Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de emiliegrgd : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Chère Mamie Chère Mamie
Virginie Grimaldi   
Pourquoi il faut absolument acheter et lire ce livre ?

Tout d'abord parce qu'il ne coûte que cinq euros. Ensuite parce que tous les bénéfices sont reversés à l'association Cékedubonheur donc en prime vous faites une bonne action. Enfin, c'est un écrit de Virginie Grimaldi et ça, ça n'a pas de prix. Vous êtes forcément assurés de passer un agréable moment de lecture.

C'est un petit livre que j'ai dévoré et qui m'a fait passer un bon moment pendant mon voyage en train. C'est un livre de poche donc vous pouvez l'emmener partout avec vous. Le format est plutôt sympathique puisque vous avez une anecdote sous forme de lettre adressée à la mamie de Virginie Grimaldi avec, sur la page d'à coté, une photo qui illustre ladite anecdote en question. Un format très original donc !

Ne passez pas à côté de ce concentré de bonne humeur et ce savoureux cocktail de fous-rires !
Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie
Virginie Grimaldi   
http://readingissosexy.com/le-parfum-du-bonheur-est-plus-fort-sous-la-pluie-par-virginie-grimaldi/

De quoi ça parle ?

La vie de Pauline n’est plus qu’un champ de ruine depuis que son mari lui a annoncé qu’il voulait divorcer. Après 15 ans de vie commune, elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui avoue ne plus l’aimer. La trentenaire n’a plus qu’une seule solution : retourner vivre chez ses parents avec son petit garçon de 4 ans et tenter de se reconstruire, tant bien que mal.
Elle est cependant certaine que Ben l’aime toujours, mais qu’il a simplement oublié ce qu’il ressentait pour elle. Elle va donc se mettre au défi de lui faire réaliser à quel point ils sont faits l’un pour l’autre en lui écrivant leurs plus beaux souvenirs.
Mais replonger dans le passé ne se fait pas sans douleur…

A quoi faut-il s’attendre ?

Pauline est mise au pied du mur du jour au lendemain lorsque son mari lui annonce qu’il ne l’aime plus. Elle se retrouve donc dans une situation que beaucoup de couples rencontrent un jour ou l’autre. L’auteure aborde donc les thèmes du divorce, de la garde partagée d’un enfant, de la solitude qui suit la rupture. L’héroïne est obligée de se remettre en question afin de comprendre comment son couple en est arrivé là où il est aujourd’hui. Grâce à sa famille et à son psy, elle va parvenir à mettre des mots sur ses souffrances.
Des secrets de famille vont être déterrés, des choses tues depuis trop longtemps vont enfin éclater.
Pauline va découvrir que la vie est loin d’être aussi rose qu’elle n’y paraît pour ses proches. Elle va s’apercevoir que la joie et le bonheur ne sont parfois qu’une façade pour cacher les couches de souffrance de tout-un-chacun.

Les personnages sont attachants et poussent le lecteur à se questionner sur sa vie et sur ses relations avec ses proches.
Pauline, l’héroïne, va se confronter à sa mère, son père, sa sœur cadette et son frère. Elle va comprendre les erreurs qu’elle a commises avec son mari, mais pas seulement.
Chaque personnage apporte à l’histoire son lot d’émotions et d’humour.

Il s’agit, à mon sens, d’un roman qui ne plaira pas aux plus jeunes car il n’est pas adressé à ce public. Il l’est davantage pour les femmes de 30 ans et plus qui ont une vie de famille déjà bien établie.

L’écriture de Virginie Grimaldi est fluide et rythmique, ponctuée de touches d’humour absolument délicieuses. Les pages défilent et on ne se lasse pas un seul instant de cette légèreté !

Mon avis :

Ce roman est un coup de cœur ! J’ai passé un excellent moment en compagnie de Pauline et de sa famille qui m’a fait rire et trembler d’émotion.
J’ai même failli pleurer à la fin du livre… L’auteure est incroyablement douée pour développer les émotions pour, tour à tour, nous faire rire et nous provoquer des frissons dans le corps.
J’ai pu m’identifier par bien des aspects à Pauline, ce qui a certainement joué dans l’appréciation de ce bouquin.
A la lecture de cette histoire, je me rends compte que toutes les familles ont leur lot de secrets et de souffrance. Les apparences sont trompeuses. Souvent, nous avons l’impression qu’un couple, une famille se porte bien, respire le bonheur, mais nous sommes parfois bien loin de la vérité.
Pauline s’est voilé la face pendant longtemps, jusqu’à ce que son mari lui ouvre les yeux en la quittant.
Ce roman nous pousse dans nos retranchements et nous force à observer notre propre vie. C’est ce que j’apprécie dans mes lectures : être forcée à me questionner sur ma vie.
Malgré son caractère un peu dramatique, sachez que cette histoire est drôle et légère. J’ai eu de nombreuses fois le sourire tout au long de ma lecture !

Ma note : 5/5
Ten Tiny Breaths, Tome 1 : Respire Ten Tiny Breaths, Tome 1 : Respire
K. A. Tucker   
Ten Tiny Breaths est une bouffée d'air frais.
Kacey est dévastée, détruite par un accident qui a tué la plupart des siens. Elle s'est réfugiée dans la drogue, dans le sexe, dans la violence. Mais Livie, sa petite soeur, son unique famille, a besoin d'elle plus que jamais.
Pour Kacey, l'enfer est pour ceux qui reste. Dévastée par une haine contre la vie, contre ceux qui ont tués sa famille. Ce livre est centré sur la valeur du pardon. Comprendre la douleur des autres avant de penser à la sienne. Et pardonner ce qui parait impardonnable. Parce qu'un accident est vite arrivé, parce que la culpabilité est la pire des souffrances.
[spoiler]La fin était parfaite, un coup de pinceau pour finaliser une oeuvre d'art. Trent/Cole ne ressemble en rien au meurtrier qu'on se fait de celui qui est responsable de cette accident. Il est lui aussi dévasté par cette horrible nuit qui le hante depuis toujours. Un accident est vite arrivé, on ne peut pas en vouloir à la terre entière. Il faut pardonner pour aller de l'avant. Pour se sentir hors de l'eau et respirer enfin.[/spoiler]
“Just breathe. Ten tiny breaths … Seize them. Feel them. Love them.”
Pour conclure, Je vous le recommande vraiment. La lecture (en anglais) est peut être un peu plus complexe au niveau du vocabulaire, mais il en vaut largement la peine. Ce livre est un vrai petit bijoux. Précieux et qui comporte une morale simple et pourtant si compliquée.

par Kiiwako
Ten Tiny Breaths, Tome 0.5 : In Her Wake Ten Tiny Breaths, Tome 0.5 : In Her Wake
K. A. Tucker   
Si vous n'étiez pas encore sous le charme de Trent Emerson, vous le serez après avoir lu ce livre.

Ce préquel est tout simplement formidable. On découvre Cole Reynolds le jour de l'accident et on suit son évolution pendant quatre ans et demi et sa "transformation" en Trent Emerson. Ici, l'auteure approfondit le mal être de Cole, la culpabilité qui le ronge et je l'ai ressentie aussi bien que si j'avais moi-même provoqué l'accident. On comprend beaucoup mieux ses motivations et pourquoi est-ce qu'il a agi de la sorte. On apprend aussi des choses qui n'apparaissent pas dans "Respire", [spoiler]comme sa première rencontre avec Kacey[/spoiler].
Le livre se lit facilement en anglais, c'est assez rapide.
Un véritable coup de cœur qui m'a replongée dans l'ambiance du tome 1 de la série de K. A. Tucker.

par Naaimou
Ten Tiny Breaths, Tome 2 : Mentir Ten Tiny Breaths, Tome 2 : Mentir
K. A. Tucker   
https://aliceneverland.wordpress.com/2015/03/30/mentir-k-a-tucker-ten-tiny-breaths-2/

J’avais lu le premier tome de Ten Tiny Breaths il y a seulement quelques jours, et j’avais adoré cette lecture, véritable coup de cœur. Alors quand j’ai reçu le second tome, je n’ai pas hésité à interrompre tout ce que je faisais pour me plonger dedans.

Livie, la petite sœur de Kacey, fait son entrée à l’université de Princeton, son objectif depuis des années. Mais Kacey reste inquiète pour sa sœur qui suit un chemin qu’elle s’est tracé alors qu’elle n’avait que neuf ans, sans véritablement savoir si depuis ses aspirations avaient changées. Car Livie n’a jamais vraiment cherché à revoir sa feuille de route, la dernière phrase de son père restant ancrée dans sa tête : « Rends moi fier. ». Kacey appelle alors le docteur Stanley à la rescousse. Ce dernier va ainsi ordonner à Livie de profiter de la vie, de sa jeunesse, et surtout de trouver qui elle est vraiment et ce qu’elle désire avant tout. Et si, par hasard, sa route croise celle de deux garçons complètement opposés mais représentant parfaitement sa dualité - le parfait Connor, gendre idéal que son père aurait adoré, et le ténébreux Ashton, fêtard absolu passant de filles en filles - , pourquoi ne pas se lancer ?

Livie paraissait tellement sage dans le premier tome que je redoutais un peu celui-ci qui lui était entièrement consacré. J’avais peur de retrouver une héroïne fade, certes gentille et douce, mais sans trop grand intérêt. Je me suis royalement trompée sur toute la ligne. Livie elle-même croyait être tout simplement banale, et finalement ce tome se révèle être une véritable introspection, qu’elle en soit consciente ou non, et je me suis régalée à la voir déployer ses ailes.

Livie est très différente de sa sœur, bien plus posée, plus sage. Peut-être trop, et c’est ce qui a inquiété Kacey, de la voir devenir une adulte avant même d’en avoir l’âge. Car Livie a dû être forte pour elles deux à travers les épreuves qu’elles ont traversées, et c’est elle qui a permis à Kacey de tenir bon. Mais surtout, c’est elle qui a tout pris en main, quitte à mettre sa vie de jeune adolescente entre parenthèse. Tant que sa sœur était là, elle n’avait besoin de rien d’autre et continuait à poursuivre son rêve de petite fille : intégrer l’université de Princeton, lieu où son père avait fait ses études avant elle. Sauf que cette rentrée va être le déclencheur de toute une prise de conscience et d’expériences pour Livie : est-elle vraiment faite pour travailler dans un milieu où s’entremêlent enfants et mort comme elle le croyait ? Ces études valent-elles la peine d’être séparée de la seule famille qu’il lui reste ? Doit-elle écouter son cœur ou sa tête ?

C’est une évolution très réaliste, et très touchante du personnage… On la voit petit à petit prendre son envol, lâcher prise sur la personnage carrée qu’elle pensait être, sans pour autant renier les valeurs qui font la personne qu’elle est aujourd’hui. Le ton est juste, tout est parfaitement à sa place et j’ai immédiatement accroché. Pourtant l’ambiance est très différente du premier tome, moins sombre, moins violente, mais tout aussi prenante.

K. A. Tucker a ainsi su faire évoluer son roman exactement comme il le fallait, elle change totalement d’environnement par rapport à Respire, et cela fonctionne à merveille. Elle a ainsi réussi à me surprendre, m’emmenant là où je ne m’y attendais absolument pas, tout en faisant la lumière sur une Livie que l’on pensait des plus simples.

Ce livre m’a énormément touchée, peut-être même plus que le premier. Toutes les émotions sont à leur place et mon pauvre petit cœur a connu pas mal de soubresauts tout au long de cette lecture. J’ai été très émue, souvent, et j’ai eu les larmes qui ont menacées de couler à plusieurs moment. Le ton est juste, parfaitement, on ne tombe pas dans le larmoiement. Mais K. A. Tucker arrive à mettre le doigt juste là où il faut, et sait mettre en évidence ce qu’elle veut que l’on ressente. J’ai véritablement été chamboulée par cette plume qui se révèle être une nouvelle fois des plus magnifiques.

C’est sans surprise un véritable coup de cœur que j’ai eu pour ce roman, bien différent du premier opus, mais qui m’a tout autant embarquée. J’ai adoré retrouver les personnages de Ten Tiny Breaths, mais également en découvrir d’autres qui trouvent à leur tour facilement leur place. K. A. Tucker signe une nouvelle fois un véritable page-turner avec Mentir, tout en nous surprenant en changeant radicalement de ton et de décor. J’ai adoré, tout simplement adoré.

par Kesciana
Ten Tiny Breaths, Tome 4 : Five Ways to Fall Ten Tiny Breaths, Tome 4 : Five Ways to Fall
K. A. Tucker   
ça fait deux ans que j'ai lu les trois premiers tomes de cette série et je me rappelle avoir beaucoup aimé et même d'avoir pleuré... Comme la sortie de ce tome en français n'était pas prévue, j'ai décidé de le lire en anglais... J'ai adoré l'histoire de Ben et de Reese et j'ai beaucoup ri de leurs frasques. Cependant ce tome m'a quand même semblé plus doux et moins dur que les autres. Je me rappelle que l'histoire de Charlie dans le 3ème tome était assez pénible à suivre. En comparant, les passés de Resse et de Ben même s'ils étaient assez sordides, ne m'ont pas aussi choqué que le premier et le troisième tome. Bref, ça reste quand même une magnifique histoire d'amour qui m'a fait rire plus que jamais.

par zoubaayed
Exilée Exilée
Adriana Kritter   
Comme beaucoup de grands lecteurs, j’ai toujours un roman dans mon sac quand je sors de chez moi, même lorsque je sais pertinemment que je n’aurai pas le temps de lire : on ne sait jamais, je trouverai peut-être un petit peu de temps pour avancer dans ma lecture ! Dès que cela m’est possible, je sors prestement mon compagnon du jour du sac et je dévore quelques pages par-ci, quelques pages par-là … On ne s’ennuie jamais lorsque l’on a un livre avec soi ! C’est ainsi qu’hier, au lieu de rester sans rien faire pendant que mes parents signaient le devis pour la demande de permis de construire, j’ai attrapé Exilée qui attendait patiemment d’être entamé et je me suis plongée avec joie dans cette dystopie qui me semblait incroyablement prometteuse … Le moins que l’on puisse dire, c’est que mon intuition était juste : quel merveilleuse lecture, quelle fantastique découverte !

Jasmine vient d’avoir dix-sept ans … mais ce jour d’anniversaire est loin d’être des plus réjouissants, bien au contraire. Suite à un terrible accident qui a laissé son fiancé entre la vie et la mort, la jeune fille est jugée responsable de ce tragique événement : si elle ne s’était pas rendu en forêt malgré l’interdiction du chef du village, Hélias n’aurait pas eu besoin de venir l’y chercher, et l’ourse ne l’aurait pas grièvement blessé … De plus, si elle était sagement restée au village, Jasmine n’aurait pas tué ce pauvre animal, et ne serait pas présentement enfermée en attente de son jugement. Car un tel crime de sang mérite une punition exemplaire … Mais jamais Jasmine n’aurait imaginé que sa peine serait ainsi cruelle que le bannissement … Désemparée, envahie par la culpabilité et l’inquiétude, Jasmine décide de tenter le tout pour le tout pour sauver son fiancé : en suivant les indications de la guérisseuse du village, la jeune fille va braver les interdits et se rendre au-delà de la rivière, dans ce territoire qui effraye tant les villageois, à la recherche d’une médecin capable de sauver Hélias …

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre lorsque j’ai commencé ce livre, mais une chose est sûre, il a dépassé de très loin toutes mes espérances ! Tout commence avec le bannissement de Jasmine, conséquence directe de son escapade en forêt et de l’accident qui en découla. L’auteur ne perd pas de temps à nous expliquer en détail le mode de fonctionnement du village : elle se contente de nous mettre devant le fait accompli, Jasmine est bannie pour avoir mis en danger un membre de la communauté et avoir bafoué les règles ancestrales en tuant un animal. On est directement plongé dans l’action, d’autant plus que les chapitres sont assez courts et que les différents rebondissements s’enchainent rapidement : si je suis d’ordinaire assez peu réceptive aux récits où les péripéties se succèdent à un rythme effréné, je dois bien admettre m’être laissée entrainée sans m’en rendre compte ! L’histoire avance vite, sans temps morts, sans éléments superflus … Et même si j’apprécie habituellement les récits proposant un certain équilibre entre péripéties et interludes plus « calmes », il faut reconnaitre que ce premier tome rempli à merveille son rôle : faire passer au lecteur un excellent moment de lecture en sa compagnie !

Bien plus qu’un simple divertissement, l’auteur nous offre également une dystopie très efficace. En premier lieu est ainsi abordé notre rapport à la nature et, plus précisément, la façon dont nous traitons les animaux. La souffrance animale est ici abordée sans le moindre filtre, et certaines scènes m’ont tout simplement retourné le cœur et fait monter les larmes aux yeux : comment les hommes, censés être plus civilisés que les animaux, peuvent-ils faire subir à ces derniers de tels supplices ? J’ai toujours été effarée par le manque de respect dont l’homme fait preuve à l’encontre des animaux … Que nous mangions de la viande, pourquoi pas, l’être humain étant par nature un carnivore au même titre que d’autres mammifères, mais que nous nous permettions de faire souffrir ainsi des animaux, c’est quelque chose qui m’a toujours révoltée … et on sent bien qu’il en est de même pour l’auteur. Une vache destinée à l’abattoir mérite autant de respect que le chat que nous aimons avoir sur les genoux, et il est de notre responsabilité, à nous qui nous permettons d’exploiter ces pauvres bêtes pour notre alimentation, de faire les choses correctement en les traitant correctement.

Mais une autre thématique est également abordée dans ce récit, avec beaucoup de finesse et de lucidité. L’auteur ne se contente ainsi pas de dénoncer les dérives de la recherche scientifique avec les expérimentations sur des sujets vivants, ce que bien des auteurs de dystopie ont déjà fait. Non, elle questionne directement le bien-fondé de cette recherche : à vouloir sans cesse jouer avec l’ordre naturel des choses, ne risquons-nous pas de faire pire que mieux ? Adriana Kritter ne s’arrête pas uniquement à la quête de l’immortalité qui anime l’homme depuis toujours. Elle évoque également, à demi-mots, la « course au confort » de notre société actuelle : lorsque j’étais petite (et cela ne remonte pas si loin que cela), lorsque l’on avait un rhume, on prenait notre mal en patience. On sortait les mouchoirs, on se contentait de lait chaud avec du miel pour apaiser notre gorge irritée, et on attendait quelques jours que ça aille mieux. Maintenant, on se gave de pastilles pour la gorge, de sirop pour la toux, de sprays nasals pour mieux respirer, de comprimés pour la fatigue … sans même réfléchir à ce que nous sommes en train d’ingérer, parce qu’il ne faut surtout pas s’imaginer que ces produits sont inoffensifs ! Dans ce roman, la situation est poussée à l’extrême puisque les maladies, ou plutôt le principe même de la maladie, a été éradiquée : plus personne n’attrape de rhumes ou d’angines, ce n’est pas merveilleux ? Au premier abord, si, c’est tellement plus agréable … mais les conséquences de ce « miracle de la science » sont assez dramatiques. Bien évidemment, nous n’en sommes pas là, mais ce livre invite à remettre les choses à leur place : pour les petites maladies inoffensives, avons-nous réellement besoin de ces produits chimiques néfastes au long terme, ou ne pouvons-nous donc pas plutôt accepter d’avoir le nez bouché et la voix enrouée pendant deux petits jours ?

En bref, un roman aussi sympathique qu’intéressant, qui plaira autant aux lecteurs avides d’aventure que les lecteurs passionnés de romans d’anticipation. Derrière cette couverture sobre se cache une dystopie vraiment efficace, mais aussi une belle histoire d’amitié qui prend finalement plus de place que la romance que laisse pourtant présager la quatrième de couverture. Des personnages terriblement attachants (mention spéciale à Gary, à son sale caractère et à son cœur d’artichaut bien caché derrière ses airs de brute épaisse et insensible !), une histoire qui mêle action, mystère, émotion et humour, une plume tout simplement magnifique … Que pourrait-on demander de plus ? Peut-être le tome deux : la fin de ce premier volume est tout simplement éprouvante pour les nerfs, elle vous laisse sur votre faim, elle vous fait pousser des hurlements de protestations (« nan mais c’est pas vrai, elle ne peut pas nous laisser avec une fin pareille ?! » … si, si, elle peut, et elle l’a fait) … Bref, de la même manière que vous ne pourrez plus vous arrêter de lire une fois que vous aurez commencé ce livre, vous ne pourrez plus vous empêcher d’attendre continuellement la suite une fois que vous l’aurez terminé !

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2018/03/exilee-adriana-kritter.html

par Aryia