Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Elyas : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Sorceleur, Tome 6 : La Tour de l'hirondelle Sorceleur, Tome 6 : La Tour de l'hirondelle
Andrzej Sapkowski   
Encore un livre excellent de cette magnifique saga! Sorceleur n'a pas fini d'epater, et laisse desirer le dernier tome, que je vais m'empresser d'entamer! A tout hasard, la critique qui suis concerne la version originale (polonaise donc), je me permettrai donc plusieurs eloges quant au style, dont je ne certifie pas l'exactitude dans la version francaise.

Bref. On se retrouve avec un schema tout a fait nouveau des aventures de Geralt, Ciri, Yen, Triss, Rience et de tous ces autres personnages originaux et attachants de l'univers "Jamais-jamais" de Sapkowski. En effet, les peripeties sont racontees par les personnages: n'y voyez rien de lourd! Au contraire! L'histoire gagne en piment, vous reconstruisez petit a petit le scenario. Les 100 dernieres pages, vos doigts saignent tellement vous essayez de les tourner vite!
Pour le langage, c'est toujours le meme compliment- dans la VO, on a une espece de melange de vieux polonais, d'argot et de familier: en somme, on ne lit pas un recit vulgaire, mais on note toutefois les "putain" qui peuvent tomber dans les pires moments, ou en parlant a des nains.
On se delecte aussi de toute la philosophie trainee dans les actions; les evolutions des morales, des pensees des personnages; les moments ou le bien et le mal ne sont plus si claires et faciles a distinguer; les phrases purement reflective (" Ne confond pas les etoiles avec leurs reflets sur le lac", en trad. approximative)

En somme, un bouquin excellent, une passerelle pour la "Mature dark fantasy", comme un ami aime le dire. N'y cherchez pas le reconfort d'une vie pas toujours facile: ce livre ne fera que vous convaincre de son horreur.

par Foxi1309
L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage
Christopher Paolini   
Et voilà, c'est fini. C'est avec émotion que je viens de refermer cet ultime tome des aventures d'Eragon. Beaucoup de questions trouvent des réponses, les prophéties se réalisent enfin, et pourtant certains mystères restent entiers. L'auteur nous a menés au cœur de l'Alagaësia avec brio au travers de ces quatre tomes, et si le troisième avait déçu pas mal de gens, ce dernier livre les satisfera sans aucun doute.

En réalité, je n'ai pas tant de choses que ça à dire. Cette série a été l'une des meilleures que j'ai jamais lues, peut-être même la meilleure. Et maintenant que c'est fini, je me sens toute drôle, parce qu'on quitte tous ces personnages auxquels on avait appris à s'attacher au fil des pages. Eragon, Saphira, Arya, Nasuada, Murthag, et tous les autres, que nous voyions plus comme de vraies personnes plutôt que de simples personnages de romans tant ils étaient complexes, ce sont tous ceux-là que nous devons désormais quitter. Maintenant, on ne peut qu'imaginer le futur de l'Alagaësia avec son nouveau souverain, celui des Dragoniers, celui des Elfes, des Nains, des Urgals, jusqu'à ce que, peut-être, Christopher Paolini nous emmène à nouveau dans ce monde si fantastique qu'il a créé.
Toutes les théories que nous avions échafaudées, à plusieurs ou seuls dans notre lit, se sont écroulées, et elles nous semblent désormais bien pitoyables comparées à ce qui se passe réellement.

Voilà. Je ne vois rien d'autre à dire. Peut-être ferai-je un autre commentaire quand je serai moins pleine d'émotions, ou peut-être pas. Comme l'auteur le dit lui-même, il n'y a rien d'autre à ajouter à cette série. "Le reste est silence".
Le tatouage de la concubine : Une enquête de Sano Ichirô, grand investigateur du Shogun Le tatouage de la concubine : Une enquête de Sano Ichirô, grand investigateur du Shogun
Laura Joh Rowland   
Ce livre est plutôt destiné à un public averti car le récit est un mélange d'enquête et d'érotisme.

Le scénario comporte des incohérences, notamment historiques, on sent que l'auteure n'a pas effectué assez de recherches pour essayer de coller à la réalité de l'époque - certains points sont erronés.

L’enquête n'est pas captivante il n'y a pas de grande surprise ou de rebondissements, la révélation finale laisse à désirer. J'avais par moi même trouvé la solution bien avant la fin du roman... Donc au final le lecteur s'ennuie et aimerait retrouver les ingrédients d'un bon roman policier comme par exemple un excellent mobile, du suspens, etc.

Le style d'écriture est dans l'ensemble pas trop mal, le scénario ne suit absolument pas et manque de substance. Les personnages ne sont pas non assez creusés et manquent de profondeur.

Un livre qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.
La Guerre des duchesses, Tome 1 : La Fille du condamné La Guerre des duchesses, Tome 1 : La Fille du condamné
Juliette Benzoni   
Un livre agréable et prenant. L'époque tumultueuse de la Fronde est parfaitement rendue, avec ses troubles et ses rivalités. On sent le travail de Benzoni pour reconstituer une époque aussi complexe et c'est prenant, et on se laisse emporter avec plaisir dès les premières lignes. Le style d'écriture de Benzoni est ici fluide et entraînant, même s'il n'évite pas certaines maladresses à mon sens (mais ce n'est qu'un avis personnel, j'ai toujours eut un peu de mal avec cet auteur).

Dans un roman historique, c'est souvent les personnages qui font le sel de l'histoire. Ici, les pages foisonnent de personnages passionnant et bien campés, à commencer par l'héroïne Isabelle. J'avais un peu peur au début, parce que j'ai habituellement beaucoup de mal avec les héroïnes de romans, mais celle-ci est assez complexe pour ne pas nous énerver et nous donner envie de la défenestrer. J'ai aimé sa personnalité presque double, entre la demoiselle innocente qu'elle peut parfois être et une femme brûlante et orgueilleuse (La lutte avec Anne-Geneviève est un parfait exemple de cet orgueil latent). On s'attache rapidement à cette jeune fille fraîche et à son destin. On rencontre également un personnage qu'on a pas l'habitude de voir sous cet angle, j'ai nommé le Grand Condé. J'ai jusqu'à présent vu peu de romans traitant de sa jeunesse, et c'est un plaisir de découvrir l'homme qui se cache derrière un personnage de sa renommée. Benzoni parvient à le rendre fascinant malgré ses défauts, presque envoûtant, et on comprend facilement la passion qu'il éveille chez beaucoup de femmes. Le reste des personnage est à la hauteur, quoi qu'un peu effacés pour certain (j'aurai bien aimé passer plus de temps avec Nemours), à l'exception d'Anne-Geneviève que je trouve trop cantonnée au rôle de peste de service. On sent que Benzoni essaie pourtant de la rendre plus nuancée, mais contrairement au Grand Condé, elle peine à y parvenir.

J'attends maintenant le second tome, et j'ai hâte de voir Isabelle au cœur de la tourmente.

par Dhakri
La Guerre des duchesses, Tome 2 : Princesse des Vandales La Guerre des duchesses, Tome 2 : Princesse des Vandales
Juliette Benzoni   
Comme toujours, le défi de faire un roman d'une histoire vraie... et, encore une fois, le pari est tenu. Oh, bien sûr, on ne saura jamais exactement ce qui passait dans la tête de tel gentilhomme ou de telle femme de cour, à moins de le leur demander. Mais ici, cela colle à ce qu'on sait des événements. L'effet magique est d'autant plus grand lorsque l'on suit les notes de bas de page et le dossier de la BNF et que l'on voit à quel point la duchesse de Châtillon-Coligny du livre est semblable à ce que suggère ce qu'il reste de la vraie.

par Melenda
Geisha Geisha
Arthur Golden   
Le film m'ayant plus j'ai voulu lire le livre dont avait été tiré le film. Les décors, les coutumes, tout un univers de femme à la fois magique et complexe. Magnifique livre ...

