Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Emashi : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Chroniques lunaires, Tome 3.5 : Levana Les Chroniques lunaires, Tome 3.5 : Levana
Marissa Meyer   
Quitte à prendre des -1 je vais y aller franco. J'ai aimé cette nouvelle.
Levana est un personnages énigmatique, que le lecteur à du mal à suivre dans ses choix. Moi, je l'ai bien aimé. OK, elle est odieuse et incroyablement superficiel, mais la voir se fragiliser avec[spoiler]Evret, lorsqu'elle découvre son visage. Brisé son regard en face de l'homme qu'elle aimait.[/spoiler] Elle s'endurcit au fil de l'histoire pour obtenir exactement ce qu'elle veut, quitte à en payer le prix.
[spoiler]Savoir que sa propre sœur l'a blessait moralement et physiquement[/spoiler], j'ai eu une peine immense pour elle. C'est peut être dû à son passé chargé, mais je m'accroche à l'idée que même sous ses traits de souveraine intransigeante, elle possède un cœur capable d'être dompté.

par cass9713
Le Pensionnat de Mlle Géraldine, Tome 2 : Corsets & Complots Le Pensionnat de Mlle Géraldine, Tome 2 : Corsets & Complots
Gail Carriger   
J'ai largement préféré ce livre au premier.
Il y a du rythme, de l'intrigue, de l'action. Sophronia est vraiment une apprentie espionne, on la voit réfléchir.
On se retrouve dans un cadre que je connais déjà par la série du Protectorat de l'Ombrelle.
Si j'ai été un peu déçu du premier, le second me fait dire à quand la suite....
Autant en emporte le vent, tome 2 Autant en emporte le vent, tome 2
Margaret Mitchell   
Dans ce second tome, les drames s’accélèrent, la guerre est au plus près. C’est à ce moment que Scarlett révèle sa force : un sang froid implacable, un grand sens pratique, elle n’hésite pas à faire ce qui doit être fait, même si c’est contre son éducation, contre son envie, contre les traditions. Au début de ce tome, elle souffre terriblement, et c’est à elle de tout porter à bout de bras : sa famille malade, Mélanie et son nouveau-né… Et c’est à ce moment-là qu’elle devient une héroïne extraordinaire. J’ai ressenti tellement de compassion et d’admiration pour elle, que c’était impossible de continuer à ne pas l’aimer.
Elle devient ensuite une femme qui s'émancipe, en gérant ses affaires commerciales. Du haut de notre 21° siècle, c'est choquant de voir comme c'est choquant pour une femme de gérer un business d'une main de maître (certes, avec une certaines cruauté).

La relation avec Rhett continue comme elle avait commencé : Rhett n’ose pas dévoiler ses sentiments, tant il craint la cruauté de Scarlett, et Scarlett se croit toujours amoureuse d’Ashley et n’a aucune idée des sentiments de Rhett.

Le contexte est celui de la fin de la guerre de Sécession. Les Sudistes en déroute, les Yankees conquérants. Considéré du point de vue de Margaret Mitchell, c’est assez déstabilisant. Il est dit que Lincoln ne libère les esclaves que pour avoir des voix en plus, que les anciens esclaves sont encouragés à recourir à la violence… Finalement, pour ce début de libération, Margaret Mitchell affirme que « c’était bien mieux avant », même pour les esclaves. Simplement parce qu’ils étaient nourris, logés, un minimum éduqués. Alors qu’à présent, ils sont libres, certes, mais à la rue, livrés à l’alcoolisme et la débauche, manipulés par les politiciens pour broyer leurs anciens maîtres.
Bref, il s’agit de prendre du recul sur tout ça, tant les descriptions sont le contraire de ce que l’on nous a appris. C’est aussi cela, la force (cachée) de cette œuvre : nous obliger à faire la part des choses.

Cette seconde partie d’Autant en emporte le vent grimpe de plusieurs crans en terme d’intensité. La romance entre Scarlett et Rhett est un peu mise de côté pour privilégier le côté sociologique : la reconstruction d’un Sud détruit par une jeune femme d’une grande volonté, prête à tout pour ne plus jamais souffrir de la faim.
Candide Candide
Voltaire   
Bien sur, c'est un livre à lire.
Bien sur qu'il est incontournable.
Mais désolée, je n'ai vraiment pas aimé !
J'ai eu l'impression de lire 5 fois les même chapitre, à quelques variantes près.
On lit le premier, un du milieu et le dernier chapitre et on a lu le livre !

par Gomette
Michel Strogoff Michel Strogoff
Jules Verne   
Mon Jules Verne préféré !
Le fait que cela se passe en Russie rend ce roman d'aventures très original, on découvre différents paysages russes avec Michel Strogoff ainsi que les complots à la cour du tsar et la guerre contre les Tartares.
Le style est fluide, prenant, il y a de nombreux rebondissements et un vrai suspense (Strogoff avertira-t-il le frère du tsar à temps ?) et les personnages sont attachants (mention spéciale aux deux journalistes, l'Anglais et le Français, complètement décalés par rapport au reste de l'intrigue et qui amènent des passages assez drôles).
Bref, un excellent roman pour la jeunesse !
Germinal Germinal
Émile Zola   
Émile Zola est un génie des mots, qui n'est pas à la porté de tout lecteur. Je suis contente d'avoir pu apprécier ce livre, car il aide vraiment à comprendre beaucoup de choses sur l'histoire.

par Zélyie
Le Tour du monde en 80 jours Le Tour du monde en 80 jours
Jules Verne   
Un bon livre de Jules Verne, on se retrouve plongé dans cette aventure autour du monde pleine de rebondissements, d'action et d'émotion. On est tellement prit par ce tour du monde qu'on en vient maudire les obstacles qui peuvent entraver le bon déroulement du voyage de Phileas Fogg, j'ai d'ailleurs était trés étonnée par le flegme dont fait preuve ce dernier et ce même dans des situations où il y avait de quoi stresser ! J'ai beaucoup aimé le personnage de Passepartout qui apporte un peu de légéreté et de fraicheur face à l'impassibilité des autres personnages qui risquerait au fur et à mesure de devenir lourde. La fin est trés surprenante et en même temps trés émouvante.

par Merytamon
Jane Eyre Jane Eyre
Charlotte Brontë   
Très joli roman. J'ai beaucoup aimé. Charlotte Brontë n'est pas tout à fait dans le même registre que Jane Austen car Charlotte a un univers beaucoup plus sombre que Jane

par marjolen7
Autant en emporte le vent, tome 3 Autant en emporte le vent, tome 3
Margaret Mitchell   
3ème tome… Le début, ultra intéressant historiquement : la justification du Ku-Klux-Klan. C’est assez incroyable comment Margaret Mitchell justifie tout naturellement des atrocités en présentant ce… "groupement" comme une sorte de club dans lequel des hommes courageux et aimants s’investissent pour venger leur famille agressée par un homme dont les actions abominables sont dans le cadre de la loi. Franchement, par rapport à ce qu’on sait des personnages (Franck, Ashley…) cette action punitive semble exagérée : tuer un homme pour avoir bousculé Scarlett. C’est ainsi que s’arrête la justification de Margaret Mitchell, qui tout de même, campe un Rhett Butler contre un tel groupe (mais c’est une fripouille, et en plus, il en vient à les aider à se sortir d’affaire, alors…). Bref, la propagande pro-Sudiste continue.

Et par contre, la relation Scarlett/Butler… évolue sans bouger. Chacun étant campé sur ses positions, étant persuadé de savoir ce que l’autre ressent, Rhett espérant ardemment que le cœur de Scarlett lui appartienne enfin. Rhett, tellement touchant dans ce tome. Ils continuent à se tourner autour. [spoiler]Et quand enfin, cela aurait pu bien finir, quand enfin, Scarlett réalise qu’elle l’aime… Mon Dieu, c’est trop tard, comme par hasard Rhett s’est lassé d’attendre en vain. Quelle frustration, après des moments d’une rare intensité (la « vraie » nuit d’amour, la convalescence de Scarlett après sa chute...) ![/spoiler]

Finalement, Scarlett réalise deux choses trop tard. [spoiler]D’abord, elle réalise son amour pour Mélanie alors que celle-ci est mourante. Un trait détestable de Scarlett était son mépris, sa jalousie (qu’elle soit mariée à Ashley, que Rhett l’admire…), voire sa haine, pour Mélanie. Et finalement, elle se rend compte que sa belle-sœur était son pilier, que si elle, Scarlett, lui a sauvé la vie, c’était pour de mauvaises raisons tandis que Mélanie a tout fait pour elle par pure bonté d'âme.
De suite après, elle comprend que c’est de Rhett dont elle est amoureuse et que, comble de bonheur, il l’aime aussi ! Mais elle ne réalise pas immédiatement qu’il est trop tard. Et c’est là toute la tragédie : alors qu’on suit avec attention les changements dans la perception de Scarlett et qu’on se réjouit de chaque progrès, on est déçu dès que Rhett la rembarre et ont finit désespéré lorsqu’on réalise à notre tour qu’il a renoncé, qu’il a renoncé, affirme-t-il, définitivement. Tout ça pour ça ! Suivre l’éclosion et la prise de conscience d’un amour pour finir sur un échec !
J’espère de tout cœur que dans sa réalité parallèle, Scarlett a réussi à reconquérir Rhett. Je pense que si elle s’y prend de la bonne manière, elle peut. C’est notre seul espoir pour ne pas détester cette magnifique œuvre ![/spoiler]

Mais quoi qu'il en soit, peut-être avant d'être une grande histoire d'amour, cette œuvre est une gigantesque fresque historique. On comprend la mélancolie de Margaret Mitchell face à des traditions perdues, à ce Sud bafoué. Magnifique.
Le château de Cassandra Le château de Cassandra
Dodie Smith   
J'ai passé un très bon moment en lisant le journal de Cassandra et les descriptions qu'elle nous donne de son château et de sa famille pour le moins assez excentrique, mais attachante ! Le style est très agréable à lire et j'ai bien aimé les différentes allusions à Jane Austen et Emily Brontë. Le roman offre des moments légers, cocasses, mais aussi touchants et montrant les réflexions de Cassandra au sujet de la religion et de la fin de l'enfance.
Une bonne surprise !

par Philla