Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Fan2lire91 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Après Nous, Tome 1 : Au commencement Après Nous, Tome 1 : Au commencement
Myra Eljundir   
Un roman très sombre !! Il devrait d'ailleurs y avoir un avertissement. C'est rare mais je n'ai apprécié aucun des personnages tous plus sombres et malades mentaux les uns que les autres. Le style de l'auteur ne m'a pas plu car on passe d'une narration à une autre sans transition bien précise. Je déconseille ce livre car il renferme des idées vraiment noir et surtout pour des lecteurs à l'esprit maléables.

par Galop32
Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas
Tahereh Mafi   
Bon, je me prépare au déluge de votes négatifs qui vont accompagner ma review car beaucoup de personnes n'apprécient pas de voir certains d'entre nous avoir un avis différent (personnellement je crois encore à liberté d'expression, désolée), or ce qui est sur c'est que contrairement à l'ensemble des bloggeurs qui semblent avoir été en admiration à la lecture de ce bouquin ça n'a pas du tout été mon cas. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé, cependant il y a beaucoup de choses qui m'ont déplu/interpellée.

Le concept de l'histoire est intéressant. Juliette, 17 ans, possède un don particulier. Lorsqu'elle touche une personne elle se nourrie de son énergie jusqu'à la tuer, et elle ne contrôle pas du tout cette particularité. Enfermée dans une asile depuis plusieurs années, elle est en isolation jusqu'au jour où on lui donne un compagnon de cellule : Adam. Cependant ce que Juliette ignore c'est que ce don, qu'elle considère comme une malédiction, est convoité; principalement par Warner, un chef de ceux qui se nomment The Reestablishment et qui ont peu à peu prit contrôle du monde dans lequel le roman se situe.

Cependant le monde dystopique passe au second plan et elle complètement obscurci par l'enchaînement de métaphores que l'auteur nous balance au fil du récit. Parce que ce qu'il faut comprendre lorsque tous les reviewers disent que Tahereh Mafi a un style d'écriture très différent de ce qu'on a l'habitude de croiser, c'est qu'ils ne mentent pas. Et sincèrement je pense que c'est le genre d'écriture que vous adorez ou détestez, y'a pas vraiment de juste milieu. Pour ma part j'ai trouvé que c'était un gros point faible au bouquin car ce style m'a vraiment tapé sur les nerfs, surtout toute la première partie de ma lecture. La ponctuation est très particulière (voir carrément absente à certains moments), les pensées que Juliette n'ose pas avoir sont balancées au milieu de la narration et raturées, et comme je l'ai dit on va de métaphore en gros imbroglio de mots qui se suivent (avec parfois des suites de cinq ou six fois le même mot ce qui arrange encore moins les choses) et qui finissent par ne plus avoir de sens. En gros, le style d'écriture est très frustrant et j'ai trouvé qu'il gênait énormément le récit à certains moments. Alors oui, je veux bien que ça s'arrange au fil des pages et du rétablissement mental et social de Juliette (faute d'autre terme), mais c'est vraiment dur de passer toute la première moitié du bouquin à cause de ça. Il y a vraiment des moments où ça me démangeait de choper un stylo et de mettre des virgules, des points, et du correcteur sur les répétitions (je vous rassure je ne l'ai pas fait, c'est pas demain que je me mettrais à profaner un de mes livres même si la tentation était grande avec celui-ci).

Toutefois la seconde partie du roman est beaucoup intéressante et beaucoup plus vivante. [spoiler]En fait les choses ont commencés à vraiment capturer mon intérêt lorsque Adam et Juliette s'échappent.[/spoiler] La fin offre de bonnes possibilités pour la suite, maintenant à savoir si l'auteur saura les exploiter. Je réserve mon jugement sur le second tome, je ne sais pas encore si je le lirais. Je crois que j'attendrais d'avoir un résumé et des extraits (histoire de voir si le style se stabilise un peu plus ou si on repart dans un méli-mélo sans sens). C'est vraiment dommage car le thème de l’histoire en lui-même est intéressant et les bases qu'offre cette fin promettent beaucoup.

Pour ceux qui seraient intéressés par la traduction Française, le livre sortira chez Michel Lafon mais il n'y a pas encore de date précise à ce que j'ai pu voir (à l'origine le livre était annoncé pour courant 2012). Sincèrement, sans vouloir être défaitiste, j'ai peur de ce que la traduction va donner... ça risque de rendre la lecture encore plus pénible. J’attendais beaucoup de ce roman, surtout avec l’avalanche de reviews élogieuses, mais je crois pouvoir dire que ça a été finalement une déception pour moi.

par Althea
Céleste, Tome 1: Céleste Céleste, Tome 1: Céleste
Cynthia Hand   
une très bonne surprise que ce roman. Premier tome d'une série, il nous propose un monde intéressant.
Les personnages sont complexes et on devine des motivations sous-jacentes.
L'écriture est fluide, accessible. Le scénario intéressant.
comment faire lorsque vous avez la sensation de devoir aimer quelqu'un sauf qu'aucun de vous ne ressent d'amour, et pire, que vous en pincez pour un autre ?
Plus de questions que de réponses, mais un début très prometteur, pour un roman addictif

par Ceinwèn
La Trilogie des gemmes, Tome 1 : Rouge rubis La Trilogie des gemmes, Tome 1 : Rouge rubis
Kerstin Gier   
Bon sang je ne pouvais plus m'arrêter de lire ! J'ai été totalement transportée par cette histoire, par les personnages et par l'intrigue ! C'est bien écrit, bien décrit, on ressent vraiment bien la chose ! J'aime beaucoup cette mystérieuse histoire de Paul et Lucy même si à la fin, ça s'éclairci quelque peu... Concernant Gideon je reste sceptique, même en ayant lu la fin. Je suis comme Paul, je ne lui fais pas entièrement confiance !

par takiko
Sinners, Tome 1 : Branded Sinners, Tome 1 : Branded
Missy Kalicicki    Abi Ketner   
"Il y a 50 ans, le Commandant pris le pouvoir, et élimina tous ceux qui s'opposèrent à lui.Dans son esprit tordu, les 7 pêchés capitaux étaient la cause de la chute de la société. Il créa le "TROU" où les pécheurs sont marqués selon leurs péchés et peuvent survivre quelques années. Au mieux.
Maintenant la luxure entoure mon cou comme des doigts bleus prêts à m'étrangler. J'ai été accusée d'un crime que je n'ai pas commis et à présent le "TROU" est ma maison.
OBSCURITÉ. MORT. VIOLENCE. SOUFFRANCE.
Aujourd'hui, chaque jour est un combat pour ma survie. Mais je ne mourrai pas, je ne les laisserai pas gagner.
Le "TROU" ne peut me garder. Le "trou" ne peut me briser
Je suis plus qu'une marque, je suis une battante.
Mon nom est Lexi Hamilton, et ceci est mon histoire"



Voila c'est fini ... Je viens de terminer BRANDED et WOW ce livre m'a beaucoup plu ! Il a un côté très addictif, autant vous dire que pour que je le lâche c'était la croix et la bannière ! Il mérite vraiment d'être connu davantage !
J'ai beaucoup apprécié Lexi,l’héroïne, elle a un côté très humain, une personnalité très réaliste avec ses peurs, ses faiblesses, ses doutes, ... ect . Ce n'est pas une casse-cou, au début de l'histoire elle subit un peu son sort mais on la découvre beaucoup plus combative par la suite, elle assume son rôle et malgré la situation "délicate" elle ne se dégonfle pas. Je me suis attachée à elle parce que je la comprenais (excepté pour le "choix" qu'elle fait au 2/3 du bouquin, qui m'a surprise et je dois l'avouer un peu déçue et agacée, mais ça n'a duré qu'un petit moment, car j'ai ensuite compris pourquoi elle avait pris cette décision).
Cole est un très bon personnage lui aussi, on retrouve le schéma du "BOOK BOY" ... Beau à tomber, fort, protecteur,... J'arrête là je ne vais pas révéler tous ses aspects.
(J'ai adoré le fait qu'un animal soit au milieu de tout ça, j'aime les animaux et celui ci est particulièrement attachant!)
Ce monde n'est pas très complexe, on retrouve les éléments de base d'une dystopie : La dictature, la crainte, la surveillance constante, les inégalités, les injustices, l'atmosphère inquiétant, ... Et évidement : une rébellion qui se prépare (je ne vous spoile pas car c'est assez évident dés le début qu'on va y avoir droit) L'originalité est dans le système de "marquage" . Chaque individu ayant enfreint une règle/commis un crime, se retrouve marqué par un tatouage autour du cou, chaque couleur correspondant à un péché :
BLEU : LUXURE
ORANGE : GOURMANDISE
JAUNE : CUPIDITÉ
NOIR : PARESSE
ROUGE : COLERE
VERT : ENVIE
VIOLET : ORGUEIL
J'ai d'abord pensé que cette classification n'avait pas trop d’intérêt mais on apprend par la suite qu'elle a été instaurée par le Commandant qui est un personnage pas très saint d'esprit, et que c'était la raison pour laquelle les "pécheurs" étaient envoyés au "TROU" (ceci explique cela). C'est un élément spécifique du roman et j'espère qu'on en apprendra plus sur ce système par la suite ...
Au début, l'histoire est plutôt basée sur la relation entre les personnages, ce n'est que vers les 2/3 qu'on en apprend plus sur la rébellion, le rôle et le passé de Lexi,... Certaines des questions qu'on a pu se poser trouvent des réponses, d'autres restent encore en suspens, mais je suppose qu'on en saura plus avec les suites.
Les scènes sont décrites avec beaucoup de réalisme, c'est pour moi un gros PLUS pour ce bouquin. C'est parfois un peu gore, mais au moins c'est concret.
J'ai été très émue par certains passages, je ne peux pas rentrer dans les détails sans vous spoiler alors je n'en dis pas plus, mais ça m'a fait m'attacher encore plus au livre.
La relation COLEXI est attendrissante (parfois très réaliste, parfois légèrement exagérée/rapide)
Branded a certes quelques défauts mais ça ne m'a pas empêché d'apprécier ma lecture (et puis quel livre est parfait à 100%?).
Je vous le recommande pour son histoire, pour ses personnages, pour son univers, pour l'écriture aussi qui est assez simple donc facilement compréhensible pour les gens comme moi qui ont un niveau correct en Anglais, mais ne sont pas bilingues. Comme j'en discutais avec une des auteurs : ce n'est pas DIVERGENTE ce n'est HUNGER GAMES c'est BRANDED,c'est différent et je le répète ça mérite vraiment d’être connu !
La prophétie du paladin, Tome 1 La prophétie du paladin, Tome 1
Mark Frost   
WOAH !!!
Un mélange d'Harry Potter et de Percy Jackson ! Quoi de mieux ?
J'ai agréablement aimé ma lecture de ce livre génial !
Il y a de l'aventure, du mystère, du fantastique, de l'action, bref, j'ai adoré !
Will est un personnage comme je les aime ! Frimeur, arrogant quelquefois beau parleur. Il est tellement cool et parfois très drôle.
Il y a eu des petits moments où que je me suis ennuyé lourdement, mais vers la fin, c'est davantage meilleur !
Si vous avez aimé Harry Potter, Percy Jackson, Night School. Croyez-moi que vous serez accro à la prophétie du paladin !
J'ai tellement hâte au tome 2.

par Aveeno
Marquer les ombres, Tome 1 Marquer les ombres, Tome 1
Veronica Roth   
«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.
Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.
Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...
Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.
Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!
D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?
C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.
Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"
Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.
Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.
Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^
Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.
Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)
Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.
(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)
Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.
Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.
Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺
BREF.
Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.
Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.
Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺
J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).
Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.
[spoiler]Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?[/spoiler]

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture. [spoiler]Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?[/spoiler]

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.
Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

par Sheo
Body Finder, Tome 1 : Body Finder Body Finder, Tome 1 : Body Finder
Kimberly Derting   
Pas mal de personnes m'avaient conseillé de lire ce roman. En effet, beaucoup de très bonnes critiques sont lisibles un peu partout sur Internet... Aujourd'hui, je comprends pourquoi ! The Body Finder mêle suspense, amour et mystère avec beaucoup d'adresse et de réussite. C'est un roman très rafraîchissant, à lire l'été dans un coin tranquille pour s'évader complètement. Les personnages sont très attachants et profonds, on ne peine pas à s'identifier à eux ou, du moins, à les imaginer.
L'histoire se concentre sur Violet, jeune fille de dix-sept ans, qui possède le don ( mais qui le vit vraiment comme une malédiction ) de sentir les lieux où sont enterrés les morts depuis son plus jeune âge. La plupart du temps, ce sont des cadavres d'animaux qu'elle ressent, ou bien les corps cachés sous terre de personnes mortes pendant la guerre. Mais très vite, les choses vont se compliquer.
C'est lors d'une sortie avec son meilleur ami, Jay, que Violet va entendre et percevoir un écho très intense... Ce dernier va également se manifester par une lumière blanche très brillante que seule elle peut voir, bien sûr. En s'approchant du faisceau lumineux et de la mélodie qui semble en provenir, les deux personnages vont trouver... Le corps d'une jeune fille, laissé ici depuis très peu de temps.
Violet va être bouleversée par cette découverte, et cela va tout remettre en question. Elle va vouloir se débarrasser de son pouvoir, être normale et, surtout, ne plus jamais voir de cadavres. Mais Violet peut compter sur Jay pour l'aider et surmonter cette épreuve. Haaa Jay... Le garçon sur lequel elle peut se reposer depuis des années, celui qui a toujours été présent, celui qu'elle adore, celui... Dont elle est en train de tomber amoureuse.
Hé oui ! The Body Finder, ce n'est pas seulement l'histoire d'une fille qui trouve des corps, loin de là. Une très belle et vibrante histoire d'amour est omniprésente dans le roman. Violet se rend peu à peu compte que ses sentiments pour Jay ont changé depuis l'été qu'ils ont passé ensemble. Son amitié est devenue quelque chose de plus fort. C'est là qu'est un des gros points forts de l'histoire... La romance que l'on voit évoluer est tellement bien décrite qu'on y croit totalement. On plonge sans hésiter dans les hésitations de Violet, ses peurs, sa recherche de signes qui lui montreraient que Jay éprouve la même chose qu'elle. Tous les sentiments qu'on ressent à l'adolescente sont parfaitement retranscrits. Ajoutez à cela les amies drôles, ironiques et toujours prêtes à faire la fête, de Violet et vous voilà avec une belle tribut de personnages hauts en couleur !
Vous voyez, c'est ça qui est génial avec ce livre, on passe par une foultitude d'atmosphères et de sensations différentes. On peut aussi bien rire en lisant les dialogues de Violet et Chelsea ( sa meilleure amie ) qu'être stressé et passionné par l'intrigue lors de la découverte d'un cadavre. C'est vraiment génial ! D'ailleurs, les émotions que l'on éprouve lorsque Violet sent un mort vont très vite se multiplier... Pourquoi ? De nouveaux meurtres sont rapidement commis, et ils sont de plus en plus proches du lieu où vit Violet. L'idée d'un tueur en série germe dans tous les esprits et, à partir de là, on est submergé par des vagues d'adrénaline et de panique !
Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas ressenti ça, d'ailleurs ! Et ce sentiment est encore plus présent lorsqu'on lit les cinq/six chapitres qui sont du point du vue du tueur. C'est fascinant de pouvoir voir à travers ses yeux. J'ai vraiment adoré cette idée ! On sent vraiment que le meurtrier chasse ses proies, et que c'est un vrai besoin de le faire. Il se doit de tuer, c'est un désir qu'il est forcé d'assouvir. Les morts vont donc se décupler et Violet va très vite être au coeur de ses dernières. Des amis à elle vont être tuer, les échos vont devenir de plus en plus puissants et, surtout, le tueur va se rapprocher d'elle. Rien que d'y repenser, je me dis que ce livre est génial !
C'est donc avec la boule au ventre qu'on progresse dans l'histoire. La fin m'a vraiment estomaqué. Je fermais presque les yeux pour ne pas lire les dernières lignes tellement j'étais stressé ! J'avais presque peur de devoir fermer le roman ! Mais qu'est-ce que cette sensation est bonne à vivre ! Et c'est toujours comme ça, dans The Body Finder. Les sentiments que nous envoie le livre sont intenses et extraordinaires. Les moments entre Jay et Violet sont juste... A couper le souffle. J'ai eu des papillons dans le ventre grâce à eux ! C'était formidable ! Puis cette enquête sur le tueur et cette histoire d'échos... Ouaw ! Le roman est vraiment brillant ! Je le conseille donc à toutes et tous, aussi bien pour les mystères qu'il recèle que pour la superbe romance qu'il contient.

http://wandering-world.skyrock.com/3014384573-The-Body-Finder-Tome-1-The-Body-Finder.html

par Jordan
La Nuit du Solstice : L'Intégrale La Nuit du Solstice : L'Intégrale
L.J. Smith   
http://wandering-world.skyrock.com/3101922245-La-Nuit-Du-Solstice-L-integrale.html

Le plus gros avantage de ce roman est devenu pour moi un énorme inconvénient : La Nuit Du Solstice regroupant deux opus en un seul, je me sentais obligé d'avaler les deux tomes en même temps. Mais, malheureusement, en terminant le tome 1, je dois me rendre à l'évidence : je n'accroche vraiment, mais alors vraiment, pas à l'histoire. Je déteste ne pas terminer un livre. C'est horriblement frustrant, mais c'est ainsi. Je peux au moins me dire que j'ai été au bout du premier tome, ce qui me déculpabilise un peu. Je suis d'autant plus gêné de ne pas arriver à la conclusion de La Nuit Du Solstice car les Édition Michel Lafon me l'ont très gentiment offert grâce à notre partenariat. Moi qui voulait tenter à nouveau du L.J. Smith, je dois bien avouer que je suis déçu. Explications.
Au départ, l'intrigue qui se met en place m'a très agréablement surpris. Les personnages principaux, à savoir Alys, Claudia, Charles et Janie, sont tous adorables. Comme ils sont frères et soeurs, on sent bien qu'il y a une vraie complicité et un véritable attachement entre eux. C'est vrai qu'au niveau des protagonistes, La Nuit Du Solstice ne m'a pas chagriné. Du moins, dans les premiers chapitres. Ils m'ont paru très profonds, pleins d'humanité et très protecteurs les uns envers les autres. Il est vrai que là, Lisa Jane Smith marque des points.
Malheureusement, très vite, plusieurs évènements vont se succéder. Et là... C'est la débandade. Dès le départ, j'ai trouvé que l'auteure utilisait beaucoup trop la facilité. Les réactions des personnages face à certaines situations m'ont semblé surfaites et peu travaillées. Trop simples, trop prévisibles, les surprises et les dénouements de ces dernières m'ont juste énormément déplu. J'ai eu l'impression que L.J. Smith optait, à chaque fois, pour le chemin le plus basique à prendre. Dommage, car j'aime lorsqu'une histoire me surprend et me coupe le souffle. Ici, je n'ai rien ressenti de cela.
Même si j'adore me casser la tête pour comprendre une énigme ou une histoire, il y a bien une chose que je déteste faire pour déchiffrer l'univers que l'auteur a voulu nous transmettre : relire sans cesse la même page pour tenter de digérer la mythologie qu'on veut nous offrir. Les descriptions de Lisa Jane Smith concernant Féerie m'ont juste complètement perdu. Je suis incapable de vous expliquer le fonctionnement de ce monde magique. Tout est confus, et j'ai eu l'impression, à plusieurs reprises, que nous découvrions des choses d'un seul coup au milieu de l'histoire, alors qu'elles auraient dû nous être expliquées auparavant. Soit on reçoit une tonne d'explications d'une traite, soit les non-dits se multiplient et on se perd totalement dans l'histoire. Pourtant, j'ai insisté, je vous assure !
Malgré tout, je dois bien avouer que l'atmosphère du roman rattrape un tout petit peu les bémols cités plus haut. Le cadre dans lequel se déroule l'histoire est tout de même agréable à découvrir. Dans le monde réel, plusieurs éléments rendent le climat prenant : vieille bâtisse sur la colline, nuit noire, pleine lune, forêt et histoires de sorcières. C'est sûrement grâce à cela que j'ai adhéré à l'histoire au départ. Il en va de même une fois plongés dans Féerie. Là, nous faisons la connaissance d'une myriade de personnages intrigants, mais pas assez développés à mes yeux. L'ambiance est fascinante également, car nous baignons dans un cadre enchanteur et littéralement ensorcelant.
On parvient à la conclusion du roman sans trop s'en apercevoir. Lisa Jane Smith tente de nous décrire une scène de bataille magique dans les dernières pages, mais ça n'a pas vraiment eu d'effet sur moi. J'ai peiné à y croire, voilà tout. Les réactions et les sentiments m'ont paru, une fois de plus, surjoués et trop simples. Le grand dénouement de l'histoire est lui aussi, pour moi, trop rapide et pas assez approfondi. La toute fin du premier tome est assez étrange et ne m'a pas convaincu. ( Je vais éviter les spoilers au maximum : ) Comment peuvent-ils laisser Janie avec elle sans verser une seule larme ? On dirait qu'il est normal "d'abandonner" un frère ou une soeur au bord de la route. Vraiment, cette fin est... Spéciale.
En conclusion, je pense que si "Solstice d'Hiver", le premier tome de La Nuit Du Solstice, était sorti sans sa suite, je n'aurai pas lu cette dernière. Et, malheureusement, c'est ce qu'il m'arrive aujourd'hui bien que le tome 2 soit déjà disponible dans le roman. Le premier opus n'a pas su me convaincre de m'engager pour les aventures à venir de Charles, Alys, Janie et Claudia. Malgré un début captivant et qui m'a beaucoup plu, La Nuit Du Solstice se révèle être une petite déception ( petite car je n'en attendais pas énormément de ce livre ). Trop confus, doté de trop de simplicités et d'émotions qui m'ont semblé fausses, ce roman n'a pas su me toucher. J'ai eu l'impression de rester trop longtemps en surface, sans pénétrer pleinement dans l'intrigue. J'aimerai insister sur une chose : ceci n'est que mon ressenti. J'ai de plus en plus de mal avec Lisa Jane Smith, mais ce n'est pas obligatoirement le cas de tout le monde. Si vous aimez cette auteure, vous aimerez sûrement cette histoire. Personnellement, je n'ai pas su apprécier l'univers qu'elle a voulu m'offrir à sa juste valeur. Il ne me correspondait pas, c'est aussi simple que cela.

par Jordan
Red Queen, Tome 1 Red Queen, Tome 1
Victoria Aveyard   
C'est peut-être étrange pour certains mais pour moi, il y a des romans qui passe en laissant une petite brise après leur passage, d'autres c'est un courant d'air glaçant et d'autres, enfin, qui enclenche une tempête. Et ce livre est l'un de ceux-là.
Après l'avoir fini, je voulais déjà une suite ou peut-être pas, de peur d'être déçue. Ce livre a eu un effet dévastateur comme peu de livres l'ont encore sur moi. Ce roman m'a transporté, la fin m'a surprise malgré mon esprit de déduction qui se doutait de quelque chose. J'ai été émue, j'ai surtout été triste car c'est un roman sombre, trop peut-être pour certains mais Mare ramenait le rire, le sourire quand il le fallait.
Et pour cela, parce que c'est d'abord l'auteur qui nous offre tout ça, je la remercie profondément. Je crois que c'est l'un de ses premiers livres et elle a tout d'une grande.
Ses personnages sont peut-être encore une ébauche et grandiront avec la suite mais cette ébauche m'a emballée. Cal, Maven, Lucas, Gisa, Farley, Kilorn et bien sûr Mare m'ont séduite avec ruse, avec honnêteté, avec humour, avec justice...avec amour. Cal qui voit son peuple souffrir mais croit ne pouvoir rien changer. Maven qui rêve de sortir de l'ombre de son frère. Lucas qui protège Mare et s'en fait une amie. Gisa, la petite sœur qui a un talent hors du commun. Farley qui résiste pour les autres. Kilorn qui veut sauver celle qui le sauve depuis toujours. Et Mare, celle qui n'est pas ce qu'elle est censé être. Ni Rouge, ni Argent. Elle est entre deux mondes mais n'appartient au final qu'à un seul.
Ce roman est aussi une histoire de pouvoir, de machinations, c'est la cour du roi. Il y a des subalternes, des esclaves, des gardes, des nobles, des princes, une reine, un roi et deux princesses... Il y a des vivants et il y a des morts.
C'est l'histoire de la survie, de la révolte, de la rébellion, c'est ce qui n'est pas encore fini et ce qui va devenir. Ce sont des morts mais pour la vie et aussi des morts pour l'exemple.
Je crois que ça se voit un peu que j'ai été bouleversée par ce livre vu le nombre de choses que je mets les unes à la suite des autres. Mais quand un livre me marque comme ça, il est comme tatouer dans mon esprit.
"Et notre armée se lèvera, aussi rouge que l'aube."