Livres
467 316
Membres
432 396

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Entre deux rafales



Description ajoutée par anonyme 2011-08-26T08:50:08+02:00

Résumé

Emma est sur un lit d'hôpital. Elle ne se souvient de rien, depuis l'accident qui l'aurait amené là jusqu'au visage de ses parents : amnésie due au stress post-traumatique. Arthur rôde autour de sa chambre, culpabilisé jusqu'à la moelle pour avoir bu avant de conduire le scooter qui devait permettre aux deux amoureux de s'enfuir.

Afficher en entier

Classement en biblio - 20 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par loveuse 2018-08-26T21:37:49+02:00

Sur l’écran, comme dans ma tête, les images sont mélangées. Depuis la surface du volcan, s’écoule un long magma incandescent. J’ouvre un œil et défilent tous azimuts des cargos assommés de marchandises, des manchots empereurs et des astronautes.

Je tends l’oreille mais les mots n’ont pas de sens. C’est une bouillie ininterrompue. Je change de chaîne, et déjà ils en parlent. Ils n’ont qu’un mot à la bouche : l’accident.

Pourtant, c’est tout frais. C’était hier. On parle de moi. On m’appelle Arthur T. On ne donne pas mon nom. Juste le T.

Mon nom, pas en entier. Mais pour protéger qui ?

On parle de moi. Du scooter pourri. De la tôle en vrac. Du goudron fondu. Et surtout, on parle d’Emma. Et là, tout est permis. On décrit au plus près. On n’hésite surtout pas à en rajouter.

Arthur T. est un monstre. Le monstre.

J’entends : « Un témoin certifie qu’Arthur T. a fui devant l’horreur, laissant inanimé le corps de la pauvre Emma… »

J’entends des conneries et bien sûr, couché sur ces fauteuils blancs et défoncés, je ne peux pas me défendre.

On était deux à vouloir partir, vous comprenez ça ? À aucun moment, je lui ai forcé la main.

Je coupe le son et j’approche de la fenêtre. L’horizon se révèle brouillé de nuages, le soleil sur la mer peine à se lever. À se redresser. En bas, dans la cour, un marronnier perd une feuille. Une longue, verte et légère. Une pour qui l’heure de la mort n’avait évidemment pas sonné. Voit-on souvent des feuilles mourir en juillet ?

C’est infime. Le vent, dans son élan, l’arrache. Tire dessus. On croirait qu’il a des doigts pour la cueillir. Ou un souffle assez fort. La feuille s’écroule sur un trottoir. Sans ménagement, elle est trimbalée. Un coup à gauche. Un coup à droite. Comme un cerf-volant.

Un petit la ramasse. Et s’il comptait la faire sécher dans un livre ? J’ai fait ça des tonnes de fois quand j’avais sept ans. Peut-être son âge. Là, il est trop tard. La feuille est mouillée, inondée. Les gens ne regardent pas à terre et la feuille rapidement se retrouve piétinée. L’enfant passe sa main dessus, caresse les nervures, sent les endroits où elle a été écrasée. Il observe sa mère qui guette le bus, le sac de courses calé entre les pieds et un ongle fraîchement coupé entre les dents. Elle lui fait signe de la jeter alors il la balance après l’avoir tailladée. De colère, j’imagine.

D’ici je vois tout. Depuis la fenêtre de cette fichue salle d’attente. Je vois tout.

Leur bus arrive. La porte s’ouvre et les deux ombres s’engouffrent à l’intérieur. Je sursaute. Je crois que l’enfant m’a vu.

Et pourtant de là où je suis, c’est impossible. Comme un chat, perché. Au troisième étage. Dix heures que j’y suis. C’est bien simple, j’y ai passé la nuit. C’est interdit, je sais. Les infirmières me l’ont assez répété mais j’ai dit que j’étais son frère.

Dès que l’une d’entre elles passait la tête, les yeux embués de fatigue, je répétais inlassablement : « Je suis le frère d’Emma. »

La larme à l’œil, je les ai regardées intensément. Je sais fixer les gens sans cligner. J’ai tellement vu de paires d’yeux, à n’en plus me rappeler la couleur. Depuis que je suis né, je fixe les gens. Je cherche à comprendre. Depuis que la Ddass est entrée dans ma vie. Ça s’appelle comme ça. Avant on disait l’Assistance. Avant, il paraît qu’on disait : « Je suis de l’Assistance ».

Pourtant, je ne suis pas un assisté. J’existe et je me bats dès qu’on me dévisage avec tristesse. Dès qu’on pose une main sur mon épaule. Dès qu’on veut me filer une pièce. Pas envie qu’on chiale pour moi. Il y a pire. Il y a ceux qui n’ont plus de larmes pour pleurer. Ceux qui en sont privés.

Et je mords si on me dit : « Mon pauvre, tu n’as pas de famille ? » Ma famille ? Est-ce qu’on peut vraiment parler de famille ? J’essaie parfois de rassembler dans ma tête ce qu’il me reste. De Yann. Et d’Olga. Le peu qu’il me reste.

Yann, mon père. Assez petit et trapu, yeux bleu océan et jaune autour de la pupille, quarante-huit ans aujourd’hui s’il n’est pas mort, routier, solitaire, lunatique, borné, aime la viande à s’en faire exploser le ventre, né à Brest, fils unique, joue de la guitare dès qu’il se trouve sous un arbre.

Olga, ma mère. Née à Saint-Pétersbourg, fille d’un avocat et d’une prof de français, trente-sept ans, cheveux fins et châtains tirant vers le brun, reflets roux, sans emploi, diplômée d’une école de commerce russe, tombée dans la drogue à quinze ans, très amie avec la voisine, Mme Taffarec.

Leur rencontre ? Mon père livrait régulièrement en Russie. Après, je ne sais pas. Les voisins avaient pour coutume de dire que Yann avait ramené une pute de l’Est dans son camion. Une pute qui sniffait tout ce qu’elle trouvait. Qu’elle mélangeait tout ça avec de la farine pour un meilleur effet. Ou par économie.

On vivait tous les trois, dans une maison en pierres et au toit édenté de plusieurs tuiles. À l’arrache, pas dans les bonnes cases, ni les bonnes normes.

Moi, squelettique et les cheveux tombant par paquets, m’a-t-on dit, après. Moi, des cernes noirs creusant mon regard. Et les dents en miettes.

Car un jour, est arrivée la scie qui m’a coupé de mon arbre : la Ddass. Je m’en souviens parfaitement. Comme si c’était hier. C’était hier.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par jujulieee 2014-08-20T00:47:31+02:00
Diamant

Mon dieu! Ce livre est tellement dur! Arthur aurait-il du faire ça?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sarah24557 2014-07-04T12:35:30+02:00
Pas apprécié

J'ai trouvé l'histoire d'Arthur inintéressante, la fin du livre bâclée, et les détails,pensées et descriptions trop nombreuses.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lecture4reveur 2014-03-14T23:58:45+01:00
Argent

Je m'attendais à ce que l'histoire se déroule avant l'accident de scooter d'Arthur et d'Emma, qui a envoyé cette dernière dans le coma.

Ainsi, j'aurais pu en savoir un peu plus sur leur histoire d'amour et sur la raison précise de leur fugue. Mais ça n'a pas été le cas, car le récit débute au réveil de la jeune fille. Elle ne se souvient de rien et l'idylle n'est donc évoquée que par Arthur.

On voit qu'il aime Emma, ça ne fait aucun doute, mais on ne sait pas vraiment pourquoi ni comment cette histoire d'amour (vendue par la quatrième de couverture comme une sorte de cliché : « Ils s'aiment, mais tout les oppose. ») improbable s'est mises en place, a pris forme...

C'est donc une très grande déception pour la romantique que je suis. Je m'attendais à ce que le roman soit centré sur l'amour.

