Livres
506 887
Membres
515 329

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:26:20+01:00

Petite, je n'arrêtais pas de mettre les pieds dans le plat, sans réaliser que mes questions étaient inconvenantes. Puis j'ai continué parce que je savais qu'elles l'étaient.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:11:57+01:00

L'égoïsme fait partie de notre nature. Notre sauveuse a du pain sur la planche.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:11:13+01:00

Elle n'était qu'une petite fille exhibée pour donner de l'espoir aux désespérés, de la force aux faibles, de la foi aux sceptiques.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MeguyC 2020-05-31T16:21:57+02:00

– Le plus grand jour de ma vie. Enfin, à part celui de ma naissance, qui était un événement monumentale.

– Oh, une broutille, réplique-t-elle en essayant de cacher le sourire qui étire le coin de ses lèvres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2020-02-06T23:04:37+01:00

Le premier jour, personne n’y prêta attention. Il y eut peut-être quelques petits rires parmi les sages-femmes à la vue de tous ces bébés emmaillotés dans leur couverture bleue, sans une seule couverture rose. Séparément, les hôpitaux n’en auraient tiré aucune conclusion. Ils n’auraient pas pu deviner que ce jour tout bleu n’était qu’un début.

Le lendemain, on fronça les sourcils, perplexe, devant ces nouvelles vingt-quatre heures de bleu.

Rien que des garçons.

Assez déroutant. Mais l’on continua à penser qu’il s’agissait d’une pure coïncidence. Le chromosome Y se faisait plus expansif que d’habitude.

Le troisième jour, les médias signalèrent le fait à titre anecdotique. (« On vit vraiment dans un monde d’hommes. ») Ce fut ce qui attira l’attention générale. Médecins et infirmières réalisèrent que leur cas n’était pas une exception. Le bleu prenait le dessus. Pas seulement des hôpitaux entiers, ni des pays entiers, mais le monde entier.

Où était passé le rose ?

À raison d’environ deux millions et demi de naissances par semaine, dont la moitié de filles en temps normal, ce brusque déséquilibre ne pouvait pas être ignoré très longtemps. Les leaders mondiaux se réunirent avec les scientifiques les plus respectés pour tenter de comprendre ce qui se passait et discuter des mesures à prendre pour surveiller la situation. Il fallait trouver des méthodes éthiques – il n’était pas question de toucher aux Droits de l’homme. Voilà ce qui fut annoncé.

Au départ.

Mais ce qui n’avait été d’abord qu’un phénomène devint bientôt une menace pour la survie de l’humanité, nous poussant vers le seuil de l’extinction. Alors les gouvernements cessèrent de prendre des pincettes. Les femmes furent placées sous contrôle et opprimées comme elles ne l’avaient jamais été.

On leur imposa des tests obligatoires. Pour commencer, toutes les femmes enceintes furent soumises à une échographie pour permettre d’identifier le sexe de chaque enfant à venir. Puis, à mesure que le temps passait sans qu’aucune fille ne naisse, toutes les femmes de moins de cinquante ans durent subir des examens plus poussés pour tenter d’expliquer la cause de cette génération exclusivement bleue.

On encouragea les relations sexuelles – les dirigeants voulurent toujours plus de bébés, dans l’espoir que cela ferait réapparaître des filles. Et il y en avait : on les repérait in utero, flottant dans le liquide amniotique et donnant coups de pied et coups de coude dans le ventre de leur maman.

Pas une ne survivait.

Et ces cas finirent par disparaître, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus du tout de rose à signaler ni à perdre.

La science batailla pendant des années, sans découvrir la moindre explication. Et sans explication, pas de remède. L’avenir de l’humanité s’amenuisait au même rythme que l’horloge biologique de chaque femme en âge de procréer.

On ne renoncerait pas, déclarait-on au monde. On sauverait le genre humain. On trouverait un moyen.

Et les gens jouaient le jeu. Ils priaient, priaient tous leurs dieux pour se voir accorder la perpétuation de leur espèce. Longtemps, on eût dit qu’ils n’étaient pas entendus. Alors ils prièrent de plus belle, plus fort, en appelant désespérément à tout l’éventail des entités toutes-puissantes. Ils exhumèrent d’anciennes religions, en façonnèrent de nouvelles et continuèrent à marmonner avec ferveur leurs humbles litanies.

Puis, au bout d’un demi-siècle de manque, un miracle survint – et cela, ailleurs que dans un laboratoire scientifique.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:25:05+01:00

C'est drôle comme les morts ont parfois plus de réponses à apporter que les vivants.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:23:39+01:00

Les mots peuvent être dangereux dans un monde où les murs ont des oreilles.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:22:46+01:00

Il y a des trous dans ma réalité. Il est temps que je me mette à fouiner pour y voir plus clair.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:21:36+01:00

Toutes ces années passées à gérer cet endroit ont fait d'elle une femme froide, mais je suppose qu'il y a des fissures même dans la glace la plus épaisse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MadameRatou 2020-01-29T14:20:22+01:00

Mais, une fois encore, je distingue les incohérences dans les informations qu'on me donne. Les mensonges. Je ne doute pas qu'on le fait pour mon bien, pour me protéger d'un monde dont j'ignore tout, mais j'ai brusquement la sensation d'être une actrice qui ne connaîtrait que son texte tandis que tous les autres ont lu l'intégralité de la pièce. Et j'aimerais bien mettre la main sur le manuscrit pour découvrir tout ce qu'on me cache d'autre. Je voudrais en savoir davantage sur le monde dans lequel naîtront mes enfants et sur la vie que nous mènerons si je réussis à participer à la renaissance. Je voudrais connaître la vérité.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode