Livres
438 975
Membres
367 924

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Alleyatoire 2017-03-19T18:20:43+01:00
Pas apprécié

J'ai vraiment été déçue par la qualité inégale des nouvelles proposées. Heureusement que j'avais déjà lu d'autres livres de cet auteur et que j'ai pu y apprécier son talent parce que si j'avais commencé par ce recueil, je n'aurais jamais continué de lire son oeuvre.

Ça commence mal dès la première histoire ... Spoiler(cliquez pour révéler) la nouvelle si "géniale" qu'il cherche à rencontrer son auteur... sa fin implique tout de même qu'une muette écrive à un aveugle qui la lit et lui répond !! Je suis la seule que ça choque, ce non sens ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anna19 2016-10-26T13:05:39+02:00
Argent

Ce recueil est la deuxième publication de Joe Hill, qui a depuis démontré son talent avec des romans comme Cornes ou Nos4a2. C'est un livre vraiment plaisant, il se dégage des nouvelles une certaine fraîcheur, une originalité qui fait du bien à lire.

Pour chacune d'elle, l'auteur se concentre sur ses personnages, leur donne, en quelques pages, une profondeur et une réalité saisissantes.

Plusieurs genres sont abordés, il y a beaucoup de fantastique, quelques nouvelles d'horreur ou de suspense, et aussi des histoires qui ne rentrent tout à fait dans aucune de ces catégories, qui offrent quelque chose de presque poétique, poignant.

Le thème du fantôme est toujours présent, que ce soit physiquement, lorsqu'une jeune fille hante un cinéma, par exemple, ou métaphoriquement. Il représente alors le passé, ce qui est perdu, a disparu, la culpabilité et le manque.

Difficile de dire mes préférées, mais je retiens surtout (titres en anglais, désolée) My Father's Mask pour son côté vraiment bizarre et dérangeant, Voluntary Committal qui mélange une belle relation entre deux frères et un fantastique qui fait froid dans le dos, Last Breath pour le côté classique qui renvoie à l'époque victorienne : un homme capture le dernier souffle des mourants et l'enferme dans des bocaux. J'ai aimé Abraham's Boys, aussi, qui reprend l'univers de Dracula mais donne un tout autre visage au fameux van Helsing.

Des préférences qui sont très subjectives, parce que ce sont vraiment toutes de bonnes histoires, servies par un style excellent. La mélancolie qui enveloppe les histoires, jusqu'à déborder des pages, est troublante et nous colle à la peau. Joe Hill parvient à tirer l'émotion sans forcer, avec une sensibilité et une finesse qui sont la marque de tout son talent.

Si vous aimez les nouvelles, vous ne pouvez pas manquer celles-là.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par michelinel 2015-04-14T21:51:38+02:00
Lu aussi

Ce livre est très inégal et je suis déçue.

« Dernier cri », «La belle au ciné hantant» et « le téléphone noir» sont des nouvelles très réussies qui m’ont accrochée.

La première histoire fait tranquillement monter une tension en nous et on vit les mêmes émotions ressenties par l’écrivain dont il est question dans la nouvelle!

« le téléphone noir » revient dans la même veine que le début du recueil, un huit clos sombre avec plusieurs touches de fantastique

En lisant la plupart des autres nouvelles j’ai fait de nombreuses pauses, incapable de me concentrer car je trouvais que ces nouvelles n’avaient pas d’intérêt et manquaient d’âme.

Je suis quand même contente d’avoir lues les trois nouvelles que j’ai mentionnées.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Spika 2014-07-10T08:54:35+02:00
Lu aussi

Une quinzaine de nouvelles, d'environ 30 pages chaque, qui m'ont bien déçue. Je voulais retrouver l'ambiance si particulière que j'avais trouvé avec "Le Costume du Mort", mais là, rien à voir: à peine angoissantes, les histoires se suivent avec une quasi insipidité. Certaines ne font même pas "peur" ! Elles racontent juste l'histoire de petits garçons un peu différents des autres, rien d'effrayant là-dedans (notamment dans les nouvelles "Pop Art" et "Mieux qu'à la maison"). C'est simplement cruel parfois, sans mieux.

Sans parler que niveau fantômes, on repassera, il y a peu de récit fantomatique dans ce recueil, mais on a le droit à des psychopathes, des hommes-insectes géants, et j'en passe.

Bref, pour moi, une déception, mais le bon niveau d'écriture fait que ça reste une expérience assez plaisante à lire, qui le sauve tout juste du "je n'ai pas apprécié".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par odin062 2013-03-28T18:05:03+01:00
Bronze

Je connaissais Joe Hill via le support bande dessinée (Locke&Key) et romans (Le costume du mort et le très très réussi Cornes) mais je n’avais jamais lu une de ces nouvelles. Grace à ce recueil c’est chose faite ! Passons donc en revue chacun de ces nouvelles courtes (20 pages environ).

La première nouvelle « Dernier cri » nous entraîne dans le monde du livre et de l’horreur. Une nouvelle très réaliste qui n’empêche pas de la terminer dans une grande terreur ! Très réussie !

La seconde nouvelle « La belle au ciné hantant » est une nouvelle poétique. On retrouve ici la plume de l’auteur caractéristique je trouve, mêlant fantastique, horreur et amour. De plus, c’est un bel hommage au cinéma.

Puis suit « Pop Art », une nouvelle complètement décalée qui je pense, surplombe les autres. Un peu d’humour mélangé à une critique de société aux stéréotypes exagérés. Tout ce que j’aime.

Arrive maintenant les nouvelles « Stridulations », « Fils d’Abraham » et « Mieux qu’à la maison » qui ne m’ont pas convaincu et m’ont poussés à faire une pause dans ma lecture. La première est complètement horrifique et fais notamment penser à la terreur récurrente présente dans les livres de l’époque du début de la guerre froide. La seconde est prévisible et pas assez creusée à mon gout. Et enfin la dernière, trop terre à terre et poétique pour l’auteur qui s’est essayé à un autre style d’écriture.

« Le téléphone noir » revient dans un style similaire à la première nouvelle du roman : un huit clos sombre voguant en plus avec le fantastique. « Dans la souricière » est pour moi une des moins réussis de ce recueil. Je n’y trouve aucun intérêt. En revanche « La cape » flirte avec le monde des comics et donne quelque chose de très plaisant !

Enfin arrive un autre de mes coups de cœur : « Dernier Souffle », un écrit complètement décalé avec un personnage décalé et un sujet fantastique sur la mort. Originalité et horreur sur la fin, tout ce que j’aime ! « Un petit déjeuner » est une histoire touchante mais ne va pas assez loin et « Bobby Conroy revient d’entre les morts » rejoint la passion de l’auteur pour le cinéma mais une nouvelle fois, n’est pas très réussie.

Quand arrive « Le masque de Papa », on se retrouve dans une ambiance étrange, très glauque qui se suffit à elle-même. Une nouvelle courte mais efficace qui s’oppose à « Escamotage », la plus longue nouvelle de ce recueil qui est certes très bien mais tout de même loin « d’un des meilleurs romans courts que j’aie jamais lu » comme dit Christopher Golden dans la préface.

Ainsi pour conclure, ce recueil n’est pas à lire en une fois, il faut prendre ces nouvelles dans leur contexte de publications au risque de ne pas les digérer assez rapidement. Il y a vraiment deux nouvelles à ne pas rater : « Dernier Souffle » et « Pop Art » qui malheureusement ne rattrape pas la qualité de l’ensemble de ces écrits. Petite et première déception donc pour Joe Hill !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode