Livres
511 562
Membres
522 294

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Fred-35 2019-10-10T20:50:59+02:00

Malgré les vérités énoncées, je ne pouvais me sortir Alrick de l’esprit. Son corps nu dans le ruisseau me revenait sans cesse. Comme sa cour discrète, qui me touchait plus que je ne le souhaitais, même si je ne pouvais y céder du fait de son âge, de notre rang, de la situation, de mon passé, de mes blessures et toutes ces petites réalités qui rendaient mes désirs impossibles.

Afficher en entier

Je me retins d’envoyer un oreiller à la tête du gredin. Si je le faisais, je devrais m’en passer pour dormir ou me lever pour le récupérer et je n’avais aucun désir d’exécuter l’une ou l’autre de ses tâches. Mon regard fixé au plafond, je revis l’expression d’Alrik à son entrée sous ma tente. Le soulagement sur ses traits, la colère qui l’avait remplacé. Pourquoi Lancelot devait-il se mettre dans cet état ? Ne se rendait-il pas compte que ses réactions étaient disproportionnées ? Que je ne pouvais pas répondre à ses attentes ? Que cela ne mènerait nulle part ? Alors pourquoi persévérait-il et agissait avec moi comme une maîtresse jalouse ? Diantre ! Pourquoi sa réaction me faisait-elle autant plaisir ? Elle ne devrait pas tant m’émouvoir ! Ces sentiments qui fleurissaient en moi devaient être tués. N’avais-je pas appris la leçon ? Et Ali qui prenait le parti de Lancelot comme si tout cela était commun !

Je stoppai mes ruminations, j’avais d’autres chats à fouetter. D’abord, abattre le baron. Pour le reste, nous aviserions au fur et à mesure.

Afficher en entier

— Pour moi, au fond, ton sexe n’a aucune importance.

— Cela en a pour le monde entier… Deux hommes, ce n’est pas…

Le mot naturel allait m’échapper. Cependant, n’y croyant pas moi-même, je ne pouvais le formuler. Nous devrions tous avoir le droit d’aimer, peu importait qui.

— J’apprécie quand tu es troublé. Ta voix s’enraye, elle manque une note, susurra Lancelot à mon oreille.

— Va au diable !

Il rit derrière moi. Son nez se colla à mon cou, pas moyen de l’en déloger. Le brigand devait percevoir les battements affolés de mon cœur ! Avec lui, je courrais à ma perte. Pourquoi diable l’avais-je aidé ? Pourquoi allais-je encore le faire ? Défendre la veuve, les faibles et les orphelins... Orphelin, il l’était à présent, mais faible ? Ah ça non ! Le bougre d’homme ne manquait pas de ressources !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode