Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Eric-57 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Boutique des petits trésors La Boutique des petits trésors
Ella Griffin   
Alors qu'elle a rompu avec son fiancé et que sa chère grand-mère vient de décéder, l'univers de Nora s'effondre. Elle quitte Londres pour retourner dans la ville de son enfance, où la vieille dame lui a laissé un héritage d'objets accumulés. Déchirée à l'idée de vendre ces mille et un souvenirs aux enchères à des inconnus, la jeune femme décide d'ouvrir « La boutique des petits trésors ». Et, peu à peu, chaque objet trouve un nouveau foyer digne de lui, s'offrant ainsi une deuxième vie et une nouvelle histoire. Tandis que Nora égrène ses souvenirs le cœur serré, elle découvre des notes manuscrites sur chaque objet, levant ainsi le voile sur le passé mystérieux et fascinant de sa grand-mère. Et si Nora distille le bonheur avec ses petits trésors, n'a-t-elle pas droit, elle aussi, à un nouveau départ et une chance d'être heureuse ?

par carohem
Le Scandale des EHPAD Le Scandale des EHPAD
Hella Kherief   
Aide-soignante en EHAPD, Hella Kherief a eu le courage de dénoncer à visage découvert ce qui se passe trop souvent dans ces établissements : maltraitance des personnes âgées et manque de moyens pour le personnel soignant.

La conséquence de son franc-parler ? Son licenciement. Pourtant, elle a choisi ce métier par vocation. Son témoignage est étayé de nombreux exemples. Un sujet de société qui nous concerne tous car les plus de soixante ans sont plus de quinze millions en France. Du déroulé d’une journée ordinaire en EHPAD aux interrogations légitimes des familles qui oscillent entre bienveillance et culpabilité, des soins et de l’attention insuffisante prodigués aux objectifs de rentabilité du système privé des EHPAD, elle aborde tous les sujets, sans tabou et avec beaucoup de sensibilité.

Un document coup de poing qui nous invite tous à nous interroger sur ce que nous voulons pour l’accompagnement des personnes âgées en France.
Ghost in Love Ghost in Love
Marc Levy   
Le nouveau roman de Marc Levy nous met en présence de Thomas, un célèbre pianiste. La veille d’un concert, Thomas, ne sachant pas où aller, finit par se retrouver chez sa mère (Jeanne) qui a prévu de sortir. Se retrouvant seul dans l’appartement, Thomas s’approche de la fenêtre et fume un joint. Soudain, une voix derrière lui se fait entendre, lui recommandant de ne pas trop se pencher. Il s’agit de la voix de son père décédé il y a 5 ans jour pour jour. Thomas est pris de vertige.

Marc Levy signe un roman comme on aime en découvrir, sur un sujet qui fascine tout autant qu’il déconcerte, déroute. Son livre mêle rationnel et irrationnel, rêve et réalité. Invité par France Info pour parler de son tout dernier livre, l’auteur a expliqué que l’idée de ce dernier roman lui était venue d’une photo de son père qui trônait sur son bureau, photo qui représente son père avec un sourire si expressif qu’il est souvent arrivé à l’auteur d’imaginer que son père allait se mettre à parler. Et c’est exactement ce qui arrive au personnage de Marc Levy, Thomas qui voit apparaître devant lui, le fantôme de Raymond, son père.

J’ai été charmée par cette histoire de « retrouvailles » entre un père et son fils, par cette expérience folle qu’ils vivent tous les deux, par les émotions qu’elle suscite en nous, par les dialogues entre Jeanne et Colette, la personnalité des différents personnages, les situations cocasses et les quiproquos, l’humour omniprésent, les sourires et même les rires, le style de Marc Lévy, son imagination, la fluidité de son écriture.
On accepte volontiers ce côté irrationnel de la situation pour le plaisir de découvrir une belle histoire, des retrouvailles qui disons-le nous seraient tellement agréables de connaître, de vivre ne serait-ce qu’une seule fois dans notre vie. C’est un moment de pure détente que nous offre Marc Levy, un récit aussi attendrissant que marrant, enfin, un bel hommage à son père.

par SuperNova
A tombeau ouvert A tombeau ouvert
Raúl Argemí   
2012. Carlos Ripoll, le narrateur, est chez lui à Barcelone. Il reçoit sur Facebook deux messages anonymes qui le ramènent à un passé de violence et le mettent au défi de retourner à Buenos Aires. Un événement grave l'a marqué à jamais: il a tué la femme qu'il aimait par accident, en jouant avec une arme.

source : éditions Rivages Noirs
La librairie des nouveaux départs La librairie des nouveaux départs
Jen Mouat   
Emily retrouve sa meilleure amie perdue de vue depuis 6 ans. Elle l'a appelé pour l'aider à créer sa librairie dans un vieux local délabré. Que restera t'il de cette amitié après les révélations et les trahisons , avec la maladie de Léna , la grand mère Cotton , les retrouvailles avec tous les membres de la famille ? Une belle histoire d'amitié , bien écrite , un bon roman qui fait passer un moment agréable

par Herve86
Diabolo fraise Diabolo fraise
Sabrina Bensalah   
Une lecture dont je suis sortie sans savoir quoi penser, d'un côté j'ai eu l'impression d'un manuel éducatif sur les premières règles, d'un autre que ce sujet était abordé de manière intéressante.
Sur le sujet du harcèlement, j'ai trouvé qu'il y avait quelques maladresses et idéalisation dans la résolution. Après, c'est toujours une bonne chose que le sujet soit abordé.
Concernant Marieke et Jolene, j'ai trouvé que leur histoire était trop similaire. J'aurais préféré que leurs intrigues soient différentes.
Sinon, j'ai bien aimé les parents, j'ai trouvé le sujet du père au foyer moderne et intéressant.
La proximité entre les sœurs est également touchante et réaliste.
Un livre de raison Un livre de raison
Joan Didion   
Un Livre de raison est un chef-d'œuvre sur l'innocence et le mal. Dans son style habituel, sensible et tranchant, Joan Didion continue d'explorer l'atomisation de la société contemporaine en faisant le portrait de deux femmes aux prises avec l'implacable réalité d'une vie à la marge, dans un pays au futur incertain.
La narratrice du roman, Grace Strasser-Mendana, est d'origine américaine, mais elle est devenue par son mariage, puis par son veuvage, une propriétaire riche et influente de Boca Grande, petite " république " fictionnelle et délabrée d'Amérique Centrale. De sa formation d'ethnologue elle a conservé une passion pour l'observation des êtres humains, et si elle possède une grande partie des richesses du pays, elle en connaît aussi tous les secrets. Alors qu'elle se meurt lentement d'un cancer, Grace mène une dernière enquête autour de Charlotte Douglas, une belle Américaine de quarante ans échouée à Boca Grande dans l'espoir de retrouver sa fille rebelle en fuite, et qui a été abattue d'une balle dans le dos au cours d'une des nombreuses révolutions qui secouent le pays.
Dans ce roman d'une force rare, Joan Didion, par le biais de Grace qui se veut un témoin critique et détaché, dépeint une femme d'une ignorance stupéfiante, tout à la fois victime et figure de l'aveuglement, qui a échoué à enseigner le monde à sa propre fille. Le destin de Charlotte est singulier en même temps qu'il est emblématique d'un âge où l'autorité n'a plus de conscience, où la violence est insondable.

par nobodyel
La Cave La Cave
Natasha Preston   
http://dreamingreadingliving.blogspot.fr/2017/06/la-cave.html

Depuis plusieurs mois maintenant, je dirais depuis septembre 2016, je n'arrive plus à me plonger complètement dans un livre, j'ai énormément de mal à entrer dans de nouveaux univers. Mes pensées me mènent toujours ailleurs et je fini par fermer le livre par manque de concentration.

Mais lors d'un passage à la Fnac, je me suis rendue compte que j'avais besoin d'autre chose que les livres qui sont dans ma PAL et que je me force à lire parce qu'ils sont là. J'avais besoin d'un autre style, pas de romance ou quoi que ce soit qui se trouve déjà dans ma bibliothèque, mais de quelque chose de plus sombre. J'avais déjà lu le résumé de ce livre deux ou trois fois mais je ne l'avais jamais pris par peur qu'il soit trop jeunesse, chose que je ne supporte plus en ce moment. Mais cette fois-ci, je me suis laissée tenter, et Dieu merci !
Comme je l'ai dis, je me tape une panne de lecture depuis au moins 9 mois, j'accumule les livres "en cours" sans jamais les terminer, et pour une fois, j'ai terminé ce livre en seulement deux petits jours. A l'heure actuelle, c'est un vrai miracle pour moi !

Je me suis complètement laissée aller dans cette histoire, j'ai imaginé chaque scène comme si je les voyais réellement, j'ai vu les personnages, les lieux, ressenti les émotions et sentiments. Je me suis enfin laissée plonger dans un nouvel univers.

On fait donc la connaissance de Summer qui sort seule pour aller rejoindre des amis. Malheureusement, elle va croiser le chemin de Trèfle, qui l'appellera immédiatement Lilas et qui a décidé qu'elle faisait partie de sa famille et va la séquestrer dans sa cave. Mais Summer n'est pas la seule, et elle va faire la connaissance de Rose, Violette et Iris, trois autres jeunes femmes enlevées par Trèfle.
Mais il n'a pourtant pas le profil du malade mental, et a une apparence tout à fait normale. Il a un travail sérieux et s'appelle réellement Colin. Mais lorsqu'il rentre chez lui, son masque tombe, il devient Trèfle et il retrouve la famille qu'il s'est créée.
Ce psychopathe enlève, séquestre, viole, tue, et il n'a pourtant jamais soulevé les soupçons de quiconque.

Je ne sais pas si je classerais vraiment ce roman dans la catégorie YA, c'est d'ailleurs pour ça que je l'ai classé dans la catégorie Drame. Il y est sujet d'enlèvement, de séquestration, de viol, de meurtre mais aussi du syndrome de Stockholm. Il y a du sang, des cris, des supplications. Je pense qu'il faut avoir un certain âge pour le lire, même si je pense que je l'aurais tout autant bien aimé à 14-15 ans.
Mais comme je l'ai dit, j'avais besoin de noirceur et d'un sujet comme celui-ci, alors je l'ai absolument adoré ! Ce bouquin m'a rendu accro, dès mon réveil je le lisais, à mon coucher je le lisais. Et pour vous dire à quel point il m'a obsédé ces deux derniers jours, lorsque je me suis couchée il y a deux jours après avoir lu quelques pages, j'ai rêvé que j'étais moi-même dans cette cave. Je me trouvais totalement dans l'univers du livre, comme lorsque l'on dort juste après avoir regardé un film d'horreur.

Un film d'horreur, c'est d'ailleurs ce à quoi il m'a fait penser. Pas grâce à la partie sombre puisqu'il n'est pas non plus effrayant, mais grâce à l'ambiance dans laquelle il nous plonge. Il y a quelques mois, je suis allée voir Split au cinéma, je l'ai absolument adoré, et je l'ai re-regardé chez moi il y a quelques semaines. Il est devenu un de mes films préférés, et le livre m'y a totalement fait penser. Ce n'est pas la même histoire du tout, mais l'ambiance est similaire, et les manies de Trèfle m'ont fait penser aux manies d'une des personnalités du personnage de Split au niveau de ses tocs concernant la propreté, et ses élans de rage.

Je dirais qu'il est d'ailleurs un mélange entre Split et le personnage de Norman Bates. Trèfle est bourré de tocs mais est aussi obsédé par sa mère décédée dans le passé. Il lui parle dans sa tête, lui obéi et fait tout pour la rendre fière.

En ce qui concerne l'écriture et la façon dont il est écrit, j'ai adoré et je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer. Le temps passe assez vite, et on suit le point de vue de Summer, mais aussi de Lewis son petit ami, et de Trèfle son kidnappeur.
Grâce à Summer, on suit le déroulement de son enlèvement, sa séquestration et la façon dont elle gère tout ça. On fait aussi la connaissance des autres filles.
Grâce à Lewis, on suit le monde extérieur, on voit la réaction de la famille et on suit les recherches.
Grâce à Trèfle, on suit ce qui se passe dans son quotidien mais aussi dans son passé. On en apprend plus sur les filles séquestrées avant Summer mais aussi sur son état d'esprit. On se retrouve dans la tête d'un psychopathe pour qui tout ceci paraît normal.

En conclusion, j'ai adoré ce livre, et j'ai encore toutes les scènes en tête comme si je sortais d'une salle de cinéma dans laquelle j'aurais passé deux jours. Je suis encore immergée dedans, et je le conseille à 3000% sans hésitation !
J'ai d'ailleurs regardé les critiques sur GoodReads en m'attendant à trouver des éloges, mais pas du tout, j'ai vu beaucoup de commentaires négatifs. Alors je pense que chacun doit se faire sa propre opinion. Je fais souvent parti de la majorité en ce qui concerne les avis négatifs, mais pas cette fois. Ce livre a réussi à me faire sortir temporairement de ma panne de lecture, alors je ne peux qu'en faire des éloges.
Alors si ce livre vous tente, foncez, et faites vous-en votre propre avis !

par OLDB
Au revoir Monsieur Friant Au revoir Monsieur Friant
Philippe Claudel   
Pont de Fer, pont des Voleurs, pont de Neufcourt, pont de Rosières...

Etre au-dessus de l'eau tout en conservant les pieds secs. Le beau privilège. Passe l'eau, et repasse, et nous autres comme couchés sur elle dans son lit de bronze miroitant parsemé de chevelures d'algues.

Est-ce la vie alors que contemplent en dessous de leur bras noués les amoureux innombrables qu'attirent les ponts sur les rivières ?


par Didie6
Crime dans les marolles : nouvelles enquêtes de Nestor Burma Crime dans les marolles : nouvelles enquêtes de Nestor Burma
Nadine Monfils   
Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Crimes dans les marolles
Guy Marchand, président du jury thriller au BIFFF, Festival du film fantastique de Bruxelles, invite son ami Nestor Burma à l’accompagner.
Lors d’une soirée, il rencontre la petite amie de Léo Straum, condamné à 26 ans de réclusion pour être accusé d’avoir assassiné ses parents et sa soeur. Il s’est réveillé au milieu de leurs cadavres et déclare ne plus se souvenir de rien.
Dans la famille Straum, tout le monde s’aimait et baignait dans le bonheur avant de baigner dans le sang. L’affaire intrigue Burma qui décide d’y fourrer son nez…
« C’était au temps où Bruxelles brusselait… non peut-être ! »


source : éditions French Pulp