Livres
388 020
Comms
1 360 534
Membres
276 326

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:31:14+01:00

Pauvre Lenski ! Sous son tombeau,

Au plus profond de l’autre monde,

Le poète s’est-il ému

En apprenant la trahison ?

Ou bien sommeillant, insensible,

Sur les rivages du Léthé,

A-t-il oublié l’inquiétude ?

Le monde est-il trop loin de lui ?

Oui ! l’oubli et l’indifférence

Nous attendent dans l’au-delà.

Voix des amis, des ennemis,

Des amantes, tout se taira.

Sauf la clameur des ayants droit

Réclamant leur part d’héritage.

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:23:39+01:00

L'amour est le jeu de Satan.

Trouver quelqu'un qu'on puisse aimer,

Quelqu'un qui ne trahira pas ;

Quelqu'un qui apprécie les choses

Et les mots selon notre goût ;

Qui ne dit aucun mal de nous ;

Qui prend soin de notre confort ;

Qui nous pardonne nos défauts

Et qui jamais ne nous ennuie.

Vous cherchez en vain ce fantôme ;

Cessez de perdre vos efforts.

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:31:26+01:00

‎L'habitude est un don du ciel,

Qui fait office de bonheur

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:30:58+01:00

Dommage qu'inutilement

La jeunesse nous fût donnée.

Nous la trahîmes à chaque instant,

Et par elle fûmes dupés,

Ainsi nos désirs les meilleurs,

Ainsi nos rêves pleins de fraîcheur,

Comme des feuilles, par le temps d'automne pourri,

Vite en poussière, se sont réduits.

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:30:45+01:00

J'avais comme lui rejeté

Le poids des vanités mondaines ;

Et nous liâmes amitié.

J'aimais en lui son fier visage,

Son inclination à rêver,

Son étonnante étrangeté

Et la rigueur de son esprit.

J'étais aigri ; il était sombre.

Nous connaissions tout des passions.

La vie nous avait épuisés.

Nos cœurs avaient perdu leur feu.

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:30:31+01:00

-Pourquoi avez-vous sur son compte

Une opinion si malveillante ?

Est-ce parce que nous voulons

Toujours avoir jugé de tout ?

Est-ce parce que l'imprudence

Qui est propre aux âmes ardentes

Offense la médiocrité,

[...]

Qu'on est dès qu'on est sot,

Qu'aux vaniteux tout fait problème

Et que seul paraît acceptable

Ce qui reste dans la moyenne ?

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:30:16+01:00

Pour sa part, l'ardente jeunesse

Est hors d'état de rien cacher.

Haine, amour, bonheur ou tristesse,

Elle est prête à tout révéler.

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:30:05+01:00

" Ma poitrine est usée... La joie

M'épuise autant que la tristesse.

Oh ! je ne suis plus bonne à rien.

La vie est une saleté

Pour les vieux. " Elle fond en larmes,

Et tousse à vous fendre le cœur.

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:29:46+01:00

Mon oncle a d'excellents principes.

Depuis qu'il se sent mal en point,

Il exige qu'on le respecte.

L'idée est bonne, assurément !

Et l'exemple sera suivi.

Mais, Seigneur Dieu, quelle corvée !

Rester au chevet d'un malade

Nuit et jour sans pouvoir bouger !

Et quelle vile hypocrisie !

On fait risette à un mourant,

On redresse ses oreillers,

On arbore un air lamentable

Pour lui apporter sa potion ;

Et l'on pense : qu'il aille au diable !

Afficher en entier
Extrait de Eugène Onéguine ajouté par Didie6 2015-02-23T12:29:31+01:00

On peut être un homme sérieux

Tout en prenant soin de ses ongles.

Pourquoi vivre contre son temps ?

Les usages sont des despotes.

Afficher en entier