Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ErinRain : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Meute des SixLunes, Tome 2 : Gaidon La Meute des SixLunes, Tome 2 : Gaidon
S. C. Rose   
La lecture n'est pas toujours fluide... Beaucoup de digressions qui font perdent le rythme et le sens de l'histoire. Sinon, toujours un plaisir de retrouver la Meute.

par MAMIKAT31
Le jour où elle a pris son envol Le jour où elle a pris son envol
Maëla Cosson    Marko    Béka   

Une bande dessinée agréable, une belle réflexion sur notre choix de vie et qui donne envie de vivre plus simplement...

par MiLn
Le jour où elle n'a pas fait Compostelle Le jour où elle n'a pas fait Compostelle
Maëla Cosson    Marko    Béka   
Ce tome reste dans la lignée des deux premiers, après "Le jour où le bus est reparti sans elle" et "Le jour où elle a pris son envol". Dans ce tome, Clémentine part en randonnée avec Antoine et ils parlent ensemble des "aimanteurs", c'est-à-dire que toutes les forces qui nous détournent de nos buts dans la vie.
J'ai trouvé ce nouveau tome toujours aussi agréable, toujours aussi feel-good, toujours aussi bienveillant. J'aime toujours autant les dessins et les magnifiques décors représentés. Une nouvelle réussite.

par Am18
Le jour où il a suivi sa valise Le jour où il a suivi sa valise
Béka   
Ia orana mes p'tits corbeaux,

On va finir en beauté cette année 2019 avec une BD

Où l'on va suivre un jeune homme qui se nomme Guillaume, qui fait de base parti des gens qui ne porte absolument aucun intérêt à tout ce qui est " remise en question " et " spiritualisme " .

Il accepte malgré tout d'accompagner son amie ou sa petite amie je dois avouer que je suis toujours dans le doute, à Bali lors d'un séminaire spirituel . Des petites incidents qui paraît une catastrophe pour certains arrivent tout au long de l'histoire mais le résultat et la prise de conscience qui se répercute sur certains d'entre eux est juste magnifique, c'est pour cela que sur toute la saga je pense que c'est CELUI ci ce dernier tome que je vais adorer.

***

Voici une pépite , un bijoux en lui même, c'est une beauté cette BD, c'est une merveilleuse façon de terminer mon année littéraire. Elle est à lire, en faite toutes les BD de cette saga est à lire, c'est d'un bien-être juste SUBLISSIME autant qu'ENORMISSIME. Entre l'histoire, le graphisme, les références, le lieu choisit ... mais tout, absolument tout fait de cette BD, LA perfection littéraire.

Bravo, franchement Bravo à l'auteur et au graphiste, parce que c'est un travail juste WOUAH oui WOUAH !!!

Je n'ai pas vraiment de chose a dire sur cette BD, hormis que je vous la conseille à des milliards et des milliards de pourcent et je vous souhaite un excellent réveillon, pleins d'amour et de bien-être et je vous dis à l'année prochaine. Ciao Ciao
Endgame, Tome 3 : Les Règles du jeu Endgame, Tome 3 : Les Règles du jeu
James Frey    Nils Johnson-Shelton   
Decevant, et je rajouterai même : Inachevé et baclé, surtout la fin.

J'y vais peut être un peu fort vous allez me dire, mais là, c'est bien la première fois que je suis autant décu par la fin d'une trilogie qui m'a captivé !
Les livres 1 et 2 étaient géniaux ( enfin voila ... ), très interessant, des personnages qui ne demandait qu'une fin mémorable tout comme leur histoire ! Et là, rien le vide complet, un gros bide.

Mon conseil, lisez le 1 et le 2, mais surtout pas le 3, on a l'impression d'avoir perdu son temps franchement.
Et c'est dommage, vraiment, il y avait tout pour réussir !

du coup voila les points qui m'auront véritablement décu :

[spoiler]-> On commence tranquilement, en mode in médias res là, où on l'avait laissé, tout coup ca repart bien et de plus belle. Et là, se joue une alliance qui n'a plus rien à voir avec le jeu !
Une alliance de 5 joueurs pour stopper le jeu ...

en gros, il y en a un autre qui continue son Taf ( Maccabee ), donc j'ai du respect pour lui. Il évolue et plutot bien, il se remet en question, mais il continue ce pour quoi il a été formé ( et endoctrinné ) toute sa vie !
Et puis il y a le Chinois là : An.
Pour moi, c'est bien le personnage le plus naze et le plus raté de la saga.
Non mais sérieusement, un sociopathe qui fait que joujou avec des bombes accroché à sa ceinture ! Et puis sa copine Japs se fait tuer dans le tome 1 du coup, il la coupe en rondelle pour en faire un collier autour de son cou ... Répugnant.
Et puis dans le tome 2, le voila qui va voir les Mu et qui leur dit vouloir jouer pour eux à la place de Chiyoko ...

Du coup, le vieux sage Jap's l'envoyer chier ( j'ai adoré ce moment je dois dire ) et sur un coup de tête, An le tue ... Ok.
Alors si je récapitule, ce gars est un gros connard bourré de tic et de toc qui ennerve le lecteur à n'en plus finir, parce qu'en fait, on arrive même plus à lire ! De plus c'est un traitre à sa lignée et rajoutez le fait qu'il ne veux plus que tuer tout le monde sur Terre parce que tout le monde, c'est que des gros méchants, et que personne ne mérite de vivre.
Mon Dieu ! Mais donnez lui une paire de baffe et un coup de pied où je pense ! Comment sa lignée a pu creer un crétin comme joueur et le laisser détruire Endgames ?
Alors là je sais pas, mais pas du tout !

-> Les autres, et bien, c'est à peu prêt pareil, du n'importe quoi dans cette partie de la saga essencielement.
Hilal : Rien à dire, il suit la voie qu'il s'est fixé depuis le début. Et puis il trouve un bouquin avec une Australienne qui peut tout lui traduire ... ( c'est pratique ca ), et le lecteur apprends juste que tout sur Endgames est expliqué dans le livre et ... point. En fait le lecteur n'apprends strictement rien du livre. Ah oui, il est joli et il a une belle reliure.

En fait on sait rien, et on sent que l'auteur ne le savait pas lui non plus. Bref, un livre qui apporte des solutions en monde facile pour tout le monde. Et qui s'arrete là ! Génial.

-> Aisling ... ah je l'aimais bien elle, une bonne Celte, elle aussi c'est une bonne joueuse, elle décime avec son trio de choc les Harapéens et tu te dis : oui c'est triste mais c'est le jeu après tout !
Je vois pas pourquoi on devrait pleurer pour eux alors qu'on s'en foutait des hommes et des femmes que An Liu écrase avec sa voiture blindé.
Bon il faut avouer qu'elle a des remords, et ca la rends plus humaine et sympathique à nos yeux ( pas comme Sarah ).
Ce qui est Nul avec Aisling, c'est qu'à partir de là, c'est fini pour elle. Elle ne servira plus à rien jusqu'à la fin du Livre ! l'inutilité même faut le faire ca. Elle avait une équipe de Choc, toute la CIA derrière elle, mais rien. Les Celtes sont mis hors jeu par Keppler 22B qui décide comme ca de bousiller le jeu qu'il a orchestré.
Là, ca partait vraiment en cacahuete, je ne comprenais plus rien. Un bordel général.

-> Shari : touchant au premier abord, mais ensuite elle nous ennerve ! Je veux retrouver ma fille ! Ok, mais réfléchit un petit peu quoi avant de foncer. Et, en fait elle ne servira plus à rien jusqu'a la fin du livre ... comme Aisling d'ailleurs.

-> Jago et Sarah. Il y a beaucoup à dire sur eux. Apres tout le livre 1 tournait presque que autour d'eux, le 2 pareil. On les découvre, on suit leurs périéthies ... On connait tout d'eux, leurs défauts et même leur flirt tiens !
Je m'attendais à une fin grandiose avec eux deux sur le devant de la scène, soit il gagne ensemble à la Hunger Games, ou bien un seul survie à la Divergente ! Ou bien il se sacrifie tout les deux pour un autre joueur ! Je sais pas moi ! Ou encore, l'un qui trahit l'autre et le ou la tue ! Un rebondissement pour ces jeunes qui joue ensemble depuis le début !
Et vous savez quoi ? RIEN ! Il descende de l'avion avec trois des gros Bonnets Cahokiens ( mais qu'est ce qu'il foutait là eux ??? Zéro intrigue pour eux !! ) , et puis là, ya An Liu qui tue tout le monde à distance avec un sniper ...
En 30 s c'est réglé allez.
et pour le lecteur, eh bien ca passe si vite qu'on se demande si ce n'est pas un rève. NULLISSIME comme fin. Après tout ce que l'auteur avait fait avec eux, il aurait pu leur accorder une fin décente, mais RIEN !
Oh déséspoir.


Je m'attendais à mille scénario pour la fin d'Engames, il y avait tout pour reussir, les personnages, le décor, le suspens, les lignées tout ! Et ca c'est réglé à coup de baguette magique dans un temple englouti. Bref, baclé.
Je m'étais imaginé que toutes les lignées allait rejoindre leurs joueurs dans une bataille décisive, quelque chose de d'énorme !
Mais non, Sarah et Jago se font descendre dans un trou paumé et sur un trottoir, Aisling et la CIA allez savoir, Ya que Hilal qui là au rendez vous avec An.

Hilal tue le créateur avec une arme sorti de nul part ( en fait on se demande si, depuis le début, Sarah se servirai pas qu'a aller chercher cette arme ... ) Ben oui, c'est bien de faire des créateurs invincible ! Mais comment on les élimine après ? C'est simple, il suffit d'inventer une arme que les créateurs on laissé sur Terre pour bien que quelqu'un la pique ! Ouah.
[/spoiler]

Donc pour résumé, je dirai que ce livre tourne surtout autour du cinglé qu'est An. On suit ses pensées de psychopathe et il tire dans tout les sens. Il n'y a même plus d'intrigue ni de suspens autour de Maccabee car on se doute déja ce ce qu'il va arriver. Et les autres autres jouers qui veulent tout arreter ...
[spoiler]Non mais quoi ... pour stopper la déstruction de la Terre orchestré depuis des milliers d'années, il faut juste tuer le maitre du jeu ?
Genre, les créateurs ultrapuissant derriere ils peuvent rien faire ? Ils ont juste dépéché un asteroide qui détruit l'Occident et c'est tout ... pas crédible. Il aurait au moins fallu que tout le conseils des créateurs meurt, le minimum quoi ! mais rien.
Il n'y a, tout simplement, pas de fin. Pas de vainqueur. [/spoiler]

Ce livre m'aura vraiment décu au plus au point, et c'est vraiment étrange vu comme j'avais apprecié les deux précédents. C'est vraiment une première pour moi pour ce style de livre et de trilogie.
On s'en doutait un peu vue la taille du livre qui est bien plus fin que les deux autres. C'est un livre qu'on peut lire en diagonale car il ne nous apprends rien. On suit juste les pensées pour la plupart inutile des protagonistes et leurs actions ( en gros, ils pilotent des avions et tirent dans tout les sens ... ) .

La première impression était la bonne, il n'y avait plus d'inspiration pour une vrai Fin.

par Steph87
Endgame, Tome 2 : La Clé du ciel Endgame, Tome 2 : La Clé du ciel
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
J’avais adoré le T1 d’Endgame malgré un certain scepticisme, notamment la crainte d’une réécriture à la Hunger Games. Il s’était avéré que ce n’était pas le cas. Absolument pas. C’était un cran plus haut glauque : là où il restait une part d’Humanité dans HG, il ne reste aux Joueurs d’Endgame qu’une amoralité sans nom ; la fin du monde, qui était en train de se mettre en place dans le T1, devient de plus en plus imminente. Dès ce second tome, on est replongé dans cette atmosphère de panique, de peur et de mort, bien plus forte que celle de Suzanne Collin.


Le principe du Jeu est le même que dans le T1 avec quelques variations : il ne reste plus que 9 participants, les plus forts et les plus déterminés. Représentant une civilisation immémoriale, une part de la population terrestre, ils Jouent dans un jeu qu’eux seuls sont en mesure de comprendre. Enfin, plus si seuls que cela car quelques hommes ordinaires décident d’agir… Mais un principe demeure : tout est permis tant que l’on gagne.


Dès le début, le lecteur est pris dans l’intrigue. Les Joueurs sont blessés, mais qu’importe pour ces machines à tuer. On halète et on s’inquiète du dénouement face aux morts qui se multiplient. Ne vous attachez pas trop à un personnage, il risque bien de disparaitre. On ne sait même pas lequel soutenir, ils sont tous fous et irrémédiablement dangereux. Comme toujours dans Endgame, rien ne nous est épargné et le niveau monte même d’un cran. Actions macabres en tout genre se mêlent aux trahisons et les humains sont pris entre ces multiples feux. Les Joueurs sont acculés et en deviennent d’autant plus dangereux et le lecteur va jusqu’à ressentir l’adrénaline des Joueurs. Une fois encore, on alterne avec les différents points de vue et on se demande lequel est le pire : l’amoureux transi qui joue pour la mort, le psychopathe qui est trop jeune pour comprendre de quoi il en retourne, ceux qui veulent sauver le monde, la mère qui ne souhaite que sauver son enfant mais qui est prête à tuer des innocents. Voilà la chose la plus glaçante selon moi dans Endgame : les Joueurs sont des animaux et ils réagissent comme tels. Leur éducation leur a enlevé cette part d’Humanité mais pourtant on ne sait pas comment les juger. Coupables ou non ? La cruauté augmente d’un cran, certes, mais l’ambivalence aussi. Et nous, comme les humains du livre, nous suivons impuissants cet itinéraire vers la fin d’une civilisation, d’un monde censé. Glaçant et bouleversant. A plusieurs reprises, je me suis surprise à penser : « non ? Ils vont pas oser ? » et à plusieurs reprises, les Joueurs et les auteurs ont réussi à me choquer. Vous voyez Janice dans Friends, son « Oh. My. God. » ? Et bien c’était moi ^^ La multiplicité des points de vue, la chasse au trésor, la cruauté et l’écriture font de cette série une vraie « page-turner » où le lecteur, comme les Joueurs, ne peuvent pas s’arrêter un instant.

Mon avis sur le T1, des extraits et des infos sur le T3 ici : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2015/10/endgame-t2-la-cle-du-ciel.html
Les Porteurs, tome 2 : Gaëlle Les Porteurs, tome 2 : Gaëlle
C. Kueva   
https://revesurpapier.blog4ever.com/les-porteurs-de-ckueva-tome-2-1

Le premier tome nous présentait une époque future où le sexe des individus n'est plus déterminé par hasard. Les enfants naissent hermaphrodites et c'est à l'âge de seize ans qu'ils choisissent le genre qui leur convient le mieux. Au début du roman, Gaëlle, Flo et Matt étaient sur le point de faire leur choix. Alors que Flo avait du mal à se décider et que Gaëlle savait qui elle était depuis longtemps, Matt découvrait qu'il était un Porteur et qu'il resterait neutre. J'avais trouvé le sujet de ce roman particulièrement original et bien exploité et c'est avec plaisir que je me suis plongée dans le second tome.

Ce deuxième tome n'est pas réellement une suite au premier puisqu'il s'agit ici de revivre les aventures de nos trois héros mais cette fois-ci avec la mise en avant du point de vue de Gaëlle, la petite amie de Matt. L'auteure a pris un risque en nous présentant la même histoire et j'avais quelques appréhensions. Pourtant, j'ai été agréablement surprise par cette lecture. Le récit est très différent, on redécouvre l'histoire et on prend connaissance d'évènements qui n'étaient pas mentionnés ou peu développés dans le premier tome. Ces évenements soulèvent de nouvelles questions et viennent enrichir intelligemment cet univers futuriste déjà très intéressant. On continue dans un même temps à garder l'esprit ouvert et à réfléchir sur des sujets forts comme l'identité sexuelle, l'évolution et les dérives de la science...

Pendant que nous suivions l'aventure de Matt dans le premier tome, Gaëlle a elle aussi vécu bien des épreuves difficiles. Alors qu'elle est en pleine période d'adaptation suite à sa propre Seza, elle voit sa meilleure amie Flo s'inquiéter à l'approche de son baptème et son petit ami Matt prendre ses distances. A cette même période, un dénommé Filippi l'approche pour une mystérieuse histoire de sculptures que sa mère possède et la met en contact avec le mouvement Naturaliste. La vie de Gaelle en est toute chamboulée et son passage à l'âge adulte est particulièrement éprouvant.

Gaëlle est d'abord une amoureuse, qui est prête à prendre des risques pour aider ceux qu'elle aime. Elle se révèle aussi être un personnage fort et intelligent. De cette aventure, elle apprend énormément, tire des leçons mais on réalise vite qu'elle perd aussi beaucoup au change. Je ne m'étais pas spécialement attachée à elle dans le premier tome mais son point de vue m'a beaucoup plu. Même si Gaëlle est cette fois-ci au cœur du récit, on suit toujours le parcours de ses deux amis. Nos trois héros sont très différents les uns des autres et c'est très probablement la véritable force du récit. Je reste particulièrement touchée par le parcours de Flo. C'est un personnage plein de doutes, qui reste très courageux. Un personnage qui ne veut se plier aux règles dictées par la société, qui prend des décisions difficiles et qui s'affirme au fil des pages.

Nous avons aussi une belle surprise dans la dernière partie du roman qui nous offre la suite directe du premier tome. On avance alors doucement dans l'intrigue de base. J'ai dévoré ces quelques chapitres pour découvrir où en étaient nos trois héros et je ne suis pas déçue. Et je ne vous parle pas de l'extrait du tome suivant en bonus, tome qui sera consacré à Lou (et qui contient une révélation choc dans son premier chapitre!). J'ai hâte de lire la suite !
Les Porteurs, tome 3 : Lou Les Porteurs, tome 3 : Lou
C. Kueva   
Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com
------------------------------------------------------

--- Le dernier volet, enfin ! ---

Enfin, j’allais connaître le dénouement de cette fabuleuse trilogie. Enfin, après deux tomes consacrés aux mêmes événements, j’allais entrer au coeur de l’intrigue. Enfin, j’allais découvrir les raisons d’un complot international, la conclusion d’un combat épique, le point final d’une romance interdite.

Et, par-dessus tout, j’allais enfin faire la connaissance de Lou. Bref, vous l’aurez compris, j’étais plus qu’impatiente de me plonger dans ce troisième et dernier numéro.

--- Lou, ce personnage (pas si) mystérieux ---

Durant les premiers chapitres, Lou prend le temps de relater son enfance et son adolescence, toutes deux influencées par les idéaux de sa mère, à la tête du mouvement naturaliste. Petit à petit, ce personnage m’est devenu familier.

Si, dans l’ensemble, il m’a bien plu, je l’ai malheureusement trouvé un peu trop… banal ? Comprenez-moi : dans Gaëlle et Matt, il est quelqu’un d’important, quelqu’un qui menace l’ordre établi au point d’attirer l’attention du gouvernement. Pour résumer, je le percevais comme un véritable militant éprouvé par la vie et ce, en dépit de son jeune âge.

En vérité, Lou n’est pas comme ça. C’est un jeune homme tout ce qu’il y a de plus normal, ce qui, en fin de compte, correspond parfaitement à l’histoire. Mais voilà, j’aurais préféré que C. Kueva le dote d’une personnalité un peu plus marquée.

--- Toutes les pièces du puzzle sont à leur place ---

Si le personnage de Lou n’a pas comblé toutes mes attentes, l’intrigue ne m’a pas déçue. J’étais littéralement scotchée à mon livre, ne voulais pas le lâcher avant de l’avoir terminé.

C’est donc avec brio que l’auteure clôture toutes les voies empruntées dans Les Porteurs. Et, grâce à des personnages anti-conformistes, elle interpelle, aborde de nouvelles réflexions, notamment au sujet de la maternité. Pour autant, elle n’apporte pas toutes les réponses, mais comment le pourrait-elle ? C’est à nous, à notre société de les trouver.

--- Des romances dans la tourmente ---

Bien qu’il soit question de science-fiction, le complot orchestré par les autorités est totalement réaliste. À bien des égards, cette trilogie peut être considérée comme un thriller dystopique avec son lot de rébellions et de morts.

Mais cette histoire, c’est aussi celle de plusieurs rencontres, racontées avec justesse par C. Kueva. Ainsi, en dépit des jours sombres qui plombent leur moral, nos héros prendront le temps de l’amitié et de l’amour. N’est-ce pas le plus important ?

--- Un final à la hauteur ---

Quand on se plaît dans une saga, on a toujours un peu peur de la terminer. Les Porteurs n’échappe pas à cette règle, car j’ai adoré suivre Matt et Gaëlle dans leur quête de vérité. Lou m’a un peu moins convaincue, c’est vrai, mais heureusement, cela n’a pas impacté mon plaisir de lecture, et surtout pas lors du dénouement. La fin choisie par l’auteure est ouverte, ce qui me semble logique ; après tout, la vie doit continuer coûte que coûte.

Mais ce qui fait la magie de cette trilogie selon moi, c’est un mélange savamment dosé de simplicité et de complexité. Simplicité, parce que l’intrigue est facile à appréhender. Complexité, parce qu’elle aborde des thématiques fortes et confronte ses personnages à des choix difficiles.
Malchance et objets magiques, Tome 2 : La fusion Malchance et objets magiques, Tome 2 : La fusion
Hope Tiefenbrunner   
Une suite que j'attendais avec impatience, en raison de la relation entre Dalek et Adrian que j'étais pressée de voir évoluer.
J'ai adoré cette suite ! Il y a tout ce que j'aime dans ce livre ! De l'amour (beaucoup d'amour), de l'humour, de l'action et surtout... Du drame !
J'ai aimé voir la relation entre Adrian et Dalek être mise à mal. Personnellement, j'ai trouvé la réaction d'Adrian compréhensible et tout au long du livre je n'attendais qu'une chose... Chose qu'il a faite à mon grand bonheur ! Quant à Dalek, il m'a à la fois énervée (ne peut-il donc pas comprendre ? Écouter ?) et conquise. J'adore ce personnage ! Il est fort, amoureux et possessif ! J'adore le fait qu'il n'hésite jamais à toucher Adrian, que cela soit en public ou en privée. D'ailleurs, parlons-en de leur vie privée ! Le livre se déroule sur plusieurs mois, ainsi leur relation à véritablement le temps d'évoluer. Leur couple reste le même et subi en même temps de profonds bouleversements. Ils se font plus tendres l'un envers l'autre sans jamais tomber dans l'excès.
La fin est parfaite ! J'attendais encore plus de drames mais la façon dont l'auteur l'a écrite est en réalité exactement ce qu'il fallait. C'est cohérent au vu du couple que forment Dalek et Adrian et au vu de leurs caractères.
J'espère pouvoir lire la suite bientôt !

par Melou78
De brume, de métal et de cendres De brume, de métal et de cendres
Gwendolyn Clare   
Chronique de Diana :

https://followthereader2016.wordpress.com/2019/01/17/de-brume-de-metal-et-de-cendre-gwendolyn-clare

Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome vous risquez d’être spoilé.

Il est rare que je dise ça mais j’espère qu’il va y avoir un tome trois, tout simplement parce que je sors de ce récit avec encore plus de questions .

Mais remettons un peu en premier lieu le contexte de cette histoire.

C’est un univers unique, je n’ai jamais rien vu ailleurs et ça permet des milliers de possibilité, l’imagination n’a plus aucune limite. A la fin du premier livre « D’encre, de Verre et d’Acier », je savais que je devais lire la suite, qu’il me fallait comprendre pourquoi Leo trahissait Elsa et ses amis pour une famille qui l’a rejeté et abandonné.

Une fois de plus j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, je ne sais pas si ça vient du rythme ou tout simplement de la multitude de possibilités qui s’offrent à nous lors de notre lecture. Je me suis retrouvée un peu comme nos héros à chercher pourquoi Leo avait bien pu agir de la sorte. J’étais fâchée comme Porsia, incrédule comme Faraz me disant qu’il n’avait pu faire ça que sous la contrainte (car rappelons le Leo a volé le livre), et j’ai essayé de comprendre au final comme Elsa qui n’a qu’une idée : trouver une piste et rattraper le jeune homme. Mais à nouveau la magie opère et je me laisse complètement attirer dans le récit.

Donc le schéma est assez similaire dans la construction avec le premier opus, il faut un moment avant que les choses se déclenchent mais ensuite les événements et les rebondissements s’enchainent pour ne plus vous laisser un instant de répit.

Une chose qui est très appréciable avec un récit aussi complexe, c’est l’alternance des points de vue, ça nous permet de nous situer et de ne pas perdre pied dans l’avancement du roman. D’ailleurs je vais préciser que l’enchainement entre ces points de vue est parfait, car ils sont vraiment amenés dans un ordre qui donne une visibilité alors que dans certains cas, on ne sait plus quoi croire ou comprendre.

Je ne trouve pas d’aspects réellement négatifs. Oui, on peut râler avec le rythme lent du début ou parce qu’on trouve que la fin est trop ouverte. Cependant, les personnages sont des génies et leur particularité en action est juste addictive. Le travail en équipe, le fait de grandir et de prendre en maturité nous permet de les voir évoluer. L’auteure n’omet rien, mais elle apporte des détails aux lecteurs en temps voulu.

Je reste donc un peu dans le flou en terminant ce récit, tant de choses restent hors de notre portée mais je me dis que Gwendolyn Clare veut juste que notre imagination prenne le relais.

C’est une duologie jeunesse que j’ai appréciée, si je ne devais trouver qu’un petit bémol c’est que la romance n’est pas utile. L’auteure a une très belle plume et elle sait créer des personnages et des lieux forts.

Une très belle découverte et des romans de toute beauté autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.