Livres
573 022
Membres
632 951

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

“Les remarques d’Aeden avaient, de toute évidence, plongé Niall dans la plus parfaite des perplexités, ce qui amusait grandement le détective. Le patron du pub jouait à merveille le type bourru, que ce soit avec le nom donné à son commerce ou le ton plat avec lequel il s’adressait à ceux qui n’étaient pas Saoirse. Pourtant, cette belle carapace toute en froideur et en grognements cachait bien des choses. Niall se refermait sur lui-même pour des raisons qu’il était le seul à connaître, et si Aeden n’avait pas de motifs légitimes pour rechercher lesdites raisons, rien ne l’empêchait d’en avoir conscience. Si sa curiosité naturelle le poussait à creuser, il briderait ici ses instincts, par respect pour cet inconnu qui ne souhaitait manifestement pas se livrer. En revanche, cela ne l’empêcherait pas d’essayer de se rapprocher de lui, parce que cet air grognon était sexy !

Aeden aimait les hommes qui ne lui ressemblait pas. ‘Les opposés s’attirent’ était un de ses adages préférés. Et puis Niall était un spécimen particulièrement agréable à regarder. Il n’avait rien contre les challenges et le patron du Den était ce qui se faisait de mieux dans son genre. Enfin… Avant de foncer tête baisée dans une subtile séduction, il devait tout de même s’assurer que l’homme était intéressant. Physiquement ? Oui, sans aucun doute ! Il restait malgré tout de ceux qui appréciaient la conversation et les gens qui n’hésitaient pas à lui rentrer dedans pour émettre des opinions différentes. Pas le conflit, juste les conversations animées et stimulantes. Les timides qui s’écrasaient et se rangeaient de son avis parce que c’était plus simple et qu’ils en avaient assez de l’entendre argumenter ? Très peu pour lui ! S’il voulait quelqu’un qui serait toujours d’accord et qui l’aimerait quoi qu’il dise, il prendrait un chien. Bon, il était allergique aux chiens, mais la question n’était pas là.”

Afficher en entier

“— Eh ben mon vieux… Je comprends pourquoi ça ne s’appelle pas le Poney Fringant, ici ! Vous avez hésité avec Le Loup Solitaire, non ? Ou avec le Lonesome Cowbou ? Lonesome Leprechaun ?

C’était dit avec un sourire qui semblait sincère, comme si le nouveau venu, Aeden, se posait réellement la question et n’avait aucune arrière-pensée péjorative ou moqueuse. Cela ne l’empêcha pas de se renfrogner t de regarder Saoirse d’un air accusateur. C’était elle, après tout, qui lui avait ramené cet hurluberlu désagréable à l’aura improbable ! Puis il reporta son attention sur Aeden qui s’était mis, sans se rendre compte des troubles qu’il provoquait, à détailler le mur couvert des différents choix de boissons qui avaient fait la réputation du pub.

— Quelque chose à reprocher à mon pub ? Son nom, ou son patron peut-être ?

Il aperçut à la périphérie de son champ de vision Saoirse qui lui faisait les gros yeux. Il l’ignora. Il n’appréciait que moyennement qu’on critique son pub chéri. Il avait nettement plus l’habitude qu’on critique son caractère de cochon, même si ça lui arrivait rarement d’entendre les reproches quinze secondes après une nouvelle rencontre.

— Absolument rien. Je suis sûr qu’un sourire vous irait bien au teint, mais votre air renfrogné doit séduire du monde, non ? C’est assez drôle, finalement, votre pub vous ressemble. Comme dans le début des 101 Dalmatiens, quand on voit des maîtres et des chiens qui ont la même dégaine ! J’adorais ce passage quand j’étais môme. Ça a quel goût le Manx ? C’est bizarre ce whiskey blanc.

L’homme sautait du coq à l’âne et son aura ne frémissait pas. Il n’y avait pas la moindre ironie dans ses propos et Niall ne savait plus sur quel pied danser.”

Afficher en entier

- Oui, c'est ce que j'ai dit. Ferme la bouche, tu vas avaler une mouche. On se met au boulot ?

Afficher en entier

Il ne savait pas encore s’il était un de ces dormeurs qui se réveillaient au moindre son, et il ne voulait pas prendre le risque. Alors il replia ses bras pour ne pas être tenté de le toucher et continua à le regarder.

— T’as des tendances de harceleur ? Parce que je sens ton regard. Aeden hoqueta de surprise et écarquilla les yeux pour voir le petit sourire de Niall qui avait les yeux toujours clos.

— Ah parce qu’en plus de voir les mensonges, tu vois les yeux fermés ? Aeden regarda ses yeux s’ouvrir en réponse et fut submergé par l’intensité de ces pupilles qui, dans la pénombre de la nuit, avaient le bleu-gris de l’aube.

— Je dois avoir un sixième sens. Il le dévisagea, interdit, ne sachant pas trop s’il devait le croire, puis Niall éclata de rire.

— J’ai senti ton souffle se rapprocher et après j’ai juste supposé que tu me regardais. J’aurais pu me tromper et passer pour un parano égocentrique. Apparemment, j’ai eu raison. C’était très drôle du coup !

Afficher en entier

Saoirse démarra en trombe, provoquant un cri de son passager pas encore attaché.

— Tu te prends pour un pilote de Formule 1 ou quoi ? Ralentis, t’es pas Schumacher ! Elle gloussa, le traita de vieux – il était incapable de donner le nom d’un coureur automobile ayant gagné une course durant la dernière décennie – et leva le pied, lui laissant le temps de se redresser.

— Tu mériterais que je prenne ton café en otage !

Afficher en entier

Saoirse haussa un sourcil, un sourire au coin des lèvres, et il demanda :

- Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit ?

Elle rit devant son air déconfit et agita une main devant elle.

- Rien, ne t’inquiète pas. Tu es du genre à dire ce que tu penses toi, non ?

Aeden haussa les épaules.

- Quel est l’intérêt du contraire ? Je n’ai aucun moyen de savoir comment vous procédez si je ne demande pas franchement.

Afficher en entier

Si Sean ignorait les détails concernant ses capacités spéciales, il savait l’essentiel, ce qui permettait à Niall de s’éclipser sans que son employé ne lui coure après pour comprendre quelle mouche l’avait piqué.

Afficher en entier

Le lieu, charmant avec ses murs couverts de lambris d’un bois brun-roux, sa décoration chargée faite de bric et de broc et ses fenêtres parées de vitraux, s’était peu à peu fait une réputation dans le milieu des connaisseurs.

Afficher en entier

— Viens, allons remplir ton estomac. Aeden se laissa guider jusqu’au restaurant où il y avait encore de la place, cependant Niall se promit de réserver la prochaine fois, si prochaine fois il y avait. Avec l’arrivée des beaux jours, cet endroit se remplirait plus vite qu’un pub un soir de match.

Afficher en entier

Cai et Connor étaient là aussi et ils le saluèrent avec un sourire en coin qui indiquait clairement qu’ils savaient avec qui il était la veille. Il leur répondit en faisant preuve d’une grande maturité : il leur tira la langue. Cai ne lui en tint pas rigueur puisqu’à la place de ses éternelles eaux parfumées aux plantes, il lui servit un véritable café, avec de la caféine dedans et juste assez de crème, comme il l’aimait.

— OK, là c’est flippant. Où sont les racines de mandragore ? Les tiges de tilleul ? Je vais mourir, c’est ça ? C’est le dernier café du condamné ?

Cai le regarda d’un drôle d’air avant de comprendre qu’il blaguait et lâcha un « Ah ah, très drôle » qui le fit sourire au-dessus de sa tasse.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode