Livres
454 849
Membres
403 666

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lady-Di 2018-03-06T11:21:27+01:00

Cher Père Noël ,

Cette année , moi j'ai été sage . Très age , même . J'espère que tu te trompera pas et mettras mon prénom sur la liste des gentils enfants . Et il faut que tu te souvienne que moi je veut le beau vélo vert , celui que j'ai vu dans le magasin à cotè du Super U .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2018-03-06T11:16:57+01:00

Alors qu'elle était dans tous ses états , sa poche se mit à vibrer . Son téléphone . Non , pas ça ! L'écran affichait " Nicolas ' . Elle n'aurait jamais le courage de lui annoncer la nouvelle , mais pouvez -elle vraiment ignorer son appel ?

Elle ferma les yeux et décrocha . Des cris retentirent à l'autre bout du fil .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2018-03-06T11:02:25+01:00

- Tata Laura ! Il y a un chien qui pue qui veut nous piquer notre hélico . Viens vite !

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2017-08-03T01:02:23+02:00

Derrière la porte, une seule petite silhouette, toute fluette. Antoinette.

– Maman ? Mais qu’est-ce que tu fais déjà là ? demanda Jacques. On n’avait pas dit 21 heures ? Attends, donne-moi ton manteau.

Cachée sous son chapeau qu’elle réservait aux grandes occasions, la vieille dame semblait nager dans son manteau d’hiver. À ses pieds, deux énormes sacs remplis de paquets emballés avec soin.

– Débarrasse-moi plutôt des cadeaux des petits. Ils sont de plus en plus lourds les jouets, de nos jours. Mais tu es resplendissante, Martine, ajouta la nonagénaire en embrassant sa belle-fille. Le jaune te va très bien.

– C’est très aimable, Antoinette. Comment allez-vous ? demanda Martine en prenant le manteau de la vieille dame.

– Ne parlons pas des choses qui fâchent, veux-tu ? C’est une nouvelle robe que tu portes là ?

– Effectivement, elle est neuve. Merci d’avoir remarqué, Antoinette, répondit Martine en jetant un coup d’œil réprobateur à son mari.

– Je me permets d’entrer, sinon on va tous attraper la mort à rester dans les courants d’air, fit remarquer la vieille dame.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ma3g 2019-02-04T22:36:58+01:00

Phase trois : ma préférée, la rébellion ! Ça passe ou ça casse, mais au moins on est fixé. Notre vraie nature ressurgit enfin. On ne peut plus faire semblant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Noeleen 2019-01-11T18:45:50+01:00

— Mais elles ne te font penser à personnes ces petites poules? Regarde bien : il y a la poule blanche qui joue un peu à la maman avec les deux autres, la petite poule rousse dynamique et la grande brune toute mince, qui à l'air de rechigner face à ce ver de terre. Jacques? Jacques! Tu l'as fait exprès ou quoi?

Jacques, de son regard taquin, observa Martine en souriant. Il rit à gorge déployée :

— Je ne vois pas du tout de quoi tu parles, se défendit-il avec un sourire coquin. [...]

Afficher en entier
Extrait ajouté par Palmyre 2018-07-27T12:02:04+02:00

Si traditionnellement jacques adorait pâques, surtout pour les chocolats, cette année il avait un pressentiment. L'impression que ça n'allait pas se passer comme sur des roulettes, malgré les promesses faites à martine.

Et en effet, cela commençait mal. les entrepreneurs , qui auraient dû passer la semaine précédente pour fixer les rambardes, avaient annulé. débordés. D'autres priorités. Et Jacques était prêt à parier que ce serait la première chose que DStéphanie remarquerait à sa prochaine visite.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Cecilia-3 2018-07-09T17:02:54+02:00

Mais ce qu'il y a de beau en amour, c'est qu'il y a autant de couples que de façon de s'aimer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2017-11-29T09:14:46+01:00

Tu sais,d'ailleurs papy a été plutôt sage cette année.Il a presque pas dit de gros mots ,et mamie elle chantonne tout le temps maintenant.Même maman , elle rigole quand papy fait une blague?

Afficher en entier
Extrait ajouté par lina.b 2017-09-19T10:48:33+02:00

» – Toi et Marie partez déjà ? demanda Jacques.

Tout le monde se figea, Jeanne écarquilla les yeux, Martine baissa la tête en fixant ses pieds, pendant que Jacques rembobinait mentalement les derniers mots qu’il avait prononcés. Marie… Personne n’osait plus parler. Le silence le plus gênant du monde, propre à figurer dans le Livre Guinness des records…

Nicolas finit par briser la glace :

- Oui, Jeanne et moi, on doit filer. Allez, salut tout le monde.

Ils n’avaient pas encore franchi le portail que déjà les hurlements de la jeune femme se faisaient entendre.

- Marie ? Je croyais qu’elle n’était qu’une « amie » ! Tu l’as présentée à tes parents aussi ? Mais tu en as ramenées combien ici ? Dis-moi si je dois prendre un numéro, Nicolas…

- Arrête, Jeanne, c’est ridicule, ce n’est pas du tout ça. A tous les coups, c’est à cause de la chanson qu’on a écoutée toute la soirée hier et il s’est mélangé les pinceaux. Il n’est plus tout jeune, tu sais !

- Ne te fous pas de moi, Nico. Dans deux secondes, tu vas m’annoncer que ton père a Alsheimer. Ne me touche pas. Allez, tiens, prends ton billet de train, et laisse-moi tranquille.

Dans le jardin, Matthieu applaudissait son père.

- Bravo papa, tu as fait très fort ! Celle-là, je l’attendais plutôt de la part de maman, mais là, tu t’es surpassé. On y avait vraiment cru… Qu’une fois au moins, tu pourrais ne pas faire de boulettes. Mais, non. Même quand il ne reste plus qu’à faire la bise et dire au revoir, tu arrives à tout faire capoter. C’est dommage, elle avait l’air sympa, Jeanne. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode