Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de elodiet : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Don Quichotte, Tome 2 Don Quichotte, Tome 2
Miguel De Cervantes   
J'ai fait une erreur par rapport à la lecture de ce livre, qui est de l'avoir lu à la suite du premier tome des aventures de Don Quichotte. Résultat, je n'en ai pas vraiment profité et j'ai fait trainer la lecture en longueur. Je n'avais jamais passé un mois sur la même saga, et ce n'est pas un truc que je vous conseille, sauf si vous êtes vraiment fan.
Je vous avoue que changer d'univers grâce à ma lecture suivante a été presque jouissif.
Malgré tout, j'ai apprécié ce roman, tout particulièrement la fin avec le paradoxe livre/réalité.

par Milca
Anna Karénine Anna Karénine
Léon Tolstoï   
Anna Karénine... C'est sans doute le meilleur roman que j'aie jamais lu. Il porte pourtant mal son titre, car, en mettant au premier plan l'histoire tragique d'Anna, il nous fait négliger l'histoire d'amour de Kitty et Levine, et plus généralement tous les autres couples. Pourtant, la beauté de l'oeuvre réside dans ces comparaisons, ces mises en parallèle. On peut ainsi à nouveau constater la triste condition des femmes à l'époque, l'effet délétère de la société et des "convenances", le poids des remords sur une existence, entre autres choses. Le génie de Tolstoï est de rendre les humains infiniment bons, parfois trop cependant. Mais ici, l'histoire de Kitty et de Levine est contrebalancée par celle d'Anna et de Vronski, ce qui donne un équilibre parfait au roman.
Je dois avouer: j'ai eu les larmes aux yeux trois fois en lisant Anna Karénine. Les deux premières fois, c'était de joie. Et la troisième fois, j'ai fondu en larmes, bouleversée, abattue, comme si l'événement qui avait lieu dans le roman s'était déroulé sous mes yeux.
J'ai pu cependant me remettre de mes émotions car ce livre, contrairement à ce que l'on croit souvent, et malgré un certain drame que je ne dévoilerai pas, finit bien, et c'est sans doute ce qui rend le roman encore meilleur.
Don Quichotte, Tome 1 Don Quichotte, Tome 1
Miguel De Cervantes   
Fan de romans de chevalerie, Don Quichotte décide de se faire chevalier et, accompagné de son cheval Rossinante et de son écuyer Sancho Panza, écume les routes d'Espagne en quête de gloire et d'aventures au nom de Dulciné du Toboso, dame de son coeur.
Oui mais problème: il ne connaît la chevalerie que par les livres qu'il a lu et où le mythe prend souvent le pas sur la réalité.
Ainsi, il voit des batailles épiques dans ce qui n'est en réalité que de simples scènes paysanne. De plus, quand les autres personnages essaient de le detromper, il affirme être sous l'effet d'un enchantement déguisant la vraie nature du monde.
Bref, une vraie tête de mule complètement folle. C'est en effet ainsi qu'il apparaît dans tout le roman. On ne compte plus le nombre de voyageurs qu'il a ainsi attaqué, croyants qu'ils voulaient nuire à quelque princesse ou jeune fille en détresse.

Même si le livre est écrit sous la forme d'un roman de chevalerie (on retrouve toutes les caractérsitiques du genre malgré l'incompétence de Don Quichotte) c'est en fait une dénonciation de ce genre de littérature que l'auteur nous propose. Au récit invraisemblable où les événements s'enchaînent à une vitesse folle et se ressemblent et au personnage ridicule, Cervantes ajouté également de long discours sur les défauts des romans d'aventures. Ainsi, certains personnages comme le curé ou le chanoine, expriment de manière très explicite cette dénonciation durant de longues tirades (parfois un peu lassantes...)

Bref un livre drôle mais qui s'étend tellement en longueur que ça en devient parfois bien lourd. Je pense pas qu'un pavé de 700 pages soit nécessaire, la moitié aurait suffit car les péripéties ne sont pas très originales. J'en garde quand même un bon souvenir grâce à cette remise en cause du genre que je true plus qu'intéressante et qui arrive à point nommé alors que le Moyen Âge touche à sa fin. Il me tarde de l'étudier pour bien comprendre les subtilité de la chose :)

par Julma
Le règne des Illuminati Le règne des Illuminati
Eric Giacometti    Jacques Ravenne   
j'avais déjà lu des livres de cette série, je connaissais les auteurs et le "heros" donc j'étais en terrain connu....et là quelle déception ! j'aurais mieux fait de passer mon chemin, j'ai trouvé ce livre complétement insipide ! je ne suis ennuyée tout le long c'était un véritable calvaire !

par lilyanne
Le Rouge et le Noir Le Rouge et le Noir
Stendhal   
Cet ouvrage de Stendhal a fait peur à bien des lycéens.
Pour ma part, ce livre fut comme un défi.
L'histoire est riche en rebondissements et en intrigues, mais il faut le lire rapidement pour ne pas se lasser.
Ce livre reste une de mes plus belles expériences de lecture et certainement un des ouvrages qui m'a poussé à ne pas négliger la littérature classique .


par Gambit
Mythologie : aux origines des mythes et des croyances Mythologie : aux origines des mythes et des croyances
Christopher Dell   
Cet ouvrage d'exception traite de la mythologie au travers de thèmes bien précis tels que la terre, les cadeaux des dieux, les substances symboliques, les quêtes, etc... Le livre est illustré par une iconographie très riche, très belle et très variée. Les textes, particulièrement riches en informations, abordent toutes les mythologies du monde depuis les origines et font les liens entre mythologies et croyances. Le tout en 352 pages.

par Suzette02
Outlander, Tome 7.1 : L'Écho des cœurs lointains (I) Outlander, Tome 7.1 : L'Écho des cœurs lointains (I)
Diana Gabaldon   
Cela faisait beaucoup trop longtemps...
Je ne m'étais pas rendu compte que ça me manquait à ce point.
Presque un an après la lecture du tome 6, et l'ouverture de ce livre m'a fait l'effet de rentrer à la maison.
Ca a été un vrai plaisir de retrouver (enfin) Claire et Jamie, Roger et Brianna, Ian, .... Et tous les autres.
Maintenant que les personnages se sont multipliés, et les points de vues sont, en conséquence, de plus en plus nombreux. Si globalement j'ai pris plaisir à suivre tout le monde, j'avoue avoir eu un peu plus de mal avec Grey et William, parce qu'ils étaient beaucoup moins ancré dans "l'histoire des autres" (même s'ils y ont leur importance, par la suite) et beaucoup plus centré politique et tactique... Choses très intéressante, notamment historiquement parlant, mais un peu moins trépidante que la survie de Claire et Jamie, ou les aventures de Brianna dans les centrales hydrauliques.
Comme toujours, j'ai souris, j'ai pleuré, j'ai eu peur, j'ai aimé avec eux.. Et je me suis jetée sur la suite, sans attendre un an, cette fois-ci.
Mon seul regret ? La fin s'approche bien trop vite à mon goût...
Le Vicomte de Bragelonne Le Vicomte de Bragelonne
Alexandre Dumas   
Honte à moi... n'ayant pas accès à booknode au moment où je l'ai lu, j'ai oublié par la suite de l'entrer pensant que je l'avais déjà fait.

Une fin...époustouflante, à la Dumas... On ne peut se prétendre amateur de roman de cape et d'épée et n'avoir jamais lu ce livre, encore moins l'avoir lu sans l'apprécier... oui on peut haïr Dumas pour ce qu'il inflige à nos héros dans ce livre, oui on peut gémir devant leur fin, mais on ne lui ôtera pas ce caractère trépidant, saisissant, magique qui en fait un quasi manifeste du genre...

[spoiler] Ah! la fin, la fin! Pourquoi Dumas prend-il un tel plaisir à faire mourir ses héros? Pourquoi cette passion des fins tragiques? Mystère...
J'ai versé des flots de larmes à la mort de Porthos, au moins autant à celle de Raoul, et peut-être encore plus à celle d'Athos... D'Artagnan m'a trouvé vide de larme... et puis il part rejoindre ces amis... c'est sublime, un trou immense s'est creusé dans mon cœur, mais je ne l'ai pas pleuré... je n'en avais plus la force... Aramis, Aramis...pourquoi? [/spoiler]


par Mondaye
Fais-moi taire si tu peux ! Fais-moi taire si tu peux !
Sophie Jomain   
J'adore les livres de Sophie Jomain, et le résumé de celui là me donnait super envie, mais... non.
Ce n'est même pas que j'ai été déçue, je n'ai pas carrément pas du tout aimé ce livre, j'ai été désabusée pendant toute ma lecture.

Premier problème : les personnages. Louise est une gourde naïve qui m'a fait lever les yeux au ciel en permanence. Les gaffeuses sont souvent attachantes mais celle-là,.... L'idée de fleuriste était super bonne, ça partait bien mais ça passait pas au bout du compte. Ensuite Loïc. Ce mec est littéralement un connard arrogant et irritant. On est loin du bad boy qui se la joue distant, là le mec est juste détestable et se comporte comme le dernier des *, je ne comprends pas comment l'auteur peut cautionner ce genre de comportement (je sais c'est de la fiction, pas un manifeste sur le féminisme, normalement j'aime les personnages masculins qui adoptent ce genre de comportement mais trop c'est trop).

Les ficelles ne sont pas grosses, elles sont énormes ! Dans chaque situation, le trait est forcé, si bien que ce n'est plus crédible et même plus drôle.
Pour finir, je dois reconnaitre que la plume de Sophie Jomain reste agréable, et que c'est bien écrit, mais c'est bien là le seul point positif.
Je ne recommande pas ce roman.

par juju92
Qu'est-ce qui fait pleurer les crocodiles ? Qu'est-ce qui fait pleurer les crocodiles ?
Lucie Castel   
Superbe roman. Le titre m'a attiré dès que je l'ai vu. Pourquoi ce titre? Tout est expliqué. Et cela est très touchant. J'ai trouvé le début très très drôle ... L'héroïne est hyper attachante et les personnages secondaires sont superbes. J'aurais juste aimé un peu plus de " réparties" au milieu du roman, comme au début. Les joutes verbales étaient à mourrir de rire. La romance tout mimi. Même ci elle arrive finalement assez vite. À vraie plaisir à lire. Merci. Bx

par fadabook
  • aller en page :
  • 1
  • 2