Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
719 474
Membres
1 036 885

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« — C’était obligatoire ? murmurai-je.

— C’est comme ça que fonctionnent les loups-garous, répondit Lukas. Pour eux, la hiérarchie et le pouvoir sont plus importants que tout. Tout le monde connaît sa place. Parfois, ils ont juste besoin d’un peu d’aide pour s’en souvenir.

Il me jeta un regard en coin.

— Tony connaissait sa place.

Ce qui voulait certainement dire que je ne connaissais pas la mienne.

— Et les vampires ? demandai-je. Ils sont obsédés par la hiérarchie aussi ?

— Quand on est un vampire, dit Lukas en dévoilant ses crocs blancs, il y a une seule chose à savoir en ce qui concerne la hiérarchie et le pouvoir.

Il s’arrêta et attendit que je lui pose la question. Je soupirai et m’exécutai.

— Je vous écoute. Qu’est-ce qu’il faut absolument savoir ?

— Que c’est moi qui commande, répondit-il avec un grand sourire. »

Afficher en entier

— Le plus terrible ennemi du savoir, ce n’est pas l’ignorance, c’est le refus de remédier à cette ignorance. C’est de ça qu’il faudrait plutôt avoir peur. Vous, au moins, vous essayez d’apprendre. 

Afficher en entier

Ce n’était pas de la nuit qu’il fallait avoir peur. Quoique c’était sans doute la vodka qui parlait, là. 

Afficher en entier

- Je n'apprendrai jamais tout ce qu'il y a à savoir des paras, marmonnai-je autant pour moi que pour Kennedy. On parle la même langue, on vit dans la même ville et on respire le même air... et c'est à peu près tout ce qu'on a eu en commun.

- Le plus terrible ennemi du savoir, ce n'est pas l'ignorance, c'est le refus de remédier à cette ignorance. C'est de ça qu'il faudrait plutôt avoir peur. Vous, au moins, vous essayez d'apprendre.

Je ne m'attendais pas à trouver un philosophe au Crystal.

Afficher en entier

Un loup-garou, un vampire et un zombie entrent dans une morgue... Ça aurait pu être le début d'une blague. Malheureusement, je n'étais pas sûre que la chute soit drôle.

Afficher en entier

Puis il désigna mon bras. J’avais enroulé une serviette autour pour qu’on ne voie pas le sang, mais c’était certainement impossible d’essayer de tromper un vampire sur ce sujet.

— Montrez-moi, ordonna-t-il.

Je soupirai et dépliai précautionneusement la serviette, tout en grimaçant lorsqu’elle se décolla de ma peau. Il examina ma blessure et fronça les sourcils devant les marques évidentes de morsure.

— Il ne faut pas prendre les morsures de loup-garou à la légère.

— Quoi ? demandai-je d’un ton taquin. Vous pensez que je vais me transformer en loup ?

— Ce serait bien la première fois que ça arriverait à la suite d’une seule morsure, dit-il en levant les yeux. Mais vous devez faire attention à ce que ça ne se reproduise pas. Quand nous trouverons Cassidy, laissez-moi m’occuper d’elle. Deux morsures en une journée, ça risquerait de s’avérer problématique. Et si vous en recevez trois… c’est la transformation presque assurée.

Je clignai des yeux.

— C’est si facile que ça ?

— Rien n’est facile quand on devient un loup-garou.

Il fit claquer sa langue et pencha la tête vers mon bras.

— Euh, Lukas ? demandai-je, nerveuse. Qu’est-ce que vous faites, au juste ?

— Du calme, murmura-t-il. Je ne vais pas boire votre sang. Je ferai attention.

Je sursautai quand je sentis le bout pointu de ses crocs effleurer ma peau. Puis il sortit la langue et, avec la délicatesse d’un petit chat, il lécha les bords de ma plaie. Je fixai sa tête sombre.

— Écoutez, je ne suis pas très à l’aise…

Il releva la tête vers moi et m’indiqua la première plaie. Je la regardai. Le sang ne coulait plus ; elle s’était refermée. Je lâchai une exclamation de stupeur.

— La salive des vampires a des propriétés curatives, expliqua-t-il. Je continue, ou « vous préféreriez que j’arrête ?

— Non, croassai-je. Continuez.

Il sourit et pencha la tête une fois de plus. C’était la sensation la plus étrange au monde ; ça râpait un peu, mais c’était aussi agréablement chaud.

— C’est impressionnant, dis-je une fois qu’il eut léché toute la blessure.

— Les merveilles de l’évolution, marmonna Lukas. Après tout, on ne peut pas laisser les humains quitter Soho avec du sang qui coule encore de leur cou à cause d’une morsure de vampire, dit-il avec un sourire un coin. On ne peut pas faire grand-chose pour les blessures trop sérieuses, mais pour celles-ci, c’est du gâteau. Et en plus, ça a bon goût.

Il se lécha les lèvres.

— Beurk, dis-je avec une grimace de dégoût. 

Afficher en entier

— Vous avez du houmous ?

Tony et la femme échangèrent un regard.

— D’Artagnan, dit-il en secouant la tête. C’est la meilleure viande que tu mangeras de ta vie.

— Du fromage, sinon ? demandai-je. Vous en avez ? Et de la salade ?

Les épaules de Tony s’affaissèrent et il me regarda d’un air dépité.

— Oh non…

— Quoi ?

— Non, non, non, d’Artagnan. Ça ne va pas du tout. Ne dis rien. Ne prononce pas ce mot.

Je croisai les bras.

— Je suis végétarienne. 

Afficher en entier

'Uh…’ I turned it over in my hands. ‘I’m only here for two weeks. I won’t be staying.’

She shrugged. ‘You never know.’

I did know. Once my rotation here was over, I wouldn’t even look back.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode