Livres
505 691
Membres
513 406

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Argent

Un roman qui se laisse lire avec plaisir. Même si – je ne sais pas si ça vient de l'auteur ou de la traduction – il y a des maladresses d'écritures, une plume qui semble parfois légèrement immature et débutante à mon goût (à en croire la bio d'Adam Silvera, il n'en est pas à son premier coup... alors mettons ça sur le compte de la trad). À coté de ça, on a deux personnages socialement très différents : l'un porte une rage de vivre tandis que l'autre une liste monstrueuse de peurs ; des personnages très attachants. Tous les deux plus ou moins orphelins – l'un complètement et l'autre presque – avec des personnalités distinctes, ils se poussent l'un l'autre pour profiter à fond de leur Jour Final. Le livre nous embarque d'abord timidement pour nous emporter vers une fin qui fait sourire dans la partie finale... jusqu'à la mort, où on est quand même pas super bien dans notre tête !

Évidemment, une fin prévisible (au cas où vous n'auriez pas lu le titre)... mais est-elle si prévisible ? Perso, j'aurai pas dit non à un petit point d'interrogation, parce que le doute s'installe je trouve. Et en soit, pas ''si'' évidente comme fin. Des frayeurs par-ci, des accidents par-là... en plus d'avoir droit à d'autres petites histoires en plus de celle de Rufus et Mateo ! Quelques Deckers, dont la fin est parfois surprenante, nous font psychoter et imaginer mille scénarios pour celle des deux protagonistes.

Une belle histoire sur les dernières heures de deux adolescents à la vie difficile, qui se raccrochent l'un à l'autre pour faire de leur dernier jour sur Terre l'un des meilleurs de leur vie. Et rien que ça, c'est beau putain !

Afficher en entier
Argent

Une histoire très touchante qui ne laisse pas indifférent.

Quand j'ai commencé ma lecture, j'ai été un peu déstabilisée par la rapidité que prenait l'histoire: Rufus et Matéo reçoivent l'appel fatidique et savent qu'ils ne leur reste plus que 24 heures au maximum à vivre. Cependant, ils ne vont pas se rencontrer tout de suite, l'auteur nous permet de voir un peu la vie et le caractère des deux garçons.

Quand l'histoire a vraiment démarré, je n'ai pas pu lâcher ma lecture: Rufus et Matéo vont vivre en une seule journée bien des choses et beaucoup de sentiments différents nous gagnent tout au long du récit. Que ce soit la peine de perdre un proche, la peur de l'inconnu ou encore la joie de vivre de nouvelles expériences, on vit également cette journée pleine d'émotions et de surprises.

Agrémenté de quelques passages avec d'autres Deckers ou des amis des deux héros, l'histoire possède ainsi une plus large vision de ce monde, et on voit que tous ne réagissent pas de la même manière après l'appel de Death-Cast, comme dans notre monde lorsqu'on est en contact de la mort.

Une très belle histoire qui délivre un message essentiel: vivre chaque jour pleinement et sans regret.

Afficher en entier
Argent

Un très bon livre, une histoire qui change de d’habitude. Mais il manque quelque chose dans l’addictivité du livre. Peut-être moi ?

Afficher en entier
Argent

https://dreamingreadingliving.blogspot.com/2020/04/they-both-die-at-end.html

Commandé en VO en août 2018, il était grand temps de le sortir enfin de ma PAL en cette nouvelle année 2020. Je voulais un livre qui allait me toucher en plein cœur, je voulais un livre qui allait me détruire émotionnellement, je voulais un livre qui puisse me faire pleurer. Et bien cela n'aura pas été celui-là.

On fait la connaissance de Rufus et Mateo, deux jeunes hommes qui ont reçu l'appel du Death-Cast, appel qui leur fait comprendre qu'ils vont mourir dans les 24 prochaines heures. Ils ne se connaissent pas, et font connaissance sur l'application Last Friend, qui permet de communiquer avec d'autre Deckers, personnes qui vont aussi mourir dans les 24 prochaines heures, ou bien avec d'autres gens qui veulent seulement réconforter un Decker. Ils vont donc se rencontrer, et vivre plusieurs choses ensemble pour cette dernière journée.

Parlons premièrement des personnages. Je ne me suis pas attachée à eux, ils étaient sympathiques mais c'est tout. Et encore, je n'ai même pas spécialement aimé Mateo. Je trouve que les personnages, tous autant qu'ils sont, ne sont abordés qu'en surface, et on ne connaît finalement pas grand chose d'eux. Au niveau de la narration, on passe de Mateo à Rufus, en passant par d'autres personnages, un peu comme dans The Sun is Also a Star, et j'ai trouvé ça plutôt pas mal que l'auteur ait pensé à ajouter de nouveaux personnages, sortes de figurants, histoire de montrer que finalement, il n'y a pas que nos deux héros qui sont dans cette situation pendant cette journée.

Mais finalement, durant de cette journée, il ne se passe pas grand chose. Bien sûr, ils font connaissance, ils vont fortement se rapprocher, et j'ai beaucoup aimé cette partie dans le sens où ils savent qu'il ne leur reste que quelques heures, ils ne savent même pas combien, alors pourquoi se priver de ce que l'on veut ? Mais en même temps, cette journée a été fade à mes yeux, je me suis d'ailleurs endormi plusieurs fois en lisant le livre, je m'ennuyais...

Mais bien sûr, je sais que ce n'est pas un livre d'action, c'est un livre qui est censé nous faire réfléchir sur ce que nous-mêmes ferions si nous étions mis au courant qu'il nous restait qu'une seule journée à vivre, et bien sûr, ça m'a fait cogiter, ça m'a perturbé même, mais à part ça, l'ennui a malheureusement pris le dessus.

J'ai passé un bon moment, certes, mais je l'ai trouvé trop long. Mais j'ai beaucoup aimé le principe, et j'ai pas mal pensé à La Faucheuse de Neal Shusterman pendant ma lecture, même si ce n'est pas la même histoire. J'aurais toutefois aimé ressentir quelque chose, mais au final, j'avais presque hâte que leur journée se termine...

Afficher en entier
Diamant

Au départ, quand j'ai commencé ce livre je l'ai trouvé un peu lent, sans avoir vraiment d'attaches envers les personnages. Et puis petit à petit, au fil des pages on apprend petit à petit à les découvrir en même temps qu'ils se découvrent eux même en être eux. Si ce livre nous crie de vivre tant qu'on le peut, il nous fait aussi un reproche, en nous balançant une certaine vérité en pleine figure : qu'est ce que tu attends pour vivre, enfin ?

Plus le temps passait, plus je me suis attaché avec force aux personnages, qui s'avère être très complexes et très bien écrits. Et même si on n'a qu'une seule journée pour faire connaissance, et bien l'auteur nous dévoile l'essentiel, les choses qui comptent vraiment. Alors au terme de ma lecture j'ai compris que j'aimais beaucoup ce livre. Pourtant, ce n'ai pas un coup de coeur. Il y a un aspect qui m'a frustré, celui de ne pas voir plus de précisions concernant Death Cast, et celui de savoir que même si ce processus pousse enfin certaines personnes à vivre pleinement leur vie, comme ça a été le cas pour Matéo, je suis persuadé que ça les précipite vers leur mort. Et ne pas avoir d'informations concernant tout ça, oui, avoue que ça m'a un peu frustré. Mais ce n'est pas le but du livre de se concentré sur l'aspect technique, mais plutôt sur l'aspect humain. Et pour ça, rien que pour ça, c'est un grand oui.

Afficher en entier
Argent

Une claque. J'ai pris une grosse claque.

Les cinquante premières pages m'ont laissé perplexe. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire qui s'annonçait d'ores et déjà tragique. Puis petit à petit, l'émotion est arrivée. La peine, le sentiment d'injustice, la compassion, l'attachement à ces deux garçons si différents mais réunis par leur sombre destin.

Surtout, ce livre est porteur de messages extrêmement importants : il faut vivre sans regrets. Car du jour au lendemain, tout peut s'arrêter. Je me suis beaucoup retrouvée dans le personnage de Mateo, lui qui a si peur du monde extérieur, de ne pas être accepté et qui, avec l'aide de Rufus, s'ouvre petit à petit, jusqu'à devenir le garçon courageux et désireux de vivre de nombreuses expériences, comme tous les garçons de son âge...

Bref, un livre que je recommande chaudement !

Afficher en entier
Or

[LECTURE VO]

Ce livre fait beaucoup parler de lui depuis un certain temps. J'avoue que je n'étais pas spécialement tentée de base. Mais au fil du temps et des bons avis, j'ai assouvi cette petite curiosité et j'ai décidé de me lancer dans cette lecture en anglais ! Et j'ai été agréablement surprise et ai adoré ce roman !

Ce livre nous plonge dans les dernières 24h de la vie de deux garçons, Matéo et Rufus. En effet, peu après minuit, il reçoit tous les deux l'appel de Deathcast, un programme (une entité ?) qui se charge de réguler les morts sur la Terre. Si vous recevez ledit appel, vous pouvez être sûrs de passer l'arme à gauche dans les 24h qui suivent. Et c'est irréversible ! Il existe donc des solutions pour que vous puissiez vivre votre dernière journée sur Terre comme l'avez toujours souhaité et cela accompagné de votre "Last Friend". Mais, que faire lorsqu'il ne nous reste plus qu'une journée à vivre ? Comment appréhendé cette nouvelle alors que l'on pensait avoir toute la vie devant soi ? Telles sont les questions que vont se poser nos deux protagonistes qui sont destinés à passer leur dernier journée ensemble.

Le roman commence doucement mais sûrement ! Je suis un peu tatillonne pour ce qui est du récit donc ce que je dis va peut-être paraître un peu contradictoire mais ce début "lent" ne m'a pas gênée ! Les chapitres sont assez courts et on change régulièrement de points de vues (et pas seulement ceux de nos deux héros mais aussi ceux de personnages extérieurs). En réalité, on connaît la fin du roman (tout est dit dans le titre) donc on attend ce moment fatidique et nous voyons l'épée de Damoclès au dessus de la tête de nos personnages mais on s'attache à eux et on a mal à se résoudre les voir mourir.

Pour le coup, nos deux protagonistes sont vraiment attachants même si très différents. Matéo est un garçon très prudent et dont la réserve et la pudeur lui ont fait rater des moments de vie exceptionnels à son plus grand damn. C'est un personnage enfermé dans une bulle, qui manque cruellement de confiance en lui mais qui est si altruiste et généreux que l'on ne peut que s'attacher à lui !

Rufus est, quand à lui, un garçon plutôt rebelle. Il a fait des conneries et semble depuis ça cumuler les ennuies. Mais, derrière lui, il cache un passé très douloureux.

Ces deux personnages, auxquels la vie n'a pas fait de cadeaux, vont apprendre à se connaître et de-là va naître une très belle amitié. On voit tout au long de l'histoire à quel point il se tire vers le haut mutuellement et on les voit également grandir et évoluer.

Ce livre mêle habilement la science-fiction et le contemporain. L'aspect sf est incarnée par la présence un peu mystérieuse du programme DeathCast. On a pas spécialement d'explications sur le fonctionnement de ce programme. Adam Silveira préfère le prendre comme un prisme pour dégager l'impact que peut avoir la mort dans les esprits. Certains s'en fichent, d'autres l'attendent avec impatience et d'autres sont absolument dévastés quoique d'y penser... Puis il permet de répondre à cette grande question : que ferais-tu si il ne te restait que 24h à vivre ?

En résumé, ce roman nous transmet un très beau message : profitez de la vie, de l'instant présent car, de toute manière, on meurt tous à la fin.

Afficher en entier
Argent

Très originale et assez additif malgré la fin prévisible !

Afficher en entier
Bronze

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre à sa sortie grâce à son auteur qui est connu pour avoir écrit d’autres œuvres poignantes. Le résumé de celui-ci promettait de belles et tristes choses, le titre qui raconte le dénouement m’a intriguée (je trouvais ça culotté et génial), et j’admets avoir eu quelques attentes. D’autant que la plupart des retours sur lesquels je suis tombée parlaient d’une histoire horriblement déchirante, voire carrément d’un coup de cœur. Forcément, quand je l’ai aperçu dans une boutique d’occasion, je n’ai pas pu résister bien longtemps. Je l’ai repéré de loin (il était mis en évidence sur un support) et je me suis jeté dessus avant même de vérifier s’il était tâché, abîmé ou déchiré. Il me le fallait absolument et j’ai été doublement contente de voir qu’il était nickel. Il ne me restait plus qu’à plonger dedans.

Dans cette histoire, le monde a changé. Maintenant, on sait avec un petit peu d’avance quel jour on va mourir. Une société nous appelle sur notre téléphone portable pour nous prévenir que quelque chose va nous arriver dans les prochaines vingt-quatre heures et peu importent les stratagèmes que l’on met en place pour se protéger de tout en se mettant à l’abri, la finalité est la même et notre avenir reste inchangé. Concrètement, ce qu’il faut retenir, c’est qu’au moment où l’alerte particulière du Death-Cast résonne, c’est fichu. Notre vie va s’achever alors que rien ne le laissait présager la veille encore et la faucheuse, où qu’elle soit, peut frapper à tout moment. Mateo Torrez est âgé de dix-huit ans lorsqu’il reçoit le fameux coup de fil. Rufus Emeterio, lui, est plus jeune. Ils deviennent automatiquement des Deckers. Des condamnés. Le 5 septembre 2017 scelle leur destin à jamais et ils ne seront bientôt plus que des souvenirs dans la mémoire de leurs proches. Le temps leur est dorénavant compté et chaque seconde qui s’écoule les rapproche un peu plus de la fin. Parce qu’ils ne veulent pas passer cette dernière journée — si tant est qu’ils arrivent à en voir le bout — seuls ou avec leur entourage qu’ils pourraient entraîner dans leur chute, les deux garçons vont s’inscrire sur une application mobile qui a été créée pour ceux qui, comme eux, sont définitivement perdus : Le Dernier Ami. Grâce à cela, leurs chemins vont se croiser et cette rencontre improbable va les lier. Mais qu’importe, puisque le compte à rebours est lancé.

Au vu du scénario et de l’incroyable idée imaginée par Adam Silvera, je m’attendais à tomber sur une petite et bouleversante pépite. J’en suis la première déçue mais avec moi, ça ne l’a pas fait du tout. Pour tout vous dire, je crois que je me suis ennuyée ferme sur les 3/4 de l’ouvrage, et peut-être même un peu plus. Il ne se passait absolument rien et malgré qu’un sujet difficile soit mis à l’honneur ici, je n’ai pas ressenti grand-chose. Après, suivre les deux protagonistes sur plus de 400 pages, sachant que ça ne concerne qu’une unique journée, croyez-moi, c’est long. Il n’y a pas eu de rebondissement, de révélation, d’incroyable surprise. Rien que le vide et une énorme frustration.

Mateo et Rufus étaient plutôt intéressants. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à eux et d’un autre côté, je les ai adorés. Étrange comme sentiment, je vous l’accorde. Leur évolution était plaisante à suivre et j’ai apprécié cette partie. Malheureusement, un gros point noir est venu gâcher la relation qu’ils entretenaient. Je parle bien sûr de la « romance » qui est plus que prévisible (j’étais persuadée que l’auteur en placerait une). Pourtant, elle a été tellement mal amenée, c’est dingue. Je n’y ai pas cru un seul instant tant l’alchimie entre eux était inexistante. Pour moi, ils étaient amis et leur premier baiser est tombé comme un cheveu sur la soupe. J’ai même dû relire la page trois fois avant de comprendre que non, je n’avais rien raté, ça s’est vraiment fait comme ça. Dommage ! Quant aux personnages secondaires, disons qu’ils étaient sympathiques. Les liens qui unissaient Mateo à sa meilleure amie et ceux qui liaient Rufus à ses proches étaient vrais, sincères, puissants.

Je partais donc sur ma troisième déception de l’année. Puis, la fin est arrivée et avec elle, tout a changé. Je n’ai pas vraiment accroché à l’ouvrage qui était lent comme pas permis mais les derniers chapitres m’ont retournée et ont broyé mon cœur — pourtant solide — en mille morceaux. Je n’en reviens pas d’être tombée sur une œuvre qui m’a laissée indifférente autant de temps et qui, je ne sais pas comment, a réussi à radicalement changer ma perception des choses en quelques pages. Ce livre m’a marquée et ses deux héros me manquent déjà. Depuis que j’ai achevé ma lecture (hier soir au moment où je rédige ces quelques mots), j’ai déjà relu les moments clé de la quatrième partie plusieurs fois. Et je suis toujours aussi triste. Rien que pour ça, je vous conseille de lire et ils meurent tous les deux à la fin.

Afficher en entier
Diamant

Un excellent roman - le premier que je lis de cet auteur, mais certainement pas le dernier. C'est beau, les émotions sont fortes dès le début de la lecture. On suit ces personnages en voulant que ça ne s'arrête jamais. Vraiment un gros coup de coeur.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode