Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de EloDiie972 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Un Noël imprévu Un Noël imprévu
DELMAN   
http://saginlibrio.over-blog.com/2019/10/un-noel-imprevu-de-delman.html
Ohh voilà un coup de coeur!!
Je remercie Delman pour ce roman.

Je sais, je suis presque en avance pour me mettre en ambiance 'noëlite' aigüe, mais si l'on regarde ce qui passe à la télé, je vous informe que ça a déjà commencé et que je suis dans les temps LOL.

Quand mon amie Delman, dont j'adore les romans d'urban fantasy, m'a dit qu'elle se lançait dans une comédie romantique de Noël, je lui ai promis de me pencher sur ce nouveau thème à son arc .... et OMD ... me voilà finissant cette histoire avec des papillons dans le ventre et des guimauves plein les yeux!!! Bon, oui, pas des étoiles, ici on est à Noël alors les guimauves, le chocolat chaud, le plaid et le feu dans la cheminée, c'est juste l'atmosphère dans laquelle on souhaite se plonger! D'accord, après tout ça, il manque les deux protagonistes centraux: la fille adorable qu'on veut tous avoir pour copine et le beau mec dont elle rêve et qui sera son chevalier servant ...

PIOUF .... je les ai adoré... lui c'est Mathias, elle Mélissa ... secrets et réservés tous les deux, en présence l'un de l'autre tout vol en éclat! Elle est déconcertante, une presque miss gaffe, mais dont les yeux scintillent à l'approche de Matt. Il est beau gosse, un charme à tomber par terre (ce qui arrive à Mélissa très souvent!!), un humour à toute épreuve et surtout c'est ELLE qu'il veut.

Bien sûr cela na va pas se passer simplement mais ce livre se déguste... je ne voulais pas voir la fin arriver, je voulais rester avec eux, les garder dans mon cœur encore un petit moment. Ça y est .... me voilà immergée dans les bluettes de Noël... mais après une histoire pareille, les autres vont me paraitre plus fades... je me connais.
Ah oui, j'ai oublié de vous parler de la sœur de Mélissa ... celle-ci m'a agacée singulièrement, à la fois profiteuse et superficielle, j'en voulais à Mél de tout lui céder et pourtant, elle contrebalançait le crépitement terrible qui avait lieu entre nos deux amoureux ...

Alors si l'humour, les scènes sexy, de l'amour étincelant et les petits serrements au cœur vous tentent ... zou, on se précipite sur "Un Noël imprévu" et on assume sa régression!!!
Oh que ça fait du bien !

Enjoy!

par sagweste
Sur un malentendu, tout devient possible ! Sur un malentendu, tout devient possible !
Collectif   
Il y a des jours où la pluie tape tellement fort à la fenêtre que j’aimerais ne pas sortir de ma petite chambre. Enroulée dans la couette, je m’imagine rester là, au chaud, à écouter le ploc-ploc de l’eau, les bourrasques de vent, le pas pressé des passants… Souvent, ces jours-là, je cours après le temps, ce qui est bien
normal quand on perd ainsi de longues minutes ! Qui peut s’octroyer ce luxe-là, si ce n’est les enfants ?
J’ai une véritable aptitude à prendre mon temps, pour tout. En tournant machinalement ma cuillère dans mon bol de chocolat chaud, je ne peux m’empêcher de regarder les dessins animés du matin avec la même innocence que lorsque j’étais petite et qu’il était presque l’heure pour moi d’aller à l’école. En croquant
dans mes tartines, je me délecte du parfum du petit déjeuner, ce mélange de sucré, de doux et de bonheur.
Une sorte de madeleine de Proust au quotidien. Il faut dire que je suis un brin sentimentale.
Je m’appelle Madeleine ; mes parents ne pouvaient pas me prénommer autrement. Je vois du rose partout dans la vie : une odeur, une musique, quelque chose de joli dans l’air, et hop, me voilà partie loin de vous.
D’ailleurs, dans l’immeuble où je vis, rempli à craquer de personnes âgées, je me dois d’être un véritable morceau de bonheur au quotidien. Finalement, il faut être en dehors du temps pour m’aimer passionnément.
De 0 à 11 ans et de 65 ans à trépas. Entre, c’est le vide relationnel, le vide qui remplit les pièces, vide les cœurs et croque la tête. Qui est cette fille ? Est-ce qu’elle sourit vraiment ou est-ce qu’elle feint la joie ?
Personne ne saurait dire ce qui se passe derrière mes lunettes rondes ; personne d’ailleurs n’a jamais vraiment eu envie de se pencher sur la question. Et quelle importance, finalement ?
Sautant dans mes bottes en caoutchouc, ajustant mon chignon, j’enfile mon ciré et descends quatre à quatre l’escalier en colimaçon. Deux, quatre, six, le bois lustré qui sent si bon… huit, dix, douze, les pas feutrés des résidents qui s’éveillent, se préparent… quatorze, seize, dix-huit, une dernière marche avant le palier des merveilles.
— Veux-tu mon parapluie ? Le temps est terrible ce matin.
— Merci, Lulu, pas le temps, en retard ! À ce soir, avec une baguette pas trop cuite !
Sourire de ma Lucienne, attendrie par tant de bienveillance venant d’une si jeune personne. Hop, un étage plus bas, un tour de clé dans une serrure qui grince et laisse entrevoir la truffe humide de Pato, qui tire, tire comme un diable sur le bras de son maître à moitié endormi, qui bougonne :
— Doucement, sale brute ! Ah, Madeleine, bonne journée, faites attention à vous !
— Merci, monsieur Jean. Couvrez-vous bien, il tombe des cordes, aujourd’hui !
La porte d’entrée se referme ; dehors, la lumière des réverbères encore allumés se reflète sur les trottoirs brillants d’eau, l’asphalte détrempé amplifie le bruit des pneus. J’ai une furieuse envie de courir dans les flaques, de laisser mes cheveux s’échapper de mon chignon, d’offrir mon visage à cette pluie d’automne tant attendue, et je m’étonne de la mine renfrognée de ces gens qui râlent alors qu’hier ils craignaient cette
sécheresse dont les infos, alarmistes, leur rebattaient les oreilles depuis un mois !
Quelques pas, deux petites foulées, et j’arrive à la pharmacie. C’est là que je travaille depuis trois ans, rue de la Bergère-Battue, de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 20 heures, cinq jours sur sept. Oui, j’aurais préféré les rayons d’une bibliothèque, remplis de livres qui sentent le neuf et le vieux, ou l’étal d’un épicier, où l’on parle de la pluie et du beau temps, des fruits et des légumes de saison, ou encore les étagères d’une
mercerie où se côtoient les tissus et la laine, tandis que des boutons dorment tels de fabuleux trésors dans des boîtes en carton, attendant qu’on leur donne une chance de refermer une veste ou un pantalon.
Je n’ai pas fait d’études pour travailler comme préparatrice ; j’ai atterri là par hasard, un été de canicule oùles pa sseuses de médicaments étaient en vacances, et je n’en suis pas repartie. J’avoue que je ne suis pas mal ici, entre Irène et ses fous rires incontrôlés, Odile et sa mauvaise humeur chronique, M. Pierre et sa prestance naturelle, Coline et ses aventures sentimentales… Dans tout ça, j’ai trouvé ma place naturellement, me glissant entre les sirops pour la toux, les crèmes anti-capitons et les granules d’homéopathie, même si je sais que j’en intrigue plus d’un avec ma manière de tout prendre pardessus la jambe.
Je suis en train d’attacher les pressions de ma blouse lorsque la cloche de la porte d’entrée tinte, signalant l’entrée d’un client.
— Bonjour, madame Hardet, que puis-je pour vous ?
— Il me faudrait des vitamines, le temps est terrible et cela ne va pas s’améliorer, je le sens déjà dans les mains. Le premier rhume ne va pas tarder, vitamines ou non, d’ailleurs. L’été est encore passé trop vite, et nous voilà en train de geler sous la pluie. Il est 9 h 30 et je suis déjà frigorifiée. Encore heureux que je ne travaille pas trop loin. Sans compter que les bus vont être pris d’assaut et que les sols vont glisser… Elle n’est pas encore arrivée, Odile ?
— Odile ? Ah non, jamais le lundi, madame Hardet ! Allez, zou ! Une boîte de vitamines pour vous ! Rien de tel pour affronter l’automne ! Vous avez vu comme le ciel est beau ce matin, avec ses teintes rosées qui se fondent dans le gris ? Bientôt, les arbres auront les couleurs d’un feu d’artifice !
Perplexe face à sa joviale préparatrice, la dame prend sa boîte, hausse les épaules et quitte la pharmacie.
Odile l’aurait sûrement mieux servie…
Les journées dans l’officine se ressemblent presque toutes, les clients demandant des remèdes contre le rhume, la grippe, la gastro, les allergies, les coups de soleil, l’insolation, la fatigue ou le vrai gros manque d’énergie. Parfois, un test de grossesse quitte les rayons, emportant avec lui son lot d’espoir et de
sourires puis, quelques mois plus tard, la sonnette retentit, et entre un jeune parent aux traits tirés, se plaignant du manque de sommeil, de poussées dentaires, de coliques inapaisables… Le miracle de la vie ! Virevoltant toujours, je tente de prodiguer aux
personnes qui fréquentent ce lieu, dont l’adresse est si terrible, un peu de bonheur. Mais c’est souvent peine perdue !
Je suis en train de servir une maman au bord de la panique (attaque de poux en règle) quand Coline me chatouille les côtes par surprise, me faisant hurler comme une démente. Fous rires de nous deux, incrédulité de la mère au bord de la dépression.
— Alors, ton week-end, ma Maddie ? Ne me dis pas que tu es encore restée à t’occuper de tes vieux !
— Eh bien si, mais pas que ! J’ai aussi testé un nouveau masque à l’argile du tonnerre et je me suis tricoté des chaussettes bien chaudes ! Qui dit mieux ?
— Moi, j’ai revu un copain de lycée ; c’est fou ce que les mecs s’arrangent avec le temps…
Regard choqué de la cliente qui, décidément, voudrait que je l’encaisse au plus vite pour échapper à cette discussion et aller cramer le crâne de son enfant en priant pour que les nouveaux compagnons de son rejeton ne s’éparpillent pas sur les coussins du canapé.
— Tu aurais quand même pu attendre qu’elle range son porte-monnaie pour me raconter les détails, Coline.
— Bah, les détails, tout de suite les grands mots ! Crois-moi, si je t’avais tout dit, elle en aurait oublié son sac. Et puis d’ailleurs, ça n’avait rien d’un « détail », ce qu’il avait, mon amoureux de ce week-end.
— Roooo.
Rires, joues rouges, tapes dans le dos… Un passantp ourrait se demander s’il est devant un bar ou une pharmacie. Elle est chouette, Coline. Elle a une vie qui sent bon la série télé, le parfum de chez Sephora, les talons hauts tout neufs et la légèreté. Est-ce que l’on est copines ? Je ne sais pas. Il faut dire que des copines,
je n’en ai jamais vraiment eu, jamais vraiment voulu non plus, mais j’aime bien la relation que nous avons.
Avec Coline, ça pétille même quand elle est d’une humeur de chien. Elle m’entraîne dans ses récits à rebondissements et ses aventures rocambolesques, et donne à mes journées de travail une teinte entre le fuchsia et le rouge cerise. Vraiment, certaines personnes ont un don inné pour vous faire vivre par procuration.
Les journées à la pharmacie sont toutes comme ça, elles passent doucement mais j’aime ça. Et puis, je me sais utile derrière ma caisse enregistreuse, ou à courir pour trouver la potion miracle. Je suis un peu la magicienne des gens patraques, le druide des temps modernes...

par magaliB
Tu fais quoi pour Noël ? Je t'évite ! Tu fais quoi pour Noël ? Je t'évite !
Juliette Bonte   
Juliette BONTE fait partie de mes auteurs français chouchous. A chaque fois que je plonge dans l’un de ses livres, je ne suis pas déçue. Alors lorsque j’ai appris que son nouveau livre était une comédie romantique de Noël, j’ai sauté de joie !

« Tu fais quoi pour Noël ? Je t’évite ! » va nous présenter le duo d’enfer que forment Charlie et Blade. Depuis leur première rencontre, ils se détestent. Leur but ? Se pourrir la vie lorsqu’ils sont en la présence de l’autre. Le problème est qu’ils sont menés à se voir souvent puisque la meilleure amie de Charlie sort avec le meilleur ami de Blade. Une vraie conspiration.
Mais les choses deviennent encore pires lorsque le projet de partir tous ensemble en vacances voit le jour, en plus pendant les fêtes de fin d’année.. Un cauchemar pour Charlie qui déteste Noël. Cauchemar qui se transformera rapidement en enfer si Blade a le malheur de l’apprendre.

Encore une fois, la plume de Juliette BONTE a fait mouche.
J’ai succombé face à son humour, à ses personnages, à son histoire. C’est une belle comédie romantique de Noël qui met du baume au coeur et le sourire aux lèvres. On ne peut pas rester de marbre face à cette histoire et que ça fait du bien de sourire et rire pendant une lecture.

Charlie et Blade se détestent, ça saute aux yeux. Chacune de leur rencontre nous prouve ô combien ils ne peuvent absolument pas voir l’autre en peinture. C’est presque viscéral, comme s’ils avaient acquis un don pour sentir la présence de l’autre et faire en sorte que sa vie devienne un enfer.
A chaque fois qu’ils sont ensemble, c’est l’occasion de constater leur ingéniosité et leur répartie. Certaines répliques sont déjà cultes et j’ai eu un nombre incalculable de fois un grand sourire pendant ma lecture… Quand je n’ai pas explosé de rire bien sûr, au grand dam des gens qui m’entouraient et qui doivent me prendre aujourd’hui pour une folle.

J’ai autant adoré cette partie du livre où ils se chamaillent sans arrêt que la suivante où ils apprennent à se connaître et qu’ils se plaisent.
La romance s’installe doucement, elle se fait attendre. On essaie d’attraper tous les instants où ils se rapprochent, mais il va falloir être patient. Cette évolution est touchante puisqu’ils apprennent à se connaître et nous apprenons aussi à les connaître eux. Ce n’est que lorsqu’ils révèlent leurs passés et leurs peines que l’on découvre les personnages dans leur intégralité, avec leurs qualités et leurs failles.
Si vous aimez les histoires où les scènes de sexe sont très présentes: passez votre chemin. Ici ce n’est que douceur, attente et patience, et que ça fait du bien !

Charlie est un personnage que j’ai apprécié. Elle est forte, elle est drôle, elle est loyale envers ses amis. C’est surtout avec ses faiblesses que je l’ai le plus aimée. Lorsqu’elle est vulnérable, lorsqu’elle révèle ses secrets, on découvre une autre femme beaucoup plus touchante.
Blade m’a davantage plu, notamment de par son caractère. OK, il est autant imbuvable que Charlie au début, mais elle le lui rend bien. J’ai vraiment succombé face à son caractère. Il est entier et reste droit dans ses chaussures. Le fait qu’il reste toujours impartial, même si ça ne l’arrange pas, a fini de me convaincre que c’était mon personnage préféré de cette histoire.

Que dire des personnages secondaires ? Il y en a quand même pas mal, notamment parce que le groupe se compose de six personnes. J’ai eu un beau coup de coeur pour Grayson et Sally qui m’ont fait mourir de rire. Ils sont atypiques, ils sont parfois bizarres, mais on ne peut que les aimer.

Malgré toute cette légèreté, il y a des thématiques plus sombres qui sont présentes. Le passé des personnages n’est pas tendre. On s’y attend, forcément, mais lorsque l’on apprend la vérité elle est difficile à accepter. Il y a plusieurs moments assez difficiles qui font ressortir en nous toute la tendresse que l’on peut ressentir pour les personnages.

La fin m’a plu. Les personnages prennent un chemin qu’ils ne pensaient jamais prendre.
Il y a un peu de tension et un peu de gêne, ce qui redonne un peu de souffle au récit pour terminer. Le final est convenu, certes, mais c’est ce que l’on attend en lisant ce genre de livre.


En conclusion, « Tu fais quoi pour Noël ? Je t’évite ! » est une comédie romantique comme je les aime. Juliette BONTE m’a une nouvelle fois fait voyager dans son histoire, dans son univers, avec une facilité déconcertante.
Les héros sont drôles et touchants et les personnages secondaires ne sont pas en reste. Le livre fait évoluer la relation entre Blade et Charlie avec douceur, en prenant son temps, rendant l’histoire encore plus douce.


C’est maîtrisé, c’est drôle, c’est frais, c’est intense, c’est émouvant, c’est tout simplement parfait.

( https://lectrice-lambda.blogspot.com/2019/10/tu-fais-quoi-pour-noel-je-tevite.html )
Les Vœux secrets des sœurs McBride Les Vœux secrets des sœurs McBride
Sarah Morgan   
Ce roman est construit de façon similaire à Petites confidences et grandes confessions à Martha's Vineyard, du même auteur : chaque chapitre relate le point de vue d'une femme différente. Ici, nous avons Suzanne, la mère, et ses trois filles, adoptées suite à un drame : Hannah, Beth et Posy.
Le début du roman plante le décor, il est donc assez lent, quoi que très intéressant. On s'aperçoit très vite que chacune de ces femmes doute, rêve d'autre chose, tout en admirant et enviant les autres ! Ainsi, Beth, la mère au foyer, envie sa sœur Hannah, working girl toujours entre deux avions, quand Hannah reste admirative devant la science maternelle de sa sœur. Chacune a surmonté à sa façon le traumatime de leur enfance. Hannah a besoin de tout contrôler, elle n'aime ni les surprises, ni les émotions. Beth aussi éprouve le besoin de tout contrôler, afin qu'aucune catastrophe ne puisse venir menacer ses enfants et vit dévorée par l'angoisse et la certitude d'être une mauvaise mère. Quant à Posy, vive, joyeuse, elle vit au jour le jour et affronte la vie comme elle le fait des parois qu'elle escalade, sans oser pourtant s'autoriser à réaliser son véritable rêve. Chacune de ces femmes m'a émue, même si parfois, les excès de Beth m'ont donné envie de la secouer un peu.
Le rythme du roman s'intensifie à la seconde moitié : comme l'on peut s'y attendre, le fait que tout le monde se retrouve réuni pour les fêtes de fin d'année va faire bouillonner les émotions, les secrets et les non-dit vont peu à peu se révéler. La psychologie des personnages est bien amenée, les rendant à la fois très attachants et pourtant, on n'édulcore pas leurs défauts.

C'est un roman de femmes avant tout, même si l'amour, sous toutes ses formes, est bel et bien présent : celui d'un couple qui a su se souder autour de trois orphelines, celui d'un couple en crise, celui de deux couples en formation, celui de parents envers leurs enfants, des enfants envers leurs parents, enfin, bien sûr, celui qui unit les trois sœurs. Rien ne se fait dans la facilité, et il faut bien des efforts pour que nos personnages démêlent l'écheveau. Et si les femmes sont au cœur de l'histoire, les hommes ne font pas de la figuration : Andrew, figure paternelle posée et bienveillante vers laquelle tous peuvent se tourner, Jason, cet homme qui découvre ce que le quotidien de parent au foyer signifie et qui fait amende honorable, Luke et Adam, ouvrent nos héroïnes aux sentiments.
J'ai particulièrement apprécié la fin, pleine de peps, d'humour, de mignonnitude aussi avec les filles de Beth. La scène du trajet en voiture avec Posy au volant est tendre et drôle, pleine d'émotions aussi, digne d'une comédie romantique.

Au final, chacune des sœurs McBride va réaliser ses rêves, à sa façon, tout comme Suzanne va voir se réaliser le sien. C'est donc une jolie romance de Noël, dénuée de miévrerie, mais pleine de jolies émotions, le tout environné des magnifiques paysages enneigés écossais, au cœur d'un petit village fort sympathique.

Je remercie NetGalley et Collection &H pour ce service presse.
Comment j'ai boycotté Noël (et survécu à l'Alaska) Comment j'ai boycotté Noël (et survécu à l'Alaska)
Julia Nole   
A situation désespérée, solution... radicale.

L’Alaska. Ensoleillement quasi nul, températures extra hostiles et réseau inexistant. Pas exactement la destination dont rêvait Courtney pour les fêtes de Noël ! Pourtant c’est la seule solution qu’elle a trouvée pour :
1. Fuir son ex (qui se trouve aussi être son patron) ;
2. Échapper à la traditionnelle réunion de famille (à laquelle elle était censée venir accompagnée) ;
3. Faire le point sur sa vie (ou ce qu’il en reste).
Bon, elle a peut-être surestimé ses capacités d’adaptation et sous-estimé l’hostilité des habitants. En l’occurrence, de Brad, homme à tout faire du village, à la carrure – et à l’amabilité – digne de celle d’un ours. Alors Courtney n’a plus qu’un seul objectif : survivre. Si possible, loin de Brad.

par carohem
Un papa pour Noël Un papa pour Noël
Laura Collins    Adeline Dias   
Je viens de refermer ce roman et waouh, j'ai passé un excellent moment.

Si je connais les livres de Laura pour les avoir tous,je ne connais que très très peu l'univers d'Adeline.(Je vais remédier à cela ;) ).J'ai lu il y a des siècles "Une héritière à Valenciennes" (Et oui, il y a un roman qui se passe dans ma ville) mais est ce la même Adeline Dias qui en est l'auteure? Et bien j'espère qu'elle lira cette chronique ainsi j'aurai ma réponse.Si oui, j'avais énormément aime, il faudrait que je le relise d'ailleurs!

"Un papa pour Noël" est formidablement écrit, les plumes des auteures se confondent,se complètent si parfaitement que le résultat est juste époustouflant.

J'essaie de lire un maximum de roman de Noël, jusqu'à présent je passe un moment formidable, sans deception. Dans ma PAL, j'ai choisit au hasard "Un papa pour Noël" et effectivement, le hasard fait bien les choses.

La couverture comme toutes les couvertures de la collection infinity est à tomber par terre, je suis folle de cette M.E et ma PAL est remplit de leurs romans.Cette couverture est aussi craquante que le petit Louis...

Rommie est une jeune maman qui a eu plusieurs vies avant d'apprendre sa grossesse, elle a enchaînée les petits boulots et les déceptions, elle partageait parfois une nuit avec des clients du bar ou elle travaillait et cela semblait alors sans conséquence...jusqu'à ce qu'elle attende un bébé.

On retrouve Rommie et Louis alors que ce dernier a trois ans, la jeune femme galère financièrement ( hélas de nos jours trop de personnes vont se reconnaître dans ce personnage), elle est obligée de compter chaque centime mais c'est une battante, une super maman qui fait son maximum pour que son petit garçon soit heureux et le petit ne manque de rien, surtout pas d'amour!

Contrainte de squatter une maison , Rommie essaie de joindre les deux bouts en acceptant un boulot de lutin de Noël dans un centre commercial. Il y a une chance sur mille pour que le patron de ce centre commercial soit son dernier amant...le père de son petit bonhomme...mais le monde est petit...et la magie de Noël bien présente!

Camille est un "connard" a priori, trop ier , trop sûr de lui, trop égoïste... Pourtant il se révèle vite attachant, il ne va résister à cette jolie maman et son petit lutin.Il va même fondre complètement et on ne peut pas l'en blâmer!Ce personnage connaît une vraie évolution,il a su me toucher finalement.

Rommie je l'ai tout de suite adoré. Elle a du caractère, protége son fils comme une lionne...c'est une fille brave, elle s du coeur, elle est mûre et très attachante.

Louis est un petit garçon tellement adorable qu'on en mangerait, comment ne pas fondre devant ce petit bonhomme? Il a une complicité incroyable avec sa maman mais saura ouvrir son coeur à un inconnu et ce n'était pas gagné...

Neige et ses ronrons ont eu aussi raison de moi... ;)




Les personnages secondaires sont tout aussi agréable ou presque...Jordan est le meilleur pote de Camille , il aime déconne et se révèle plutôt immature, le père Noël du centre commercial et son épouse...ah ces deux là, des amours! Et Stéphanie...je ne l'ai pas aimé même si au final, elle fait de la peine.

Vous l'avez compris je pense, ce roman m'a séduite à 100%, la lecture m'a apporté de la détente, un cocon d'amour, donné envie de manger des pâtes et diverses spécialités Alsaciennes.

D'ailleurs, merci aux auteures de nous avoir laissé la recette de ces petits gâteaux que j'ai hâte de goûter.

J'ai vraiment hâte de relire les deux auteures, pour Laura, ses romans sont tous dans ma PAL et pour Adeline je vais faire un peu de place dans mq bibliothèque :)

Je vous recommande ce roman qui, comme vous l'avez vu, m'a charmée il ne manquait que la neige pour plonger totalement dans l'ambiance, une belle réussite!
Un mariage sous la neige Un mariage sous la neige
Debbie Macomber   
Coincée au fin fond de l'Alaska pour tout l'hiver ? Josie Avery a l'impression de vivre son pire cauchemar. Elle devrait être en route pour le job de ses rêves à Seattle, à l'heure qu'il est, mais il faut se rendre à l'évidence : le dernier ferry reliant la petite île au continent est parti sans elle et elle est coincée sur ce petit bout de terre aux confins du monde jusqu'à la prochaine belle saison. Bien sûr, au cours des derniers mois, elle est tombée complètement sous le charme de l'exubérance de la nature qui l'entoure et des habitants hauts en couleur qui vivent ici, mais sa vie n'est pas ici. Et ce n'est certainement pas le très séduisant - et ténébreux Palmer Saxon qui la fera changer d'avis...

par carohem
La Saison du célibat La Saison du célibat
Laura Ziepe   
A delightfully feel-good festive story, coming soon from Laura Ziepe!
All they want for Christmas…

Rachel is in shock. She was sure that her boyfriend was about to propose – not break up with her! Even worse, it turns out he’s been cheating on her…

Grace can’t bear the thought of spending another Christmas with her lazy, unappreciative husband. Surely it’s time to shake things up a bit?

Amber knows she should be happy that her best friend Jack is getting married, but there’s a little part of her that can’t help think ‘it was always meant to be me’!

With Christmas fast approaching, surely there’s no better time to be single – yet will the three friends manage to keep their promise and ban all men until the New Year?
Readers LOVE Laura Ziepe:

‘I'm looking forward to Laura's next book, hope I don't have to wait too much longer!’

‘I love the author’s style of writing…it had me unable to put the book down.’

‘Can't wait too read Laura's next novel and hope she will continue to make great books’

‘a very talented author who seems set to go far…’

par Gkone
Place Vendôme en hiver Place Vendôme en hiver
Jo Ann Von Haff   
Victor a caché une partie de lui toute sa vie. En instance de divorce, il essaie de reprendre pied entre sa carrière d'architecte-restaurateur qui décolle et sa fille Sarah de cinq ans. Tout change quand il est invité au gala de Noël des Aigall, famille de mécènes, pour la première fois.
Mal à l'aise dans son smoking, mal à l'aise dans le plus bel hôtel particulier place Vendôme, quand il croise le regard bleu de Zacharie d'Aigall, le fils de son hôte, tout son être s'ébranle...

par Gkone
Un noël chat-leureux Un noël chat-leureux
Mary Ann P. Mikael   
Mais pourquoi avait-elle dit oui ?

Laura accepte d’écrire une chanson pour le calendrier de l’avent du journal pour lequel elle est travaille. Mais rien ne vient. Essayant de trouver l’inspiration, elle passe ses journées à fixer son écran d’ordinateur assise à la même table du café où elle vient tous les jours. Quand soudain, elle percute Alice. Un café renversé, un manteau taché et une rencontre qui s'annonce inoubliable.

Les fêtes de fin d’année qui s’annonçaient catastrophiques commencent à prendre un nouveau tournant. Laura découvre Alice et sa passion pour les animaux, son rire merveilleux, ses yeux magnifiques... Serait-ce le coup de foudre digne d'un téléfilm de Noël ?


par Gkone