par Ella
Les Hérauts de Valdemar : Intégrale Les Hérauts de Valdemar : Intégrale
Mercedes Lackey   
Vous pouvez retrouver ma chronique sur mon blog :

https://lemondeenchantedesespritsdulivre.wordpress.com/2019/08/11/les-herauts-de-valdemar-de-mercedes-lackey/

Points positifs de l’histoire :

L’histoire :

Nous sommes transportés au cœur de Valdemar. Nous savourons chaque minute en compagnie de Talia. L’histoire est parfaitement construite. La découverte des différents dons et le lien entre le Compagnon et l’Élu sont bien menés. Elle a su élaborer son propre univers. Bien que le livre fut écrit dans les années 90, son récit est moderne et plaira dans notre société actuelle. Elle y aborde des valeurs essentielles comme regarder au delà des apparences, apprendre à se faire confiance, demander de l’aide et accepter l’identité sexuelle des autres. Il n’y a aucune incohérence, l’écriture est fluide. L’univers a certes, peu d’actions et de rebondissements mais il n’en a pas besoin. L’atmosphère mis en place par l’auteure est agréable. Les lieux, aussi bien le Collegia que les paysages sont plaisants à découvrir. Nous voyageons à travers Valdemar, dans un monde où la magie semble être présente un peu partout. En explorant le Collegia, nous avons envie de devenir un héraut, d’accomplir des missions et de ressentir cette ambiance chaleureuse. Sentiment étrange lorsque l’on sait que les hérauts mettent sans cesse leur vie en danger. Le livre ouvert, nous ne voulons plus quitter Valdemar, les Compagnons et les protagonistes. Il est vrai que l’action n’est pas le thème le plus visible, excepté dans le tome 3. Néanmoins, cela ne paraît pas nécessaire, puisque le titre Les Hérauts de Valdemar donne très vite une indication sur l’histoire. Nous découvrirons ce qu’être un héraut, sa vie, ses obligations à travers un personnage. Le pari est réussi. Nous abordons leur apprentissage dans le premier volume, leur année de probation dans le second tome et leurs missions une fois devenus héraut à part entière. La fin est belle mais triste. L’émotion nous submerge. Nous ne voulons pas arrêter notre lecture, nous voudrions continuer à en apprendre plus. Il est vrai, néanmoins, qu’il y a une différence de qualité entre les tomes. Lu séparément et à des intervalles de plusieurs mois entre tous, le tome 2 peut ne pas être apprécié. Toutefois, lu intégralement cela ne pose aucun problème au contraire. Dans les deux premiers volumes, il est agréable de constater qu’il y a peu de violences.

Les personnages :

Les personnages sont les points forts de cette trilogie. Sans leur présence, le récit serait fade et monotone. Ils sont très attachants. Nous nous prenons vite d’affection pour chacun d’entre eux. La plume de Mercedes Lackey nous permet même de chérir un figurant visible durant deux pages, notamment Levris ou Tedric. Nous sentons que l’écrivain apprécie et n’exclue aucune de ses créations, ils sont tous importants. Nous voulons les connaître et devenir proche avec eux. Leur diversité est très intéressante. Toute personne pourra se retrouver dans l’un des protagonistes. Si certains auteurs nous présente un univers riche en personnages mais n’approfondissent pas leur caractère ou les liens, ce n’est pas le cas ici. Chacun est parfaitement travaillé. L’auteure a su établir un caractère bien spécifique à tous. Leur amitié est vrai et durable. Ils s’aiment véritablement et malgré les disputes, ils se réconcilient. Les valeurs de l’amitié y sont parfaitement transmis. Nous les aimons tous, excepté les « méchants ». Le lien pour la vie est une excellente idée et trouve sa place. L’histoire d’amour principale est un bonheur à lire. Elle est compliquée et semée d’embûches mais si sincère. Nous sommes touchés par ces deux êtres blessés. Il est intéressant de suivre Talia. À l’instar des autres personnages, nous nous attachons rapidement à cette petite fille de treize ans meurtrie par la vie. Malgré son jeune âge dans le tome 1, elle fait preuve d’une grande maturité par les épreuves de la vie. Cette maturité rend accessible la série à tous les âges. De pages en pages, de volumes en volumes, nous la voyons grandir, évoluer. Certes, elle a du mal à se faire confiance et baisse souvent les bras, mais elle a du caractère et prend de l’assurance.

Points négatifs :

L’histoire :

À mon sens, les points négatifs sont surtout visibles dans le dernier volume. Un ennemi est tué mais nous ne savons pas ce qu’il advint des autres. Nous comprenons qu’ils fuient après leur défaite cuisante, toutefois cela m’a paru trop facile. D’autant plus vis-à-vis d’un personnage ayant fui durant le premier tome, il réussi à nouveau à s’échapper. À la dernière page, il me manquait quelque choses. Nous nous demandons alors s’il y a une suite. Effectivement, il y en a une. Peut-être y-a-t-il donc des réponses à ces questions ?

Bien que cela permet de rendre la fin émouvante, j’ai été attristée de la mort de l’un des protagonistes principaux.

S’il y a peu de violence habituellement, le tome 3 recèle plusieurs scènes pouvant choquer un public jeune ou sensible.

Les personnages :

Ce n’est pas un point négatif à proprement parler mais Mercedes Lackey et moi-même n’avons pas la même manière d’appréhender le terme « meilleur ami ». Il m’a paru étrange que deux personnages principaux aient plusieurs fois des relations sexuelles, lorsqu’ils prétendent être seulement des « meilleurs amis » tel un frère et une sœur. Ceci m’a semblé plutôt ambigu pour de simples relations fraternelles.

Mon avis concernant le tome 1 :

Un excellent roman d’introduction à se procurer sans retenue. Nous sommes transportés et émerveillés au côté de Talia dans un univers empreint de magie, d’amitié et de découvertes.

Mon avis concernant le tome 2 :

Une très bonne suite mettant bien plus en valeurs les dons de Talia. Nous voyageons un peu plus dans le nord de Valdemar, tandis que les doutes assaillent et rongent notre héroïne, apportant une tension palpable à l’univers.

Mon avis concernant le tome 3 :

Une fin amplement réussie, malgré quelques petits aspects. L’action et le suspense sont au rendez-vous. Nous savourons chaque minute en compagnie des personnages, espérant que cela ne s’arrête jamais.

Conclusion :

Une excellente trilogie à découvrir sans hésitation. Des personnages attachants, un univers empreint de magie et une plume agréable à lire. Un intégral se lisant facilement. Une fois ouvert, nous ne voulons pas que l’aventure s’arrête. Amateur de Fantasy, vous serez comblé.

par Rosabella
La Trilogie des Vents, Tome 1: Les vents du destin La Trilogie des Vents, Tome 1: Les vents du destin
Mercedes Lackey   
Voici le premier tome de cette nouvelle trilogie de Mercedes Lackey sur sa saga phare, les Hérauts de Valdemar. Ce premier tome fait directement suite aux événements décrits dans la trilogie "Les Flèches de la Reine" et "Par le Fer" (La Légende de Kerowyn).
Comme tout nouveau cycle de l'auteur, on change de protagoniste et c'est cette fois-ci Elspeth l'héritière du trône qui est mis en avant dans un périple dont le but est de réapprendre aux Hérauts la magie pour mieux être préparer à affronter le terrible Ancar qui menace toujours leurs frontières. C'est donc accompagnée de Skif qu'elle part hors des frontières de son pays pour trouver un adepte de la magie disposé à l'aider. En parallèle, Ventnoir, ancien adepte magicien qui a abandonné la magie suite à un désastre survenu sur la pierre-coeur de son clan a bien du mal à protéger le territoire des k'Shetna contre cet étrange magicien au puissant pouvoir qui semble décider à acquérir le plus de puissance qu'il peut.
En lisant ce tome, on sent que l'auteur a atteint une certaine maturité dans son écriture. Les maladresses se font moins présentes et nous ne subissons pas des ellipses malvenues comme c'était parfois le cas. Dommage que le récit ne soit pas à la hauteur et que l'histoire demeure profondément ennuyeuse. Car dans ce tome 1, il ne se passe pas grand chose au point de nous faire regretter les tomes succinctes de ses débuts. On suit le périple de Elspeth et les problèmes de Ventnoir mais aucune véritable tension ne se fait sentir avant d'avoir atteint les 2 tiers de l'ouvrage. Quand à la rencontre des deux jeunes gens, elle ne se fera qu'à la toute fin pour nous offrir un final vite expédié sans la moindre conclusion. il s'agit donc d'une mise en bouche peu engageante, surtout que Elspeth / Ventnoir sont loin d'être aussi attachants qu'une Talia ou d'un Vanyel (seul le personnage de Nalya tire son épingle de l'ouvrage). Un tome que je juge donc assez moyen et qui ne se hisse pas au niveau du "Dernier Héraut-Mage" ou des "Flèches de la Reine" (je le trouve malgré tout supérieur à "La Guerre des Mages"). Espérons juste que la suite gagnera en intensité.

par Caly
La Trilogie des Vents, Tome 2: Les vents du changement La Trilogie des Vents, Tome 2: Les vents du changement
Mercedes Lackey   
Ce second tome de la Trilogie des Vents s'avère bien meilleur que le tome 1. Si le début de ce tome 2 manque lui aussi un peu de rythme, nous n'avons pas à faire la connaissance des personnages et les pages s'écoulent plus facilement. Surtout quand l'histoire se centre sur Skif et de Nyara qui forment un couple des plus attachants. Il en est malheureusement autrement pour Elspeth et Ventnoir qui sont un peu trop guindés et ne parviennent pas à susciter autant d'émotion qu'un Vaneyl (ou d'une Talia).
Au niveau des regrets, il est assez dommage que Mercedes Lackey ne fasse apparaitre le "méchant" qu'au dernier tiers du roman, on y perd beaucoup en tension (chose dont le livre aurait bien besoin dans sa première partie). Heureusement, l'histoire décolle belle et bien avec l'arrivé de Flammechant dans la seconde partie du livre et l'on finit ces "Vents du Changement" sur une note positive tout en portant nos attentes sur le tome 3 (le retour des protagonistes à Valdemar).

par Caly
La Trilogie des Vents, Tome 3: Les vents furieux La Trilogie des Vents, Tome 3: Les vents furieux
Mercedes Lackey   
J'avais commencé cette trilogie avec l'espoir d'un retour rapide d'Elspeth à Valdemar. Souhait qui ne c'est pas réalisé puisqu'il faut attendre ce tome 3 pour véritablement reprendre la lutte contre Ancar commencée dans Les "Flèches de la Reine" et "Par le Fer".
Premier constat, le roman commence les choses sérieuses au bout de quelques pages seulement et ne tombe jamais dans l'ennui à laquelle les 2 premiers tomes nous avaient habitués. Second constat, les personnages de Elspeth et Ventnoir ne sont devenus qu'un rouage des événements ce qui n'est pas plus mal vu l'absence de charismes dont ceci ont fait preuve depuis le début de cette Trilogie. En revanche, il faut mieux connaitre les anciens cycles car Mercedes Lackey n'est pas avare en références en tout genre et outre les prequels direct (Les Hérauts de Valdemar, La Légende de Kerowyn), de nombreuses références sont faites sur les cycles indépendants (Le Dernier Héraut-Mage en tête). Nous avons par ailleurs quelques références ici sur le Royaume de Karse dont les événements ne seront véritablement dévoilés que dans la prochaine trilogie (La Trilogie de Tempêtes).
Les Vents Furieux offre donc une conclusion des plus appréciables pour ce cycle des Vents mais risque de ne pas figurer parmi les meilleurs roman de Valdemar au vu de ces personnages trop guindés. Heureusement, la prochaine trilogie (La Trilogie de Tempêtes) semble quand à elle tenir toute ses promesses.

par Caly