Livres
429 024
Membres
350 456

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Empathie, de toi j'avais l'espoir ajouté par Sandrinefear 2018-01-15T02:24:10+01:00

Les gens avaient toujours un élan pour les autres mais la bonté de la famille Empathie semblait avoir disparu. Les personnes qui avaient fait preuve d’empathie au départ semblaient s’être lassés. A la place, une sorte de sympathie s'était installée. Quelle était la différence ? L'empathie est-elle indispensable ?

Mona put rapidement s'en rendre compte lorsqu'elle arriva au travail en retard ce matin. Cela faisait la troisième fois et elle savait que son patron ne la raterait pas :

— Mademoiselle, ici ce n'est pas un club de vacances. Il y a des horaires et ils doivent être respectés !

— Oui je sais, Monsieur mais ma baby-sitter était en retard !

— Ça, ce n'est pas mon problème ! Vous ferez des heures supplémentaires pour rattraper votre retard. Au prochain problème, c'est la porte !

Mona alla ensuite s'asseoir à son poste en se demandant comment elle aurait pu faire autrement. Elle n'allait pas laisser sa fille toute seule quand même ! C'est vrai qu'elle enchaînait les retards entre sa voiture qui était tombée en panne et ses problèmes de santé. Pourtant, tout cela pouvait être facilement compris par les gens mais l'empathie n'était pas le sentiment général.

Ses collègues lui avaient fait signe à son arrivée comme pour montrer qu’elles s'étaient inquiétées. Mona espérait pouvoir avoir de l'écoute de leur part.

Lors de la pause déjeuner, elles étaient parties toutes les trois manger un bon repas dans le snack d'en face. Julie ne tarda pas à lancer :

— Alors raconte, qu'est-ce qui s'est passé ?

— Ma baby-sitter était en retard ce matin mais je ne pouvais pas laisser ma fille toute seule donc j'ai attendu.

— Mais tu as téléphoné au patron ?

— Oui bien sûr mais il n'a pas apprécié et il a dit qu'au prochain retard ce serait la porte.

— Ah bon ? Hé ben ma pauvre, ce serait dommage de devoir se passer de toi.

Mais la discussion s'arrêta là et Mona resta avec sa tristesse, ses angoisses et son stress. Ses copines étaient très sympathiques mais dans le monde du travail, il est rare que les autres aient envie de vous écouter. Toute forme d'expression vous transforme en une personne qui se plaint. Pourtant, simplement vider son sac, une bonne fois pour toutes ne serait-elle pas la meilleure solution ? En tout cas, c'est ce que pensait Mona.

Elle regarda ses amies rire en abordant des sujets plus légers et elle ne comprenait pas. Plus tard dans la journée, elle avait bien eu droit à quelques « ça va ? » mais elle pensait donc que personne ne souhaitait réellement connaître les détails

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode