Livres
458 337
Membres
411 539

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Fais de moi la colère



Description ajoutée par x-Key 2018-06-06T13:51:21+02:00

Résumé

Sur les bords du lac Leman, la jeune Ismaëlle va se lancer dans une pêche extraordinaire. Quel est ce nouveau Léviathan qui hante les profondeurs du lac ? Un récit puissant et halluciné sur le désir sous toutes ses formes.

Le jour où son père, pêcheur de longue date, se noie, Ismaëlle se retrouve seule. Seule, vertigineusement, avec pour legs un métier d’homme et une chair de jeune fille.

Mais très vite, sur le lac franco-suisse, d’autres corps se mettent à flotter. Des morts nus, anonymes, par dizaines, par centaines, venus d’on ne sait où — remontés des profondeurs de la fosse.

C’est en ces circonstances qu’Ismaëlle croisera Ezéchiel, fils d’un « Ogre » africain, qui a traversé les guerres du continent noir et vient sur ces rives affronter une Bête mystérieuse.

Fais de moi la colère est le récit halluciné, à deux voix, de leur rencontre, et de la partie de pêche qu’ils vont mener — échos lointains de Moby Dick. Une partie de pêche où le désir, la convoitise, le blanchiment, les génocides, sont autant de Léviathans. Mais où la joie, comme les larmes, pourra gonfler les ventres.

(Source : Les Escales)

Afficher en entier

Classement en biblio - 7 lecteurs


Commentaire video

Vidéo ajoutée par Mayumi 2018-09-13T10:28:12+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Mayumi 2018-09-13T10:25:02+02:00
Or

Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/fais-de-moi-la-colere-de-vincent-villeminot/

Une prose métaphorique sur fond de Moby Dick…

Cette histoire est constituée d’un récit à deux voix, en monologue et dialogue. D’abord, nous avons Ismaëlle, fille de pêcheur orpheline, qui se retrouve confrontée à la malveillance des hommes alors que son corps de femme se développe. Et puis, nous suivons Ezéchiel, fils d’un dictateur africain qui a traversé les guerres et est venu combattre « la Bête » semblant être tapie dans le la Léman. En effet, depuis quelques temps, des cadavres par centaines remontent à la surface du lac…

Les métaphores s’enchaînent au gré de ce roman. Les événements racontés sont bien souvent idéationnels et, de ce fait, porteurs d’une charge symbolique importante. On retrouve aussi plusieurs allusions à Moby Dick.

De plus, on s’aperçoit alors au fur et à mesure, que le plus gros fléau pour l’Homme est l’Homme lui-même et que cette « Bête » n’est pas tant un Léviathan mangeur d’Hommes tapis au fond du lac Léman, qu’un danger sommeillant dans le ventre des Hommes sous le nom d’envie, de convoitise, de désir de posséder, de « greed ».

On évoque aussi plusieurs thèmes importants, plusieurs fléaux comme le blanchiment d’argent, les génocides, les guerres…

J’ai vraiment eu l’impression de déchiffrer un long poème contant une quête lourde de symboles se révélant au fur et à mesure. Certains passages étaient tellement lourds de sens que j’ai même du les relire à voix haute. Les paragraphes sont très espacés au gré des idées, et l’on enchaîne les pages rapidement, car parfois uniquement traversées par quelques lignes qui suffisent à nous embarquer…

Cependant, j’avoue bien sur avoir été quelque peu déroutée à certains moments par ma lecture et je pense que ce roman devrait d’ailleurs faire l’objet d’une analyse bien plus fine au bout de plusieurs relectures. Je me suis souvent perdue, me demandant où l’auteur voulait vraiment en venir, pour mieux comprendre quelques phrases plus tard. Je ne peux d’ailleurs que saluer le travail de Vincent Villeminot qui a très certainement du retravailler encore et encore ses phrases, ses allusions, ses métaphores. J’ai eu pleinement conscience qu’il s’agissait là du travail d’une vie, de l’issue de nombreuses années de travail et de reformulations.

C’est pour cela que je souhaite aussi avertir les habitués de cet auteur : nous sommes à des années lumières de ses habituels romans pour jeunes adultes. Le style est particulier et bien moins accessible que ses précédents romans, il n’a strictement rien à voir en vérité !

Fais de moi la colère est une prose réflexive intense aux symboles lourds de sens. J’ai parfois lu et relu à voix haute certains paragraphes empreints de métaphores importantes. Il s’agit là d’un conte métaphorique sur les pires léviathans de l’histoire : les Hommes épris d’envie et de convoitise. Cette partie de pêche est loin d’être ordinaire, mais elle n’est pas non plus dénuée d’amour et de joie à en faire grossir les ventres…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christele-1 2018-09-01T14:30:53+02:00
Or

Je suis partie sans aucun à priori dans la lecture de « Fais de moi la colère » de Vincent Villeminot puisque je ne le connaissais pas en auteur jeunesse. J’ai été surprise, décontenancée et pour tout dire pas mal chamboulée par ce récit mais surtout je l’ai lu d’une traite et j’ai ai apprécié chaque ligne.

Suite à la noyade de son père, la jeune Ismaëlle se retrouve seule au monde et décide de reprendre cette activité d’homme pour assurer sa survie. Elle part pêcher sur le Lac Léman mais très vite des corps remontent des profondeurs, de plus en plus nombreux, nus, anonymes, ils envahissent le Lac sans que l’on sache pourquoi et d’où ils viennent.

Puis vient la rencontre avec le grand, beau et noir ébène Ezéchiel, fils de l’Ogre. Il arrive d’Afrique où il a combattu sur fond de génocide, pour affronter Mammon la bête tapie dans le lac. Entre ces deux là, la relation n’est pas simple du désir exacerbé, du rejet, de la peur, de l’attirance aussi. Ensemble, ils partiront chasser la bête.

Comment ne pas être sous le charme tant de l’écriture que du récit qui nous est proposé. C’est fort et puissant sans aucune concession. Le langage y est engagé, rude parfois violent et pourtant il y a aussi une poésie, un lyrisme, une sensualité qui nous emporte dans tout ce que l’être humain peut avoir de mauvais. Le roman se partage entre la narration d’Ismaëlle et celle d’Ezéchiel, en chapitres bref sous forme tantôt de dialogue ou bien de monologue. Le mot « Greed » est souvent employé, il veut dire avidité en anglais aussi il nous permet de mieux cerner le pourquoi, ce qui motive les hommes profondément et le constat n’est pas joli. Ezéchiel a vécu la violence d’un père dictateur et les horreurs de la guerre, Ismaëlle la perte de ses deux parents, le jugement et la désapprobation de la communauté. Comme une évidence dans leur rencontre, une symbiose créatrice et un côté éphémère qui rend tout cela précieux. Bonne lecture.

Afficher en entier

Date de sortie

Fais de moi la colère

  • France : 2018-08-30 (Français)

Activité récente

Mayumi le place en liste or
2018-09-13T10:22:37+02:00

Les chiffres

Lecteurs 7
Commentaires 2
Extraits 0
Evaluations 1
Note globale 4 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode