Livres
523 465
Membres
541 098

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Eykma : Mes envies

Le Cercle des 17, Tome 2 : Dans les griffes de l'ennemi Le Cercle des 17, Tome 2 : Dans les griffes de l'ennemi
Richard Paul Evans   
J'ai adoré ce tome, j'ai était emporter du début à la fin, l'intrigue est super l'univers me plais toujours autant et les personnage sont super à par Hatch que je trouve simplement inhumain!! Mais un tome vraiment génial et une fin qui donne juste envie de lire le suivant

par Lalouu
Sombres étoiles Sombres étoiles
Malorie Blackman   
https://mydearema.wordpress.com/2018/01/17/%e2%94%82-jai-lu-%e2%94%82sombres-etoiles/

Hé bien ça m’apprendra à me jeter sur n’importe quel livre dont la couverture est trop jolie mais sans même lire le résumé.
Une fois (mille fois) pas deux.

On connait tous désormais ma fameuse petite bibliothèque de village, juste en bas de ma rue, qui renouvelle ses rayons jamais très peu.
Il y a deux semaines, pouf, j’arrive et je vois ce livre en évidence et le regard de ma bibliothécaire plutôt fière d’avoir ramener de la nouveauté. Faut dire que je suis probablement la seule de mon âge à m’y rendre encore, l’âge des habitués se situe plus au-delà de la soixantaine, normal qu’alimenter les rayons young-adult ne soient pas sa priorité.
Bref, je m’égare.
Sa couverture brillante (des pailleeeeettes) a suffi à me convaincre de lui laisser sa chance.
Ouep.
Comme ça, sans même lire le résumé, SACRILÈGE.

Et bien ce fut une grosse (GROSSE) erreur.

J’ai pas envie de descendre ce livre, j’ai pas envie d’être ‘méchante’ gratuitement (enfin, au fond, on sait tous que j’adore ça, mouhaha) mais, honnêtement, y a trop d’aspects qui m’ont dérangé que pour ne pas les mentionner.

Premièrement : la romance.
Non mais. J’ai rarement vu une relation aussi déplorablement peu crédible.
Dans quel monde, à 18ans, après 1 semaine à se cotoyer, on décide que c’est l’homme/femme de notre vie et se marie avec?
Visiblement vivre dans l’espace en 2164 ça fait perdre toute notion de bon sens.
Morale de l’histoire, ne conduis pas de vaisseau spatial, c’est dangereux, tu pourrais perdre de ta jugeote et faire n’importe quoi.
Après 1 semaine, Nathan fier de clamer que Vee est « SA femme » (namého, la sienne à lui, ok?), tous deux ont l’air plus perturbé par leurs parties de jambes en l’air que par le meurtrier qui se balade parmi les leurs et les dézingue dans le plus grand des calmes un à un.
Ah oui, j’ai pas mentionné ça, les petits crimes sur le vaisseau?
Bah, t’en fais pas, tu l’oublieras aussi durant ta lecture tellement l’intrigue passe plus loin que le second plan.


« Regarde Simba toute cette immensité qui baigne de lumière est notre royaume, l’amour. » – « Et la zone d’ombre là-bas? » – « N’y va JAMAIS Simba, c’est l’intrigue ».


Et au fond, c’est vraiment dommage. Parce que les ultimes révélations, bah, elles sont carrément surprenantes et auraient pu ouvrir la voie à une réflexion éthique plutôt intéressante. Mais c’est bien trop trop peu exploité. L’espèce de romance digne d’une mauvaise fanfiction sur Skyrock (et dieu sait que j’en ai lu, Drarry power) cache et gâche tout le potentiel de l’histoire.

Alors tu me diras que « en même temps, j’aime déjà pas la romance donc normal que ça m’horripile ».
Oui, certes. Mais, ce que je reproche à la romance young-adult c’est son manque de crédibilité, de maturité et de cohérence. J’ai vraiment eu l’impression de lire deux ados timorés, les hormones en ébullition, jouant à « je t’aime, je t’aime plus, trahis-moi, je te trahis ». Les réactions de leur entourage étaient encore plus abracadabrantes (il est apparemment commun de se faire taquiner sur ses relations sexuelles par son médecin, drôle de rapport professionnel/patient).
Ce livre rassemble tous les clichés possibles et inimaginables.
Encore une fois, c’est bien dommage vu le dénouement.
Il y avait tellement plus à exploiter, tellement plus à créer avec cet univers.
La notion de xénophobie est à peine effleurée alors qu’elle est presque la source de toute l’histoire de ce livre, des questions éthiques sur les limites de la science auraient pu être soulevées alors qu’on a à peine une ébauche de réflexion.
Ce livre aurait pu être une ode à la tolérance et la liberté mais il s’en approche à peine.

Les habitués de la romance et surtout ceux qui en sont les fervents adorateurs arriveront peut-être à s’immerger un peu plus dans ce livre, d’autres y sont parvenus. Pour ceux qui ont du mal avec les plans niais, ne soyez pas surpris de lever les yeux au ciel plus d’une fois durant votre lecture si, d’aventures vous vous y essayez tout de même après cette chronique pour le moins carrément négative.
Je tire une belle leçon de cette expérience, il n’aura jamais été plus vrai de
PAS SE FIER AUX JOLIES COUVERTURE NON MAIS.
Je suis d’autant plus ‘acerbe’ que j’ai vraiment été déçue en constatant, avec le recul, quel potentiel ce livre avait. Dommage…

par Freyja
Les Outrepasseurs, Tome 2 : La Reine des Neiges Les Outrepasseurs, Tome 2 : La Reine des Neiges
Cindy Van Wilder   
Un second tome meilleur que le premier, cela reste tout de même une bonne lecture mais sans plus. J'ai pas réussi à m'attacher aux personnages. L'action est un peu plus présente et je lirai tout de même la suite.

par patoch38
Les Outrepasseurs, Tome 4 : Ferenusia Les Outrepasseurs, Tome 4 : Ferenusia
Cindy Van Wilder   
http://reveuseeveillee.blogspot.fr/2017/04/les-outrepasseurs-tome-4-ferenusia-de.html

Pour ceux qui me suivent depuis quelques temps, vous devez savoir que j'avais eu un énorme coup de coeur pour la trilogie des Outrepasseurs. Je ne vous dis même pas qu'elle a été ma joie lorsque Cindy nous a dit qu'il y aurait un dernier tome. J'ai eu l'honneur de pouvoir lire Fenerusia grâce à l'avant-première de Livre Paris et je peux vous dire que Cindy met la barre vraiment très haut !

C'est donc avec un immense plaisir que je me suis replongée dans l'univers des Outrepasseurs, mais cette fois-ci du point de vue des Ferreux, ces être qui ont vu le jour à la période industrielle et qui ont vécu sous la coupe des Outrepasseurs pendant des siècles. Sans compter sur l'écriture de Cindy toujours très fluide et qui va droit au but : on est tout de suite pris dans l'intrigue.

Grâce à Férénusia, on apprend à connaître un peu mieux ce peuple opprimé qui décide de prendre les choses en mains pour que leur vie change car ils ne peuvent plus vivre cachés des humains. Mais les anciens Outrepasseurs leur mettront des bâtons dans les roues en ouvrant une grande chasse à l'homme à travers le monde pour se "débarasser" des Ferreux.

On retrouve aussi certains personnages de la trilogie : Smokey et Red Wing, bien sûr, mais aussi Peter, Arnaut et Shirley. Et, encore plus étonnant Férus et Albane tiennent un rôle important dans l'intrigue. De nouveaux personnages font leur apparition, notamment le mystérieux S., qui est très vite devenu mon personnage préféré. Ce tome nous fait aussi voyager à travers le monde : en Angleterre, en France, en Belgique mais aussi en Australie.

L'intrigue se passe un mois après les événements de la trilogie et on peut voir que tous les personnages ont évolué, que ce soit en bien ou en mal. De plus, des secrets qui avaient été enfuis dans les tréfonds de la mémoire de certains personnages vont refaire surface et ajouter du piment à l'intrigue, qui est déjà bien corsée. J'ai pu noté, ou c'était juste mon impression de lectrice, que le texte est très nostalgique et tourné vers le passé des personnages, un peu comme une sorte d'adieu à ceux-ci. Je le répète mais sans doute que ce n'est que mon impression de lectrice qui dit au revoir à l'un de ses univers préférés.

En bonus, on retrouve la nouvelle Tsimoka qui raconte l'histoire de la création de la première Ferreuse (ou l'une des premières en tout cas), personnage emblématique cité à plusieurs reprises dans Ferenusia. Cette nouvelle nous montre un moment charnière de la Féérie. Je ne bous en dirais pas plus à ce sujet car j'en ai déjà trop dit...

Ferenusia propose une très belle conclusion qui ma fait ressortir de ma lecture les larmes aux yeux et le sourire aux lèvres. Ce livre est un énorme coup de coeur (à égalité avec le premier tome) qui clôt à merveille le cycle des Outrepasseurs. Franchement, qu'est-ce que vous attendez de plus pour lire cette série si ce n'est pas déjà fait ??!!
Les Outrepasseurs, Tome 3 : Le Libérateur Les Outrepasseurs, Tome 3 : Le Libérateur
Cindy Van Wilder   
Après avoir adoré les deux premiers tomes, j'avais peur de me lancer dans celui-ci car je ne voulais pas que l'histoire des Outrepasseurs se termine. Je me suis beaucoup attachée à cet univers extraordinaire et bien que j'ai adoré ce tome, j'ai été très triste de refermer le livre.

On retrouve Peter et Arnaut quelques heures après les événements du deuxième tome. Peter est blessé et Arnaut fera tout ce qui est en son pouvoir pour le sauver. Dans le même temps, une chasse à l'homme est lancée chez les Outrepasseurs pour retrouver les deux jeunes hommes. Pour pouvoir se sortir de ce mauvais pas, ils devront pénétrer dans le territoire des Ferreux et leur demander de l'aide.

Dès les premières pages, on sait dans quelle direction va aller ce dernier tome et on ne peut rien y faire. On ne peut qu'être spectateur de ce que vont vivre les personnages. On découvre aussi ce qui est arrivé aux personnages du passé, les premiers Outrepasseurs, mais aussi comment la Féérie ainsi que la Trois Fois Née, Trois Fois Morte sont mortes. Ce tome est donc bien plus sombre et violent que les deux tomes précédents.

On peut noter une certaine évolution en ce qui concerne les personnages. Peter, de jeune homme mou et parfois inutile, prend les choses en main lorsque Arnaut tombe dans le coma. Il s'émancipe réellement et met tout en oeuvre pour arriver à ses fins : arrêter la malédiction du Chasseur.

Arnaut, bien que dans le coma pendant presque tout le livre, est très présent. La relation qu'il a réussi à tisser avec Peter est aussi très belle. Il ne faut pas non plus oublier le personnage du Chasseur, très peu présent lui aussi ; mais ses apparitions en valent franchement le détour! De plus, au début de chaque chapitre, on a droit a un petit morceau de sa vie passée : on ne peut que l'apprécier encore plus que dans les deux premiers tomes.

Parmi les Outrepasseurs, on peut aussi noter certains changements. Shirley, qui réussi à s'affranchir seule des Outrepasseurs et du lien de Morgane, partira sur les traces de Peter avec Hermeline. Hersent qui décide de se lancer à la poursuite de Snezkhaïa, la Reine des neiges, quelqu'en soit le prix.

Noble, qui été plein de fierté et d'arrogance, se montre sous son vrai jour : un vieillard qui courre après le pouvoir alors que l'ordre des Outrepasseurs se dissout peu à peu. Je dois dire que dans ce tome, j'ai parfois eu pitié de Noble, qui perd vraiment de sa superbe...

Le dernier personnage qui m'a vraiment marquée est Snezkhaïa, que j'ai tout simplement adoré. On l'avait déjà un peu vue dans le deuxième tome, mais ici elle prend une place très importante dans l'intrigue. On la voit sous un nouveau jour : avec ses trois Cavaliers, elle veut plonger l'Angleterre dans l'Hiver et mettre le pays à feu et à sang. C'est donc une histoire de vengeance à laquelle nous avons droit ici : vengeance contre les Outrepasseurs qui ont détruit son univers et toutes les personnes auxquelles elle tenait. Elle aspire donc à une mort héroïque après avoir mené à bien sa vengeance.

Ce tome est tout simplement excellent : on a de l'action du début à la fin, la tension est palpable et la mort guette à chaque page. Cindy maintient très bien le suspense et on est totalement pris de court par certains événements. Je dois même dire que certains passages m'ont fait pleurer (trois en particulier...).

En conclusion, avec sa trilogie des Outrepasseurs, Cindy aura su me faire voyager dans un univers magnifique que je suis vraiment triste de quitter. J'ai tout aimé : l'intrigue, les personnages, la plume de l'auteure. Mais je dois dire que mon coup de coeur va pour la Chasseur. C'est LE personnage auquel je me suis vraiment attachée dans cette trilogie et connaître son passé ma l'a fait aimer d'avantage.

En tout cas, c'est une trilogie qu'il faut absolument avoir dans sa bibliothèque! L'objet livre est vraiment magnifique (et oui, je l'ai dit dans mes trois chroniques XD)! En plus, Cindy est une personne vraiment adorable! Je ne peux que vous conseiller cette trilogie de tout mon coeur!
Everything, Everything Everything, Everything
Nicola Yoon   
C'est une claque majestrale que je viens de me prendre après avoir refermé ce livre.

Outre le fait qu'il soit magnifique, il est merveilleux à l'intérieur. L'histoire est puissante, pleine de beauté, et plein de bon sens.
Je ne m'attendais à rien en particulier en commençant ce livre, d'ailleurs, je ne savais même pas de quoi cela parlait, Préférant me plonger dans un univers inconnu.

C'est l'histoire de Madeline. Cette dernière a quasiment passé sa vie enfermer chez elle, protéger par des appareils de changement d'air, dans une pièce sans poussière, sans personne extérieur, sans maladie. Madeline a une maladie rare, elle est allergique au monde. Sa vie est monotone, mais elle l'aime puisqu'elle n'a connu que ça. Elle passe ses journées à lire, à étudier, et à passer du temps avec sa maman et son infirmière (meilleure amie) Carla.
Jusqu'au jour ou de nouveaux habitants emménagent dans la maison d'en face, et Oliver (plus souvent surnommé Olly), fait son apparition et va bousculer la vie de Madeline.

Ce livre m'a fait aller de découverte en découverte. Premièrement, j'ai beaucoup appris de la maladie de Madeline, la maladie de DICS. Cette dernière est expliquée de manière simple et ludique, ce n'est pas un cours, mais cela est très intéressant.
On retrouve aussi les premiers sentiments d'amour, ce que cela provoque, surtout pour une adolescente de 17 ans qui n'a encore jamais connu ça. J'ai trouvé ça magique et très mignon. On se laisse pousser des ailes, on croit vivre d'amour et d'eau fraîche... bref, j'ai toujours trouvé ce sentiment merveilleux et j'ai pris plaisir à le redécouvrir par le biais de Madeline.
On retrouve aussi les premières Aventures, avec un grand A, quand on se dit que la vie vaut la peine d'être vécu que lorsque l'on fait quelques choses d'incroyable, qui, même si cela risque de nous tuer, est merveilleux sur le coup.
On redécouvre la trahison... je dis redécouvrir car dans ce roman, on a l'impression d'être au tout début de la vie, c'est un sentiment étrange à expliquer, mais, même pour le lecteur, on a la sensation que nous aussi on découvre l'univers, au même titre que le personnage principal.

Les personnages sont tous uniques et tous magiques en même temps. Madeline, malgré sa vie plutôt morne, est un éclat de vie à elle seule, elle fourmille de joie, de bonne humeur, d'espoir, de partage...
Olly est un garçon qui n'a pas la vie facile, il est toujours en noir, signe de deuil, mais n'y prêtait pas attention, c'est un garçon charmant, attentionné et très joli, à ce que j'ai pu lire.
La mère de Madeline est étrange, et je le savais dès le début, mais c'est une mère qui aime sa fille et qui ferait tout pour elle.
Enfin Carla est une amie extraordinaire, je n'arrive pas à exprimer de mot à son encontre et préfère vous laisser la découvrir, et l'aimais autant que moi.

Le style m'a tout de suite plu de par sa simplicité, sa fluidité. Le texte est ponctué de dessin, d'illustration, de citation de Madeline, et même de mail, qui est toujours agréable à voir lors d'une lecture. Cela permet aussi de faire défiler les pages à une vitesse incroyable. J'ai beaucoup aimé cet aspect.
J'ai tout de même un petit regret. Ce livre aurait été un véritable coup de cœur si on avait eu une alternance de point de vue. Je m'explique ; j'aurais aimé savoir ce que pensait vraiment la maman de Madeline, et Olly, cela aurait donné de la profondeur à l'histoire et aurait fourni toutes les ficelles nécessaires pour le lecteur. Après tout, un lecteur est curieux et veut toujours en savoir plus.
Mis à part cela, c'est un excellent roman que je conseillerais à tout le monde, au plus jeune comme au moins jeune, aux fans de n'importe quel genre.

Ce roman est un peu un livre doudou pour moi, il me rappelle ce qui est important, il me rappelle ma jeunesse (bien que je n'ai que 20 ans!) et me fait me sentir bien.


par newmoon
Harry Potter : Préquelle Harry Potter : Préquelle
Joanne Kathleen Rowling   
Sérieusement?!
Par Merlin, la jeunesse de James et de Sirius semble bien plus explosive que je ne l'osais l'imaginer!
Une nouvelle bien que trop courte, mais amusante, même si son utilité est un peu... inutile?
Bien que fan, je suis d'accord avec ein_Buch.

Cependant, j'aurais juste aimé savoir les noms des Mangemorts! ^^

[spoiler]J'ai noté que ce préquelle (qui n'en est pas un) se déroule trois ans après la naissance de Harry; puis, il est précisé que James et Sirius n'avaient pas l'air d'avoir plus de vingt ans, donc, lorsque Harry est né, James et Lily avaient entre vingt-deux et vingt-trois ans? J'ignore pourquoi, cette constatation m'a surprise: je pensais qu'ils étaient plus vieux! J'attendais à -je sais pas moi- quand même pas la trentaine, mais presque. Même dans les films, les parents de Harry paraissent plus âgés!
De plus, cela renforce encore plus l'injustice de leur meurtre ce fameux soir à Godric's Hollow... Si jeunes... [/spoiler]

par Amylove43
Cœur d'encre, Tome 1 : Cœur d'encre Cœur d'encre, Tome 1 : Cœur d'encre
Cornelia Funke   
J'ai découvert cette histoire il y a cinq ans, grâce à la fabuleuse couverture d'Hachette, qui m'a donné envie de plonger dans l'univers. Et malgré un gros morceau (plus de 600 pages), je n'ai jamais regretté... Il y a une telle poésie et une telle tendresse dans ce texte, qui pourtant comporte beaucoup d'action... J'ai voyagé vraiment pour la première fois avec ce livre, sentant la brise italienne sur ma peau et l'odeur des olives dans le vent...
Une très très belle expérience, même pour les jeunes qui n'aiment pas trop lire, très facile d'accès !
Arf j'suis quand même teeellement déçue de cette couverture pourrie que Gallimard nous a fichu... -_-"

par flo0wer
On Dublin Street, Tome 1 : Dublin street On Dublin Street, Tome 1 : Dublin street
Samantha Young   
Envoutant : Ado, Jocelyn a perdu ses parents et sa soeur. 8 ans après, elle n'a toujours pas fait le deuil et refuse de s'attacher à quelqu'un pour ne pas avoir à le perdre. En prenant un appart en coloc à Dublin Street, elle ne pensait pas que sa vie allait être chamboulée et mettre ses principes à rude épreuve face aux sentiments qu'elle éprouve pour Ellie sa colloc et surtout pour son frère Braden qui l'attire comme un aimant...Une histoire fluide, sensuelle et captivante avec des personnages profonds et attachants ainsi qu'une multitude d'émotions à ressentir.

par Folize
La Sirène La Sirène
Kiera Cass   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2016/03/17/the-siren-kiera-cass/

J’étais vraiment très emballée par ce nouveau roman de Kiera Cass après avoir beaucoup aimé la série La Sélection. Ce livre est un one shot, c’est-à-dire qu’il n’y aura pas d’autre tome. Il ne constitue pas une série. Kiera Cass explique que ce récit avait été repoussé à l’époque par les maisons d’édition qui lui ont proposé un contrat uniquement après leur avoir présenté La Sélection. (je me demande bien pourquoi !)

Ce roman m’a tout de suite donné envie de par son résumé promettant une histoire originale avec la plume de Kiera Cass mais aussi de par sa couverture absolument magnifique et j’avoue ne pas avoir pu attendre novembre 2016 pour me jeter dessus.

Pour ceux qui hésiteraient à se le procurer en anglais, sachez que sa lecture est fluide et relativement facile. Je n’ai eu aucun difficulté à suivre l’histoire dans les moindres détails.

Nous suivons donc Kahlen, jeune fille transformée dès les premières pages en sirène. Avec ses sœurs sirènes Elizabeth et Miaka, elles ont une seule et horrible mission : nourrir l’Océan pour lui permettre de continuer à exister, sauvant alors le Monde entier.

Kahlen est une jeune fille très obéissante, prudente, j’irais même jusqu’à dire résignée au début du récit. Un tantinet rêveuse, ça n’est pas parce qu’elle se plie aux règles de l’Océan qu’elle n’ose pas rêver sa vie d’après ses cent ans au service de celle-ci. (l’Océan est ici présentée comme étant une entité féminine)
Alors qu’elle endure le rôle de sirène depuis environ 80 ans, elle rencontre Akinli, un jeune homme intelligent et attachant. J’ai beaucoup aimé Akinli qui est une personne très réfléchie et aux nombreuses facettes. (un genre de prince charmant ultra compréhensif)
Elizabeth et Miaka sont les soeurs sirènes de Kahlen. La première est la rebelle du groupe alors que la deuxième a une âme d’artiste extraordinaire. J’ai globalement apprécié ces deux personnages qui se montrent très solidaires avec Kahlen. Toutes les 3 sont attentionnées, compréhensives et attentives. Je trouve que le mot « sororité » est parfaitement adapté au groupe des sirènes qui se comportent effectivement comme de véritables sœurs entre elles.

De plus, fait important à souligner, Kahlen aime les livres !

Kiera Cass réinvente totalement le mythe des sirènes. Ne vous attendez pas à des queues de poissons ou des désirs de sortir de l’Océan comme dans le dessin animé La petite sirène. Ici, les sirènes vivent parmi les humains, marchant sur leurs deux jambes. Cependant, leur voix étant mortelle pour ceux-ci, elles se doivent de rester muettes pour garder le secret de leur existence. Pour communiquer avec les autres, elles sont donc parfois amenées à devoir écrire et j’ai trouvé cela très bien que ces passages écrits par Kahlen dans l’histoire soient également d’une police autre, simulant une écriture manuscrite, dans le livre.
J’ai aussi beaucoup aimé la personnification de l’Océan qui est désignée par » She » (« Elle ») et donc comme entité féminine et qui est décrite comme ayant une relation très intime, surtout avec Kahlen, comme s’il s’agissait de sa propre mère. D’ailleurs, l’Océan prend toujours une majuscule dans le récit tout comme les prénoms « La » désignant. J’ai trouvé que ça marquait le respect éprouvé devant cette entité décrite comme soutenant le monde à bout de bras.

Le résumé met beaucoup l’accent sur une certaine romance entre Kahlen et Akinli et pourtant, celle-ci est très loin d’être au premier plan. Vous ne tomberez pas dans la niaiserie avec The Siren. J’ai trouvé la romance bien amenée, pas trop rapide et surtout pas irréaliste. Kiera Cass met surtout l’accent sur le monde des sirènes, sur le fonctionnement de celles-ci et de l’Océan; et non pas sur la romance en elle-même qui passe totalement au second plan.

J’ai trouvé l’évolution de Kahlen au fil du récit vraiment très intéressante. Je la sentais plutôt éteinte au début du roman, comme en pilote automatique, comme si elle ne vivait pas réellement et ne faisait que suivre les règles. Sa rencontre avec Akinli la fait devenir une entité singulière, fait émerger une personnalité qui lui est propre et la fait vivre à nouveau. J’ai eu l’impression qu’elle se réveillait d’un long sommeil, qu’elle s’était mise en veille pendant 80 ans. Elle évolue cependant par la suite plutôt brutalement, comme si elle se rendait enfin compte du cauchemar que constitue sa situation actuelle. Son caractère change beaucoup.

Plusieurs formes d’amour sont développées dans ce roman. On a au premier plan l’amour fraternel, entre les soeurs sirènes mais aussi l’amour filial, entre l’Océan et les sirènes. La romance est vraiment au dernier plan.
L’attachement de Kahlen à sa famille formée par ses sœurs sirènes et sa mère Océan est très fort.

Comme je l’ai dit précédemment, l’intrigue se déroule vraiment en dehors de la romance, au sein même du mythe revisité des sirènes. J’ai adoré m’immiscer dans cet univers et mieux comprendre le fonctionnement et la vie de ces créatures. The Siren met en avant le thème de la différence et de l’envie de vivre comme les humains, tout comme on pouvait déjà le voir dans La petite sirène de Disney.
D’abord présentées comme extraordinaires et sans réelle faille, j’ai apprécié en découvrir finalement certaines avec Kahlen.

J’ai été personnellement très émue par le dénouement et la fin du livre, quitte à verser ma petite larme. J’ai trouvé que c’était une très belle fin et que les réflexions et actes de chaque protagoniste étaient très touchants.
Il y a un bon suspense, je n’avais pas tout deviné avant la fin.

En conclusion, The Siren est évidemment un livre que je vous conseille car malgré le fait qu’il était en anglais, je n’ai clairement pas pu le lâcher et l’ai dévoré en quelques jours. J’ai vraiment eu l’impression de lire un conte de fées très atypique qui m’a tenu en haleine et m’a beaucoup touché. J’ai aimé le fait que la romance ne soit pas au premier plan et que les différents types d’amour soient tous bien mis en avant avec des liens très forts entre les personnages.
J’ai clairement adoré et j’en redemande ! Il s’agit là d’un vrai coup de coeur pour moi !
Je vais vraiment continuer à suivre Kiera Cass de très près !

par Mayumi

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode