Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de fanfan50 : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
1Q84, Livre 3 : Octobre-Décembre 1Q84, Livre 3 : Octobre-Décembre
Haruki Murakami   
J'ai découvert Murakami par le t.1 de 1Q84 qui m'est tombé entre les mains alors que je flânais dans les rayonnages. J'ai été fasciné par les deux personnages principaux que sont Tengo et Aomané. J'étais conquis. Je trouvais ses personnages et cette histoire atypique et intéressante. Entre le t.2 et 3, j'ai lu deux autres romans de Murakami ("Kafka sur le rivage" et "A l'Ouest du Soleil, au Sud de la Frontière"), dés lors, ma vision d'1Q84 a radicalement changé.

Se sont des romans antérieurs à la trilogie, et sans aucune ambiguïté, beaucoup mieux, tant en terme d'écriture, de narration, la finesse des personnages, des cadres majestueux, des ambiances toujours bien posées.
1Q84, (et ma lecture du t.3 me le confirme), c'est une sorte de "popétisation" ou paupérisation de Murakam, qui s'est dilué, ternit. Déçu donc : lisez les précédents.

par moebus
Certaines n'avaient jamais vu la mer Certaines n'avaient jamais vu la mer
Julie Otsuka   
Ce livre est un petit bijou.
Ce qui frappe immédiatement c'est le style. L'utilisation du "nous" et l'usage de la répétition au début des paragraphes créent une sorte de musique qui berce l'ensemble du roman.
L'auteur nous fait entendre les voix de ces jeunes japonaises, qui ont quitté leur pays et se sont exilées aux Etats-Unis au début du siècle pour se marier avec des inconnus. Roman sur la désillusion, les regrets, les souffrances intimes et les rêves brisés...
Ce livre outre sa force littéraire éclaire sur une période peu connue et peu glorieuse des Etats-Unis, évoquant avec beaucoup de finesse la culture japonaise et le choc des cultures.
Vraiment un très beau livre, poignant et émouvant.

Le Bureau des jardins et des étangs Le Bureau des jardins et des étangs
Didier Decoin   
J'ai lu ce livre avec beaucoup de plaisir. La vie au Japon au 12ème siècle est abordée ici avec beaucoup de délicatesse. J'ai aimé la façon dont il parle des empileuses de riz - sortes de geishas avant l'heure. L'amour simple et fusionnel entre le pêcheur, Katsuro, et notre héroïne, Miyuki, est tellement bien décrit avec tant de sensualité qu'il nous parle. Bien sûr Miyuki va parcourir un chemin difficile, parcouru d'embûches de toute sorte pour apporter à l'Empereur du Japon les plus belles carpes du pays pêchée par son mari juste avant sa mort. Un beau conte japonisant qui nous fait découvrir les us et les coutumes ancestrales de ce beau pays. J'ai aimé.

par fanfan50
1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre 1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre
Haruki Murakami   
Je me suis encore laissée envoûter par ce deuxième tome, dans lequel les liens entre les deux univers de 1984 et 1Q84 se dévoilent peu à peu. Le rythme est lent mais l'intrigue progresse de façon continue et inéluctable, comme les deux protagonistes vers leur destin. Je reconnais qu'il n'est pas toujours facile de suivre un enchainement logique et rationnel à l'histoire, mais cet univers est tellement singulier , poétique , plein de métaphores , que le lecteur s'y trouve happé, captivé par l'histoire de ces personnages hors normes et tellement attachants.
Le chat qui venait du ciel Le chat qui venait du ciel
Takashi Hiraide   
Bizarrement, je n'ai pas accroché du tout...je m'attendais à un récit poétique, raffiné, à de la littérature japonaise en somme. Et là, rien...les premiers chapitres sont d'un ennui mortel, le milieu est intéressant (enfin le chat apparaît) et la fin est toute aussi longue que le début, en se perdant dans des descriptions relativement inutiles. Je n'ai pas retrouvé la magie évocatrice de la littérature japonaise, simplement un récit mal façonné qui met en scène un chat. Les deux dernières pages livrent pourtant une vérité bouleversante, qui aurait pu être développée largement. On reste sur sa faim. Cruelle déception et un livre archivé que je ne relirai sans doute pas avant 10 ans.

par Anarore
1Q84, Livre 1 : Avril-Juin 1Q84, Livre 1 : Avril-Juin
Haruki Murakami   
Au fur et à mesure que ma lecture progessait, je m'immergeais de plus en plus dans le récit. Je ne connaissais pas du tout l'auteur et sa plume est réellement envoutante. On sent que chaque détail a son importance et on s'efforce de tout retenir mais l'auteur fait suffisamment de retour en arrière pour qu'on se souvienne de tout.
L'univers est extrémement déstabilisant et les questions augmentent au fur et à mesure du développement du récit.
Vivement que je me procure le tome 2 !
Nouilles froides à Pyongyang Nouilles froides à Pyongyang
Jean-Luc Coatalem   
L'auteur nous fait le récit de son voyage en Corée du Nord. Il en rajoute beaucoup dans la critique de ce régime qu'en fait nous connaissons très peu et tout ce qu'il dit fait froid dans le dos. L'écriture est plaisante, humoristique très souvent et donc on parvient très rapidement au bout de ce journal de voyage au coeur du "paradis rouge". Des camions qui roulent au charbon faute de gasoil ! Une population famélique et muselée. Comme il le dit, ce qu'avait imaginé George Orwell dans son ouvrage d'anticipation 1984 - Big Brother dans le bloc anglo-saxon est ici incarné par leur leader Kim Jong-il. La soumission ou la désintégration.

par fanfan50
Tristes Tropiques Tristes Tropiques
Claude Lévi-Strauss   
Je ne sais pas comment, ni pourquoi un jour, j’ai eu la lubie de me plonger dans la lecture de ce livre. En avais-je entendu parler comme d’un monument ? Fait-il partie de ses livres qu’il faut avoir lu pour se comprendre et comprendre l’homme dans son histoire. Etait-il une des clefs qui permettrait de mieux me comprendre et prendre ma part aux défis de l’homme de demain ? Problèmes climatiques, environnementaux, crises de civilisations, religieuses... Rien n’a vraiment changé encore aujourd’hui sur nos rapports aux autres, à la nature, à l’invisible…
Classé en tant qu’ouvrage ethnologique, je pense que c’est aussi une autobiographie magnifique sur les voyages de Lévi-Strauss ; de l’Inde au Pakistan, du Brésil aux savanes du Matto Gross jusqu’au tropiques de la forêt amazonienne.
Je vais être honnête, il y a des passages que j’ai eu du mal à lire, à comprendre et à appréhender. Sur certaines parties, je m’y suis même repris à deux fois pour saisir le sens de la pensée de l’auteur. Mais il y a tant de chapitres percutants, fabuleux servis par une écriture belle et classique que ça a largement récompenser mes efforts. L’ensemble reste indiscutablement fabuleux et très enrichissant.
J’ai également trouvé beaucoup de poésie dans cet ouvrage. Les descriptions des paysages, des hommes et des sociétés sont splendides et précises. Les nombreux thèmes abordés dans « Tristes tropiques » sont riches en réflexions personnelles, philosophiques et humanistes (déjà écologiques ! ). J’ai trouvé fascinant l’érudition (très concrète) dont fait preuve l’auteur sur autant de thèmes hétéroclites. Cette pensée tentaculaire est fascinante par son absence de préjugé, par l’honnêteté des propos et par cet aveu d’assumer sans complexe ses contradictions.
Finalement, après avoir tourner la dernière page de ce livre, me voilà plus riche d’une multitude d’interrogations et de pistes de réflexion :
- Questions sur les rapports entre l’Amérique et la vieille Europe
- Questions sur nos rapports entre homme et femme
- Questions sur les rapports entre conquis et conquérants
- Et même des interrogations sur les rapports entre les grandes religions (Bouddhisme, Islam, Hindouisme et Chrétien)
A toutes ses réflexions, comme un feu d’artifice, j’ai eu autant de conclusions, de pensées qui se sont illuminées puis évanouies. A relire dans quelques années pour raviver mes pensées et ses idées.
Pour citer Lévi-Strauss dans son texte :
L'humanité s'installe dans la mono-culture; elle s'apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave. Son ordinaire ne comportera plus que ce plat.
Lévi-Strauss a écrit ça en 1955. C’est encore tellement d’actualité, tout comme l’ensemble du livre ! C’est passionnant comme aujourd’hui encore, l’auteur va à contre courant d’une certaine bien-pensance , du politiquement correct et nous enseigne un langage de vérité… A lire pour savourer cette lucidité…


par RMarMat
Par delà le Mékong Par delà le Mékong
Eric Nonn   
Un petit livre court qui raconte l'errance de deux êtres en Indochine. On dirait presque des routards allant sac au dos sur les routes le long du Mékong. Quelques confidences, les impressions du narrateur tout le long de la route sur les traces d'Alexandre de Rhodes et de Yersin.
L'attirance du narrateur pour celle qui nomme la Strada et qui n'est au début qu'une simple coucherie et qui devient une belle camaraderie...
C'est écrit par petites touches de couleur : "Cura Daï. La plage de Cura Daï au Vietnam. Une plage à l'eau bleue, méthylène. Une plage en anse, en baie, avec de grands cailloux au sud, fichés là, plantés. Des digues, des pieux, un paravent, un dessin de Chine, de papier de riz..." Cela donne envie de découvrir de tels endroits si différents de ce qu'on connaît.
Une évasion au pays des sampans, du temple de la déesse Sida, du mont Phallus.

par fanfan50
Bamako, là Bamako, là
Marie-Laure De Noray-Dardenne   
Une jeune édition, Yovana, m'a envoyé ce livre qui fait partie de leur collection Romans situés.
Bien sûr le titre parle de lui-même : c'est au Mali que se retrouve au départ pour trois mois seulement une jeune étudiante parisienne, Ina, suite à une boutade émise par son mentor africain à l'université, Oumar Haïdara.
La voilà dans la capitale malienne, à Bamako, chez la Tantie Madina d'Oumar et elle est vite adoptée par la maisonnée : Maïmouna, la cousine d'Omar qui est prof au Lycée Askic Mohamed, Bouba, le petit garçon de 5 ans, et Souleymane, une jeune cousine.
Ina prend toujours avec elle son carnet de notes, indispensable pour noter les mots maliens et leurs traductions et surtout pour ses premières impressions sur la ville et ses habitants si pittoresques.
Le griot, Mamadou Kouyaté lui raconte quelques hauts faits de l'histoire du Mali et la formidable légende de Sounjata Keita.
Elle apprend que Yacoub Haïdana, le père d'Oumar, est détenu au bagne de Taoudénit car il est prisonnier politique.
Elle va de découvertes en découvertes. A la Radiotélévision du Mali, Aldo, le poète, lui fait découvrir un cercle d'écrivains amateurs.
Ina fréquente aussi le France, le CCF, le Centre Culturel Français qu'ailleurs en Afrique on nomme l'Alliance française.
C'est un livre chatoyant, très animé et qui donne une belle image de la capitale du Mali et de ses habitants.
Une belle découverte !

par fanfan50