Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de EmmaTonight : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une
Raphaëlle Giordano   
La lecture c'est ça aussi : nous faire réfléchir, nous faire prendre conscience de certaines choses! C'est ce que réalise l'auteur grâce à son roman!
En terminant ce livre, j'ai envie d'être positive, de m’émerveiller de tout et de rien; de faire comme Camille, d'apprendre à être zen, enthousiaste et relaxée.
Hormis ce côté réflexion, c'est un roman bien écrit, pas trop de détails pompeux, on entre vite dans le vif du sujet. C'est ce qui me faisait le plus peur, mais c'est franchement bien réussi. J'ai tout de suite accroché et je ne me suis jamais ennuyée.
Aussi, l'histoire en tant que telle est intéressante: tout le monde a des hauts et des bas et parfois être confronté à un personnage qui vit la même chose que nous, ça nous intéresse; on peut lui piquer quelques idées pour aller mieux. Quelque chose me dit que c'est même l'idée de l'auteur. On sent qu'elle a écrit cette histoire pour "aider" ses lecteurs et je suis presque sûre que ce sera le cas.
Pour ma part, ce fut un roman qui m'a "bouleversée", m ' a donné envie de réagir , de changer. Bref, une belle histoire qui donne envie d'apprendre à être vraiment heureux!

par Caro2
Expérience Noa Torson, tome 1 : Ne t'arrête pas Expérience Noa Torson, tome 1 : Ne t'arrête pas
Michelle Gagnon   
J'ai adoré ce thriller !
Un rythme palpitant, des personnages bien accrochés et qui ne se lamentent pas sur leur sort, une belle plume et des scènes de course poursuites bien imaginées : personnellement je suis fan !


Au-delà d'un nouveau côté du hacking dévoilé, Michelle Gagnon nous parle d'une vérité bien triste que peu de gens croient et qui pourtant persiste : les jeunes à la rue dont personne ne se soucie et qui sont souvent utilisés à des fins malhonnêtes... Et cela existe partout dans le monde !

Je trouve que le choix des personnages est vraiment bien pensé : deux jeunes de deux horizons totalement différents qui pourtant se retrouvent dans la même galère et à devoir se débrouiller dans un monde où la corruption est présente à chaque coin de rue.

Ils sont d'ailleurs très attachants et leur histoires également... Ce sera un plaisir pour moi de les retrouver bientôt !

À lire intensément !

par lilisyco
Midnight Sun Midnight Sun
Trish Cook   
Ce livre est trop peu connu et je trouve cela bien dommage, car ce livre est un petit bijou de lecture un beau coup de cœur. Je voulais faire une pause d'un mois de lecture, mais quand ce livre est apparu dans mes suggestions je n’ai pas eu d'autre choix que de laisser ma pause de coter le résumer était tellement intéressant. Je ne regrette pas mon choix, car ce livre est très touchant, mais tellement trop court j'en voulais toujours plus. Très bien écrit rempli de beau sentiment. Un livre à lire sans hésitation. [spoiler]Attention il faut prévoir des mouchoirs.[/spoiler]
Les Garçons de l'été Les Garçons de l'été
Rebecca Lighieri   
J'ai détesté ce roman ! Je suis pourtant allée jusqu'au bout car je voulais connaître le sort réservé à un personnage méprisable... mal m'en a pris.

Premier élément fâcheux, le style de l'auteure... "Thadée et Zachée sont beaux, T et Z sont les plus forts", on aura compris que nos héros sont des apollons, pas la peine de le répéter à chaque chapitre jusqu'à écoeurement du lecteur.
Ensuite, le fait de multiplier les narrateurs pour connaître les travers de l'un d'entre eux est un procédé que j'ai rencontré il y a peu dans "Dans les angles morts" d'Elisabeth Brundage et l'autrice utilisait cette méthode avec brio, cela lui permettait de donner une plus grande profondeur aux personnages. Ici, le vocabulaire variait si peu entre deux protagonistes, y compris entre ceux qui n'avaient pas du tout le même âge, que j'avais l'impression d'avoir affaire à la même personne en permanence...

Vous l'aurez compris, ce roman a peut-être une belle couverture mais une fois ouvert, il sonne terriblement creux et la fin ne rattrape rien. Non vraiment, une sacrée déception !

par Rowena77
Everything, Everything Everything, Everything
Nicola Yoon   
C'est une claque majestrale que je viens de me prendre après avoir refermé ce livre.

Outre le fait qu'il soit magnifique, il est merveilleux à l'intérieur. L'histoire est puissante, pleine de beauté, et plein de bon sens.
Je ne m'attendais à rien en particulier en commençant ce livre, d'ailleurs, je ne savais même pas de quoi cela parlait, Préférant me plonger dans un univers inconnu.

C'est l'histoire de Madeline. Cette dernière a quasiment passé sa vie enfermer chez elle, protéger par des appareils de changement d'air, dans une pièce sans poussière, sans personne extérieur, sans maladie. Madeline a une maladie rare, elle est allergique au monde. Sa vie est monotone, mais elle l'aime puisqu'elle n'a connu que ça. Elle passe ses journées à lire, à étudier, et à passer du temps avec sa maman et son infirmière (meilleure amie) Carla.
Jusqu'au jour ou de nouveaux habitants emménagent dans la maison d'en face, et Oliver (plus souvent surnommé Olly), fait son apparition et va bousculer la vie de Madeline.

Ce livre m'a fait aller de découverte en découverte. Premièrement, j'ai beaucoup appris de la maladie de Madeline, la maladie de DICS. Cette dernière est expliquée de manière simple et ludique, ce n'est pas un cours, mais cela est très intéressant.
On retrouve aussi les premiers sentiments d'amour, ce que cela provoque, surtout pour une adolescente de 17 ans qui n'a encore jamais connu ça. J'ai trouvé ça magique et très mignon. On se laisse pousser des ailes, on croit vivre d'amour et d'eau fraîche... bref, j'ai toujours trouvé ce sentiment merveilleux et j'ai pris plaisir à le redécouvrir par le biais de Madeline.
On retrouve aussi les premières Aventures, avec un grand A, quand on se dit que la vie vaut la peine d'être vécu que lorsque l'on fait quelques choses d'incroyable, qui, même si cela risque de nous tuer, est merveilleux sur le coup.
On redécouvre la trahison... je dis redécouvrir car dans ce roman, on a l'impression d'être au tout début de la vie, c'est un sentiment étrange à expliquer, mais, même pour le lecteur, on a la sensation que nous aussi on découvre l'univers, au même titre que le personnage principal.

Les personnages sont tous uniques et tous magiques en même temps. Madeline, malgré sa vie plutôt morne, est un éclat de vie à elle seule, elle fourmille de joie, de bonne humeur, d'espoir, de partage...
Olly est un garçon qui n'a pas la vie facile, il est toujours en noir, signe de deuil, mais n'y prêtait pas attention, c'est un garçon charmant, attentionné et très joli, à ce que j'ai pu lire.
La mère de Madeline est étrange, et je le savais dès le début, mais c'est une mère qui aime sa fille et qui ferait tout pour elle.
Enfin Carla est une amie extraordinaire, je n'arrive pas à exprimer de mot à son encontre et préfère vous laisser la découvrir, et l'aimais autant que moi.

Le style m'a tout de suite plu de par sa simplicité, sa fluidité. Le texte est ponctué de dessin, d'illustration, de citation de Madeline, et même de mail, qui est toujours agréable à voir lors d'une lecture. Cela permet aussi de faire défiler les pages à une vitesse incroyable. J'ai beaucoup aimé cet aspect.
J'ai tout de même un petit regret. Ce livre aurait été un véritable coup de cœur si on avait eu une alternance de point de vue. Je m'explique ; j'aurais aimé savoir ce que pensait vraiment la maman de Madeline, et Olly, cela aurait donné de la profondeur à l'histoire et aurait fourni toutes les ficelles nécessaires pour le lecteur. Après tout, un lecteur est curieux et veut toujours en savoir plus.
Mis à part cela, c'est un excellent roman que je conseillerais à tout le monde, au plus jeune comme au moins jeune, aux fans de n'importe quel genre.

Ce roman est un peu un livre doudou pour moi, il me rappelle ce qui est important, il me rappelle ma jeunesse (bien que je n'ai que 20 ans!) et me fait me sentir bien.


par newmoon
Before I Fall Before I Fall
Lauren Oliver   
Une bonne découverte que ce livre "Young adult", bien que j'ai passé depuis longtemps l'âge d'être ado.

Le postulat de base est assez simple: Sam, ado américaine populaire lambda, meurt à la fin d'une soirée arrosée.

Mais elle se réveille le matin de cette journée tragique et va la revivre 7 fois (nous le lecteur on le sait, elle non: à aucun moment elle ne considère qu'elle a sept chances. A priori ça pourrait durer éternellement, comme pour Bill Murray dans "un jour sans fin")

Alors bien sûr mon avis est celui d'une "grande personne", je pense que ma critique aurait été très différente si je l'avais lu à l'âge qu'a Sam dans le roman.

Parce que oui c'est un peu compliqué au début d'avoir de la sympathie ou de l'empathie pour l'héroïne, qui est plutôt tête à claques, et on ne peut pas dire que son groupe de copines ou son petit copain relève le niveau.

Mais à force de revivre cette journée à travers ses yeux, ses pensées, ses émotions, on finit par s'attacher à elle, en se rappelant qu'à son âge on n'était peut-être pas plus intelligente ou sympa parfois. L'adolescence est un monde qui ne fait pas de cadeau.

Effectivement, les 7 journées de Sam reprennent les grandes étapes du deuil, ce qui évite aux journées de trop se ressembler. On évolue même assez vite, Sam ne restant pas en état de sidération très longtemps. Chaque journée apporte des changements ou des nouvelles données, et donc de nouvelles perspectives.

L'histoire ne bascule pas trop dans le cliché: Sam ne devient pas une jeune fille angélique et parfaite, elle ne tombe pas amoureuse du binoclard du club d'échec, elle ne devient pas copine avec tous les vilains petits canards du lycée. Non. Mais elle découvre quelques bonheurs simples - la couleur d'un ciel, le prix d'un moment avec sa famille et sa petite soeur, la perfection d'un baiser, elle se remet en question, elle comprend les limites des gens qui l'entourent, mais elle en apprécie autant leurs qualités...

ce livre n'est pas du tout un livre "facile", gentillet et feel good. Il y a beaucoup de passages assez durs ou tristes (surtout quand on est, comme moi, maman d'une ado)

Alors à la fin, on s'attache à Sam, et on espère, on attend, un miracle final, un happy end comme dans "un jour sans fin ".

Est-ce le cas ? A vous de le découvrir !

par papotea
Le Souffle des feuilles et des promesses Le Souffle des feuilles et des promesses
Sarah McCoy   
1er roman que je lis de cette auteur.
L'un des meilleurs livres que j'ai lu depuis un bout de temps.

par leyl
Treize raisons Treize raisons
Jay Asher   
malgré une couverture atroce, ce livre est un petit bijou...
Une histoire de suicide pas comme les autres, sans morale à la fin, sans point de vue sur la question.
Une seule chose résulte : quand quelqu'un se suicide, on a tous eu un rôle à jouer, même celui qui l'a fait. On a le droit de lui en vouloir, de s'en vouloir aussi, mais c'est juste comme ça... De toute façon, il est trop tard...
Bref, ce livre, écrit par un homme à la sensibilité frappante, c'est une belle histoire d'amour, une histoire de vie aussi... ça fout des frissons et ça fait pleurer mais on prend sa revanche sur les salauds qui ont ponctué nos études. Hannah n'a presque rien vécu d'extraordinaire ; elle a juste vécu. Et malgré le fait qu'elle ait abandonné, elle a vécu. Avec courage et ténacité.

par flo0wer
Songe à la douceur Songe à la douceur
Clémentine Beauvais   
Songe A La Douceur est définitivement un roman hors du commun. Surtout de par sa construction. Et puis, moi qui m'attendait à quelque chose de très rose, à la limite de gnangnantise, j'ai été très agréablement surprise !

Avant tout, il faut parler de la construction du roman. En vers, avec une mise en page très particulière. Et puis, l'auteure s'est vraiment amusée avec les différentes "voix". Il y a bien sûr Eugène et Tatiana d'aujourd'hui, et ceux de dix ans plus tôt. Il y a les voix intérieures des personnages. Il y a la narratrice/l'auteure, on ne sait pas trop. Il y a ces échanges de messages, il y a ces pages plus poétiques que d'autres, celles où on ressent un langage d'aujourd'hui et celles où on oublie presque à quelle époque on se trouve. Cette construction si particulière, avec les interventions de la narratrice, ça m'a complètement charmée. Le style d'écriture suit complètement cette idée, c'est tantôt doux, lyrique, poétique, tantôt très actuel et franc. Sur ce plan, j'ai été complètement, entièrement séduite.

Au niveau des personnages, j'ai étrangement beaucoup aimé Eugène plus jeune, ce jeune homme pessimiste à l'extrême qui croit avoir tout vu et tout vécu. Tatiana à ses quatorze ans est aussi très touchante, avec ses doux rêves et son idéalisme. Et j'ai eu ce léger coup de coeur pour Lensky. Personnage secondaire, surgi du passé, un incommensurable amoureux de la vie et des mots, j'ai juste craqué, même s'il est au final assez peu présent.

L'histoire en elle-même est évidemment une histoire d'amour. Mais loin du dénouement évident et de la naïveté que j'avais imaginées. J'ai vraiment été agréablement surprise par la façon dont les choses évoluent, et le dénouement est juste comme il faut.

Mes rares bémols seront pour Tatiana et Eugène adultes, surtout Eugène, qui m'ont un peu exaspérés. Et même s'il ne manquait pas grand-chose, ce n'est pas un coup de cœur. Un petit quelque chose qui a fait que mes pincements au cœur étaient trop discrets. Je ne saurais pas dire quoi. En tout cas, ça reste une superbe découverte (J'ai mis des post-it partout dans mon bouquin pour retrouver mes pages préférées) autant au niveau du style que de l'histoire. J'ai été bien plus touchée que je ne me le figurais par ce livre, et pour moi, c'est une très bonne surprise !

par Rid-kaat
  • aller en page :
  • 1
  • 2