Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Elyas : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Percheron, Tome 3 : Déesse Percheron, Tome 3 : Déesse
Fiona McIntosh   
En conclusion, une bonne trilogie avec un bon rythme. Moins complexe que le Dernier Don et avec un peu moins de retournements de situations. Cependant, c'est toujours un plaisir de se plonger dans un Fiona McIntosh !
Le Fou et l'Assassin, tome 1 Le Fou et l'Assassin, tome 1
Robin Hobb   
Robin Hobb a encore frappé fort !

Dans cette suite de "l'assassin royal", première et deuxième époque, nous retrouvons un Fitz qui a la cinquantaine et qui a définitivement pris sa retraite des complots de Cour. Jusqu'à ce que ...

Je n'en dirais pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir. Sachez cependant que cette suite vaut largement le détour, et que Robin Hobb ne nous déçoit pas - comme chaque fois qu'elle écrit dans l'univers des six duchés et de leur voisinage, en ce qui me concerne. C'est une auteure bourrée de talent, qui peut alterner chapitre plein d'action et description de la vie quotidienne avec le même panache, sans jamais nous perdre en route. Et une fois encore, la dernière page refermée, j'ai eu beaucoup de mal à réintégrer la réalité.

par Yomiko
Le Fou et l'Assassin, tome 2 : La Fille de l'Assassin Le Fou et l'Assassin, tome 2 : La Fille de l'Assassin
Robin Hobb   
Il s'agit de la deuxième partie du premier tome américain.

L'histoire reprend où s'était arrêtée la première partie. Les émotions sont toujours présentes et poignantes : on sent la solitude de Fitz suite à la mort de Molly, et les nombreuses difficultés qu'il rencontre pour éduquer sa fille. Ses choix sont souvent grinçants, mais correspondent tellement au personnage... La cohérence entre sa façon particulière d'élever Abeille et son caractère à la fois secret, maladroit et confiant envers sa deuxième fille est remarquable, et donne lieu à des situations complexes. Fitz se retrouve à devoir osciller entre les invités de Flétribois dont il doit veiller à la sécurité et gérer les caprices, ses devoirs de maitre du domaine à assumer, et Abeille, qui tente tant bien que mal de trouver sa place au milieu de ce chamboulement.

Dans la première partie, nous avions eu deux chapitres du point de vue d'Abeille. Dans ce deuxième tome français, la moitié des chapitres le sont, en alternance, la plupart du temps, avec ceux du point de vue de Fitz. On ressent donc très rapidement l'importance de la fillette dans l'histoire, et les interrogations à son sujet se renforcent, notamment : [spoiler]ne serait-elle pas un prophète blanc ?[/spoiler] Ce doute, je l'avais déjà eu dans la première partie, mais les événements avec Abeille ne permettent plus de douter, et la fin du livre encore moins.

L'un des moments forts de ce livre est, incontestablement pour moi,[spoiler] la rencontre de Fitz avec le Fou. Durant les deux volumes (français), un accent est mis sur le vide ressenti par notre héros causé par l'absence de nouvelles de son ami d'enfance. L'émoi est grand quand Fitz réalise qui est le mendiant qu'il a poignardé. [/spoiler]

J'ai découvert L’Assassin Royal il y a exactement dix ans (puisque c'était en avril 2005...), et depuis Fitz est mon personnage préféré, tous genres confondus. Je ne peux que le renforcer dans sa place après la lecture de ce tome, tant j'y retrouve tout ce qui fait son charme à mes yeux : ses hésitations, son pessimisme facile, son amour sans limites pour ses proches, son intelligence fine, sa si touchante maladresse.

Dans cette deuxième partie française, il est deux éléments qui m'ont beaucoup déplus : les première et quatrième de couverture. L'illustration est un photomontage, ce que je trouve tellement dommage pour un roman d'une telle ampleur. Alors que TOUS les tomes de chez Pygmalion relatant les aventures de Fitz ont des illustrations à tomber par terre (dessins, techniques graphiques...), celle de la première partie en pôle position, nous avons droit pour ce livre à une technique qui, pour moi, ne met pas du tout le livre en avant. Mais le pire, c'est la quatrième de couverture. Habituellement, elle est ici pour donner envie de lire, donc de lancer l'intrigue, ou de la poursuivre. Hélas, celle-ci dévoile l'élément, l'événement qui retourne les tripes et fait chavirer le cœur. J'avais été prévenue que la quatrième était très spoilante et révélait la fin, donc je l'ai lue une fois le livre fini. Bien m'en a pris. C'est une véritable honte de dévoiler tant dans une accroche ! Je ne peux pas croire que ce soit du travail de professionnel.

Pour ceux qui n'ont pas encore eu ce livre entre leurs mains et qui souhaiteraient le lire, ne lisez pas la quatrième de couverture ! C'est un conseil que j'ai déjà lu plusieurs fois mais qui ne saurait trop apparaitre au vu du massacre occasionné.

Sinon, c'est toujours un bonheur de retrouver Fitz, et je m'émerveille de la créativité de Robin Hobb qui a su trouver une intrigue nouvelle pour sa nouvelle trilogie ; rien n'est redondant, tout est captivant.
Cléopâtre, reine du Nil Cléopâtre, reine du Nil
Michel Peyramaure   
Un roman qui offre un bon aperçu de la vie de cette reine légendaire. Mais c'est le seul atout de ce roman dont le style est un peu indigeste.

par Armide
D'or et de Sang : La Malédiction des Valois D'or et de Sang : La Malédiction des Valois
Catherine Hermary-Vieille   
De la mort de François II à celle de la Reine Margot, l'auteur nous entraîne avec elle dans la vie des derniers Valois, avec leurs intrigues, leurs liaisons et leurs trahisons. C'est un cours d'Histoire complet, en 300 pages environ, et sans un seul instant de répit : les pages défilent, le style de l'auteur est très particulier mais entraînant et on saute de personnage en personnage pour suivre sur près de 60 ans le quotidien des enfants d'Henri II et de tous ceux qui ont marqué leur vie. Une très belle lecture, au final, et un résumé détaillé de cette période clé de l'Histoire française, marquant la fin des Valois et l'avènement des Bourbons.
L'échiquier de la reine L'échiquier de la reine
Yann Kerlau   
Excellent roman !
Il se lit presque d’une traite…Six cents pages quand même. On se retrouve plongée dans cette époque et on vit avec cette reine !
Je ne connaissais rien de la reine Christine de Suède. Une découverte… La vie de cette femme brillante et étonnante : lettrée, intelligente, prête à tout pour assumer ses choix, et abdiquer du trône de Suède. Elle opte pour des choix tranchés, tant dans ses amitiés, ses amours, que ses passions. Férue d’art, dépensière, la plume acerbe, elle marquera son temps et fréquentera les meilleurs : papes, rois, philosophes, mathématiciens, artistes, cardinaux, princes de son temps ; tout en se moquant des conventions, elle fait de son valet son amant. Fervente défenseur de la liberté politique et religieuse, ce portrait est celui d’une femme incroyablement moderne.

Le Bardo Thödol, Livre des Morts Tibétain Le Bardo Thödol, Livre des Morts Tibétain
Anagarika Govinda   
Oeuvre majeure du bouddhisme tibétain le Bardo-Thödol a ouvert à la psychologie occidentale des perspectives insoupçonnées.

Qualifié par Carl Gustav Jung de « quintessence de la psychologie critique bouddhiste », ce classique vise à libérer celui qui l'étudie des illusions de la conscience égocentrique et de son instabilité perpétuelle.

« Livre tibétain des morts » lu aux mourants pour les guider sur le chemin ardu qui doit les mener à un autre mode d'existence, il est avant tout un manuel d'exploration des états intermédiaires de conscience, dont la mort est un aspect.

Joyau de la sagesse orientale à la portée universelle, le Bardo-Thödol est un outil précieux pour tous ceux qui s'interrogent sur la nature de l'esprit.

par LIBRIO64
La Pharaonne, tome 2 : Le Pschent royal La Pharaonne, tome 2 : Le Pschent royal
Violaine Vanoyeke   
Présentée à la cour de Thèbes comme l'héritière du trône d'Egypte, la jeune Hatshepsout, descendante d'Aménophis Ier, sait que Thoutmosis II, son demi-frère, n'accepte pas la décision qui l'écarte du pouvoir suprême.
C'est elle pourtant qui s'imposera, commandant les armées, déjouant les complots, épaulée par Senmout, le conseiller désigné par son père pour lui apprendre le métier de reine, et dont elle est éperdument amoureuse.
Poursuivant la saga inaugurée par La Princesse de Thèbes, Violaine Vanoyeke, historienne et archéologue mondialement reconnue, brosse ici le portrait d'une souveraine exceptionnelle. Sous son règne, l'Egypte se couvrira de ses plus grandioses monuments, et s'enrichira au contact des brillantes civilisations de la Crète, de Mycènes et de la Mésopotamie.

par mellow
Amber Farrell, Tome 3 : La Piste du loup Amber Farrell, Tome 3 : La Piste du loup
Mark Henwick   
Voila ...j'ABDIQUE avec cette saga!!
ce dernier tome a eu raison de moi, de ma tête, mes yeux .. loool
Un tome tres? trooooop long!! je n'en pouvais plus!!!truffés de trop détail!! je me suis perdue entre touts ces dénominations, sous dénominations entre les personnages, des anciens , des nouveaux.... qui est qui ? qui fait quoi??
une intrigue qui aurait été tres interressante si l'auteur n'avait pas voulu trop en faire!!avec ce trop ! Une relecture pour diminuer et simplifier!!
Un livre de 547 PAGES, dans lequel je suis sortie de ma lethargie vers environ la page 478 ...
Tu cherches une lecture pour te détendre et tu trouves un truc ou tu te casses la tête a chercher les ramifications. Coté humour, toujours pas un pet d'humour ou c'est moi qui n'en ai pas.
Au cours de ma lecture je n'ai ressenti aucune émotion, rire, pleurs, emotion ,joie, bref rien.. même la pointe d'addiction ressenti au précendent tome s'en est allé.
le "méchant dans l'histoire je l'ai tres vite demasqué..j'avais juste hate que ça finisse !!et ça y est.
Bref Amber Farrel c'est pas pour moi. Une saga avec du potentiel mais qui est gachée par trop de choses.

par tishatish
La Moïra, tome 1 : La louve et l'enfant La Moïra, tome 1 : La louve et l'enfant
Henri Loevenbruck   
J'ai bien aimé. Aléa et Mjolln sont attachants, Phelim enigmatique et les petites disputes entre Faith et Galiad amusantes (moi j'dis qu'il y a de l'amour dans l'air). J'ai bien aimé le passage où ils sont à Saî-mina, j'aime bien Erwan, mais le fait qu'il ait bientôt 18 ans, Aléa 13 et qu'ils se soient connus et vus pendant quelques semaines, je trouve leur histoire d'amour un peu tirée par les cheveux. A part ça, j'aime bien les changements de point de vue, l'histoire de la louve, le rapprochement à la fin, et j'ai envie de connaître la suite.

par nidja05