Livres
395 248
Comms
1 388 243
Membres
290 210

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par lisa0814 2013-08-20T23:18:09+02:00

- Est-ce que tu es fatigué, demandai-je.

- Pas du tout, répondit-il en souriant. C’est la dernière fois que je vais me retrouver seul avec toi… avant des mois.

- Oui… Pas avant la fin de l’été, sûrement.

On serait tout le temps ensemble, mais jamais seul à seul, et jamais au calme. Il était impossible de se « faire la cour » tout en surveillant les champs. En y réfléchissant bien, mon choix était absurde : j’aurais pu rester tout l’été en sécurité derrière nos murs. J’aurais pu me promener quand je le voulais avec Del au clair de lune, l’embrasser sur la balançoire, lui murmurer des secrets et me lover dans ses bras. Mais non. J’avais choisi de passer l’été dehors, sans toit, sans confort, et avec des Monstres à mes trousses.

La Chasseuse était plus forte que l’amoureuse.

- Alors profitons de cette nuit, murmura Del.

Je l’observai à la lueur des lampes. Ses cheveux noirs, ses traits fins… Je connaissais son visage mieux que le mien ! Il avait les yeux noirs comme le charbon mais, ce soir-là, ils avaient une teinte presque violette. Il ne m’avait jamais regardé avec cette intensité-là. Avec ce mélange de tendresse et d’adoration… Il se leva et me tendit la main. J’entrelaçai mes doigts aux siens, et il me tira lentement vers lui, soit pour épargner son dos, soit pour ne pas m’effrayer.

Il m’embrassa une fois, puis il se mit à jouer avec ma lèvre inférieure. Il la mordillait et la caressait avec sa langue. Des étincelles parcoururent mon corps des pieds à la tête. Au lieu de mettre mes mains sur son dos, je les posai délicatement sur sa nuque. Les mains de Del passèrent de ma taille à mes hanches, et il me serra encore plus fort contre lui. Nos corps étaient brûlants. J’entendais son cœur battre et se mêler au sien. Nos bouches ne faisaient plus qu’une et mon corps répondait au sien avec passion. Au bout d’un moment, il retira ses lèvres des miennes, m’embrassa l’oreille, puis la gorge, et un soupir s’échappa de ma bouche.

- Il vaut mieux qu’on arrête, bredouilla-t-il.

Il avait raison. « Tu ne veux pas de môme », me rappelai-je. Je me décollai de lui et de ses mains tremblantes, ravie de constater que je lui faisais autant d’effet que lui m’en faisait. Lorsque j’étais avec lui, je ne me contrôlais plus… Peut-être était-ce une bonne chose ?

- Ne pars pas te coucher, implora-t-il.

- Je n’en avais pas l’intention.

Depuis que nous nous connaissions, nous avions passé beaucoup plus de nuits ensemble que séparés. Lors de mes premières semaines à Salvation, j’avais eu du mal à dormir seule. J’avais l’habitude d’avoir Del, Tegan et Bandit à mes côtés. Le silence et l’intimité ne m’étaient pas familiers. Désormais, je m’étais habituée à mon lit, mais j’avais toujours envie d’avoir Del près de moi…

- Qu’est-ce qu’on fait ? demanda-t-il.

Je voyais bien qu’il se retenait de me toucher. Moi, c’était pareil. Il valait mieux en rester là : si nous recommencions à nous embrasser, nous finirions par aller plus loin. Trop loin.

- Il y a quelque chose que j’ai toujours rêvé de faire, avouai-je.

- Quoi ? demanda-t-il avec curiosité.

Je m’assis sur le canapé et l’invitai à me rejoindre.

- Allonge-toi et pose ta tête sur moi.

Il chercha la position la plus confortable pour lui : il s’installa sur le côté, sa tête sur mes cuisses. Je plongeai mes mains dans ses cheveux broussailleux et soupirai de plaisir. Je les avais déjà touchés, mais jamais longtemps. Je passai mes doigts sur son front, ses sourcils, ses tempes, ses joues, son nez, puis je remontai à nouveau dans ses cheveux. Avant je n’aurais jamais eu le droit de toucher quelqu’un de la sorte. Seuls les Géniteurs y étaient autorisés.

- C’était ça, ton rêve ? demanda-t-il, la voix mielleuse. Tu rêvais de me caresser ?

- Est-ce que ça te dérange ?

- Non, Trèfle. C’est… parfait.

Il s’endormit le sourire aux lèvres.

J’étais prête à tout pour ce garçon. A tout.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par alucine 2013-08-01T16:15:01+02:00

- Les gens cherchent toujours des explications à tout, reprit-il. Et, lorsqu’ils ne trouvent pas de réponse, ils les inventent. Pour certains, une fausse explication vaut mieux que rien.

- Je préférerais connaître la vérité, murmurai-je. Même si elle est horrible.

-Parce que tu es courageuse et honnête, Trèfle.

- Et toi ?

- J’essai de l’être.

Il prit mon visage entre ses mains et m’embrassa. cela me fit oublier toute la conversation. Sa bouche avait le goût du cidre qu’il avait bu au dîner et il avait les lèvres chaudes. Il caressa mon dos et me serra de plus en plus fort contre lui. Je passai ma main sur sa joue puis la glissai dans ses cheveux. Une chaleur de plus en plus intense s’empara de moi… Je me retins même de lui grimper dessus ! Lorsque nos bouches se séparèrent, Del tremblaient comme s’il avait de la fièvre. Inquiète, je posai ma main sur son front.

- Je ne suis pas malade, rigola-t-il. Tu n’as pas conscience de ton charme, Trèfle.

Mon charme ? Je ne savais même pas que j’en avais…

C’est sûrement à cause de la robe, pensai-je.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par lisa0814 2013-08-21T00:37:19+02:00

Je descendis les escaliers et retrouvai Del juste en bas. En me voyant, ses yeux s’écarquillèrent. Il me regardait comme si j’étais unique. Cela me retourna le ventre. A la fois émue et gênée, j’avançai jusqu’à lui.

- Elle est belle comme une image ! déclara Edmund.

Le regard affamé de Del me fit rougir, et la chaleur de ses doigts lorsqu’il me toucha ne me laissa pas indifférente. Il avait seulement posé sa main sur mon bras, mais le geste me parut incroyablement intime. On dit au revoir à Edmund et, après avoir écouté les conseils excités de Mme Oaks, on quitta la maison pour plonger dans l’atmosphère fraîche et joyeuse de la ville.

- J’aimerais t’emmener avec moi et te cacher des autres, chuchota Del à mon oreille.

- Pourquoi ?

- J’ai toujours su que tu étais belle mais, maintenant, tout le monde va s’en rendre compte ! Les autres garçons vont essayer de te séduire, et ça va me rendre malade.

J’étais persuadée qu’il ne disait cela que pour me donner confiance, alors cela me fit rire. Mais il garda sa main sur mon bras, comme s’il craignait que quelqu’un jaillisse de nulle part pour m’enlever. Peut-être avait-il vraiment peur de me perdre ?

Juste avant d’arriver au niveau des danseurs, Del m’attira dans une ruelle sombre et me serra contre lui.

- Un baiser avant d’y aller ? supplia-t-il.

En guise de réponse, je le laissai poser sa bouche sur la mienne. Il m’embrassa d’abord avec douceur… puis avec passion. J’attrapai son visage entre mes mains, et notre baiser prit feu. C’était plus intense et plus passionné que jamais ! Lorsque sa langue effleura la mienne, je reculai d’un coup, choquée et à bout de souffle.

- Où as-tu appris tout ça ? m’exclamai-je.

- Si tu le savais, ça ne te ferais pas plaisir.

Il avait sûrement raison. Avait-il déjà embrassé une fille de l’enclave ? Honnêtement, je ne voulais pas le savoir. Et, s’il avait eu une histoire avec une fille de Salvation, il valait mieux pour elle que je ne sois pas au courant, ou je la mettrais dans un sale état. Apparemment, Trèfle l’amoureuse était aussi violente que Trèfle la Chasseuse.

Del devina mon inquiétude. Il passa une main dans mes fausses boucles de cheveux, puis ses doigts effleurèrent ma nuque. Je ne pouvais pas lui résister. Peu importait le passé. Je savais que Del ne me ferait jamais de mal.

- Il n’y a que toi qui comptes, désormais, murmura-t-il.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par lisa0814 2013-08-20T22:26:26+02:00

- Je ne peux pas me permettre de passer du temps avec toi, expliqua-t-il. Ça me fait trop mal.

- Qu’est-ce qui te fait mal ?

- De te voir avec lui.

- Je ne comprends pas, répondis-je, même si je savais très bien de qui il parlait.

- Avant, tu étais à moi. Mais je t’ai perdue peu à peu et, maintenant, tu es à lui…

- Quoi ? m’exclamai-je. Je n’ai jamais été à toi ! Et je ne suis pas à lui non plus ! Je suis une Chasseuse, Del, pas un objet.

Son expression s’allégea et un sourire timide se dessina sur sa bouche. D’ailleurs, j’avais du mal à ne pas la regarder, sa bouche. Et puis, il fallait dire que le soleil lui allait bien : il avait bronzé depuis notre arrivée Au-Dessus, ce qui le rendait encore plus séduisant…

« Concentre-toi, Trèfle. » Sa beauté m’empêchait de garder les idées claires.

- Je sais que tu es une Chasseuse, reprit-il. Il est clair que tu ne vis que pour ça.

- Alors, où est le problème ?

- Je n’aime pas partager.

Ça, je pouvais le comprendre. Cela me fit penser à ma massue. Celle que mon ami Sable m’avait fabriquée. Je l’avais prêtée à Tegan, et elle ne me l’avait toujours pas rendue. Rien que d’y penser, j’en eus un pincement au cœur… Je comprenais donc Del dans le sens où, moi aussi, j’avais du mal à partager ce qui m’appartenait. Mais Del n’avait pas l’air de parler de choses matérielles. C’était plus subtil, et j’avais du mal à le suivre.

- Partager quoi ? demandai-je.

- Toi, répondit-il.

Décidément, les garçons étaient bien plus compliqués que je ne le pensais ! Charmants, certes, mais compliqués.

- Bandit n’est pas mon partenaire.

Cette fois-ci, j’employai ce mot comme Del l’avait fait auparavant. Il y avait le partenaire auprès duquel on combattait, et celui pour qui on avait des sentiments. Tout cela était encore abstrait pour moi, mais mon instinct commençait à prendre le dessus et à déchiffrer toutes ces choses.

- Tu… Tu n’es pas avec lui ? bredouilla-t-il.

Son doute me mit presque en colère. Pourquoi ne me faisait-il pas confiance ? Comment Del pouvait-il penser que Bandit m’attirait alors que je n’avais d’yeux que pour lui ?

- On est amis, Del. C’est tout.

- Tu veux dire que… qu’il ne t’embrasse pas ?

« C’est arrivé une fois, pensai-je. Dans les bois. » Mais je l’avais repoussé. Depuis, je faisais de mon mieux pour lui faire comprendre que la seule chose qui m’intéressait, c’était m’entrainer avec lui. D’ailleurs, le baiser de Bandit ne m’avait fait aucun effet, contrairement à ceux de Del.

Del prit mon visage entre ses mains en me regardant droit dans les yeux. Puis il posa son front contre le mien. Mon cœur s’emballa.

- Tu m’as manqué, murmurai-je.

Je n’aimais pas dire ce genre de choses à voix haute. Admettre un manque, c’était étaler sa faiblesse.

Del releva la tête, les yeux brillants comme les étoiles.

- C’était horrible sans toi, soupira-t-il. Je pensais que tu l’avais choisi lui… Je voulais respecter ta décision.

- C’est juste un ami, répétai-je.

- Ici, ce n’est pas comme sous terre, chuchota-t-il. Il n’y a pas à avoir honte.

- Honte de quoi ?

- De ça.

Son baiser ne me surprit pas. Ma réaction, si. Une vague de chaleur et de plaisir s’empara de moi dès l’instant où ses lèvres se posèrent sur les miennes.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par MissNaais 2013-08-25T23:39:36+02:00

— Ne me demande pas de t’abandonner, colombe. Demande-moi tout, sauf ça.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par lisa0814 2013-08-21T00:01:27+02:00

- Et sinon, pourquoi est-ce que vous vous disputiez avec Bandit ?

Son sourire disparut aussi vite qu’il était arrivé. Il fixa son assiette, comme s’il avait honte.

- Tu nous as vus ? s’étonna-t-il.

- Tout le monde vous a vus.

- Je lui ai demandé d’arrêter de te dévorer du regard, confia-t-il.

- Del, je te rappelle qu’on est ensemble ! rétorquai-je. Qu’est-ce que ça peut te faire, qu’il me regarde ou pas ?

Cela le fit rougir, et je me retins de passer ma main dans ses cheveux.

- Oui, tu as raison… murmura-t-il. Trèfle, je meurs d’envie d’être seul avec toi !

Mon ventre fit une roulade et mon cœur s’emballa dans ma poitrine. J’aurais dû l’embrasser la veille, lorsque nous étions dans la forêt, mais Bandit était là, lui aussi.

- La semaine prochaine, murmurai-je. Quand on sera à Salvation. Soyons patients.

Mon corps brûlait d’envie de le toucher. Le simple fait d’imaginer nos retrouvailles m’emplit d’excitation.

Et, vu le sourire de Del, lui aussi.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par lisa0814 2013-08-21T01:56:27+02:00

- Je le mérite, murmura-t-il.

Sa voix endolorie m'arrêta net, mais je ne me retournai pas.

- Qu'est-ce que tu mérites ? demandai-je.

- Que tu ne me demandes pas de t'accompagner. Tu dois penser que je ne suis pas assez fort et que je ne servirai à rien. Tu as raison.

Alors il était déjà au courant ! Décidément, les nouvelles allaient vite...

- Je ne pense rien de tout ça, dis-je en toute sincérité.

- On est toujours partenaires, non ?

Sa question me brisa le coeur. C'était la seconde fois qu'il me coupait de sa vie après avoir été blessé ! Comme si j'étais incapable de l'aider, de le consoler, de le réconforter... J'en avais marre ! Mais ce n'était pas le moment de s'énerver. Je gardai le visage impassible et me retournai face à lui. Je ne devais pas lui montrer à quel point j'avais pitié de lui. Cela l'aurait détruit.

- Si je ne t'ai pas demandé de m'accompagner, c'est pour ton bien. Pas pour le mien.

- Je ne veux pas rester ici, avoua-t-il. Je ne me supporte plus. Est-ce que je peux venir avec toi ?

- L'autre jour, tu m'as dit que tu n'étais pas capable de m'offrir ce que je voulais. Del, tu es tout ce que je veux ! Même si tu ne te supportes plus, moi, je ne t'abandonnerai pas. Jamais. Je me battrai jusqu'au bout pour toi.

- Tu ne devrais pas dire ce genre de choses, murmura-t-il. Je n'en vaux pas la peine.

- C'est faux ! protestai-je.

[...]

Prise d'un élan de fantaisie, je lui envoyai un baiser en soufflant sur ma main, prenant exemple sur des filles que j'avais vu faire. Del fit mine de l'attraper dans la sienne. C'est le coeur remplit d'espoir et le sourire aux lèvres que je repris ma route.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par lisa0814 2013-08-20T23:31:04+02:00

Après avoir nettoyé et rangé ma gamelle, je m’allongeais à côté de Del et lui pris la main.

- Tu ne peux pas menacer de mort tous ceux qui se moquent de moi.

- Pourquoi ? murmura-t-il.

- Parce qu’ils vont finir par penser que je suis faible, et que j’ai besoin de toi pour me défendre.

- J’ai envie de t’embrasser… chuchota-t-il à mon oreille.

- Garde tes baisers au chaud, dis-je en riant. Je les accepterai tous quand l’occasion se présentera.

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par toutoun 2013-08-15T12:13:05+02:00

Son baiser ne me surprit pas. Ma réaction, si. Une vague de chaleur et de plaisir s’empara de moi dès l’instant où ses lèvres se posèrent sur les miennes. Je me rapprochai de lui autant que possible, et Del m’enveloppa dans ses bras, le corps tremblant. J’étais à la fois terrifiée et folle de joie. Ces sensations ne m’étaient pas familières. Je savais qu’elles étaient responsables des gémissements que j’avais parfois entendus dans l’enclave, lorsque les Géniteurs s’accouplaient. Mais, à l’époque, je pensais que c’était une tâche désagréable, comme aller patrouiller dans les tunnels crasseux. Pour moi, la reproduction était un travail comme un autre. À présent, j’avais un doute…

Afficher en entier
Extrait de Enclave, Tome 2 : Salvation ajouté par lisa0814 2013-08-21T01:49:02+02:00

- Le simple fait de t'imaginer avec quelqu'un d'autre me rend malade.

- C'est parce que je suis à toi, murmura-t-il avec tendresse. Et que tu es à moi.

Cette fois-ci, je ne le contredis pas. Je comprenais enfin ce qu'il voulait dire par là. Le lien qui nous unissait ne laissait de place à personne d'autre. C'était un engagement exclusif. Nous avions le droit d'avoir des amis, mais pas d'embrasser d'autres personnes.

Je me rapprochai un peu plus. J'adorais être allongée face à lui. Cela me permettait d'observer son visage. Il faisait frais, mais nos corps généraient assez de chaleur pour que l'on se sente bien. Il était sûrement temps de rentrer à la maison, mais je n'en avais pas du tout envie.

- J'aimerais que cette nuit soit sans fin, murmurai-je.

- Moi aussi...

Afficher en entier