Les raisons du départ sont vagues ; c'est un coup de tête.

Les personnages principaux, Arthur et Emma (que j'ai trouvés un peu jeunes) sont mis en scène par un roman à deux voix. Passer d'un narrateur à l'autre donne un peu de rythme à l'histoire.

D'un côté, il y a ce garçon touchant qui n'a pas eu la vie facile. Enfant de la DASS, trimbalé de familles d'accueil - ne prenant pas bien soin de lui – en foyers hostiles. Il a encaissé les coups durs qui ont laissé des meurtrissures sur ce pauvre gosse qui a trouvé en Emma l'amour et la famille dont chacun a besoin et j'aurais aimé que cet aspect (encore amoureux) soit davantage mis en avant. J'ai apprécié ce personnage parce qu'il m'a touchée.

Il y aussi Emma dont il est très amoureux. Amnésique, elle tente de ne pas peiner ses parents qu'elle a oublié. Elle se souvient juste de quelques éléments qui lui reviennent par brides. Je n'ai pas appris à la connaître, étant donné qu'elle ne se connaît pas elle-même...

J'ai plus été touchée par la détresse d'Arthur que par la sienne même si j'ai compris sa tristesse et celle de ses parents qui essaient de comprendre...

Je n'ai pas compris l'intérêt du rôle de Thomas, ni pourquoi cet inconnu décide de tenir compagnie à Arthur. Sûrement pour passer le temps...

Pour l'écriture, je l'ai trouvée poétique et agréable à lire avec de belles métaphores, notamment sur la mer très présente entre les pages.

En conclusion, j'ai été déçue par cet ouvrage car il ne parle pas vraiment de l'histoire d'amour qui unit Arthur et Emma. J'aurais voulu qu'elle soit le centre du récit, avec davantage de détails, notamment sur les raisons de la fugue. Davantage de longueur aurait permis d'apprendre beaucoup plus de choses.

J'ai aimé le personnage détaillé de ce garçon qui a eu la vie difficile et qui ne montre pas la DASS sous son meilleur jour. Cependant, il dépeint bien le quotidien de certains enfants en manque d'amour et de famille qui se retrouvent en quelque sorte livrés à eux-mêmes ou à des personnes pas toujours très bienveillantes.

Quant à la plume, elle est poétique à certains moments et délivrait des choses fortes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juju-direction 2013-07-22T17:16:35+02:00
Or

vraiment touchant et très émouvant il est vraiment superbe je l'ai adoré !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cipounette 2013-04-01T17:50:55+02:00
Or

J'ai adoré!!! Très facile à lire, il est émouvant et magique!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par I-LOVE-Gabriel-Wolf 2013-02-11T12:12:17+01:00

Un livre magnifique mais très triste avec une fin ouverte nous permettant d'imaginer ce que l'on souhaite...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LadyBooks 2012-11-24T11:57:21+01:00
Argent

Une structure étonnante et originale mais tout à fait agréable à lire. Pour se détendre pendant deux bonnes heures, c'est parfait! La fin est mystérieuse et on reste sur sa faim, à notre imagination d'inventer la suite...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sasa80 2012-08-26T13:22:39+02:00
Argent

Ce livre est magnifique.

On découvre ce qu'il s'est passé au fur et à mesure des pensées des personnages au travers de flash-back et de ce qu'ils peuvent dire.

J'ai adoré l'alternance entre les deux narrateurs.

L'histoire est belle bien que triste.

Mon seul regret est la fin qui aurait pu être plus claire, mais ainsi chacun est libre de se l'imaginer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Julii 2011-08-13T18:52:25+02:00
Pas apprécié

Moi pour ma part je n'ai pas du tout aimé ce livre, on a l'impression qu'il n'est pas fini et qu'il manque des choses une fois l'voir fini.

Afficher en entier

Date de sortie

Entre deux rafales

  • France : 2011-02-26 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 20
Commentaires 9
Extraits 1
Evaluations 9
Note globale 6 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode