Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de FaithAlice : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Mein Kampf Mein Kampf
Adolf Hitler   
Lettre ouverte à Dolfi :


Cher monsieur,

J'ai tout d'abord hésité à mettre un "e" à la fin de "cher" et ainsi à féminiser votre personne au lieu de la laisser telle qu'elle. Je vous explique : vous avez tout d'une adolescente prépubère. Vous aimez clamer que vous êtes un artiste et faire ainsi de votre personne le nombril du monde. Vous aimez vous entourer de beaux mâles si possible musclés pour assurer votre protection. Vous aimez clamer haut et fort que vous avez raison et que tous les autres ont tort. Vous aimez vous défouler sur les juifs comme une peste populaire choisissant une tête de turc parmi ses camarades. Vous aimez vous faire passer pour une victime, et cracher sur tous les autres peuples. Vous aimez vous comporter comme tel(le), et moi, je ne vous aime pas.
J'ai voulu lire votre livre parce que, ne le nions pas, c'est le livre interdit par excellence. Et puis, combien de personnes l'ont déjà lu pour pouvoir se targuer de l'avoir fait, même si pour ce faire, il faut se fader 1010 pages d'un indigeste qui frise l'illicite.
Vous vous vantez de savoir parler. Je n'en suis pas si sûre. Le peu que j'ai vu de vous, baragouinait sur de pauvres allemands, victimes de l'espoir. Et croyez moi, la langue de Goethe n'a absolument rien de captivant, ça tape plutôt sur les nerfs, d'une force... Enfin. Vous vous targuez de savoir parler. A la rigueur, je veux bien vous le concéder. Mais ne venez pas prétendre savoir écrire. Les bons écrivains, les "endoctrineurs" par excellence sont ceux qui parviennent à faire adhérer à leur point de vue, le plus récalcitrant de tous ses lecteurs. Je peux honnêtement dire que j'étais la récalcitrance même, et, après 1010 pages, la seule chose dont je suis convaincue est soit que vous étiez une fille, soit un gay refoulé.
Devrais-je présenter du respect ? A qui ? A un homme qui dépeint ses semblables comme des animaux, qui critique un gouvernement qu'il ne comprend pas, qui se vante d'être un intellectuel sans avoir terminé son cursus scolaire, et surtout, surtout, qui mène une croisade contre chaque être humain qui aura le malheur de blesser son égo titanesque ? Mais monsieur, si tout le monde était comme vous, ou si juste moi, j'étais comme vous, je ferais la guerre à la Turquie à cause d'un désaccord avec une amie turque, je ferais la guerre aux Pays-Bas parce que le chef du gouvernement français s'appelle Hollande, je ferais la guerre à l'Afrique du sud parce que mon voisin du dessous laisse entrer n'importe qui pour mettre des prospectus dans ma boite aux lettres !
Au bout d'un moment, faut penser à dégonfler le melon ! Vous êtes l'être le plus détestable et susceptible que cette terre ait jamais porté ! Même une gamine capricieuse de 5 ans ne saurait vous égaler !
Et en plus, vous écrivez mal. C'est pas parce que vous avez 3 bonnes métaphores toutes les 315 pages que cela fait de vous un écrivain. Vos phrases sont lourdes, désagréables, prétentieuses à l'excès, et d'un ennui considérable. Est-ce là le livre d'une génération ? D'un mouvement politico-raciste ? Est-ce là le livre qui a déchaîné les foules et vous as apporté des millions de partisans ? Permettez moi l'inconvenance : mais bordel de merde, ne vous êtes vous juste pas demandé à un moment donné pourquoi ? Pour votre écriture ? Non. Vous avez juste eut la chance incroyable, comme on dit chez moi, le cul bordé de nouilles, de trouver des gens, qui après avoir été terrassés par une guerre mondiale, se sont mis à la recherche d'un guide, d'une personne qui pouvait pointer du doigt un prétendu coupable sur lequel pourrait alors se reporter toute la haine d'un peuple. Ce n'est pas vous qu'on recherchait monsieur, c'était une révolution.
Néanmoins, je suis fière de l'avoir lu, d'avoir réussi à me fader toutes les pages, dont je n'ai parfois lus que quelques paragraphes. Je pourrais dire que j'ai lu Mein Kampf. Mais je ne pourrais jamais le recommander à qui que ce soit. C'est un torchon, un chiffon, le journal d'un homme ennuyé et ennuyant dont le succès me laisse encore perplexe et dégoûtée.

Veuillez recevoir monsieur, l'expression de mon crachat sur votre tombe.

Bien à vous.
L.

par vagabonde
La Femme d'un homme La Femme d'un homme
A.S.A Harrison   
Un livre qui aurait pu être bien, mais hélas l'auteur ne vas pas jusqu'au bout des choses je trouve. Au moment où l'on veut en savoir un peu plus, qu'elle laisse le lecteur dans l'attente, le suspens, elle arrête tout et passe à autre chose...
A la poursuite des Slans A la poursuite des Slans
Alfred Elton Van Vogt   
J'ai adoré ce livre qui m'a probablement converti à la SF quand j'étais ado (ce qui commence à faire loin). A la réflexion si on critique la violence des humains "normaux" qui luttent contre ce qu'ils voient comme une menace (un être supérieur qui veut les supplanter), on passe un peu facilement sur l'être supérieur qui veut en effet dominer même si c'est de façon paternaliste et "pour le plus grand bien de tous", thème repris de façon intéressante dans le tôme 7 de Harry Potter par JK Rowling quand elle décrit les "erreurs de jeunesse" de Dumbledore
L'empire de l'atome L'empire de l'atome
Alfred Elton Van Vogt   
C'est un excellent livre qui contient plusieurs messages. C'est aussi un mélange des genres, de la science-fiction comme on l'aime. A lire
Radix Radix
A. A. Attanasio   
L'évocation complètement hallucinée d'une Amérique du Nord devenue largement désertique après un cataclysme, dont on ne sait d'abord pas trop la nature et qu'on peut dans un premier temps supposer nucléaire.
La société humaine locale tente d'assurer sa propre survie, obsédée d'eugénisme dans un environnement où les mutations plus ou moins visibles sont la norme plus que l'exception.
Sur les franges, des regroupements de ce qui semblent être à première vue des originaux et des marginaux pour la plupart trop mutés, mais dont l'unité culturelle et les rites (Amérindiens ? Beaucoup plus étranges ?) laissent peu à peu soupçonner tout autre chose.

La pureté exceptionnelle de son patrimoine génétique est à l'ouverture du roman la seule qualité du protagoniste (si l'on peut l'appeler ainsi en l'absence de tout mérite de sa part), avec une certaine intelligence vindicative. De cette loque les événements et certaines rencontres, puis finalement sa propre volonté vont faire tout autre chose.

Après un grand feu d'artifice presque ininterrompu de lieux, créatures [spoiler]extraterrestres d'une assez grande originalité en particulier[/spoiler], scènes et personnages mémorables, la fin un peu trop à la sauce «tuer le grand méchant» est en partie décevante.

par Aude
La saison du péché La saison du péché
Adrienne Basso   
http://leslecturesdeveralice.blogspot.com

C'est peu de dire que je suis déçue... J'ai même eu du mal à terminer ce roman, mais je suis quand même arrivée au bout.
Je veux bien lire des romances, détente, évasion, tout ça,... Mais qu'on m'y promène sur des chemins un peu plus ondoyants, et pas sur des autoroutes bitumées et marquées de grosses lignes blanches !
Dans le même thème, lisez donc Frissons interdits de Kleypas, autrement mieux écrit, spirituel et passionné, que ce pudding de Noël. C'est pas gentil de dire ça, mais c'était trop facile, je n'ai pas pu résister...
-> Avis plus développé sur mon blog...

par everalice
Le prix de la peur Le prix de la peur
Chris Carter   
Chris carter auteur que je ne connaissais pas, mais combien j’ai apprécié. Le prix de la peur est un tueur en série très dur avec ses victimes. Âme sensible s’abstenir car les scènes de crime sont très explicites chapitres très courts donc on lit à 100 à l’heure. L’histoire Robert Hunter et Carlos Garcia police du département de la SSH enquête sur le meurtre d’un prêtre Le père Fabian un prêtre sans histoire c’est ce que nous pensons mais… fait inusité la victime a un numéro sur la poitrine donc on pense qu’il aura d’autre meurtres et effectivement il en a d’autre. Donc un livre prenant qu’on ne lâche pas avant de savoir le dénouement.

par goretti
La marque du tueur La marque du tueur
Chris Carter   
bon mais pas palpitant j'ai préféré le deuxième tome de la série rob hunter. mais un écrivain à suivre.

par goretti
L'Aliéniste L'Aliéniste
Caleb Carr   
ce roman est génial!! je suis tombé sur ce livre par hasard mais je ne l'ai plus laché une fois commencé!! la psychiatrie étudié dans ce livre est trés intéressante.

par AudreyV
Séquestrée Séquestrée
Chevy Stevens   
Séquestré est mon premier roman de Chevy Stevens et je dois dire que c'est une vraie petite perle ! J'ai eu un énorme coup de cœur pour ce bouquin.
Dés les premières pages j'ai été prise dans l'histoire. Le choix narratif est excellent et le langage ainsi que le caractère du personnage ( qui est très attachante au passage ), ne font que renforcer la bonne décision prise par l'auteur. En effet, la narration à la première du singulier nous permet de mieux ressentir les émotions d'Annie. On suit son histoire à travers les séances qu'elle a suivit chez son psy ( dont l'identité reste mystérieuse tout au long de l'histoire ) et décrit détails par détails ce qu'il lui est arrivé, ce qu'elle a ressentit.
Ce livre est ultra réaliste et très dramatique. Je n'ai eu cesse de soupçonner tout le monde au fur et à mesure. [spoiler]Et je n'aurais jamais cru que la personne derrière tout ça était sa mère... Ces justifications m'ont donner envie de la gifler, de l'étrangler, de l'égorger ! [/spoiler]
Le gros point fort dans ce livre ce joue vraiment dans les sentiments. Nous comprenons la douleur d'Annie mais aussi ceux des autres personnes. Sa mésaventure l'a non seulement détruit de l'intérieur mais nous découvrons aussi que ses proches et même ceux qui l'entoure ont aussi été affecté par l’événement. Nous ressentons donc les sentiments de tous.
Un autre point fort du livre. C'est évidemment la fin. Wholala quelle fin surprenante ! Je ne m'étais même pas rendu compte que je tournais la dernière page du livre... C'était inattendu et assez touchant : [spoiler]L'identité de son bébé qui été restée secrète jusqu'à la fin est dévoilée à la dernière ligne ! "Espérance" telle est son prénom. C'est en plus significatif ! [/spoiler]

Séquestrée est un énorme coup de cœur pour moi. J'ai ressentit de la pitié [spoiler]Non envers Annie mais envers sa mère et non parce que j'avais de la peine pour elle mais plutôt parce qu'elle était tombé bien bas pour faire ce genre de choses...[/spoiler], de la compassion, de l'empathie, de la colère et de la haine. Pour tout fan de polar psychologique, je le recommande vivement.