Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Elodia : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Les Enfants de Venise Les Enfants de Venise
Luca Di Fulvio   
Mercurio, Giuditta, Benedetta, Isacco, Anna, Scarabello, le capitaine Lanzafame et bien d'autres sont les merveilleux personnages de cette fresque sociale se déroulant dans le Venise de la renaissance.

Vous y croiserez des orphelins, des arnaqueurs, un médecin, des militaires, de riches nobles, des politiciens, des prostituées, des voyous, des marchands, la naissance du premier guetto juif (ou y sont parqués les célèbres "bonnets jaunes") et la ségrégation qui va avec, la chasse aux sorcières de certains illuminés, de la jalousie, de la crasse et des poux, de la haine, de la vengeance, du sang, de la boue, la maladie, du désespoir, de l'incompréhension, de l'injustice mais aussi de la générosité, de l'amitié, de l'entraide, de la loyauté, du pardon, de la tendresse, de l'amour et des rêves. On s'arrête là ? Oui car la liste serait bien plus longue mais rien que ça devrait vous convaincre de le lire.

Les lieux sont simplement retranscrits à la perfection, Rome, Venise, la lagune, les marais, les canaux, le chantier naval de l'époque, les ponts et les ruelles, un décor parfois sordide, comme les quartiers populaires ou malfamés parfois éblouissants comme la place Saint Marc et le palais des Doges. Moi qui aime beaucoup Venise j'ai été servi plus que je ne l'espérais.

La plume de Luca Di Fulvio, à l'instar du Gang des rêves est toujours aussi captivante et cinématographique, cet homme a le don de modeler les histoires de manière à vous passionner.

Je me suis dit en réfléchissant à cette chronique que je me devais de faire un comparatif avec Le gang des rêves, seulement voilà, c'est simplement impossible car c'est tellement différent et tellement similaire à la fois (paradoxe ?) que mes idées s'embrouillent. Je ne ferais donc pas de parallèle entre ces deux œuvres, mais vous conseillerais de simplement les lire, absolument, les deux.

Pour conclure, je ne vais pas noter ce roman car il dépasse toutes notes (et oui, comme pour Le Gang), mais je vous dirais simplement que Le gang des rêves était devenu mon roman préféré et que maintenant j'ai deux romans préférés d'égal à égal sur la première marche du podium, et en plus du même auteur ! Ils seront très difficiles à détrôner, à moins que Luca Di Fulvio et les éditions Slatkine & Cie poursuivent ensemble sur le chemin de la littérature émotionnellement marquante (au fer rouge).

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/08/les-enfants-de-venise-luca-di-fulvio.html

par Maks
Sauveur & fils, Tome 2 Sauveur & fils, Tome 2
Marie-Aude Murail   
J'ai toujours toute confiance en Marie-Aude Murail ! J'ai beaucoup, beaucoup aimé cette saison 2 de Sauveur & Fils, peut-être un tout petit moins que la première, mais j'y reviendrai.

On suit toujours Sauveur et ses patients sur plusieurs semaines, ainsi que la vie de famille un peu compliqué du docteur Saint-Yves. Les personnages sont tellement, tellement attachants ! Sauveur, le psy qui reste faillible, Lazare à la fois enfantin et très adulte, Gabin qui squatte le grenier, et tous les patients : Ella/Elliot, Blandine, Charlie & Alex, etc. Je les aime tous beaucoup, beaucoup, et tous les nouveaux aussi ! Mon préféré du tome reste Samuel, un jeune homme avec une mère abusive et un père qu'il ne connait pas.

J'adore comment Marie-Aude Murail parvient à entrer dans la tête des enfants/ados. Bon, parfois, c'est caricaturé, mais la plupart du temps, ça sonne extrêmement juste.

Néanmoins, je ne sais pas trop quoi penser de la façon dont est traité le sujet Ella. Le harcèlement scolaire est retranscrit à la perfection. Vraiment. Mais le reste ? Est-ce qu'Ella est un garçon trans ? C'est quoi cette histoire de ne pas devoir "entrer dans son fantasme de changement d'identité sexuelle" ? Bon, peut-être un truc de psy, mais j'aimerai bien qu'à l'avenir on sache qu'Elliot est vraiment un garçon et pourquoi pas qu'il commence une hormonothérapie ou quoi ? Je voudrais juste qu'on ne revienne pas en arrière sur "finalement, c'était juste une phase" parce que.... je ne sais pas. Je trouverai ça un peu facile.

Tout le reste est à mon sens ce qui fait que j'adore MAM, des personnages touchants, des sujets graves abordés avec douceur et légèreté parfois, beaucoup d'humour et d'humanité ! Je lirai bien entendu la suite dès que possible.

par Rid-kaat
La Lyre et le Glaive, Tome 1 : Le diseur de mots La Lyre et le Glaive, Tome 1 : Le diseur de mots
Christian Léourier   
Je reconnais que la plume onirique de l’auteur fut un plaisir pour tout lecteur amoureux des mots. Cela étant, le récit est long et assez contemplatif. Et pour tout vous avouez, je n’ai pas été réceptive au discours que l’auteur véhicule à travers son livre. Je suis perdue par une situation géopolitique qui aurait nécessité un complément pour être plus accessible.

Aussi, dès lors que le contexte m’a échappé, j’ai eu beaucoup de mal à apprécier ma lecture.

Malgré tout, j’ai passé un agréable moment de lecture où je me suis laissée portée par le voyage des personnages. Je me suis baladée au cœur de ces paysages en compagnie de Kelt et Hoggni mais en simple observatrice. Personnages étonnamment attachants et particulièrement bien décrits pour des combattants.

L’univers est complexe. A savoir que l’imagination de l’auteur pour inventer des noms et des peuples promet une richesse au récit très appréciable mais qui aurait pu être complétée par un lexique et une carte car j’ai eu énormément de mal à suivre les péripéties des personnages dans ce contexte si particulier. Ils voyagent beaucoup et parcourent des contrées inconnues régient par différents « hartolats » et pour lesquels je n’ai pas toujours tout compris.

Au final, ce livre regorge de sensibilité avec peu d’action mais ciblée à des moments clés qui rattrapent l’attention du lecteur.
Je pense que d’autres lecteurs plus réceptifs vous donneront envie de découvrir ce livre car moi-même je n’y suis pas parvenue.

https://melimelobooks.blogspot.com/2019/04/la-lyre-et-le-glaive-1-le-diseur-de.html
De pierre et d'os De pierre et d'os
Bérengère Cournut   
Ce roman est une pure réussite !

Dès les premières pages, je me suis retrouvée immergée dans le quotidien d'Uqsuralik. Le texte est brut et cru. Avec le grondement de l'orage et du vent, ma lecture fut juste parfaite !

Je ne connaissais rien aux Inuits, mais ce livre m'a plongée dans leurs croyances, leurs coutumes et leur façon de vivre et de penser si différentes des nôtres.
J'ai découvert un paysage aussi éblouissant qu'impitoyable. Un peuple aussi uni que détaché lorsque c'est nécessaire à sa survie. Détaché n'est pas vraiment le bon mot d'ailleurs. En effet, si une famille peut recueillir une lointaine nièce qu'elle n'a jamais vue et subvenir à ses besoins, elle peut tout autant abandonner la grand-mère sur une île lorsqu'elle devient trop faible. « C'est comme ça. »
La survie ou la mort ? C'est un peu cela qui motive les personnages. On ne s'appesantit pas sur le passé, on avance. « C'est comme ça. »
Mais les esprits les veillent et les accompagnent à chaque instant. On ne nomme pas les morts jusqu'à ce qu'ils se réincarnent. On n'utilise pas la même arme pour tuer sur terre et en mer. On écoute le chant de la nature, on remercie la bête qui s'est laissée sacrifier. « C'est comme ça. » On peut être à la fois la fille et la mère de son père, le corps peut être à un endroit et l'esprit à un autre. « C'est comme ça. »

L'écriture de Bérengère Cournut est très agréable. J'avais vraiment l'impression de voir les paysages et de sentir la neige, piquante, au bout de mes doigts. À aucun moment, je n'ai eu l'impression que cette histoire m'était racontée par une européenne !
J'ai eu un peu de mal au début avec les chants qui ponctuent l'ouvrage. En effet, ils déconcentraient ma lecture et je ne pouvais les sauter car ils sont essentiels. Mais une fois habituée, j'ai pu en apprécier la beauté et la tristesse. Sans eux, cet ouvrage n'aurait vraiment pas eu le même charme.

En conclusion, c'est un roman fascinant, à la fois poétique et spirituel qui se dévore d'une traite !

par dadotiste