Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Eurylia : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
X X
Sue Grafton   
A glamorous Redhead wants to locate the son she put up for adoption thirty-two years ago - an easy two hundred bucks for P.I Kinsey Millhone. But when Kinsey finds she was paid with marked bills, and her clients is nowhere to be found, it becomes clear the mystery woman has Something to hide...

Meanwhile, in helping the widow of an old friend - the recently murdered P.I Pete Wolinksy - with some paperwork, Kinsey uncovers a link between the late investigator and an unhinged man with a history of ruining lives.

As Kinsey investigates this sociopath further, she soon becomes his next target. Now Kinsey must prove her case against him, before she becomes his next victim.

par sudafr
W is for Wasted W is for Wasted
Sue Grafton   
Two dead men changed the course of my life that fall. One of them I knew and the other I'd never laid eyes on until I saw him in the morgue. The first was a local PI of suspect reputation. He'd been gunned down near the beach at Santa Teresa. It looked like a robbery gone bad. The other was on the beach six weeks later. He'd been sleeping rough. Probably homeless. No identification. A slip of paper with Private Investigator Kinsey Millhone's name and number was in his pants pocket. The coroner asked her to come to the morgue to see if she could ID him. Two seemingly unrelated deaths, one a murder, the other apparently of natural causes. But as Kinsey digs deeper into the mystery of the John Doe, some very strange links begin to emerge. And before long at least one aspect is solved as Kinsey finds the key to his identity ...In this multilayered tale, the surfaces seem clear, but the underpinnings are full of betrayals, misunderstandings, and outright murderous fraud. And Kinsey, through no fault of her own, is thoroughly compromised ...

par Eurylia
House of Many Ways House of Many Ways
Diana Wynne Jones   
Je suis également déçue de ce volet. Je trouve les personnage peu attachant. Très compliqué de suivre Chairmain quand elle visite la maison (on se perd aussi ! lol).
Mais bon on retrouve beaucoup de personnage des 2 précédents tomes, il reste donc très bien. J'aime bien le principe de retrouver les personnages principaux d'un livre en personnage secondaire dans un autre, ça nous fidélise.

par Jenny63
La Trilogie du Tearling, Tome 1 : Reine de cendres La Trilogie du Tearling, Tome 1 : Reine de cendres
Erika Johansen   
Je me souviens d'avoir passé un très bon moment de lecture ! On est assez vite plongé-es au coeur de l'intrigue, quand Kelsea se retrouve à devoir devenir Reine. J'ai trouvé son comportement assez "réaliste", et je pense que c'est une des rares personnages que je n'ai pas eu envie de secouer toutes les cinq minutes. J'ai trouvé son raisonnements et ces actions plutôt justes. Après, elle ne peut pas être totalement parfaite et heureusement, sinon ça serait vraaaaaiment ennuyant. J'ai aussi aimé le fait qu'elle ne soit pas décrire comme une beauté de déesse, mais plutôt une beauté commune; ça change. Les autres personnages, comme les gardes de la Reine, sont aussi intéressants et attachants.
Et surtout, ameeeeen, il n'y a pas d'histoire d'amour gniangnian qui se pointe comme un cheveu sur la soupe, et ça, c'est vraiment appréciable !
L'univers est bien développé et expliqué, l'intrigue avec la reine Rouge est vraiment intéressant et donne envie d'en savoir plus et surtout de savoir jusqu'où ça va aller, et comment ça va se finir.
Donc j'ai hâte de pouvoir me plonger dans la suite !

par Hena
La Trilogie du Tearling, Tome 3 : Le Sort du Tearling La Trilogie du Tearling, Tome 3 : Le Sort du Tearling
Erika Johansen   
Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/the-fate-of-the-tearling-erika-johansen/

Ma notation: 5/5

Je ne suis pas prête de me remettre du brio de cette série. Que ce soit par ses fantastiques personnages, ses thèmes provocateurs, ses flashbacks percutants entre le passé, le futur et le présent ou encore sa fin inconventionnelle et amère, Erika Johansen a réussi à ériger son histoire parmi mes favorites! Et comment aurait-il pu en être autrement? Après toutes les émotions que j’ai eu pour des héros que je connaissais à peine! Cette trilogie est juste GÉNIALE.

J’étais déjà épatée par la construction narrative du deuxième opus, mais alors là, je suis toute éblouie! Comme avec Lily, j’avais quelques réticences quant à suivre les étapes importantes de la vie de Katie car, même si je voyais l’utilité de son histoire, je craignais de ne pas m’attacher suffisamment à l’héroïne pour apprécier pleinement ma lecture… Ahlala, si vous saviez combien j’ai angoissé pour elle! Retourner à l’époque de la Traversée m’a rendu nostalgique de ces personnages hors normes et de cette expérience historique alors qu’ils n’ont jamais existé. C’est dingue, non?

Grâce au second opus, je savais ce qui allait se passer, et malgré tout, cela n’a fait qu’accroître ma crainte pour les personnages. Honnêtement, j’ai passé plus de temps à redouter les événements qu’à prendre du plaisir à lire le récit! Connaître le sort de la TearUtopie m’a perturbée car, à mesure des pages, j’apprenais à connaître et à chérir les protagonistes. C’est comme tendre à un malade le remède de la guérison pour finalement le lui reprendre. *Soupire*

Katie m’a beaucoup marquée, j’ai adoré sa personnalité. Son regard était passionnant et judicieux pour expliquer la ruine qui a touché le Nouveau Monde. Elle est partagée entre son devoir communautaire envers William Tear et son amitié avec Row Finn… Et euh… C’est juste stressant? Je n’aime pas Row Finn, mais voir Katie souffrir à cause de leur amitié brisée m’a causé des ulcères. Néanmoins, elle continue de faire ce qui est juste malgré les difficultés. J’ai admiré son dilemme entre sauver la communauté et la laisser périr dans sa corruption!

J’avais eu la même sensation d’épée de Damoclès avec les autres personnages de la Traversée. On aperçoit certains sombrer sous nos yeux, d’autres se revigorer parmi le chaos tandis qu’une poignée ont connaissance de leur mort future. On ne voit pas beaucoup William ou Jonathan Tear mais leur disparition a laissé un vide inexplicable: ce n’était pas encore la chute du Nouveau Monde, mais ce n’était plus non plus le même monde…

Et que dire des réflexions intelligentes et des vérités dérangeantes soulevées par l’auteure? C’est juste brillamment amené! Elle analyse la complexité de la nature humaine et l’inéluctabilité des erreurs répétées par l’humanité: les Hommes oublient trop souvent leur Histoire et tendent à perpétuer guerres et échecs au nom d’idéaux connus pour avoir déjà fragmenté des civilisations passées. Ils n’apprennent pas de leur vanité et de leur quête de pouvoir, et continuent l’entretien de la notion de supériorité et de mérite eugénique. C’EST PHÉNOMÉNAL.

En tout cas, on sent que Erika Johansen est anti-conformiste, elle a clairement brisé le mythe du Fetch. Il fallait oser quand même… Après nous avoir introduit un personnage aussi mystérieux et sombre, elle m’a donné envie de lui refaire le portrait… Ugh, sacré changement, en effet… J’apprécie l’homme qu’il est devenu, mais tout comme pour Kelsea, avec ce que j’ai appris sur lui, ma perception a complètement changé! Je ne peux plus le voir autrement. Bizarrement, ce choix ne m’a pas déçue, je trouve qu’il concorde bien aux questions traitées par l’auteure.

J’ai lu dans plusieurs avis que certains pensaient que Kelsea n’avait pas assez évolué, et je dois dire que je ne suis pas du tout d’accord! Kelsea a toujours été forte et indépendante, c’est juste qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de le montrer jusqu’à qu’elle devienne la Reine du Tearling. La seule chose qui lui manquait, c’était les rudiments de la gouvernance, de la lecture des attentes de la foule et du sens du sacrifice, ce qu’elle a appris grâce à sa Garde. Je ne vois pas comment un personnage aussi fourni peut évoluer davantage, surtout face à sa décision finale!

D’ailleurs, cette fin qui sort des sentiers battus m’a énormément plu. J’ai pu deviner une partie de son exécution mais j’avais tout faux sur son résultat! On a la dose nécessaire de réponses, mais comme pour notre Histoire à nous, certaines questions ne trouveront jamais leur réponse… Il faut s’y faire! On ressent de l’amertume, c’est vrai, mais il fallait s’y attendre avec Miss Johansen x)

Mis à part ça, j’ai adoré suivre les points de vue des personnages secondaires, notamment Massue et Aisa qui sont courageux jusqu’au bout! Toutes les narrations se croisent de sorte à permettre à la résolution de l’intrigue de former une cohérence. Je suis fan! Aussi, on obtient des éclaircissements sympas sur la Reine Rouge que je n’apprécie pas particulièrement mais qui m’a paru plus humaine.

Ce troisième tome fut un coup de coeur assuré! Les héros brillent par leur complexité.

Note: apparemment, l’auteure a prévu d’écrire d’autres livres dans cet univers. *Happy face*
La Trilogie de la Poussière, Tome 2 : The Secret Commonwealth La Trilogie de la Poussière, Tome 2 : The Secret Commonwealth
Philip Pullman   
Bien le bonjour tout le monde. Aujourd'hui, je voudrais vous parler de ce tome que j'ai lu en anglais. Pour commencer déjà, le livre est la suite officielle du "Miroir d'Ambre" et de la nouvelle hors-série "Lyra et les Oiseaux" puisque le tome 1 n'est qu'une préquelle des "Royaumes du Nord". Ensuite, ce livre relate un voyage épique vers l'Asie qu'entreprennent Lyra Parle d'Or et Malcolm Polstead suite à un assassinat, afin de percer à jour les mystères de la Poussière qui seraient liés à un jardin de roses enchanté.

[spoiler]Aussi, Lyra et Malcolm se retrouvent confrontés à deux nouveaux ennemis prêts à tout pour mener à bien leurs projets machiavéliques et qu'ils auront forcément à affronter dans le futur tome 3 de la nouvelle trilogie. D'une part, il y a Marcel Delamare, l'oncle maternel de Lyra, qui souhaite se venger de sa nièce qu'il tient pour responsable de la disparition de sa sœur ainée, Marisa Coulter. D'autre part, se tient Olivier Bonneville, le fils du fou furieux au daemon-hyène que Malcolm a tué pour sauver Lyra au cours des inondations d'Oxford il y a 20 ans. Le fils de Gérard Bonneville souhaite tuer Lyra qu'il tient pour responsable cette fois de la mort de son père. Comme ils ont survécu tous les deux aux événements de ce livre, je ne sais pas ce que vous en pensez mais j'ai comme l'impression qu'ils reprendront leurs rôles d'antagonistes principaux dans le prochain tome à venir.[/spoiler]

Quand j'ai revu Lyra au début du livre que j'ai lu en anglais, j'ai été vraiment content de l'avoir retrouvée ainsi que Malcolm qui est devenu mon nouveau préféré après Will Parry. Cependant, j'ai aussi remarqué que Lyra adulte n'est plus celle que j'ai connue quand j'ai découvert "A la Croisée des Mondes" et ça m'a beaucoup touché. En effet, j'ai constaté que Lyra n'a plus le don de mentir pour éviter les risques qu'elle courait et aussi elle est en conflit au début avec son daemon Pantalaimon [spoiler]qui lui échappe un soir pour retrouver son imagination qu'elle aurait perdue. Je crois bien qu'il voulait dire par là qu'il est allé trouver un moyen de lui rendre son don d'inventer les mensonges et les histoires. Personnellement, je suis pour ce projet de Pan car j'espère de tout mon cœur retrouver la Lyra d'autrefois que j'ai connue dans le tome qui suit.[/spoiler]

Quant à Malcolm, j'ai remarqué qu'il est à présent devenu à la fois un épris de justice et de liberté ainsi que l'un des meilleurs agents des services secrets qui luttent contre la menace du Magisterium, revenu pour se venger des événements du "Miroir d'Ambre".

[spoiler]J'ai aussi trouvé une chose que j'ai tout de suite devinée sur lui en lisant le synopsis. C'est qu'il est tombé amoureux de Lyra qu'il avait juré de protéger mais il a peur de ses sentiments pour elle qui est sa cadette de 11 ans parce qu'il ne se sent pas qualifié pour être l'homme de sa vie à cause de leur différence d'âge. Mais ce qu'il ignore, c'est que Lyra lui rend sans le savoir ses sentiments en se sentant de plus en plus gênée en présence de Malcolm depuis qu'elle a appris le rôle qu'il a joué au cours des inondations. Je sens que quand ils se retrouveront dans le livre suivant, ce que j'espère sincèrement, ils finiront par reconnaitre leurs vrais sentiments l'un envers l'autre.[/spoiler]

[spoiler]Il y a aussi comme une nouvelle prophétie sous la forme d'un poème similaire. En effet, ce poème parlait d'un couple qui aurait pour mission de vaincre l'oncle de la femme du couple qui cherche à contrôler le jardin de roses magiques que ces deux fameux amants réussiront à trouver après une série d'épreuves imposées par le roi des oiseaux. Et si ce fameux roi avait quelque chose à voir avec les oiseaux qui ont sauvé Lyra dans cette nouvelle séparée de la trilogie ? Si ce couple et cet oncle malfaisant étaient respectivement Lyra et Malcolm qui semblent promis tous les deux à une histoire d'amour épique ainsi que Delamare qui en a après eux ?[/spoiler]

Pour finir, en ce qui concerne mes sentiments envers les deux ennemis, bien qu'une partie de moi déteste Delamare pour ses projets et sa soif de pouvoir, je ne peux m'empêcher d'éprouver de la compassion pour cet homme qui a perdu sa sœur envers qui j'avais les mêmes sentiments contradictoires depuis les événements du "Miroir d'Ambre". [spoiler]Si jamais il meurt dans le tome 3, je voudrais qu'il meure en comprenant ses erreurs comme Coulter.[/spoiler] Mais je n'ai pas la moindre sympathie pour le fils de Bonneville qui me rappelle douloureusement son père que j'ai haï pour ses vices et sa folie, bien qu'il soit quand même plus réservé que lui. De plus, si jamais j'apprends à mon retour que ces deux-là continuent leurs manigances pour Lyra et Malcolm, cette fois je ne les raterai jamais des yeux dans la lecture du tome que j'attends en anglais avec la plus grande impatience. J'espère aussi que Sérafina Pekkala et Iorek Byrnison reviendront dans ce tome car si c'est le cas je serai plus qu'heureux de les revoir. Quand je l'aurai fini, j'enverrai un autre commentaire pour expliquer le but de Pullman avec sa trilogie sur l'article même du livre concerné.

Bonne fin de week-end à tous et surtout bonne lecture de cette seconde trilogie !

par Alyer
Messager Messager
Lois Lowry   
J'ai lu Le Passeur. Puis j'ai lu Le Fils. Maintenant, je lis Le Messager. Oui, j'ai un problème avec l'ordre dans lequel il faudrait que je lise les volumes de cette série.

Bref. J'avais trouvé Le Passeur incroyable. J'ai trouvé Le Fils merveilleux. Le Messager, je le trouve… court.

Comment dire? Il n'y a pas grand-chose de superflu, Lois Lowry est cette fois-ci allé droit au but, ce qui m'étonne beaucoup. Je persiste à croire qu'il faut prendre cette série comme un ensemble de fables sur la vie, avec une certaine dimension poétique et fantastique.

On suit cette fois-ci Matty, très rapidement évoqué dans Le Fils, qui assiste à la dégradation de Village, havre de paix bordé d'une forêt pour le moins hostile. Ayant déjà lu Le Fils, je savais plus ou moins comment il se finirait. C'est toujours agréable de retrouver les personnages qu'on connaît, découvrir un nouveau pan de leur vie, même si je dois avouer que Le Messager m'a vraiment paru trop léger, et pas très complexe. Il vous émeut rapidement sur le coup puis vous laisse une impression de vide au final.

Bien sûr, ce volume reste tout de même très correct, dans la lignée des autres, poétique, avec des personnages attachants, et donne encore une fois une leçon sur la vie (la thématique de fermeture de frontières étant d'autant plus d'actualité), le Mal étant incarné par le Troc. Les habitants "vendent" leur âme contre des choses bassement matérielles, comme une Machine à Jeux, summum de la perversité. Le Troc est vaincu par la pureté de la jeunesse, symbole de l'innocence.

Mais je ne pense pas me tromper en me disant qu'au final, ce volume n'est pas capital à la série et ne sert que de complément, voire de jonction entre Le Passeur et Le Fils.
J'aurai toutes les cartes en main une fois que j'aurai lu L'Élue.

par GumBook
Le Fils Le Fils
Lois Lowry   
Excellent roman appartenant à l'univers du Passeur.

Je ne savais absolument pas qu'il existait deux volumes entre Le Passeur et Le Fils. Mais comme ces récits sont indépendants, je ne me suis pas fait trop de souci - j'ai eu raison.

Les avis sont assez mitigés sur ce roman qui débute dans l'univers du Passeur et se clôt dans celui du Messager (si j'ai bien lu le résumé), et qui comporte une grosse partie se déroulant dans un village viking en bord de mer.
Pour ma part, je perçois ce volume comme une fable, un conte à portée universelle qui ne se résume pas qu'à une dystopie, comme on pourrait le croire en ne lisant que Le Passeur. On se laisse facilement porter par les mots, les pages se tournent à une vitesse ahurissante et pour peu qu'on ait une âme un peu poétique et qu'on soit capable de voir au-delà des apparences, on s'aperçoit que Le Fils est tout simplement un joyau de la littérature jeunesse (pas forcément réservée aux ados).

Tout y est parfait. Le style est envoûtant tout en restant simple. Les personnages sont forts, attachants, capables d'évoluer et de réfléchir. L'histoire comporte de l'action, de la magie, des sentiments forts, du rêve et des périodes d'accalmie. Enfin, et c'est ce qui est INDUBITABLEMENT le plus important dans un roman, il délivre une réflexion sur la vie, pousse le jeune lecteur à s'interroger au travers d'un personnage à la vie mouvementée, dans un univers rude et inhospitalier qui prend différentes formes (société futuriste, village viking, ville plus traditionnelle, etc).

Bref, ce roman est parfaitement représentatif de ce que devrait être la littérature jeunesse, qui en ce jour est inondée de "livres" mal écrits, aux personnages fades et stéréotypés et qui ne font aucunement réfléchir - ah si, peut-être sur la débilité humaine.

par GumBook
Le Monde de Rocannon Le Monde de Rocannon
Ursula Le Guin   
Après avoir foulé les mondes d'Anarres et d'Urras, décrits dans "Les Dépossédés" et celui de Gethen de "La main gauche de la nuit", je me suis plongé une troisième fois dans le cycle de l'Ekumen en parcourant "Le monde de Rocannon".
Une fois de plus, le style d'Ursula Le Guin est fluide, riche et précis, mêlant habillement temps de repos, action, descriptions quoique ces dernières m'ont parfois parues minimalistes. L'auteure conserve le même angle: nous découvrons en même temps que le personnage principal les us et coutumes d'un monde dont il est tout aussi étranger et curieux que nous. Ursula Le Guin semble cependant avoir mis de coté les complots politiques dans cet ouvrage. Je m'étais habitué à cette atmosphère pesante de complots, pressions sociales sur fond de sociologie inter-raciale qui imprégnaient tout particulièrement les deux livres cités plus haut. Ambiance plus légère dans ce monde sans nom, dans lequel les différentes espèces connaissent et acceptent leurs différents statuts et relations, écrit à mis-chemin entre science-fiction et fantasy. En effet, les voyages spatiaux et technologies diverses côtoient ici un univers médiéval peuplé de créatures fantastiques, où nous vivons une quête très héroïc fantasy. Et cela fonctionne plutôt bien.

Tout comme Rocannon, j'ai souhaité découvrir ce monde, en apprendre plus sur ses habitants, mais assez rapidement, l'ethnologue met quelque peu sa curiosité de coté, attisant d'autant plus la mienne. Et c'est peut-être là le plus gros défaut que j'ai rencontré dans cet ouvrage: un monde plus vaste, paraissant donc plus riche mais beaucoup moins traité que dans "Les Dépossédés" ou "La main gauche de la nuit". Mais qu'importe, cela n'aura rien gâché à ma lecture et m'aura donné encore plus envie de découvrir la vision fantasy de cette auteure, nouvellement découverte mais entrée directement dans mon top 10. Je suppose que pour les lecteurs fantasy d'Ursula Le Guin, ce livre fonctionne également en sens inverse et peut les mener à la science-fiction.

Petit coup de coeur pour les destrier des Angyar (si quelqu'un peut me dire où m'en procurer un!) ainsi que pour l'aspect "déchronologique" de ce cycle qui permet d'être lu selon son envie propre.
Vadaëme

par Naodeme
Planète d'exil Planète d'exil
Ursula Le Guin   
Très différent du tome précédent, on accroche pourtant de la même manière en retrouvant la fluidité d'écriture de Le Guin et le brio avec lequel elle met en place des races si inattendues. Encore que dans ce cas-ci, on puisse faire des parallèles avec le passé humain - et encore, justement, on sait qu'on ne se trouve pas dans un monde moyenâgeux, mais plutôt dans un autre type de société.

par MissMokka