Livres
463 908
Membres
423 646

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-28T14:15:09+02:00

 Va chercher les jumeaux ! Elle aperçut soudain leur gros chat gris en train de faire sa toilette sur les marches de l’escalier. Philip l’avait baptisé Hemingway, mais tout le monde l’appelait Ernie. Se sentant persécutée, Gloria se dirigea vers lui, l’attrapa par la peau du cou et le déposa au-dehors. — Et toi aussi ! jeta-t-elle en refermant la porte. En vétéran rompu aux éruptions domestiques, Ernie réagit avec une dignité qui était l’apanage des ambassadeurs britanniques, des évêques de l’Église épiscopale et des chats. Il examina le porche, opta pour une place au soleil, tourna deux fois sur lui-même et s’installa pour une sieste

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-11T23:39:43+01:00

Ils étaient terrifiés, car entendre le bruit de son rire signifiait entendre la folie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-11T23:39:43+01:00

Il était la lumière et la beauté, et il était le mal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kyoana 2018-01-21T20:31:25+01:00

Sean sentait cette présence. Une terreur glacée l'étreignait. Il lutta pour obliger ses poumons à inhaler, afin de pouvoir crier, mais il était incapable d'émettre le moindre son. Il était impossible de bouger. Le temps cessa de s'écouler et il fut pris au piège dans un espace infini hors de toute mesure, pétrifié à l'idée que quelque chose attendait de l'autre côté de la pièce, une chose immobile, silencieuse, invisible, mais dont il percevait la présence grâce à une aura si glacée qu'elle lui figeait le coeur. Et cette présence ne se trouvait qu'à trois pas de lui. Les dents de Sean se mirent à claquer et ses mains tremblèrent lorsqu'il ramena la couverture sous son menton. Puis, avec un bruit qui n'était guère plus qu'un soupir étranglé, la chose dans le coin s'avança vers lui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Maks 2016-06-15T02:13:05+02:00

Ma chérie, nous sommes au xxe siècle, pour employer un cliché. Notre maison n’est quand même pas bâtie au-dessus d’un autel consacré à Cthulhu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-28T14:16:58+02:00

Bref, reprit-elle, nous sommes invités à la première. — Smoking de location et tout le tralala, je suppose. — En effet. A condition que Janet survive à la tournée en province. Allez, viens, beau brun, dit-elle en tirant son mari par le bras. Donne-moi un coup de main ; quand on contrôlera la situation, tu pourras aller chercher à manger chez McDonald ou ailleurs, et lorsque les enfants seront couchés, je te masserai le dos avant de te montrer certaines choses qu’on ne m’a pas apprises à Sainte-Geneviève. — Je m’en doutais, dit Phil en l’embrassant sur la joue. Dans toute écolière catholique irlandaise, il y a une fille de joie qui sommeille

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-28T14:16:36+02:00

 Je le sais, ma chérie, répondit Phil, mais tant que tu n’auras pas ton diplôme, il te faudra accepter mes prérogatives de père. (Il tendit une main pour lui caresser la joue.) Et un de ces jours, il y a un jeune crétin qui va venir t’enlever, Gabbie. On n’a pas été très souvent ensemble, je pensais qu’on aurait pu passer cet été en famille. Gabbie poussa un soupir de résignation et se laissa embrasser par son père, mais son mécontentement était évident. Gloria décida de changer de sujet. — J’aurais besoin d’un coup de main, dit-elle. Les elfes déménageurs sont en grève et les cartons ne vont pas se déballer tout seuls. Phil adressa un sourire à sa femme et hocha la tête lorsque Gabrielle poussa un grognement de désespoir en se dirigeant vers la maison

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-28T14:16:13+02:00

Ouvrant la contre-porte grillagée, elle descendit vers la cour, un large carré de terre nue délimité par la maison, quelques vieux pommiers sur sa gauche, le garage décrépit sur sa droite, et la grange également mal en point à cinquante mètres devant elle. Elle aperçut son mari en train de parler à sa fille près de la vieille bâtisse. Il ressemblait toujours à un prof de fac, pensa-t-elle, avec ses cheveux grisonnants, son front dégarni et son regard intense. Mais il avait un sourire à vous faire fondre, un sourire qui le faisait ressembler à un petit garçon. Puis elle remarqua que Gabrielle, sa belle-fille, était en pleine crise de bouderie et elle envisagea un instant de faire demi-tour. Elle savait que Phil venait d’apprendre à Gabbie qu’elle ne reverrait pas son cheval avant la fin de l’été

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-28T14:14:59+02:00

Ne recevant aucune réponse, elle quitta l’immense salle de séjour et appela son mari depuis le pied de l’escalier. Toujours rien. Elle emprunta l’étroit couloir pour se diriger vers la cuisine et poussa la porte battante. La pièce était orientée plein est, laissant pénétrer la lumière matinale par des fenêtres placées au-dessus de l’évier. Il ferait très chaud ici en juillet, mais les soirées seraient agréables une fois que portes et fenêtres auraient été ouvertes pour laisser entrer la brise. Du moins l’espérait-elle. Le sud de la Californie était peut-être une fournaise, mais, là-bas, la chaleur était sèche et les soirées d’une beauté extraordinaire. Mon Dieu, pensa-t-elle, que ne donnerais-je pas pour avoir un vrai patio et moitié moins d’humidité. Luttant contre ses regrets, elle tira sur son chemisier trempé de sueur et laissa l’air la rafraîchir pendant qu’elle appelait de nouveau son mari

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-08-27T09:03:20+02:00

Barney Doyle était assis devant son établi en désordre et tentait, pour la quatrième fois en sept ans, de réparer l’antique tondeuse d’Olaf Andersen. Il avait démonté le cylindre et envisageait sérieusement de faire donner l’extrême-onction à la machine – ce que les bons pères de l’église de Sainte-Catherine désapprouveraient sûrement. La tête du cylindre était fêlée – c’était pour ça qu’Olaf ne pouvait pas mettre l’appareil en marche – et sa chemise avait l’épaisseur d’une feuille de papier, du fait de l’usure et d’une précédente réparation. Andersen serait mieux inspiré d’investir dans une Toro électrique, avec cloches et sifflets incorporés, et de laisser cette ruine rouiller en paix. Barney savait qu’Olaf ferait tout un foin s’il lui fallait acheter un nouvel engin, mais c’était son problème. Il savait aussi que s’il réussissait à se faire payer après avoir émis une telle opinion, cela tiendrait du miracle. Toutes les parties concernées seraient bien plus satisfaites si Barney parvenait à convaincre cette machine agonisante de travailler un dernier été. Il se mit à aiguiser les lames d’un geste automatique tout en réfléchissant au problème. Il pouvait encore tenter un coup. Un joint de bonne taille ferait l’affaire – et il réparerait la fêlure au moyen d’une soudure. Cela suffirait amplement. Mais, s’il échouait, il aurait perdu à la fois son temps et l’argent des pièces de rechange. Non, finit-il par décider, mieux valait dire à Andersen de se préparer à un enterrement.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode