Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Fanny20 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Chuchoteur Le Chuchoteur
Donato Carrisi   
Ce thriller est juste excellent, autant dans l'écriture que dans la trame. L'histoire est superbement ficelée, l'enquête époustouflante ponctuée de quelques descriptions macabres comme il le faut! Un livre à recommandé aux amateurs du genre serial killer.

par Fionasim
Women Murder Club, Tome 1 : 1er à Mourir Women Murder Club, Tome 1 : 1er à Mourir
James Patterson   
Le premier tome du Women's Murder Club. Les personnages de Lindsay et de ses amies sont justes, et l'histoire est vraiment prenante, comme souvent chez James Patterson.

par peatchy
Inhumaine Inhumaine
Patricia Cornwell   


je trouve que ces dernières années, les livres de Patricia Cornwell ont beaucoup changé.

On n'a plus l'enquête classique avec souvent un serial killer mais une histoire plus ramassée, centrée sur les personnages principaux, et qui se déroulent sur quelques heures avec finalement assez peu d'actions mais beaucoup de non-dits, de sous-entendus et de mystères.

C'est assez surprenant mais non moins addictif.

Celui-ci se termine... sans se terminer puisqu'on attend la suite avec impatience.

plus un huis-clos psychologique qu'un policier "scientifique"....

par LJ51
Petit traité de vie intérieure Petit traité de vie intérieure
Frédéric Lenoir   
Ce qui est agréable dans ce livre, c’est d’aborder la notion de spiritualité à travers les époques et les religions.
L’auteur reconnaît que le maître spirituel s’incarne tout aussi bien en Socrate, Bouddha ou Jésus et qu’ils recommandent tous les mêmes principes de vie dans leurs écrits. Ainsi on peut apprendre à mener une existence heureuse avec les choses les plus simples.

L’auteur a été éveillé aux questions philosophiques par Platon, puis par Bouddha, avant son choc mystique, comme il le cite, avec les Évangiles. « En lien avec le Christ ». Finalement, on peut croire que cette révélation n’est pas seulement due à une religion, mais à une recherche d’amour fort et puissant qui éblouira notre quotidien.

J’ai apprécié sa version moderne de la chrétienté ; du fait que l’on peut être chrétien sans être en accord avec l’avis de l’Église, et ses actes. Que l’on soit catholique, bouddhiste et autres, il en existera toujours des bons et mauvais représentants. Pourtant, cela ne veut pas dire que cette religion, ou ce principe de vie sont mauvais, mais il ne faut pas oublier que tout est fait ainsi : de bien et de mal. C’est comme consulter un mauvais médecin. Lui, est incompétent, mais la médecine ne l’est pas, et l’erreur provient de sa mauvaise utilisation.

Frédéric LENOIR conseille donc un certain discernement, de croire, pas d’être naïf et suivre bêtement sans saisir. Sinon, quelle spiritualité y gagnerons-nous en ne comprenant pas la base de ce que nous sommes, de ce en quoi nous croyons ? Il y a donc une recherche de soi à faire permanente, des règles, si je peux dire, à suivre pour enfin arriver à une vie agréable sans se compliquer pour autant. L’auteur parle de l’amour de soi-même, sans narcissisme bien sûr, pour savoir ensuite aimer les autres. Cependant, quelque chose me trouble un peu : tant de réflexion ne nous perd-t-il pas au final ? Réfléchir intensément sur tous nos actes, nos pensées, n’est-ce pas une expérience un peu déstabilisante, où les remords peuvent être nombreux ? Je pense qu’un excès d’analyse peut-être aussi une perte de temps… Il faut donc une juste mesure. C’est d’ailleurs la phrase qui résume assez bien ce livre « chercher la juste mesure ». Certes, on ne naît pas avec la vertu, mais on a les qualités pour dès notre venue au monde. C’est comme arroser et entretenir une plante, ou la laisser se dessécher et disparaître. Chacun sait qu’il est libre de ses choix, que personne ne peut diriger ses actes et qu’il est conscient de sa bonne ou mauvaise action, comme le rappelle l’auteur.

Je pense alors qu’il a un travail sur soi à faire tout les jours, néanmoins, il faut aussi laisser une part de liberté dans notre personnalité, celle qui parfois fera que nous agirons spontanément, sans réfléchir, mais qui sera naturelle. J’aime aussi l’attitude modeste de cet écrivain qui ne se situe pas en supériorité parce qu’il a su trouver un juste milieu dans sa vie, et nous, pour la plupart, non. C’est bien d’ailleurs ce qui repousse les gens quand des soi-disant « personne élevées » spirituellement, commencent à vous sermonner d’un air hautain en pensant que vous êtes en tort, perdu. Chacun à sa propre vision du monde, sa religion ou non, et cela ne veut pas dire que nous n’atteignons pas le même but : nous empruntons simplement des chemins différents.

Sans m’étendre plus longtemps, ce guide est intéressant pour tous, même pour les adolescents en quête d’une voie qui se perdent dans un excès de liberté, cassant tout leurs repaires. La liberté est ainsi redéfinie dans une quête de bonheur. Pardon, guérison intérieure, discernement, méditation, tout y est abordé de façon simple, comme « une conversation », en effet. Un livre à recommander.

par Malicie
22/11/63 22/11/63
Stephen King   
Ne jamais dire "jamais" ! la preuve...
Je viens de finir mon premier Stephen King et j'ai ADORE !!!
En effet, l'auteur de "Simetierre", "Carrie", "Salem" et autres joyeusetés horrifiques me paraissaient too much par rapport à mes petits nerfs fragiles et délicats ! Mais c'était sans compter sur un commentaire dithyrambique d'un internaute (grand merci à "il" ou "elle" d'ailleurs !) et la certitude absolue que ce roman était largement moins "tensionneux" que ces autres œuvres...et j'ai sauté le pas ! et bien m'en a pris !
Cette description fouillée et passionnante de l'Amérique des années 60 autant sur la façon de vivre que sur la politique de l'époque ; ce soucis du détail, cette description des personnages et de leur sentiment , et ce questionnement lancinant qui trotte dans la tête durant toute la lecture (que ferais-je en pareil situation ? Oserais-je changer le cours de l'histoire ? modifier le cours du destin ?...), le tout saupoudré d'un peu de fantastique ...
C'était comme si j'y étais ! J'ai vécu avec Jake Epping/Georges Amberson pendant presque 1000 pages et j'en redemande...oui enfin bon, ne nous emballons pas, je ne lirai pas pour autant "Simetierre", "Carie", "Salem" !!!

par lou460
Un monde sans fin Un monde sans fin
Ken Follett   
J'ai lu "Les pilliers de la terre" mais j'ai vraiment préféré "Un monde sans fin" car j'ai accroché directement avec l'histoire et les personnages. Bien que j'ai adoré Aliena et Jack. A lire absolument.

par Tango
Portes ouvertes Portes ouvertes
Ian Rankin   
Trois compères décident de voler des tableaux à l'occasion de la journée 'portes ouvertes' de la National Gallery d'Edimbourg, Mike, 37 ans, a fait fortune en créant des logiciels informatiques. Il s'ennuie ferme, et est fasciné par Calloway, un ancien camarade d'école qui est devenu un gangster renommé. Robert Gissing, directeur de l'Institut d'Art, va bientôt prendre sa retraite et a envie d'un cadeau de départ plus substantiel qu'une montre en or. Et Allan, le banquier, rêve d'accrocher deux oeuvres bien précises chez lui. Seulement, monter un casse requiert des compétences, pas seulement la matière grise. Et des relations dans le milieu. Tout se complique très vite, surtout lorsqu'il faut louer les services d'un étudiant pour réaliser des faux... L'engrenage se révèle infernal, mais le trio a de la ressource. Expert en fausses pistes et retournements de situation, Rankin mène avec éclat cette fable immorale, et nous surprend jusqu'au bout.
La maison d'à côté La maison d'à côté
Anne Rivers Siddons   
Quel roman atypique d'Anne Rivers Siddons! Habituellement, je ne suis pas extrêmement portée sur les romans «sudistes», ni sur les trucs fantastiques, mais ce roman se lit vraiment comme un charme. Ce qui est intéressant avec cette histoire, c'est qu'on n'a ni poltergeists, ni sang qui sort des murs ni objets qui lévitent, absolument rien de surnaturel: tout se passe dans la tête des personnages, la maison agit sur eux comme une sorte de catalyseur, et en définitive ce sont eux qui portent l'horreur en eux-mêmes. Et la fin est particulièrement troublante... J'ai vu des critiques étonnament sévères de ce livre sur amazon.com, il ne faut pas toujours s'y fier... excellent divertissement!!
Miséricorde Miséricorde
Jussi Adler Olsen   
J'ai adoré ce livre du début à la fin. Ce livre est très facile à lire et est très addictif. N'hésitez pas à le lire.

par Bidule2
La glace noire La glace noire
Michael Connelly   
Un des premiers Connelly que j'ai lu (si ce n'est le premier. Je ne les découvre pas nécessairement dans l'ordre) et le plus marquant. Quand les titres des "Harry Bosch" claquaient comme le fouet : Black Ice, Concrete Blonde.
Polars d'une excellente facture dont je n'ai pas tout à fait retrouvé le mordant par la suite; à moins que les traductions de Jean Esch me conviennent davantage que celles de Robert Pépin? Non, ce serait étonnant avec une telle "pointure" de la traduction. Ou alors l'engourdissement de l'habitude...

par Paraffine