Livres
485 891
Membres
475 639

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Meg94 2013-05-06T10:50:28+02:00

« Mais demain, je la retrouverai.

Demain, Evaline et moi nous croiserons par hasard.

Ainsi que le lendemain.

Et le surlendemain.

Cette « coïncidence » se reproduira jusqu’à ce que j’apprenne à la connaître – jusqu’à ce que j’acquière la confiance de lui offrir quelque chose que je n’avais proposé à personne depuis bien longtemps.

L’élixir de vie éternelle. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par lybou 2013-05-07T19:48:04+02:00

Lorsque j’ai entendu ma première histoire d’amour, je suis parti à ta recherche. Mais c’était une quête aveugle. Les amants véritables ne se retrouvent pas par hasard, ils s’appartiennent depuis toujours.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Meg94 2013-05-06T10:48:12+02:00

« Cette jeune servante, Evaline, cristallise en sa personne tout ce que je recherche.

Ma destinée.

Ma raison d’être.

C’est elle.

Plus question de fuir maintenant que tout ce que je veux, tout ce dont j’ai besoin, se trouve juste ici. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Meg94 2013-05-06T10:45:51+02:00

« Je sais que je vais causer le scandale par cet aveu abrupt, mais peu m’importe.

Si je l’ai dit, c’est pour elle.

Evaline.

Toute la poésie du monde dans un prénom. »

Afficher en entier

– Monsieur ?

Une voix angélique me tire de ma rêverie. Sa douceur lyrique me fait dresser les cheveux sur la nuque.

– Monsieur ?

Les mots fondent sur ma langue. Des yeux d’un bleu irréel, une chevelure d’or fin, une peau crémeuse où j’aimerais promener mes lèvres. Jamais je n’avais vu beauté si extraordinaire.

Elle recule d’un pas, les joues délicieusement rosées.

– Je vous présente mes excuses, Monsieur.

Elle a pris mon silence pour du mépris, de l’arrogance.

Elle y a lu l’expression d’une supériorité, confirmée à ses yeux par la coupe de mon habit, tout en velours, dentelle et boutons d’or massif – le luxe ridicule des fats qui ne daignent jamais lui adresser la parole.

– Je vous en prie, vous n’avez pas à vous excuser.

Je lui saisis le poignet. Le contact de sa peau contre la mienne est vif, électrique. Je voudrais ne plus jamais la lâcher.

– Qui êtes-vous ?

Elle jette un regard nerveux à mon hôtesse avant de baisser la tête, le pourpre aux joues. Je viens de la mettre dans l’embarras, voire de lui causer du tort. Je regrette ces quelques mots. Elle m’adresse un regard timide et tente de libérer sa main.

– Je m’appelle Evaline, Monsieur. Puis-je débarrasser votre assiette ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par lybou 2013-03-28T22:44:33+01:00

« Lorsque j’ai entendu ma première histoire d’amour, je suis parti à ta recherche. Mais c’était une quête aveugle. Les amants véritables ne se retrouvent pas par hasard, ils s’appartiennent depuis toujours. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Meg94 2013-05-06T10:41:05+02:00

« Les mots fondent sur ma langue. Des yeux d’un bleu irréel, une chevelure d’or fin, une peau crémeuse où j’aimerais promener mes lèvres. Jamais je n’avais vu beauté si extraordinaire. »

Afficher en entier

Ils portent leurs préjugés comme des œillères, et méprisent la beauté qui m’éblouit tant.

Cette jeune servante, Evaline, cristallise en sa personne tout ce que je recherche.

Ma destinée.

Ma raison d’être.

C’est elle.

Plus question de fuir maintenant que tout ce que je veux, tout ce dont j’ai besoin, se trouve juste ici.

Je me cale sur mon siège. Pour la première fois depuis très longtemps, je me sens chez moi. Je reprends aussitôt le rôle de l’invité charmant.

Sous l’œil conspirateur de notre hôtesse, Daphné se penche vers moi et s’approprie mon bras de plus belle.

Nul ne déroge impunément à sa classe. Si je veux rester ici, je vais devoir me plier aux règles du jeu.

En apparence, du moins.

Mais demain, je la retrouverai.

Demain, Evaline et moi nous croiserons par hasard.

Ainsi que le lendemain.

Et le surlendemain.

Cette « coïncidence » se reproduira jusqu’à ce que j’apprenne à la connaître – jusqu’à ce que j’acquière la confiance de lui offrir quelque chose que je n’avais proposé à personne depuis bien longtemps.

L’élixir de vie éternelle.

Afficher en entier

– Monsieur ?

Une voix angélique me tire de ma rêverie. Sa douceur lyrique

me fait dresser les cheveux sur la nuque.

– Monsieur ?

Les mots fondent sur ma langue. Des yeux d’un bleu irréel, une chevelure d’or fin, une peau crémeuse où j’aimerais promener mes lèvres. Jamais je n’avais vu beauté si extraordinaire.

Elle recule d’un pas, les joues délicieusement rosées.

– Je vous présente mes excuses, Monsieur.

Elle a pris mon silence pour du mépris, de l’arrogance.

Elle y a lu l’expression d’une supériorité, confirmée à ses yeux par la coupe de mon habit, tout en velours, dentelle et boutons d’or massif – le luxe ridicule des fats qui ne daignent jamais lui adresser la parole.

– Je vous en prie, vous n’avez pas à vous excuser.

Je lui saisis le poignet. Le contact de sa peau contre la mienne est vif, électrique. Je voudrais ne plus jamais la lâcher.

– Qui êtes-vous ?

Elle jette un regard nerveux à mon hôtesse avant de baisser la tête, le pourpre aux joues. Je viens de la mettre dans l’embarras, voire de lui causer du tort. Je regrette ces quelques mots.

Elle m’adresse un regard timide et tente de libérer sa main.

– Je m’appelle Evaline, Monsieur. Puis-je débarrasser votre assiette ?

Son regard passe sur moi comme une vague de chaleur calme. Malgré tous mes efforts, je ne peux baisser les yeux, ni me priver du contact de sa peau. Daphnén intervient. Elle plante son ongle acéré dans le velours de ma manche et me force à lâcher la main divine – qu’un froid glacial remplace.

– Voyons, Damen. Que dirait Drina si elle vous voyait faire les yeux doux à une vulgaire servante ?

Son sourire est pure malice. Elle ne pensait pas à Drina tant qu’elle se croyait le centre de mon attention. Mais elle ne supporte pas de se voir supplantée par cette simple fille – cette âme extraordinaire.

À regret, j’arrache mon regard de la mèche d’or qui s’est échappée du bonnet de la jeune fille. Je voudrais apprendre le détail de son visage, de sa silhouette, sa voix et ses manières – capturer son essence et la garder en mémoire pour l’emmener partout avec moi.

– Drina est en Hongrie. Nous avons mis un terme à notre mariage.

Je sais que je vais causer le scandale par cet aveu abrupt, mais peu m’importe. Si je l’ai dit, c’est pour elle.

Evaline.

Toute la poésie du monde dans un prénom.

J’épie ses gestes tandis qu’elle s’affaire autour de la table.

Ses yeux baissés trahissent une longue habitude des caprices frivoles de mes hôtes. Mais son port de tête et le sérieux de son regard laissent deviner une force et une intelligence qu’ils ont décidé d’ignorer.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode