Livres
492 991
Membres
489 487

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lady-Di 2018-03-06T11:21:27+01:00

Cher Père Noël ,

Cette année , moi j'ai été sage . Très age , même . J'espère que tu te trompera pas et mettras mon prénom sur la liste des gentils enfants . Et il faut que tu te souvienne que moi je veut le beau vélo vert , celui que j'ai vu dans le magasin à cotè du Super U .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2018-03-06T11:16:57+01:00

Alors qu'elle était dans tous ses états , sa poche se mit à vibrer . Son téléphone . Non , pas ça ! L'écran affichait " Nicolas ' . Elle n'aurait jamais le courage de lui annoncer la nouvelle , mais pouvez -elle vraiment ignorer son appel ?

Elle ferma les yeux et décrocha . Des cris retentirent à l'autre bout du fil .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2018-03-06T11:02:25+01:00

- Tata Laura ! Il y a un chien qui pue qui veut nous piquer notre hélico . Viens vite !

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2017-08-03T01:02:23+02:00

Derrière la porte, une seule petite silhouette, toute fluette. Antoinette.

– Maman ? Mais qu’est-ce que tu fais déjà là ? demanda Jacques. On n’avait pas dit 21 heures ? Attends, donne-moi ton manteau.

Cachée sous son chapeau qu’elle réservait aux grandes occasions, la vieille dame semblait nager dans son manteau d’hiver. À ses pieds, deux énormes sacs remplis de paquets emballés avec soin.

– Débarrasse-moi plutôt des cadeaux des petits. Ils sont de plus en plus lourds les jouets, de nos jours. Mais tu es resplendissante, Martine, ajouta la nonagénaire en embrassant sa belle-fille. Le jaune te va très bien.

– C’est très aimable, Antoinette. Comment allez-vous ? demanda Martine en prenant le manteau de la vieille dame.

– Ne parlons pas des choses qui fâchent, veux-tu ? C’est une nouvelle robe que tu portes là ?

– Effectivement, elle est neuve. Merci d’avoir remarqué, Antoinette, répondit Martine en jetant un coup d’œil réprobateur à son mari.

– Je me permets d’entrer, sinon on va tous attraper la mort à rester dans les courants d’air, fit remarquer la vieille dame.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-03-25T10:02:16+01:00

- Je ne vous pas du tout de quoi tu parles, se défendit-il avec un rire coquin. Tu as l'esprit très mal placé ! Si tes belles-filles savaient que tu les compares à des poules... Attention, c'est limite, chérie ! Très limite !

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-03-25T10:01:59+01:00

P.-S. : J'aimerais bien que tu envoies quelques lutins pour réparer la maison de papy et mamie. Ils sont pas rapides les anciens collègues de papy, et moi, j'aimerais bien profiter de la piscine et dormir dans le grenier avec Jules et Bertille cet été.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-03-25T10:01:51+01:00

Perdu pour perdu avec Laura, Jacques adopta une nouvelle stratégie : se focaliser sur la belle-fille avec qui il était plus facile - a priori - de marquer des points. Stéphanie. Sa faiblesse : la fatigue due à sa grossesse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-03-25T10:01:40+01:00

- Bon, on récapitule : ce soir, pas de remarques désagréables à tes belles-filles, pas de portable, et tu fais attention à ton cholestérol. Tu ne te sers pas deux fois, entendu ?

- OK, patronne ! acquiesça Jacques en embrassant sa femme sur la bouche. Et c'est parti ! Advienne que pourra !

Afficher en entier
Extrait ajouté par camille05 2020-02-05T14:11:19+01:00

Le pire, c’est qu’il ne s’est rien passé de particulier. C’est juste que cela ne fonctionne pas. Malgré nos efforts et le fait que l’on s’aime, cela ne suffit pas. On est un jeune couple, il n’y a pas de morceaux à essayer de recoller. Alors, le mieux, c’est de s’arrêter là, avant que l’on se fasse du mal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camille05 2020-02-05T14:10:47+01:00

_Quand j'observe mes belles-filles, j'envie leur liberté. Moi aussi j'aimerais prendre un chien sur un coup de tête, pouvoir t'envoyer balader quand tu as faim, ou boire un verre de plus sans me faire reprendre parce que, peut-être, je vais dire des sottises. J'aimerais ne plus avoir à demander l'autorisation. Et surtout, avoir le droit de ne plus être parfaite."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode