Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Elywenne : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Autre-Monde, Tome 2 : Malronce Autre-Monde, Tome 2 : Malronce
Maxime Chattam   
Un livre trés prenant qui répond à certaine questions du 1er tome, mais qui en ouvre encore autant... J'adore l'idée de l'auteur de ne pas faire un groupe de méchant et un groupe de gentil, mais de scinder le société en 2 parties distinctes: les enfants et les adultes, mais on apprend que le blanc, n'est pas tout blanc et le noir tout noir, il y a des "traîtres" des 2 côtés... Seul bémol: un personnage va me manquer, mais qui sait, dans ce monde pleins de surprises (bonnes ou mauvaises) on va peut-être le retrouver, je l'espére en tout cas...

par siegrid
Crazy Rich à Singapour Crazy Rich à Singapour
Kevin Kwan   
Rachel Chu est l’exemple parfait de la sino-américaine ayant réussi son intégration. Arrivée encore tout bébé aux Etats-Unis avec sa mère, Rachel a grandi là-bas et ne connaît rien de cette Chine continentale où elle est née. Issue d’une famille modeste, elle a brillamment réussi ses études et exerce désormais en tant que professeur d’économie à l’université. Elle y fait la rencontre de Nicholas Young, un professeur d’histoire, aussi intéressant que canon. Ensemble depuis deux ans, Nick lui propose un jour d’aller passer des vacances en amoureux à Singapour, à l’occasion du mariage de son meilleur ami. Il a juste omis de mentionner un petit détail de rien du tout : il est l’héritier de l’une des plus grosses fortunes d’Asie. Avec un tel héritage, pas étonnant qu’il soit le point de mire de toutes ces charmantes demoiselles. Rachel parviendra-t-elle à garder son homme ? Réussira-t-elle à lutter contre ces jeunes femmes habillées de la tête aux pieds de marques de luxe et où le moindre vêtement est une arme redoutable ?

Crazy Rich à Singapour est un roman frais et pétillant qui vous mènera dans les cercles les plus hauts placés de la société singapourienne. Entre débauche culinaire et vêtements de créateurs renommés, Kevin Kwan nous plonge dans une société flamboyante où l’argent gouverne absolument tout. Le moindre acte, la moindre parole et surtout, la moindre tenue portée est ici passé au crible par les regards intransigeants des millionnaires et milliardaires chinois.
Rachel, roturière de son état, va être jetée malencontreusement dans la fosse aux lions par son cher et tendre. Non pas qu’il ait eu l’intention de lui nuire, bien au contraire, mais en omettant de lui dire de quel cercle il est issu, il ne l’a pas suffisamment préparée à ce qui l’attend. Si elle avait su, peut-être aurait-elle réfléchi à deux fois avant de partir…
Il faut savoir qu’il y a deux types de Chinois : ceux qui viennent de Chine continentale et qui ont fait fortune il y a une dizaine d’années et les Chinois de l’étranger, qui ont quitté le continent il y a bien longtemps et ont depuis fait fortune (beaucoup, énormément !!). Ces familles sont quasiment en conflit permanent, les plus anciennes s’estimant supérieures à ces nouveaux riches. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de faire face à un ennemi commun, l’union fait la force. Malheureusement pour elle, Rachel n’appartient à aucun de ces deux types de Chinois. Rachel n’est qu’une pauvre roturière ayant rencontré le Prince Charmant (même si elle l’ignore). Alors, lorsqu’Eleanor, la mère de Nick, apprend qui son fils unique fréquente, c’est le drame. Une seule solution s’impose à son esprit : il faut se débarrasser de cette petite arriviste profiteuse ! Car Eleanor en est persuadée, Rachel n’est intéressée que par son argent et de toute façon, Nick ne peut envisager de vivre sa vie qu’aux côtés d’une femme issue d’une famille respectable (c’est-à-dire à la fortune bien établie depuis de nombreuses années). Vous vous plaigniez de votre belle-mère ? Aucune ne peut rivaliser avec Eleanor… Rachel devra tirer son épingle du jeu et ne pas lâcher « sa prise ». Ses rivales sont nombreuses et ne reculeront devant rien pour se débarrasser de cette horrible intruse. Coup bas et ragots rythmeront les vacances de notre héroïne entre deux séances de shopping !

Kevin Kwan nous livre ici une comédie sentimentale somme toute assez classique bourrée de clichés. Mais Crazy Rich à Singapour réussit à se démarquer des autres romans du même genre grâce à la plume drôle et légère de son auteur. Kevin Kwan pointe avec beaucoup d’humour et de précision tous les travers de cette société d’ultra riches chinois aux excès plus énormes les uns que les autres. Rien n’échappe à son œil acerbe et c’est avec un esprit très critique qu’il nous dépeint cette société. Il parvient à nous faire voyager jusque dans les plus petites rues de Singapour grâce à ses descriptions précises et évocatrices d’endroits aux saveurs épicées et à des expressions typiques de là-bas !
L’intrigue, quant à elle, est un peu plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Bien que cliché, le scénario nous promet en effet de nombreux rebondissements, l’auteur ayant créé un peu de suspens à certains moments. De nombreux personnages sont introduits et si dans un premier temps, seuls les liens familiaux semblent les unir, en réalité, nous découvrons progressivement qu’il n’y a pas vraiment de place pour le hasard. Certains se démarquent plus que d’autres. Rachel est telle Elisabeth dans Orgueil et Préjugés : bien que n’étant pas une grande beauté, elle est surtout une jeune femme intelligente et pleine de ressources. Déterminée dans la vie, elle ne se laissera pas facilement abattre. Nick, quant à lui, n’a rien de commun avec Mr Darcy, si ce n’est sa fortune. Beau, intelligent et drôle, il va malencontreusement se laisser dépassé par les événements. Nick, tel Mr Darcy, va devoir lutter contre vents et marées (contre talons et mères marieuses en fait) pour sauver son couple. Face à des mères plus que déterminées à réaliser le meilleur mariage possible pour leurs filles (et donc avec lui), le jeune homme ne pourra s’en sortir seul. Heureusement, il pourra compter sur quelques membres de sa famille et amis. Ainsi, Astrid, sa cousine, est un personnage très touchant. Si elle n’hésitera pas à venir en aide à son cousin, elle aussi ne sera pas épargnée. Être milliardaire peut avoir ses avantages… comme ses inconvénients et elle découvrira que si l’argent faisait jusqu’ici son bonheur, il sera également la cause de son malheur. D’autres personnages, tels Oliver, Eleanor, Peik Lin ou encore Mandy ont su retenir mon attention, grâce à leur personnalité aussi drôle que superficielle. Toutefois, difficile d’en citer plus, tant il y en a. Sur ce point d’ailleurs, j’ai été quelque peu perdue à plusieurs reprises, les personnages étant vraiment très nombreux. Il n’était pas toujours aisé de faire les liens entre les différents protagonistes et ce, malgré la présence d’un arbre généalogique à la fin du livre.
Dernier petit bémol : si l’histoire est drôle et pleine de rebondissements, avec des passages vraiment hilarants, je n’ai pas été très satisfaite de la fin, celle-ci se terminant de façon un peu abrupte (est-ce à dire qu’une suite est prévue ? Ce ne serait pas pour me déplaire !).

Drôle et piquant, Crazy Rich à Singapour porte merveilleusement bien son titre. Kevin Kwan nous plonge dans les cercles les plus huppés de Singapour où folie et décadence règnent. Vous ne pourrez que vous attacher à ces milliardaires aussi fous les uns que les autres !

http://drunkennessbooks.blogspot.fr/2015/07/crazy-rich-singapour.html
La Saga Waterfire, Tome 1 : Deep Blue La Saga Waterfire, Tome 1 : Deep Blue
Jennifer Donnelly   
J'ai eu un coup de cœur plus qu'inattendu pour ce livre, acheté sur un coup de tête lors d'un weekend à Londres.

Dans le monde imaginé par Jennifer Donnelly, les sirènes vivent cachés dans les eaux depuis la chute d'Atlantis. Leur société est divisée en plusieurs royaumes, et Serafina est sur le point de devenir l'héritière officielle du royaume de Miromara. Mais le royaume est attaqué et Sera doit fuir, sans savoir si sa famille a survécu. Attirée par un étrange rêve qui la hante chaque nuit, elle doit retrouver cinq autres sirènes. Ensemble, elles sont destinées à sauver les royaumes d'une conspiration qui menace l'existence de tout le peuple aquatique.

La trame parait assez classique, mais l'univers mi fantastique, mi fantasy, plongé (c'est le cas de le dire) dans un environnement aquatique, est tout simplement bluffant. Jennifer Donnelly a vraiment crée un univers, avec ses codes, ses modes de vie. On retrouve le plaisir de découvrir un univers calqué sur le notre mais pourtant si décalé, comme avec les sorciers de J.K. Rowling. De plus, l'auteure évite l'écueil (décidément, je file ma métaphore) habituel des premiers tomes, qui sont souvent plus descriptifs qu'actifs. L'action ne manque pas dans "Deep blue", et la fin ne nous donne qu'une envie : plonger dans le tome 2 dès sa sortie.

Une pépite dans l'univers YA, que je recommande à tous.

par Yomiko
L'Empire Brisé, Tome 1 : Le prince écorché L'Empire Brisé, Tome 1 : Le prince écorché
Mark Lawrence   
Avis à tous ceux qui cherchent un bon antihéros : vous êtes ici chez vous ! Dès les premières pages (dès le résumé, en fait), on est absolument sûrs d'une chose : Jorg est un connard de première. C'est un menteur, arrogant, ambitieux, meurtrier, violeur et mangeur de cœur (oui oui)... Et pourtant, comme il nous le dit si bien : "Il y a du sang sur ces mains, mais je n’ai pas l’impression d’avoir péché". Parce qu'il a malgré tout une intelligence incroyable, un passé ignoble, et une philosophie qui se tient. Alors non, ça n'excuse pas ses erreurs, et ça ne devrait pas nous faire l'apprécier mais... le style de l'auteur est tellement particulier, tellement entraînant, qu'on ne peut pas détester Jorg et que sa colère devient la nôtre, tout comme son refus de ressentir la peur, d'être manipulé ou encore de courber l'échine. Ne pas être du bon côté de la barrière, pour une fois, incarner la folie et la cruauté plutôt que les valeurs des héros traditionnels... ça change, c'est sûr. Et malgré tout, on a envie que Jorg s'en sorte, même si on compatit totalement avec la haine que les autres personnages lui vouent.

Ce roman est plein de colère, de sang, de boue, d'horreurs, mais il est étrangement addictif et fascinant. Le héros prend la vie avec une telle simplicité qu'on ressent, nous lecteurs, encore plus le poids de nos principes et de nos valeurs... dont Jorg est totalement dépourvu. Au final, le Prince Fou parvient à nous entraîner avec lui dans sa crasse, et on n'a qu'une seule envie... en redemander !
La Trilogie Morgenstern La Trilogie Morgenstern
Hervé Jubert   
Déjà avant de commencer j'aimerais vraiment dire bravo aux éditions Bragelonne car cette édition est sublime avec sa couverture et sa tranche dorée ! Ensuite pour en revenir au livre en lui même, j'ai beaucoup aimé ma lecture ! Je ne vais pas faire tome par tome mais le tome 1 reste mon préféré et le tome 2 celui que j'ai le moins aimé. L'univers est extrêmement riche, j'adore le steampunk donc là j'ai vraiment été servie : il y a des machines volantes, des sorcières, de la magie... Les personnages sont extrêmement attachants. C'est rare de voir des héroïnes quinquagénaires dans des livres pour adolescents mais Roberta Morgenstern est une fabuleuse sorcières. La plume de l'auteur est assez agréable. Mais j'ai quand-même trouvé que parfois le livre était trop lourd, l'auteur nous assommait avec plein de détails inutiles et il manquait parfois des détails mais sinon c'est quand-même une bonne lecture !
L'Empire des tempêtes, Tome 1 : Hope et Red L'Empire des tempêtes, Tome 1 : Hope et Red
Jon Skovron   
Le livre débute sur l'enfance traumatisante de hope et red mais ne s'étend pas trop sur cette période car on retrouve rapidement leurs parcours d'adultes.
Hope ne pense qu'à la vengeance de ses parents et red survit dans une ville remplie de malfrats dont il fait parti .
Pas mal d'action et des personnages bien campés m'ont permis de me plonger dans ce bouquin et c'est avec plaisir que je lirais la suite.
Ashes falling for the sky, Tome 1 Ashes falling for the sky, Tome 1
Mathieu Guibé    Nine Gorman   
Wattpad… un lieu étrange, à mi-chemin entre les chroniques foireuses et mille fois écrites, et les histoires de badboy ultra-plébiscitées et rarement bien scénarisées. Dans ce cadre, dur de trouver une romance potable, pas trop clichée, et bien écrite.

Je ne sais pas ce qui m'a poussée à aller vers Ashes Falling For The Sky. Probablement la couverture, en premier lieu. Ce mélange frappant de jaune et de gris, avec un titre poétique et a priori mal orthographié.
Et puis, j'ai découvert le fond. AFFTS aurait très bien pu tomber dans les clichés classiques, fille niaise et garçon au passé douloureux, qui s'ouvre progressivement au contact de la fille et lui apprend en même temps que la vie n'est pas si rose. Mais c'est sans compter sur le passé des personnages principaux (des deux personnages, et j'insiste bien là-dessus). Dès le début, il y a de petits indices. Minuscules, parfois insignifiants, mais quand on arrive au milieu du bouquin et qu'on apprend la vérité… ça fait mal.

Pour ça, d'ailleurs, une mention spéciale à Sky, qui aurait mille fois mérité son poids en oursons en peluche, juste pour tout ce qu'elle a dû endurer par le passé – et au travers de l'histoire, d'ailleurs. Sa vérité, son histoire à elle, sont bien moches, et m'ont donné envie de fracasser le crâne de quelques personnes contre un mur.

Parce que, oui, les personnages principaux ont leur lot de problèmes, mais si on devait se lancer sur le sujet des secondaires…
C'est probablement eux qui donnent une pointe de profondeur supplémentaire à l'histoire. Ils sont tous en nuances de gris, ni beaux ni mauvais, ils ont tous leur moment d'importance.

Et puis, bon, faut qu'on parle de la fin. Typiquement, pour une histoire clichée, on aurait la fin positive – ils vécurent heureux et eurent beaucoup trop de gosses bipolaires – et la fin en simili demi-teintes – le badboy dut se barrer pour une raison X ou Y impliquant nécessairement protéger sa copine d'un vieil ennemi qui vient de refaire surface, mais évidemment, sa copine le retrouvera… après qu'elle se soit casée avec un autre mec pour avoir une épaule sur laquelle pleurer.
Et devinez quoi ? Ces beaux clichés ont dû se barrer comme s'ils avaient le diable aux trousses, à mon avis, parce que la fin est magique.

Résumons. Un cliché pour base de l'histoire, un excellent développement qui pose une vision du monde assez triste, dans l'ensemble, des personnages douloureusement humains et faillibles, une double narration au poil… Franchement, même pour un non adepte de la romance, ce serait dur de ne pas être satisfait. Donc un immense bravo aux auteurs, pour avoir réussi à mettre sur papier ce petit bijou.

PS : Ze veux la suite. :-)
Presque minuit Presque minuit
Anthony Combrexelle   
A vrai dire je n’ai pas du tout apprécié cette lecture, à tel point que j’ai dû l’abandonner. Deuxième abandon en deux ans, c’est peu dire que ce n’est pas dans mes habitudes, loin de là! (...)

Tout cela tient vraiment à un sentiment très spécial que je n’ai jamais ou très peu ressenti. Celui de m’ennuyer, et de rester à la surface des pages, les mots défilants devant mes yeux sans que je comprenne pourquoi. Je n’ai pas réussi à m’imprégner de cet univers. Mais le pire dans tout cela, c’est que je ne saurais même pas pointer avec précision LA chose qui m’en a empêché. Était-ce une mauvaise intrigue? Pas vraiment, elle peut se tenir. Les personnages? Peut-être car je n’ai guère réussi à m’y attacher. Un manque de style dans l’écriture? Sans doute car j’ai trouvé la plume plate et sans intérêt. (...)

En bref, pour ma part je ne vous conseille pas cette lecture mais si vous en avez toujours envie, rien ne vous empêche de vous forger votre propre avis! Je vous souhaite qu’il vous plaise plus qu’à moi.

La chronique complète sur mon blog:https://degustationslitteraires.wordpress.com/2018/10/07/presque-minuit/
Le Dernier Souffle, Tome 1 : Le Don Le Dernier Souffle, Tome 1 : Le Don
Fiona McIntosh   
Ce livre était dans ma Pal depuis pas mal de temps déjà. Et c'est ma soeur qui; l'ayant lu juste avant moi, m'a fortement recommandé de le lire. Et je regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt !
Ce livre c'est un concentré d'action et de rebondissements pour le moins inattendus ! C'est le genre de livre qui nous tient en haleine du début à la fin. Le genre de livre où l'on se dit "Allez, plus qu'un chapitre !!".
Ce même genre qui fait que l'on veut à tout prix savoir la fin et en même temps, on ne peut s'empêcher de l'appréhender. Et refermer le livre n'est que source d'angoisses et d'interrogations, si bien que, malgré nos craintes, on réouvre le livre et poursuit notre lecture, jusqu'à finalement avoir le fin mot de l'histoire.
A notre plus grand malheur, car, tout au long du livre, l'auteur se joue de notre patience, maitrisant à la perfection l'art du suspens !
Dès lors que l'on se dit que le personnage principal va enfin pouvoir souffler, que ses plans se dérouleront sans accrocs, et bien l'auteur en à décidé autrement ! Elle renverse les situations avec une telle adresse, qu'on ne la voit pas venir ! Et ça ne manque jamais ! A chaque fois, on se fait avoir de la façon la plus inattendue qui soit !
Petit point négatif cependant, les premiers chapitres ne sont qu'une succession d'élipses temporaires. Elles servent à mettre l'histoire en place, certes, mais c'est tout de même un peu dommage.
Toutefois, ce livre reste une magnifique découverte et je le recommande grandement aux fans de fantasy qui cherchent un souffle nouveau (aux autres aussi d'ailleurs !) !!

par Fantasyae
Wait for You, Tome 1 : Jeu de patience Wait for You, Tome 1 : Jeu de patience
Jennifer L. Armentrout   
Après avoir adoré les deux premiers tomes de sa série sur les Frères Gamble (Suite Nuptiale et Quiproquos et Paparazzis et Quiproquos) parue aux éditions Milady Romance, je n’avais qu’une hâte découvrir ce roman New Adult (oui, définitivement, le NA est le genre de ce début d’année)(avec plus ou moins de réussite pour certains à mon avis).

Et je n’ai absolument pas été déçue, et je l’ai même préféré à Beautiful Disaster. Oui certaines me diront que l’histoire reste quand même basique, que c’est du NA typique, mais moi j’ai complètement adoré. J’ai adoré l’écriture, l’humour, les références et surtout Cam ! [...]

La suite ici : http://lune-et-plume.fr/jeu-de-patience-de-jennifer-l-armentrout/

par Melwasul