Livres
461 490
Membres
417 904

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:20:51+01:00

Pendant tout le parcours, Nick reste un pas ou deux derrière moi et ça me rend dingue, comme si je n'étais pas suffisamment bonne pour qu'il coure à côté de moi.

- Tu es obligé de rester derrière ? finis-je par lui demander en attaquant une colline qui traverse la forêt.

- Ça t'embête ?

- Ouais.

- Je te promets, je ne te mate pas les fesses.

Je m'arrête. Il me bouscule et nous tombons à la renverse. Je tends les bras pour me réceptionner, mais c'est inutile ; il enveloppe ma cage thoracique de son bras droit et tombe de telle sorte qu'il amortit ma chute. Je suis au-dessus de lui et, pendant une seconde, son bras reste contre moi. Quand il le retire, je me relève et Nick se lève en regardant autour de lui, essayant de comprendre ce qui s'est passé.

- Qu'est ce que tu fabriques ? aboie-t-il

- Je te mate les fesses, dis-je pour le taquiner.

Puis je m'élance, le laissant derrière moi, jusqu'au champ où le coach peut me donner mon temps et le signal du retour à la maison.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:20:51+01:00

Il me montre mon pinceau à colle.

- Tu permet ?

Je m'apprête à le prendre pour le lui donner, mais il tend la main au même instant et nos doigts se rencontrent – juste quand les rampes de néon au plafond grésillent, puis s'éteignent.

[…]

Les doigts de Nick frôlent doucement les miens, si doucement que j'ai peine à croire que c'est bien réel. Je sens quelque chose grésiller en moi comme les néons de la classe.

Mais rien ne s'éteint. Je tourne la tête pour regarder Nick droit dans les yeux.

Il se penche vers moi et murmure :

- Ça va être difficile d'être seulement ton ami.

Les lumières se rallument.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lylii 2011-02-04T16:34:00+01:00

- Je te plais?

Je le répète parce que, oui, je veux être vraiment, vraiment certaine que je l'ai bien entendu. Ce n'est pas le genre de chose qu'on a envie de comprendre de travers...

Il acquiesce.

- Beaucoup.

- Je te plais beaucoup?

Il lâche mes mains et me caresse la joue.

- Trop.

- Trop?

J'essaye de modérer ma voix.

- C'est impossible...

- Si tu savais, Zara.

- Eh bien, dis-moi...

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:20:51+01:00

- Ce Nick est vraiment un bon garçon.

Je lui jette un coup d'œil

- Je ne lui plais pas.

- Vraiment ? C'est moi ou c'est toi que tu essayes de convaincre ? Parce que je l'ai trouvé hier soir en train de mettre ce pansement sur ta joue tandis que tu étais endormie, bavant à moitié sur le canapé.

- Je bavais ?

Elle rit.

- Pas trop.

Je cache ma tête dans mes mains. L'air dans la pièce sent le rance, le sang séché et le doute. Betty m'écarte les mains. Elle sourit.

- Tu lui plais, Zara. Il s'est occupé de toi. C'est ce que font les hommes quand ils s'intéressent à une femme.

- À l'évidence, il a un gêne de sauveur de princesse prisonnière dans le donjon, ce qui n'est pas du tout adapté à mon cas ; je ne suis pas une princesse, et encore moins une prisonnière.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:20:51+01:00

- Allons, Monsieur Colt, vous allez bien rester à diner ?

Je préfère mettre en garde Nick.

- C'est elle qui cuisine.

Betty me donne un coup de torchon.

- Spaghettis au menu ! Il faudrait être une vraie nouille pour les rater...

Nick pose le sac juste sur le seuil. Il a vraiment l'air méfiant.

- Merci, mais j'ai un steak qui m'attend à la maison.

- Bien, dit Betty en nous adressant, à lui puis à moi un clin d'œil.

Nick rougit.

- Je vous laisse vous dire au revoir.

Je lâche entre mes dents.

- Oh ! La honte...

Nick rit. La fossette réapparait au-dessus de ses lèvres. Ne pas regarder ses lèvres. Comment est ce possible qu'il ne s'en soit jamais servi ? C'est un crime contre l'humanité...

- Salut ! dit-il. On se voit au lycée.

- Salut, dis-je avant de lui tourner le dos.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:20:50+01:00

Nick se tient à côté de Devyn, mains sur les hanches. Il essuie du revers de la main la mince pellicule de sueur sur son front, puis ses yeux se vrillent dans les miens.

Il ne m'en faut pas plus. Je suis accro.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:20:50+01:00

Nick se penche vers moi et je sens son haleine tiède sur mon visage quand il me dit :

- Il a fait un pari avec tous les autres profs de sport du comté. Si on ne décroche pas le meilleur temps général, il doit leur payer à tous un strudel.

- Un strudel ?

Nick lève les mains en l'air.

- Va comprendre...

- Les profs de sport aiment les strudels, commente Izzie. Je me demande pourquoi. C'est tellement dégoulinant...

- C'est bon, quand ça dégouline, répond Nick.

- Sérieux ? Tu aimes le strudel ?

Ma question amène un lent sourire sur les lèvres de Nick.

- J'aime beaucoup de choses qui ne sont pas bonnes pour moi.

Ma bouche doit rester grande ouverte, car il éclate de rire et tend la main vers mon menton qu'il remonte tout doucement. Je ferme la bouche d'un coup.

- Tu l'as fait rougir ! s'exclame Issie. Ne rougis pas, Zara, il te taquine, c'est tout.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lili-cool 2012-04-30T11:43:13+02:00

Nous nous embrassons longuement, tres longuement. Nick embrasse si bien que je ne remarque meme plus le froid et que j'oublie ma peur. Ses levres bougent sur les miennes. Mes lèvres ont un besoin douloureux de son contact, de la douceur de sa peau. Notre baiser continue. Mes mains se joignent a travers ses cheveux. Sa main me serre contre lui, aussi pres que possible, et il est si solide, si fort, si etonnant...

Mes mains quittent ses cheveux et sillonnent les méplats de son visage, encore parcourut de frissons.

-on devrait partir, annonce-t-il enfin de cette voix rauque et bourrue.

J'adore quand sa voix sonne plus grave que d'habitude. Ses lèvres enflent légèrement.

-Tu rougis.

Je presse mes lèvres pour prolonger le gout des siennes. Je redessent de ses snow-boots, sur lequel j'etais juchée -une opération assez délicate...

-Tu embrasse bien dis-je.

-Toi aussi.

Nous marchons, marchons, marchons. Nous quittons enfin l'allée pour arriver à la route principalequi n'a pas été déblayée, comme le prouvent les dix centimètres de neige qui la couvrent.

-Je pensais à Ian, dis-je en continuant a marcher d'un pas glissé.

-Génial. Juste ce que j'avais envie d'entendre!

-Non, non... Je pensais qu'il allait etre triste en apprenant pour nous deux...

-Oh, pauvre monsieur le Roi-de-la-fete!

Il me donne un coup de hanche. Je lui rend son coup.

-C'est méchant.

Un aigle crie dans le ciel. Mais je passe à cote de ce signe. Et Nick aussi.

Quelque chose nous tombe sur la tete et Nick pousse un cri guttural, un grognement animal. Plus terrifiant encore que cette chose sur ma tete. Mais, comme je ne peux pas empecher le grognement, je m'occupe de se qui pèse sur mes cheveux:un filet.

quelqu'un a jete un filet sur nous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mxllx 2012-04-01T19:38:14+02:00

-Tu sens bon, murmure- t -il.

-Je n'ai pas pris de douche.

-Ça ne fait rien, tu sens bon.

Sa voix sensuelle et chaleureuse me fait fondre.

Nos lèvres se touchent, se séparent, se touchent encore. Je le respire tout entier. Il écarte son visage et me scrute. Je souris. C'est plus fort que moi.

-Tu me plais dis-je . Beaucoup? Même avec toute cette histoire de loup garou.

Il sourit.

-Tu me plais aussi.

-Beaucoup?

-Hum,hum, admet-il en se penchant pour un autre baiser. Affreusement trop.

Je me fiche de la neige. Je me fiche des lutins. Je pourrais rester ici toute ma vie, immobile dans les bras de Nick, embrassent ses lèvres, sentant sa chaleur et sa joue râpeuse contre la mienne.

Toute la peur et toute la souffrance ne compte plus désormais.

C'est fini.

Sans mélodrame ni rien d'autre.

C'est finis.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:20:51+01:00

Nick.

Nick a d'épais cheveux noirs.

Nick a des grands yeux noisette.

Nick a de belles dents blanches.

Nick a un large torse et des poumons de coureur.

Lui pourrait gonfler ses joues, souffler est faire s'envoler ma maison comme fétus de paille. Mais j' m'en moque. Je me laisse aller contre lui.

Il est si chaleureux, si confortable – ce qui ne m'empêche pas de trembler en repensant à la forêt.

Mes paupières ne veulent pas s'ouvrir, mais j'aimerais tellement continuer de regarder Nick, lui qui est si mignon quand il ne me fait pas la leçon...

- Merci de m'avoir raccompagnée.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode