Livres
486 976
Membres
477 576

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par elodiev_ 2019-08-22T17:12:22+02:00

Je sais qu’on peut éprouver à la fois de la joie et du chagrin. Il est possible de regarder vers l’horizon tout en regrettant ce qu’on a perdu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Freerique 2020-02-13T01:18:00+01:00

Les paroles de Rinn résonnent dans ma tête. Ma robe est maculée de son sang, un sang qu’elle verse et verse encore depuis dix-sept ans. Après avoir recouvré ma voix, je l’ai implorée de m’accompagner, avec l’intention de l’arracher à l’accroc temporel dans lequel elle semble prise au piège, mais, dès qu’elle a atteint le seuil de sa maison, la confusion a recouvert ses yeux d’un voile trouble. Ensuite, quand j’ai essayé de la tirer au-dehors, elle s’est mise à hurler, et n’a cessé que lorsque je lui ai lâché le poignet et me suis éloignée.

Elle ne cesse de mourir, sa mort se reproduit tous les jours. Quelle idiote j’ai été de penser que je pouvais la sauver d’un enchantement aussi puissant ! J’éprouve un profond chagrin pour elle et pour Briarsmoor. Pour des parents que je n’ai jamais connus, qui ne sont plus que des cendres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Freerique 2020-02-13T00:54:10+01:00

Je reviens aux premières pages pour lire les contes, mais tandis que je parcours les lignes – toujours tracées de la belle écriture d’Antonia Ivera –, l’encre semble se déverser du papier et s’élever telle une brume autour de moi. L’obscurité inonde ma vue. Je ne peux pas déterminer à quel moment la réalité a cédé la place aux songes, mais je sais à quoi m’attendre depuis mon expérience chez la divinatrice et, bien que j’aie peur, je me force à ne pas lutter. Je reste immobile, l’esprit ouvert, et laisse les visions – les souvenirs – m’envahir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Freerique 2020-02-13T00:33:34+01:00

Au premier abord, rien ne paraît anormal dans la chambre, qui présente toutefois un aspect terrifiant. Les voilages ne s’agitent pas au vent, mais demeurent figés dans leur forme gonflée, comme s’ils étaient faits de glace. Un pétale s’est décroché de la rose qui décore la coiffeuse, mais il reste en suspens dans les airs, au milieu de sa chute. Caro ne bouge pas, même pas d’un cil. Elle est aussi immobile qu’une statue – je ne détecte chez elle aucun mouvement de respiration, pas le moindre frémissement de paupières. J’en ai froid dans le dos. Je ne sais pas si elle est vivante ou morte. En l’observant, je remarque une goutte de sueur qui brille sur sa joue, s’étire au bord de sa pommette, prête à basculer. Mais elle ne tombe pas. Toujours pas. Il faut attendre que je la chasse de la main pour qu’elle se détache et s’écrase au sol avec un ploc sonore. La certitude s’empare de moi, glaciale et terrifiante.

Le temps est détraqué.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Freerique 2020-02-12T21:36:45+01:00

– Pendant l’hiver qui t’intéresse, nous avons constaté des tas de perturbations. Des moments qui se figeaient, des jours qui paraissaient trop longs. Une fois, nous avons tous perdu une heure en même temps. Les gens étaient dans tous leurs états. Il y a eu des scènes de panique, de pillage et, surtout, le bouleversement de Briarsmoor. L’homme se mord les joues en fixant un point derrière moi. Je commence à avoir l’impression que papa ne m’a pas tout raconté sur le monde qui m’entoure.

– C’est quoi, Briarsmoor ?

L’école laisse à désirer, de nos jours, commente-t-il, d’une voix quelque peu réprobatrice, même si sa remarque ne s’adresse pas à moi. Briarsmoor, c’est un village situé à quelques lieues plus au nord. Il a douze heures de retard sur nous 

– si toi et moi nous y étions en ce moment, ce serait la nuit noire. Cet hiver-là, le temps s’est figé une demi-journée. Et la rumeur s’est répandue qu’une malédiction frappait les enfants nés dans ce village. Il pose le menton sur ses mains et penche la tête vers moi, en attendant une réaction de ma part mais je cherche encore à prendre la mesure de ce qu’il vient de me relater. Parfois, il arrive que le temps subisse des accrocs, qu’il ralentisse, accélère ou s’arrête momentanément, que le vent et le soleil restent immobiles tandis que nous vaquons à nos occupations, mais tout finit toujours par se réguler. On a peine à croire que le temps puisse retarder d’une demi-journée quelque part, et encore plus que le décalage perdure aussi longtemps.

Afficher en entier
Extrait ajouté par elodiev_ 2019-08-22T13:39:11+02:00

Ces arbres seront encore debout quand nous aurons tous quitté ce monde. Pourtant, ce ne sont pas des prédateurs comme les loups ou les hommes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Donna21 2019-07-21T12:14:49+02:00

Il me punit donc parce que je me suis montrée curieuse. Je serre les poings de toutes mes forces, tente de repousser ma rage et ma peur. Je pensais que je n'avais plus rien à redouter, Spoiler(cliquez pour révéler) maintenant que papa est mort. Mais si Liam me reconnaît, s'il se met en tête de faire de moi son souffre-douleur, comment pourrai-je être en sécurité à Everless ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par bastille 2018-07-23T14:39:06+02:00

“The idea takes hold of me, somewhere deep down, and I know that as soon as I can, I will have to find my own way to the town out of time.”

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode