour nous c'est un peu du "revu" mais à une époque différente.
Un classique qui ne m'a pas pris la tête comme d'autres' çe qui est quand même un point positif je trouve. J'ai passé un bon moment de lecture qui m'a fait voir une autre époque mais çe n'est pas non plus une révolution au niveau scénario et charactères des personnages.

par Shizi
Autant en emporte le vent - Intégrale Autant en emporte le vent - Intégrale
Margaret Mitchell   
Que dire sur Gone with the wind hormis que c'est mon roman préféré... Je l'ai découvert lorsque j'avais 13 ans et maintenant, plus de 22 ans après, le plaisir est toujours aussi intact. Je vibre pour Scarlett, héroïne aussi détestable que fascinante, mue par son amour pour Ashley Wilkes, le voisin d’à côté et seul homme à lui résister.... Et Scarlett de commettre erreur sur erreur, (comme d'épouser Charles, le frère de la femme d'Ashley) uniquement dans le but ultime de voir Ashley lui céder. Mais il y a Mélanie, la douce Mélanie, tellement aveugle aux machinations de sa chère Scarlett qu'elle est devient agaçante... Même si il faut l'admettre, Melly est l'amie qu'on rêve toutes d'avoir ! Et bien entendu, il y aussi Rhett, aventurier, pirate, gentleman, et désespérément amoureux de notre Scarlett. Ces deux là s'aiment, se haissent, se séparent, se retrouvent... A chaque pas de Scarlett, Rhett est présent, pour lui signaler ses erreurs, combler son besoin compulsif de possession, et pour souffrir alors qu'elle se languit de son stupide Ashley. Vous l'avez compris, Autant en emporte le vent est une fantastique histoire d'amour, celui de Rhett pour Scarlett mais aussi celui de la dévotion de Melly pour la Belle du Comté, plus vivante et vibrante que la pauvre petite chose ne le sera jamais... C'est aussi l'histoire d'Ashley, partagé entre son amour sincère pour Mélanie qu'il sait être faite pour lui et la passion dévorante que Scarlett lui inspire... Tout gentleman qu'il soit, Ashley ne joue pas toujours franc jeu avec les deux femmes de sa vie. Quand à Rhett, il est parfait de cynisme et de noirceur, il entraine Scarlett dans son sillage ... Autant en emporte le vent c'est avant tout l'histoire de Scarlett, propulsée dans une guerre qui détruit tout ce qu'elle aime et la vie idéale qu'elle a toujours vécue. Face à l'incompétence de tous ceux qui l'entourent ( exception faite de Melly, admettons le) Scarlett s'efforce de maintenir à flot sa petite famille, sa plantation ( Tara !) et Ashley... (quel boulet celui-ci) Pour cela, elle va bien sûr abandonner peu à peu tous ses scrupules et les enseignements de sa mère, la douce Ellen, à qui elle rêve de ressembler tout en devant s'avouer qu'elle ne parviendra jamais à être une grande dame. Scarlett est une fripouille, une canaille, qui n'hésite pas à voler le fiancé de sa sœur (en même temps, elle a raison, l'argent de Frank était mieux employé avec elle, je suis sûre que Suellen n'aurait jamais donné un centime pour Tara !), complote pour voler le mari de sa seule amie ( chose qu'elle ne réalisera que trop tard) , use et abuse de ses charmes pour parvenir à ses fins. Rhett est son partenaire idéal et leur couple est mythique... On peste de la voir s'entêter sur ce stupide Ashley et on la suit avec autant de passion que d'agacement. Scarlett est une héroïne qu'on ne peut ni oublier ni totalement détester !

Ce que j'aime : Scarlett, Rhett, leur histoire, la relation entre Scarlett et Melly, les hésitations d'Ashley

Ce que j'aime moins : le destin de Melly et de Bonnie, même si avouons le, sans cela le roman ne serait pas aussi fort.

En bref : Un inclassable, une formidable histoire et un roman à lire et relire sans la moindre modération.

Ma note : 10/10.... j'ai beau faire, je ne lui trouve aucun défaut.

par JessSwann
Le Comte de Monte-Cristo Le Comte de Monte-Cristo
Alexandre Dumas   
c'est un superbe classique que j'ais pris un immense plaisir à lire. C'est un roman pleins de passions, d'injustices, de questions ... bref la recette qui ne vous fais pas décrocher.


par myra44
Belle du Seigneur Belle du Seigneur
Albert Cohen   
Je me demande bien ce que les effluves hallucinogènes de ce roman-fleuve peuvent bien avoir de si précieux, pour que la majorité des femmes le vénèrent, quand il n'est pas qualifié de chef d'œuvre. Ont-elle remarqué que l'auteur ne les aimait pas ?
Je sais bien que les centres du plaisir et de la douleur sont difficilement dissociables quand le message est martelé avec insistance, et que le masochisme peut provoquer des jouissances extrêmes. Mais de là à se pâmer devant autant de misogynie sans contrepartie me coupe les bras.
Décidément, nous devons bien souvent faire fausse route quand nous pensons, pauvres diables, intéresser nos compagnes. Arrêtons-là, car vous penseriez que je suis jaloux… et vous auriez raison.

Rien à dire sur l'écriture, brillante, comme l'est l'exercice de style, sinon que l'auteur s'amuse à nous changer sa façon d'écrire au gré de ses caprices.
Par exemple, je n'ai encore jamais rencontré quelqu'un ayant noté qu'un chapitre (et un seul) est intégralement écrit en une seule phrase, sans la moindre ponctuation ? Une façon de dire : "Avez-vous remarqué comme je suis habile ?" Eh oui ! il l'est le bougre.

par SANTOUL
Othello Othello
William Shakespeare   
Une pièce que j'ai adoré lire ! La meilleure, selon moi... J'ai beaucoup aimé la façon dont Shakespeare traite le sujet de la jalousie, qu'il pousse au paroxysme. Les personnages sont tous dotés d'une psychologie extrême : Iago est un manipulateur machiavélique, Othello est crédule et excessivement jaloux alors que Desdémone incarne la pureté de l'amour. Une tragédie comme on les aime, dans laquelle les personnages sont tous dupés par un autre. L'aspect tragique de la pièce est renforcé par le fait que Desdémone est profondément amoureuse de son mari et que jamais, jamais, elle n'a pensé à le tromper comme celui-ci le pense. Tout est savamment orchestré par Iago, et les autres n'y voient que du feu.
Une très belle pièce, que l'on ne peut qu'apprécier!

par isane3
Le Blé en herbe Le Blé en herbe
Colette   
Colette décrit avec beaucoup de pudeur, de justesse et de poésie cet été où deux adolescents perdent un peu de l'innocence de l'enfance. Le thème est classique mais il est bien développé avec de belles descriptions des sentiments.
Vingt-quatre heures de la vie d'une femme Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
Stefan Zweig   
La touchante confession d'une vieille dame écrite par un homme (très sensible) est d'une intensité rare. Cet ouvrage prouve à nouveau que la passion fait perdre la raison et ne suit que notre cœur.

Les meilleurs moments de lecture viennent des descriptions des mains de l'homme, des sentiments passionnés de la femme. Le style de cet ouvrage est magnifiquement délicat. Oui, je sais... lorsque j'aime un livre, j'en rajoute un peu trop ! Il se lit comme on avalerait un verre d'eau en plein désert.
Peter Pan Peter Pan
James Matthew Barrie   
On connait PETER PAN qu'après avoir lu l'ouvrage. Celui-ci regorge d'humour, de cruauté, d'insouciance. Cependant, à travers le temps, la peur, l'inconscience, l'âge adulte et l'égoïsme, l'ouvrage remet en question les adultes par le regard des enfants. Il en ressort énormément de symbole dont les plus important :
- peur de la mort omniprésente dans cet ouvrage (et dans l'esprit de l'enfant) symbolisé par le crocodile, la vie éphémère des fées ou les oublis de Peter.
- éveil de la sexualité et de la maternité (sentiments de Wendy, conflit avec la petite fée)

Le temps passe irrémédiablement et personne ne peut rien changer à cela. Peter Pan est le fantasme de l'enfance. Très bel ouvrage !

Antigone Antigone
Sophocle   
Une tragédie magistrale, une oeuvre puissante et belle. Sophocle trace ici le portrait de cette famille déchiré par les trahisons, la tyrannie, la mort... Il n'y a pas de tragédie plus frappante que celle-ci. Évoquant les thèmes du pouvoir, du devoir, du divin, Antigone restera à jamais mythique, elle aura eu de multiples réécritures, célèbres aussi mais ne pouvant avoir la force de l'originale... Anouilh misait sur le personnage d'Antigone et avait exploité ses sentiments, tandis que celle-ci vise plus l'exploitation de la similitude entre Antigone et Créon, tout deux aussi obstinés... Antigone et son fatalisme resteront toujours célèbres, elle sait qu'elle doit mourir et elle se trouve une raison qui lui semble plausible... En souhaitant à tout prix donner une sépulture à son frère, Polynice, bravant l'interdiction et les conseils d'Ismène, sa sœur, Antigone va elle même se condamner à mort... En effet, la fierté de Créon l’obligera à enfermer sa jeune nièce, brisant des unions... Au cœur de la tragédie, les dieux lointains témoins, servent de justifications pour ces hommes. Même le devin ne parviendra à arrêter cette tragédie familiale. On voit bien la force des sentiments des personnages... [spoiler]Pris de regret, Créon va tenter de réparer sa mégarde mais il était trop tard, Antigone se sera donnée la mort entraînant son fiancé Hémon et la mère de celui-ci... [/spoiler] Créon, ce tyran si cruel, aura payé très cher cet entêtement, tout cela à cause de son refus de donner une sépulture à Polynice...

Une pièce belle et profonde qui met en scène cette famille royale qui cependant possède encore une once d'humanité. Une pièce belle et bouleversante, qui nous plonge au cœur de ce malheur, de cette famille maudite par les dieux qui semblent s'amuser des Hommes... Une belle pièce très bien écrite et poignante, une pièce qui fait réfléchir et qui nous montre un exemple de la fatalité... Antigone morte pour rien, morte parce qu'elle a juste souhaité rendre hommage à son grand frère... Une belle histoire simple à lire et comprendre, agréable et rapide à lire... Intéressante et enrichissante.

par elana55
Lettre à un jeune poète Lettre à un jeune poète
Virginia Woolf   
J’ai la tête pleine d’idées folles, immatures. Prêtez-moi votre nom et je déverserai tout ce que j’ai à dire sur les jeunes et les vieux, sur le roman - qu’il aille au diable ! - et sur la poésie - qui est morte.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode