Livres
564 334
Membres
616 542

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires de livres faits par Ellea

Extraits de livres par Ellea

Commentaires de livres appréciés par Ellea

Extraits de livres appréciés par Ellea

date : 26-07
C’est la première fois de ma vie que j’ai l’impression de ne pas être la seule à devoir porter mon fardeau. Je n’avais encore jamais rencontré quelqu’un qui apporte plus de soulagement à ma vie que de stress. Jusqu’à Luke.

L’amour ne devrait pas peser comme une charge nouvelle. Il devrait rendre la vie légère comme l’air.

Asa a fait de chaque aspect de ma vie un poids supplémentaire.

Luke me donne l’impression de planer.

Je suppose que c’est la différence entre le véritable amour et l’amour égocentrique. D’un côté, on se sent tenu en laisse… de l’autre, on se sent voler.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
Brady est assis près de moi au réfectoire et il apporte tous les jours son repas. Une fois, elle lui avait mis un morceau de gâteau à la noix de coco. Comme il n’aimait pas ça, il me l’a donné. C’était trop bon. Une fois rentré à la maison, j’en ai parlé à maman, mais elle ne m’en a jamais acheté.

Parfois, la mère de Brady lui écrit des messages qu’elle met dans la gamelle. Il nous les lit à haute voix et il rigole parce qu’il trouve ça débile. Moi je ne ris jamais. Je ne trouve pas ces messages débiles.

Une fois, j’en ai vu un qu’il avait jeté dans la corbeille, et je l’ai récupéré. Il y avait écrit dessus : « Brady chéri. Je t’aime ! Passe une belle journée à l’école ! »

J’ai déchiré le haut du papier, là où il y avait le nom de Brady, et j’ai gardé le reste. Je me racontais que c’était maman qui me l’avait écrit et, quelques fois, je le lisais. Mais c’était il y a longtemps et je l’ai perdu récemment. Voilà pourquoi je voulais aller à l’école aujourd’hui, parce que si Brady en avait un autre, je voulais le lui voler en me disant de nouveau que c’était pour moi.

Je me demande ce que ça ferait d’avoir quelqu’un qui vous écrive des choses pareilles.

'Je t’aime !'

Personne ne m’a jamais dit ça.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
- En effet, Sloan est très, très belle, reprend Carter sans me regarder. Mais la beauté physique n’a rien à voir avec l’amour. Il ne naît pas de l’attirance qu’on ressent l’un pour l’autre. L’amour ne naît pas des rires qu’on partage. L’amour ne naît même pas de ce qu’on peut avoir en commun. De toute façon l’amour ne se définit pas plus qu’il ne se trouve, d’une manière ou d’une autre, dans le bonheur qu’il apporte.

Il vide sa troisième coupe de champagne et, presque machinalement, Dalton la lui remplit une quatrième fois. J’en avale moi aussi une gorgée, tant j’ai la bouche sèche. – L’amour, continue Carter d’une voix un peu plus forte, l’amour ne se trouve pas. Il vous trouve. Maintenant, c’est sur moi qu’il pose le regard.

- L’amour vous trouve dans le pardon à la fin d’une dispute. L’amour vous trouve dans l’empathie que vous ressentez pour quelqu’un d’autre. L’amour vous trouve dans les bras que quelqu’un vous offre après une tragédie. L’amour vous trouve dans la fête après avoir vaincu une maladie. L’amour vous trouve dans le désespoir après avoir été vaincu par une maladie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
- Donc, à ton avis, les femmes n’ont pas d’excuses biologiques pour coucher avec plus d’un partenaire ? Tandis que les hommes, si ?

- Exactement. Quand un homme va voir ailleurs, c’est purement physique. Nous sommes attirés par les hanches d’une femme, par ses jambes, par son cul, par ses seins. Ça ne touche qu’à l’acte sexuel. Quelques allers et retours et au revoir. Quand une femme va voir ailleurs, c’est purement mental. Elles sont guidées par leurs émotions, par leurs sentiments. Si une femme baise un homme, ce n’est pas parce qu’elle bande. C’est parce qu’elle veut qu’il l’aime. Voilà pourquoi je trompe Sloan et pourquoi Sloan n’a pas le droit de me tromper. Une femme et un homme, ce n’est pas pareil, ainsi le veut dame Nature.

'Dire que ça existe, des gens comme ça ! Que Dieu nous vienne en aide !'

- Et Sloan est d’accord ?

Asa se remet à rire.

- C’est ça le truc, Carter. Les femmes ne comprennent pas qu’elles ne sont pas faites comme nous. Voilà pourquoi les hommes possèdent également le don de si bien mentir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
Normalement, quand on se fait attaquer, on appelle la police mais, dans cette maison, tout se règle en interne. Question de négociation. Alors, au lieu de téléphoner aux urgences, je monte rejoindre un type dix fois plus dangereux que celui qui a failli me violer.

Mais cette maison ne suit pas les mêmes règles que le monde extérieur. C’est une prison avec ses propres lois.

Et Asa en est le gardien. Depuis toujours.

Je ne suis pourtant pas certaine qu’il a réalisé que, depuis l’arrivée de Carter, il pourrait facilement se faire renverser.

J’espère qu’il ne s’en rendra jamais compte. Parce que ce ne serait bon pour personne.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
- Non, ne raccroche pas ! dis-je en hâte. Il sait. Il sait que tu as déjeuné aujourd’hui dans Ricker Road.

-Tu lui as dit ? demande-t-elle d’une voix blessée.

-Non, non, jamais de la vie ! C’est Jon qui a parlé de trouver la personne avec qui tu avais déjeuné. Il ne sait pas que c’était moi.

Je jette un coup d’œil autour de moi pour m’assurer que je ne suis pas repéré. Dalton me surveille du coin de la fenêtre.

- Mais… comment il a su ?

- Peut-être qu’il surveille ton téléphone. Où es-tu ?

- Je viens de quitter la salle de sport. Je suis à cinq minutes de la maison. Carter, qu’est-ce que je dois faire ? Il va me tuer.

À entendre l’effroi dans sa voix, je regrette encore davantage tout ce que j’ai pu faire aujourd’hui. Jamais je n’aurais dû la mettre dans une telle situation.

- Écoute-moi, Sloan. La boîte à pizza est encore à l’arrière de ma voiture. Je vais rejoindre Asa pour le distraire. Dès que tu arrives ici, prends la pizza et apporte-la dans le jardin. Fais comme si tu n’avais rien à cacher. Dis-lui que tu avais faim et que tu es allée t’acheter ça au restaurant, offre-lui-en une part. Si tu es la première à en parler, ça devrait s’arranger.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
Elle rit encore et me reprend le stylo à l’instant où le professeur achève son cours. Tout le monde range ses livres et se précipite vers la sortie.

Tout le monde, sauf nous. On contemple la page en souriant mais sans bouger.

Lentement, elle referme le cahier puis le glisse dans son sac à dos.

- Reste encore un peu assis, dit-elle en se levant.

- Pourquoi ?

- Parce que. Reste assis le temps que je m’en aille, comme ça tu verras si j’ai un beau petit cul ou pas.

Dans un clin d’œil, elle se tourne vers l’escalier.

'Oh mon Dieu !' Je me mords le poing mais fais exactement ce qu’elle dit, l’œil rivé sur son cul. Coup de chance, il est parfait. Toutes les parties de son corps sont parfaites. Je demeure totalement immobile tandis qu’elle descend les marches.

D’où vient donc cette fille ? Où était-elle jusque-là ? J’ai peur que ce qui vient de se passer entre nous ne s’arrête là, à jamais. Une vraie relation ne peut se fonder sur des mensonges. Surtout les miens.

Elle jette un coup d’œil par-dessus son épaule avant de passer la porte et je relève les yeux vers les siens. Je soulève un pouce. Elle sort en riant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
En même temps, je savoure le nom qu’elle m’a indiqué :

- Sloan.

- En principe, observe-t-elle, quand on fait les présentations, tu dois répondre par ton prénom à toi.

Là-dessus, elle retire sa main, alors je contemple de nouveau son visage. Elle m’interroge du regard.

- Carter, dis-je en énonçant celui du personnage que je suis censé incarner.

J’ai eu assez de mal à désigner Ryan sous le nom de Dalton depuis six semaines, mais j’ai fini par m’y habituer. Quant à l’idée de m’appeler Carter, c’est une autre histoire. Plus d’une fois j’ai dérapé et failli révéler mon vrai prénom.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-07
- Ça me plaît de penser que je suis le seul à pénétrer là-dedans.

Il avale les dernières gorgées, debout, nu, à côté du lit. Difficile d’accepter ses compliments quand il surnomme mon corps « là-dedans ».

Il est séduisant mais est loin d’être parfait. En fait, il n’a que des défauts, il est juste beau mec. Et aussi frimeur, susceptible, parfois difficile à gérer. Sauf qu’il m’aime. Il m’adore. Et je mentirais si je disais que je ne l’aime pas. Il y a tant de choses en lui que je voudrais changer si je le pouvais mais, pour le moment, je n’ai que lui, alors je m’en accommode. Il m’a accueillie quand je n’avais nulle part où aller, personne auprès de qui me tourner. Pour cette seule raison, je le supporte. Je n’ai pas le choix.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
- Je ne suis pas proche d’Éloïse, mais on s’est parlé quelques fois. J’ai bien vu comment elle traitait ses fils. Et puis ma collègue Lori la connaît bien.

Bon Dieu. J’espérais qu’elle me réponde que c’était une simple rumeur. Ma mère n’était pas du genre à colporter des ragots, surtout avec moi. S’il y avait bien une personne au monde à qui je pouvais faire confiance, c’était elle.

- Donc, elle n’a pas voulu qu’il vive avec elle ?

Ma mère a secoué la tête.

- Non, c’était plus grave que ça. Quand Josh avait deux ou trois ans, Blake et lui jouaient dans le jardin et Josh est tombé dans la pataugeoire. Éloïse l’en a sorti à temps, mais elle a accusé Blake d’être responsable. Il voulait vivre avec Éloïse, mais elle ne lui faisait pas confiance, elle ne voulait plus qu’il soit seul avec Josh.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
Mon portable a bourdonné pour m’avertir que j’avais reçu un texto d’un numéro inconnu.

« Garde tes amis près de toi et tes ennemis encore plus près. »

- Quoi ?

Qui m’avait envoyé ça ? Je serrais l’appareil dans ma main tremblante.

Je ne savais pas si je devais essayer d’appeler ou de répondre. Je relisais le message en essayant de comprendre ce qu’il insinuait… et surtout qui avait bien pu l’écrire.

'Qui est-ce ?' J’ai finalement tapé une réponse et l’ai envoyée avant de changer d’avis.

J’ai fixé l’écran longtemps. Les secondes se sont transformées en minutes. Rien.

'Qu’est-ce qui se passe ? Quelqu’un essaie de me faire peur ?' Tout à coup, j’ai lâché mon portable. C’était le tueur. Comment avait-il eu mon numéro ? Est-ce que c’était quelqu’un que je connaissais ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
- Tu as déjà envisagé que je puisse être coupable ? ai-je demandé en retenant mon souffle.

S’il répondait oui, je serais effondrée.

Kyle a éclaté de rire.

- Tu déconnes ? Mackenzie, tu me demandes de prendre les araignées pour les déposer dehors parce que tu ne veux pas qu’on les tue. Non, je n’ai pas cru un instant que ça pouvait être toi.

J’ai poussé un soupir de soulagement. Kyle a haussé les sourcils.

- Tu crois que ça pourrait être moi ?

- Non. Je ne pense pas que ce soit l’un d’entre nous.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
- Ça ira. Je peux compter sur toi, sur Megan et Aaron.

'Et Blake. En quelque sorte. Je crois.' La liste des gens sur lesquels je pouvais m’appuyer était de plus en plus courte.

- Nous serons toujours là pour toi, a conclu Kyle.

Il m’a ouvert les bras et je me suis pratiquement effondrée contre lui. Je lui ai serré la taille. Nous n’étions plus que quatre, nous devions rester proches.

- Je suis désolé, Mackenzie.

Son corps était secoué de sanglots, comme s’il pleurait en silence. Kyle se montrait toujours fort pour moi. Après la mort de Tilly et de Gigi, il m’avait déniché le meilleur psy pour le deuil, avait veillé avec moi pour m’aider à réviser un examen. Il avait aussi le droit de relâcher la pression de temps en temps.

- Chhhh, tu n’y es pour rien. Ça va aller, ai-je murmuré, en priant pour avoir raison.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
- Elle ne me regarde même pas, a-t-il décrété, comme si notre conversation dans l’entrée n’avait jamais eu lieu.

Je ne savais pas quoi répondre.

- Hier soir, quand je lui ai demandé si elle voulait que je lise son texte à sa place, elle m’a regardé comme si…

Il a soupiré.

- Je ne sais pas comment l’expliquer. J’ai vu dans ses yeux qu’elle n’enterrait pas le bon fils.

- Ne dis pas ça.

- C’est la vérité. Je ne lui en veux pas. Je ne l’ai pas choisie. Je voulais vivre avec mon père et Josh voulait rester avec elle.

- Ça ne veut pas dire qu’elle t’aime moins.

Il s’est tourné vers moi.

- Le verre est toujours à moitié plein dans ton monde, hein ?

'Sérieux ?'

- Il te paraît à moitié plein ?

- Tu t’efforces toujours de rester optimiste. C’est pour ça que tu n’acceptes pas qu’un de tes amis ait tué mon frère, a-t-il argumenté en indiquant d’un mouvement du menton le coin où les autres étaient rassemblés. Josh et Courtney sont morts, mais si tu peux prouver que tes copains sont innocents… alors, le verre est à moitié rempli.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
- Je veux rentrer à la maison, a murmuré Megan les poings serrés. Je n’en peux plus de rester ici.

C’était pareil pour moi, mais nous n’avions pas le droit de quitter les lieux.

- Comment est-ce qu’on n’a rien entendu ? ai-je répété.

Même saouls, nous aurions dû remarquer que quelqu’un entrait par effraction et poignardait deux de nos amis.

- Est-ce que quelqu’un se souvient d’avoir entendu quelque chose ?

Personne n’a répondu. Chacun était plongé dans ses pensées. J’ai fouillé ma mémoire, mais je n’avais pratiquement aucun souvenir après la dispute entre Josh et Aaron, quand Aaron avait hurlé à Josh qu’il le tuerait s’il prononçait encore le nom de Tilly. Je ne comptais pas raconter cette anecdote à la police. Je savais qu’Aaron ne le pensait pas, mais la police risquait de voir les choses autrement.

Blake, qui était assis dans le canapé, s’est levé d’un bond. Tout le monde l’a regardé et le policier baraqué chargé de nous surveiller s’est tourné vers lui, pour lui rappeler sa présence.

- On ne pouvait pas être saouls au point de ne pas être réveillés par un meurtre, putain ! s’est énervé Blake. Ce n’est pas possible.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
'Tu délires.' J’ai rouvert les yeux et j’ai regardé le sol. Il m’a fallu un moment pour comprendre ce que je voyais. Du sang épais s’étendait de derrière l’îlot central jusqu’au milieu de la cuisine.

J’ai étouffé un cri. Il y avait tellement de sang. Mon cœur s’est emballé et j’ai été prise de vertige. L’odeur métallique m’a empli les poumons et m’a fichu la nausée. Je me suis mise à trembler. Qu’est-ce que… ?

- Courtney ?

Mes oreilles bourdonnaient tellement que j’entendais à peine le murmure de ma voix.

'Non, ne t’évanouis pas, Mackenzie.'

Quelqu’un est arrivé derrière moi.

- Qu’est-ce que… a marmonné Kyle en me contournant. Merde. Ne bouge pas, Kenz.

Blake nous a rejoints.

- Qu’est-ce qui se passe ?

Malgré l’ordre de Kyle, j’ai contourné l’îlot et mon estomac s’est soulevé.

- Non !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
- Bon alors c’est quoi, tes tares ? m’a-t-il demandé en m’observant du coin de l’œil. Ou est-ce que tu es aussi parfaite que tu en as l’air ?

-Je ne sais pas trop comment prendre ça.

Il a haussé les épaules.

J’étais sûre que son 'parfaite' était moqueur. J’étais vraiment loin d’être parfaite. J’avais commis des erreurs et fait une chose que je regrettais plus que tout. J’aurais donné n’importe quoi pour pouvoir revenir en arrière.

- Pas de tares. Je suis bêtement normale.

- Pas de secrets bien cachés ?

J’ai trébuché. Ma gorge s’est tellement serrée que j’avais l’impression d’étouffer. Josh lui avait raconté ? Non, c’était impossible. Il n’avait aucune raison de faire ça. Tout déballer à Blake ne lui aurait rien apporté.

- Non, pas de secrets.

- Menteuse, a-t-il marmonné.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-07
- Heu, les gars, que personne ne gerbe chez moi, a répondu Josh de son ton énervant et coincé, style 'je vaux mieux que vous'. J’ai aussitôt éprouvé le besoin de boire jusqu’à vomir.

À chaque fois qu’il mettait des limites, je mourais d’envie de les outrepasser, comme une gamine. Je savais que ce n’était pas une bonne idée. Je n’étais pas assez bête pour me prendre une cuite, mais ça ne m’empêchait pas d’en avoir envie.

- Relax, on veut tous passer un bon week-end, a répliqué Kyle.

Josh l’a fusillé du regard, le visage crispé. Il détestait qu’on le contredise.

- Je suis détendu, a-t-il grondé entre ses dents.

Aaron a levé le petit verre qu’il venait de remplir et l’a tendu en direction de Josh d’un air moqueur avant de le vider d’un trait. J’ai souri et j’ai fait pareil. Je l’ai tout de suite regretté parce que Josh a haussé les sourcils et j’ai deviné ce qu’il pensait.

Il n’hésiterait pas à ouvrir sa grande gueule. Heureusement, Aaron a pris la parole avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, en brandissant une bouteille cette fois.

- Je porte un toast. À un week-end qui tue.

Nous avons tous levé ce que nous avions en main.

- À un week-end qui tue !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-07
- Combien de temps est-elle restée ici avant son départ pour l’Allemagne ?

- Quelques jours. Elle voulait récupérer ses affaires et repartir. Elle m’a dit de ne pas m’inquiéter pour elle.

- Elle n’a pas dit si elle allait procéder à l’insémination ?

- Non. Ma fille préfère me torturer. Elle a changé son numéro de téléphone afin que je ne la retrouve pas. Elle préfère me laisser souffrir, à me demander si je vais tout perdre ou non. Il ne nous reste pas beaucoup de temps. Si elle n’a pas donné naissance à un enfant mâle, nous n’aurons bientôt plus rien. Ce sera la fin de mon monde.

Incroyable, cette bonne femme ! Je dois prendre sur moi pour ne pas lui balancer à la figure ce que je pense. Mais, là, il faut que je l’empêche surtout de m’envoyer promener.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-07
- Ce n’est pas juste à cause de toi. J’ai été égoïste. Tu veux savoir pourquoi tout ça va mal tourner ? Parce qu’il y a deux hommes que j’ai fait marcher et qui s’attendent à me rencontrer, dans cinq jours, deux hommes qui comptent sur moi pour créer une famille. Parce que je devrais prendre des vitamines prénatales, ne pas boire d’alcool. Parce que je n’ai pas encore décidé si j’allais le faire ou non. Parce que j’ai entendu Jolene raconter dans l’avion à l’autre hôtesse – que tu as également baisée – quel con tu étais. Parce que l’avocate qui m’a sortie de cette merde se trouve faire également partie de tes nombreuses conquêtes d’un jour. Parce que je me dis qu’il faut être folle pour imaginer que je suis un tant soit peu différente d’elles. Parce que je devrais sans doute voir dans cette arrestation la preuve qu’en couchant avec toi je commettrais justement une erreur colossale. Parce que je ne sais toujours pas si je peux te faire confiance. Et j’en ai encore des dizaines comme ça.

C’est dur à entendre et, franchement, je ne sais pas quoi répondre. Je peux comprendre ses doutes à mon sujet. Ce ne sera pas facile de lui prouver que j’ai de forts sentiments pour elle.

Après un long silence, je finis par lâcher :

- Je comprends ta situation et tu as raison de te poser ces questions à mon sujet.

- Il y a tant d’enjeux et je vais tout sacrifier pour un homme prêt à me griller ? À quel point suis-je différente des autres, Carter ? Dis-moi. Ces autres femmes… en quoi suis-je différente d’elles ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-07
Elle me manque déjà, au bout d’à peine cinq minutes. Tout à l’heure, j’ai enregistré son numéro de téléphone, alors je lance l’appel sans plus y réfléchir. Pas de réponse.

Le cœur battant, je lui envoie un texto :

'Explique-moi pourquoi on s’est dit au revoir ?'

Puis un autre :

'Parce que, malgré tous mes efforts, je n’y trouve aucune bonne raison."

Et puis un autre :

'Que dirais-tu si je t’avouais que je n’étais pas encore prêt à te laisser filer ?'

Au bout de quelques minutes, je n’ai toujours reçu aucune réponse. En sueur dans mon uniforme en polyester, je prends alors une décision radicale.

Je me rends au comptoir et lui achète une place sur mon vol. Comme je n’ai même pas son adresse email, je fais envoyer l’e-billet sur celle de Maria Rosa. Ce n’est pas gagné : au cas où Kendall le trouverait avant le décollage, encore faudrait-il qu’elle ait le temps de revenir. Mais je ne me serais jamais pardonné d’avoir négligé cette dernière chance.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-07
Mon cœur se soulève quand je pense qu’elle va poursuivre ce séjour sans moi. Je n’ai aucune envie de l’abandonner sur place.

- Merci de vous préoccuper de moi, commandant.

- Normal.

On est à mi-chemin de la maison de Maria lorsque je reprends :

- Kendall…

- Oui ?

- Je voudrais te prendre la main.

Elle réagit au quart de tour :

- 'I Want To Hold Your Hand'. La chanson des Beatles. Une seconde, j’ai cru que tu le voulais vraiment.

- En fait, j’y tiens beaucoup ! Énormément. Je peux ?

Elle me tend la main.

- Oui.

Ses doigts semblent tout petits entre les miens.

Je ne lui ai pas tout dit, bien sûr. J’aurais plutôt envie de beaucoup plus que sa main… si je pouvais l’envelopper tout entière de mon corps…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-07
- Tu ne penses pas avoir pris ce vol parce que, peut-être, tu espérais m’y trouver ? J’ai de toute évidence essayé de te laisser des indices.

Je la vois encore rougir dans la semi-obscurité.

- Que veux-tu que je te dise ? Que tu m’attires et que j’ai traversé le monde parce que tu m’as prêté ton blouson ?

'Oui.'

- Si c’est la vérité, oui. Quel mal y a-t-il à être franche ? Les gens passent la moitié de leur vie à raconter des conneries. Pourquoi on ne serait pas francs l’un envers l’autre ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-07
- On ne dit pas ce genre de chose à une femme qu’on vient de rencontrer.

- On ne vient pas de se rencontrer, c’est notre troisième rendezvous.

- Pardon ?

- Au premier, je vous ai invitée à dîner dans un élégant restaurant, au deuxième, je vous ai baladée en avion. Ce n’était déjà pas mal. Certaines femmes tueraient pour de telles extravagances. Il semble que pour le troisième rendez-vous, nous nous dirigions vers un hôtel.

Je ne sais trop s’il faut attribuer ça au changement de climat ou à ma fatigue après un sommeil qui n’avait rien de réparateur, mais cet homme est manifestement capable de raconter à peu près n’importe quoi sans parvenir à me vexer. 'Pourquoi ne suis-je pas vexée ?'
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-07
- Je l’ai vue devant moi, reprend-il.

- Pardon ?

- La chanson des Beatles, 'I Saw Her Standing There.'

- Et alors ?

- C’est une de mes théories. On pourrait décrire chaque moment de la vie par une chanson des Beatles.

- Et donc, c’est celle-là ?

- Exactement. Je suis arrivé et, apparemment, je vous ai interrompue dans votre choix de voyage. Alors, permettez que je vous offre un autre verre. Le temps de voir ensemble où vous iriez. On peut arranger ça.

Ha, ha ! Le petit malin ! Je n’en crois pas mes oreilles.

- 'We Can Work It Out'. Une autre chanson des Beatles.

- Très bien. Vous êtes trop jeune pour si bien les connaître.

- Ma mère les écoutait sans arrêt. Et vous ?

- J’aime la bonne musique, même celle qui n’est plus de mon temps.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 04-07
- Il te demande s’il peut venir te parler.

- Ne fais pas ça. Efface-les, s’il te plaît.

- Katie… Je lève les yeux vers Morgan.

- Si je les lis, je lui répondrai, puis il me répondra, puis on se retrouvera, ce qui n’est pas possible. Non.

- Pourquoi pas ? Tu n’as pas besoin de jouer les martyrs pour protéger Charlie. C’est un grand garçon, il est capable d’affronter…

Je la coupe au beau milieu de sa phrase. Pour la première fois, Morgan n’a aucune idée de ce que je ressens.

- C’est moi qui ne suis pas capable d’affronter ça, tu comprends ?

Je crie, tandis que les larmes roulent sur mon visage.

- Je ne peux pas. Il va souffrir. Et je ne veux pas lui faire du mal. Tu veux bien les effacer ?

Je sens que Morgan n’a pas envie de le faire. Mais elle déteste me voir souffrir. Elle est prête à me pardonner d’être si désagréable et de hurler sur elle, alors que rien de tout ça n’est sa faute.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode