Livres
547 432
Membres
584 495

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par ChoupiChoup 2019-04-08T11:03:32+02:00

Je suis tombé amoureux d’un garçon qui se promenait dans les étoiles et, moi, j’étais le type paumé, assis par terre, qui regardait vers le ciel.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lm58 2019-08-17T14:29:48+02:00

Il tremblait. Je ne l'avais jamais vu trembler.

Il bougea de nouveau la joue, il se rapprocha davantage de moi, comme s'il cherchait à glisser sous ma peau, à l'intérieur.

Il y avait de la place.

Il y aura toujours de la place pour lui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par kmrct89 2019-07-29T14:30:55+02:00

- Sam Pasquier, laissa-t-il tomber sèchement pour bien se faire comprendre. J'ai été fier de toi dès l'instant où je t'ai vu. Et je serai fier de toi jusqu'au jour de ma mort et bien après ça, s'il s'avère que ta mère a raison. Tu n'as pas abandonné. Tu n'as jamais abandonné, je ne te laisserai pas dire ça. Parfois, la vie, les choses qu'on ressent sont trop compliquées ou douloureuses. L'accident d'Andreï, mon Dieu, c'était...

- Quoi qu'il arrive, quoi que tu fasses, quoi que tu décides, tu resteras mon champion, Sam.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marionvln 2020-02-24T12:07:57+01:00

Léo était libre, il était comme ces papillons qui, d'un simple battement d'ailes, provoquent un séisme à l'autre bout du monde. Il était comme ces chemins dans le sol qui serpentaient sous nos pieds et qui offraient un monde insoupçonné. Il était comme une planète qui tournait autour du soleil, sans jamais s'arrêter, sans jamais ralentir, continuant d'avancer, un jour après l'autre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sokingu 2019-08-19T22:42:23+02:00

— Je veux passer l’été avec toi. Je veux venir avec toi à Bucarest, je veux rencontrer Andreï. Je veux être à Paris les trois prochaines années. Je veux faire cette école d’hôtellerie. Je veux te suivre lors de tes compétitions. Je veux être là quand tu réaliseras ton rêve. Et je veux t’attendre pour réaliser le mien.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lauryne12 2019-03-04T10:06:46+01:00

Peut-être que la vie pouvait être comme ce gâteau après tout. Avoir plusieurs saveurs.

Fraise, chocolat et noix de coco.

Peut-être que nous pouvions faire plus d’un rêve.

Et décrocher des dizaines d’étoiles.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lauryne12 2019-01-30T12:16:24+01:00

Ça ne me dérangeait pas qu’il joue un rôle pour les autres, parce que c’était plus simple que d’être soi-même.

Après tout, nous étions tous des comédiens.

Afficher en entier
Extrait ajouté par minette467 2020-10-17T00:36:23+02:00

« — Léo ! me coupa-t-il aussitôt.

Je tremblai, comme à chaque fois qu’il prenait ce ton un peu brusque, un peu autoritaire, un peu dominateur sans doute aussi. Je tremblai parce que j’aimais quand il s’imposait dans ma tête, dans mon cœur, au milieu de toutes ces choses qui m’agitaient si souvent et qui n’avaient pas vraiment de nom. Il était soudain là, au milieu de la tempête, sa voix résonnant plus fort que toutes mes pensées et je pouvais lâcher prise. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par minette467 2020-10-17T00:35:32+02:00

« On adorait ce qui comptait.

Alors qu’on aimait ce qui était capable de nous perdre. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par minette467 2020-10-17T00:34:38+02:00

« — Quand je fume… je dis des trucs, Sam.

— Tu en dis même quand tu es sobre, lui lançai-je sans le regarder.

J’avançai vers mon objectif.

Marcher, sans tomber.

Traverser la rue sans se faire écraser.

Menus détails.

— Je vais dire… des choses que je vais regretter, s’entêta Léo.

— Comme quoi ?

— Comme : tu me fais vraiment bander dans ce jean.

Je stoppai aussitôt et Léo percuta mon dos. Son front entra en collision avec mon crâne et sa bouche souffla sur ma nuque.

— Et j’ai envie de mettre la main dedans pour te branler.

J’avais le cœur qui battait si vite…

Il cognait, il cognait, il cognait.

— Ramène-moi et baise-moi.

Il cognait encore.

Tellement vite.

Encore plus lorsque Léo rit à mon oreille et que je le sentis se coller dans mon dos, son érection se calant au creux de mes reins.

— Loïc dit que je me bloque avec toi pour ne pas voir autre chose, me souffla-t-il dans les cheveux. Que tu es comme un rêve impossible et que tant que je pense à toi, je ne peux pas donner de la réalité à quelqu’un d’autre.

— Qu’est-ce qu’il en sait, ce con ?

 — Rien, c’est vrai, murmura-t-il. Il ne sait pas que tu m’embrasses, il ne sait pas que tu me touches, il ne sait pas que chaque fois, tu es la chose la plus réelle qui me soit jamais arrivée. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode