Livres
473 141
Membres
446 661

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Enfer provisoire, Tome 1 : Des gens heureux



Description ajoutée par anonyme 2014-08-25T14:06:40+02:00

Résumé

Une petite communauté italienne de l'intérieur du Minas Gerais : un père vindicatif et violent suit la lente désagrégation de sa famille ; le remords et la maladie rongent une femme ; une mère et un fils règlent leurs comptes avec le passé ; un homme se sent coupable d'un crime qu'il n'est pas sûr d'avoir commis ; un autre disparaît sans laisser de traces ; un professeur garde un terrible secret... Luiz Ruffato nous propose par la structure même de sa narration des portraits minutieux d'une société à l'agonie. Ils nous font regarder sous toute une variété d'angles les comportements et la complexité des relations. Les protagonistes fonctionnent en une ronde de connexions et de vies. Le lecteur peut tenter d'y retrouver les liens familiaux, les fils conducteurs, mais il peut aussi se laisser emporter dans ce panorama social intense et cruel par le texte lui-même et les innovations narratives qu'y propose l'auteur. Celui-ci recherche en effet sa structure plus dans le vocabulaire de la création plastique que dans la tradition littéraire.

Afficher en entier

Classement en biblio

Extrait

André, P'tit André, Andriot, un accouchement difficile, jusqu'à son dernier souffle la "tante" Maria Zoccoli de s'en rappeler en avait des suées : de ceux qui étaient arrivés par ses mains et s'étaient imposés, le pire, né par le siège, et pourtant quelle souffrance lui causaient tous ces inadvenus !, des avortons horribles, monstres, stropias, angelots qui ensemençaient le terrain, celui des bananiers, de derrière les bâtisses des petites fazendas aux confins de Rodeiro, ah, elle ne les comptait plus ! Andriot, lui, avait forci, au point d'épuiser à jamais la vieille Micheletta, femme éphémère, exsangue, bleue à force de pâleur, toujours sur sa couche, malade chaque année, "prise", à voir s'enfuir sa jeunesse par le bas, vingt ans de grossesses, une torpeur, treize rejetons - dont huit petites femelles -, les "Cotonniers", dans la bouche venimeuse des gens de la Rua, montés en graine, cheveux coton tout blonds, joues rubicondes étoffant des robes à pois, des visages rouge piment remplissant des caleçons. Pratique, le Père, le vieux Micheletto, avait l'habitude de nourrir les bébés : au bout de six-sept mois, si le diablotin continuait de brailler à l'heure du biberon, il sellait son cheval un vendredi et, complet-cravate, il allait à la Rua faire enregistrer le nouveau Micheletto, des noms jouant dans sa tête. Devant le notaire, à la question, "Comment va-t-il s'appeler ?", ahuri, pour ne pas avoir l'air d'un malavisé, il balançait le premier parent venu et lui rendait hommage, soulagé. Le dimanche sur le tantôt, il dépliait son mètre quatre-vingts dans la cour, il ébaudissait les enfants, les mains pleines de bonbons, et les chiens, et il allait se coucher, sillonnant le sommeil oublié dans les chambres de ces dames de la rue du Quiabo. Pour tant et tant de noms, tant et tant de visages, si faible sa comprenette, qu'il renonça à singulariser la physionomie de chacun de ces petits animaux qui habitaient les couloirs de la maison. Si besoin était, il ordonnait : "Mon garçon, comme ci", "Ma fille, comme ça", et il cadenassait ses affections, vouées plus à ses bêtes et à sa glèbe qu'à ses rejetons, car les unes donnent bien du tintouin mais des joies, les autres que des déceptions.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

Enfer provisoire, Tome 1 : Des gens heureux

  • France : 2007-03-08 - Poche (Français)

Les chiffres

Lecteurs 0
Commentaires 0
Extraits 1
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode