Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
Arweenkay Diamant
Note : 10/10
J'ai du lire cette oeuvre pour un cour de français et je ne regrette pas! Je l'ai même lu deux fois tellement il m'as plu.Tout est parfait, du personnage principal et se qui lui arrive au endroit et au gens qu'il rencontre.
Par le Editer
MilieP Bronze
Note : 8/10
Très bon livre classique avec une dystopie parfaitement mis en scène !
Par le Editer
Doudouneweek Argent
Note : 6/10
Lecture plaisante pour se plonger dans l'histoire
Par le Editer
Revu et légerement déçu. Si l'idée est incroyable, le livre laisse un sentiment d'inaboutissement notamment dans sa partie finale. Cependant le roman est vraiment simple à lire.
Par le Editer
julisa Lu aussi
Note : 9/10
Un livre culte qu'il me fallait lire absolument, et c'est chose faite ! Et j'en suis ravie ! Voici une bonne lecture !
Par le Editer
Alohomora Argent
Note : 8/10
Ce roman écrit pourtant dans les années 50 est terriblement d'actualité et c'est ce qui le rend encore plus glaçant. Si nous ne prenons pas garde à notre liberté d'expression, Ray Bradbury nous dresse un tableau très réaliste de ce que pourrait devenir notre monde. J'ai adoré son écriture très métaphorique et poétique mais également tous les messages que délivrent le roman sur les livres, sur la liberté et sur la nécessité de se rendre compte de la chance que nous avons. Je conseille fortement cette lecture !
Par le Editer
lectrice_19 Bronze
Note : 8/10
C'est vraiment une histoire palpitante ! Surtout que les pompiers allument des feus plutôt que de les éteindre... Mais dans l'ensemble c'est une bonne lecture !!
Par le Editer
Stupefix Bronze
Note : 8/10
C'est la première fois que j'avais autant envie de lire un livre dans le cadre scolaire. Il faut dire que je connaissais Fahrenheit 451 de réputation (aurai-je finalement de la culture ?) et le résumé m'avait toujours plu. Est-ce que mes attentes ont été comblées ? C'est une question délicate.

D'une part, j'ai été amèrement surprise de la distance qu'on mettait entre le lecteur et le personnage principal. On ne connait rien de lui, mis à part qu'il est pompier et qu'il a une femme. Je comprends que le fait qu'il est censé être comme tout le monde et qu'ils ont tous les mêmes hobbies (peut-on appelés ça des hobbies ? J'appellerais ça des passes-temps horrifiques plutôt) mais je sais que pour qu'une lecture me plaise au maximum, mon coeur doit être avec le personnage. Et malheureusement, mon coeur n'y était pas

Enfin, le récit est bien mené et la plume de l'auteur est agréable, bien que des fois j'ai eu l'impression que ça traîne un peu en longueur. Mais surtout, le thème est horriblement actuel. Il a été écrit en 1953 pourtant, on aurait pu espérer qu'il fasse bouger les choses, mais apparemment pas tant que ça. C'en est révoltant.

Ce livre pousse quand même beaucoup à la réflexion grâce aux autres personnages, avec Minnie par exemple, ce que j'ai trouvé très intéressant.

Bref, Fahrenheit 451 est un roman qui doit être lu et qui m'a plu, mais je crois que j'attendais autre chose.
Par le Editer
Isallya Diamant
Note : 9/10
J'ai vraiment beaucoup apprécié ce livre.
D'abord parce que je l'ai retrouvé remarquable (et effrayant) de pertinence dans les réflexions que Ray Bradbury expose quant au rôle des livres et à la dégradation globale d'une société fictive, mais qui m'a semblé faire totalement écho à celle réelle.
Mais aussi parce que la plume de l'auteur m'a vraiment plu : très poétique par moments (j'ai rarement vu un livre comporter autant de métaphores, surtout qu'il est court), on a de fait parfois du mal à saisir ce que veut dire Bradbury. J'ai dû relire certains passages, mais avec un peu de concentration tout devient plus clair.

En bref, un livre totalement d'actualité même s'il a été publié au siècle dernier. Le rythme est assez lent mais est nécessaire pour bien poser toutes les problématiques voulues, et de fait ça ne m'a pas dérangée. Je regrette seulement ne fin un peu trop abrupte : quelques pages en plus ne m'auraient pas déplu...
Par le Editer
RMarMat Or
Note : 9/10
Lu déjà 3 ou 4 foi, ce roman me procure toujours autant de frissons et de réflexions face à tous les totalitarismes que nos sociétés peuvent si facilement engendrés.
Par un récit rythmé et dynamique, Ray Bradbury imagine un pays où les pompiers n’éteignent pas les feux mais au contraire, s’en servent pour procéder à de spectaculaires autodafés répressives et exemplaire. C’est dans ce contexte qu’un pompier Montag viendra à sauver un livre, puis deux, à les lire. La rencontre avec Clarisse, la vision d’une femme s’immolant avec ses livre précipiteront un cheminement intérieur et éloquent sur le totalitarisme, la censure et qui le pousseront à la dissidence, puis à la fuite.
Classé roman de science fiction et/ou d’anticipation, Fahrenheit 451 résonne toujours aussi juste, aussi fort aujourd’hui qu’en 1951 année de sa parution. Ray Bradbury aurait été un prophète. Il sera lanceur d’alerte demain. Il est en tout cas le voyant rouge de nos sociétés contemporaines en dénonçant le fossé entre l’homme et ses racines ; les difficultés à concilier bonheur et progrès et surtout l’impérialisme des médias. Il révèle les effets perverses du déferlement incessant des images et de leurs bruits annihilant le temps de la réflexion individuel, son libre arbitre et le débat… tandis que les guerres enflamment toujours un trop grand nombre de pays, tandis que de trop nombreux pays enflamment des ouvrages supposés subversifs.
Une société libre et humaniste ne serait se passer de livre, ni d’écrivain. Alors comme nous le rappelle Jacques Chambon « Il y a plus d'une façon de brûler un livre, l'une d'elle, peut-être la plus radicale, étant de rendre les gens incapables de lire par atrophie de tout intérêt pour la chose littéraire, paresse mentale ou simple désinformation. » Lire et relire Fahrenheit 451 est donc un vaccin nécessaire (et sans adjuvant !)

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.