Livres
547 126
Membres
583 878

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de fany1712 : Ma PAL(pile à lire)

Appartement 16 Appartement 16
Adam Nevill   
Quelques petites frayeurs mais un livre dont j'étais pressée de finir de lire afin d'en commencer un autre, des petits passages sans grand intérêt parfois, pas mal mais sans plus j'ai lu beaucoup mieux.

par liberty59
Les coureurs de la fin du monde Les coureurs de la fin du monde
Adrian J. Walker   
The end of The World Running club à un titre original, on se dit "tiens" encore un roman post-apocalyptique, mais cette fois avec un club de joggeurs, on se demande : c'est quoi ce délire, çà doit être un peu décalé. Eh bien non c'est un roman post-apocalyptique classique, mais bien écrit et bien construit malgré quelques problèmes de rythme avec des passages à vide un peu ennuyeux mais pas si nombreux que ça non plus.

Les personnages sont approfondies, avec du caractère, le héros est un pauvre type qui ne sait pas s'occuper de sa femme et de ses enfants, il picole en douce (au point d'en oublier la fin du monde tout de même), de la classe moyenne et avec un peu d'embonpoint et détestant le sport.
Pour les personnages annexes on a le gros loubard mais finalement sympa, le vieux un peu illuminé, la jolie et intelligente blonde sergent dans l'armée et le bourgeois qui a tout vus tout connus mais qui ne conçoit même pas tout n'est pas tout cuit d'avance.

Tout ce beau monde par dans un road trip de plus de 500 km et se retrouve à ne pas pouvoir utiliser de véhicules, nôtre héros décidé donc sur un coup de désespoir de faire se trajet en courant, seul moyen d'arriver à temps pour rejoindre sa famille. Tout ce petit monde va le suivre et nous sommes entraînés dans certaines situations assez cocasses voir parfois désespérées.

J'ai globalement bien aimé le récit et la plume de l'auteur même si ce n'est pas un coup de cœur et malgré le problème de rythme qui survient parfois, l'auteur respecte le titre de son roman en développant bien le concept de course à pied.

http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2016/08/the-end-of-world-running-club-adrian-j.html

par Maks
Chouette, une ride ! Chouette, une ride !
Agnès Abécassis   
Un superbe roman !
J'ai eu un grand sourire aux lèvres pratiquement tout au long du livre; l'humour est plus que présent, j'adore ! Il change vraiment les idées, j'ai passé un moment agréable à le lire.
On découvre un peu le " monde des écrivains ".
La fin, bien trouvée, est particulièrement touchante. = ]

par loana585
Au secours, il veut m'épouser ! Au secours, il veut m'épouser !
Agnès Abécassis   
C'est frais, c'est léger, ça se laisse lire tout seul!

par lina.b
Le Tendre baiser du Tyrannosaure Le Tendre baiser du Tyrannosaure
Agnès Abécassis   
Pour une fois, je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je n'ai pas aimé ce roman. Et, chose exceptionnelle, j'ai réussi à trouver les raisons de mon choix sans avoir besoin de réfléchir. Ce roman est très léger. Trop léger à mon goût. Je comprends l'engouement pour sa lecture, mais pour ma part, j'ai fini ma lecture en étant vraiment frustrée.

Le tendre baiser du tyrannosaure raconte plusieurs histoires apparemment distinctes mais qui se recoupent. On y trouve plusieurs personnages aux vies bien compliquées très bien résumés par la quatrième de couverture. Il leur arrive des choses rocambolesques, et tout se résout de façon très facile, rapide et légère.

Il y a un réel décalage entre les sujets et le ton du livre. J'ai trouvé que certains moments manquaient de gravité et d'émotions. C'est probablement volontaire de la part de l'auteur mais j'ai eu un mal fou à éprouver de l'empathie pour tous ces personnages. Ils sont trop nombreux, vivent des choses défiant toute probabilité, échappent aux moindres conséquences de leurs actes, arrivent à résoudre leurs problèmes en faisant un minimum d'effort, ... Je n'ai rien contre la légèreté, même si les feel good books (les livres qui font se sentir bien) ne constituent qu'une petite part de mes lectures. J'aime, comme tout le monde, lire des histoires sans gravité, qui font sourire et ne font pas toujours réfléchir. Là, les sujets abordés sont plutôt graves et sérieux, pour presque tous les personnages, et ceux-ci semblent presque les ignorer.

A titre d'exemple (rassurez-vous, je ne vous en dis pas beaucoup sur l'histoire), prenons la relation absolument odieuse qu'entretient la pauvre Ava avec son mari Bernard. Elle vit une relation abusive, en ce sens qu'elle est sans cesse rabrouée, ramenée à un rôle de femme digne du Moyen-Âge, elle est trompée par son mari, trahie par sa meilleure amie, ... et au final, POUF ! en un claquement de doigt, tout est totalement réglé. C'est à peine si elle en garde le souvenir. J'avais envie de lui hurler dessus...

Finalement, le seul personnage que j'ai trouvé vraiment cohérent était Félix, le paléontologue terrifié par à peu près tout. C'est le seul qui a su me toucher, un peu, probablement parce que son histoire m'a parue mieux exploitée. Le personnage de Lutèce, la grand-mère au caractère de guerrière, n'y est sans doute pas pour rien. Je l'ai trouvée pleine d'une drôle de sagesse, et également très drôle. Pour ce qui est des autres personnages, je suis bien embêtée car au final, ils m'ont simplement agacée. J'avais envie de les secouer et de leur dire de se bouger un peu, de prendre conscience de la vie et d'arrêter de se laisser faire par tout et n'importe quoi.

Néanmoins, et parce que je déteste vraiment rester sur du négatif et que je suis une éternelle optimiste, il faut que je vous signale quelques éléments qui m'ont tout de même plu. La façon dont les histoires se croisent est plutôt habile, bien que j'ai eu l'impression de lire plusieurs romans en un seul. L'histoire de Félix est sympathique. Il m'a un peu fait penser à un poussin sortant de son oeuf et s'émancipant pour devenir un magnifique coq. La plume d'Agnès Abecassis est très fluide et agréable. Ses phrases ont un rythme qui fait qu'on a l'impression d'entendre l'histoire dans sa tête. J'ai enfin beaucoup aimé les nombreuses figures de style qu'elle utilise et qui mêlent les sentiments à la cuisine. C'était original et je ne pense pas avoir déjà lu ça ailleurs.

Conclusion : ♥♥ Je n'ai pas du tout accroché à cette histoire. J'ai trouvé les personnages trop plats et incohérents. Il m'a manqué des réactions plus logiques et compréhensibles aux épreuves qu'ils traversent. En fait, je trouve que ce roman manque de crédibilité, un élément essentiel pour moi. Malgré tout, il se lit très facilement et la plume de l'auteur mérite qu'on s'y attarde.
http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/05/fiche-livre-le-tendre-baiser-du-tyrannosaure-a.abecassis.html
Holly Jennings, tome 1 : Je te trouverai Holly Jennings, tome 1 : Je te trouverai
A. K. Alexander   
C'est un roman qui se trouvait dans ma bibliothèque, je sais pas trop comment il y est arrivé mais il me donnait envie de le découvrir donc je me suis lancée dans la lecture.

L'histoire est celle de Holly, une inspectrice de police qui doit faire face à des meurtres assez horribles. Un tueur kidnappe des mères célibataires avec leur enfant et les torture avant de les assassiner. Et ensuite, il abandonne les corps. Holly veut donc coincer ce tueur. Dans le même temps, elle doit faire face à la concurrence masculine dans son travail, qui ne voit pas d'un bon oeil qu'une femme soit a un rang supérieur au sien. Elle doit aussi élever Chloé seule depuis la mort de son mari.

C'est assez difficile d'en dire plus sur ce roman sans spoiler l'affaire criminelle.
J'ai beaucoup aimé le personnage de Holly, une jeune femme forte, mais qui n'a pas fait le deuil de son mari totalement - ce dernier était policier et il est mort en service - ce qui fait qu'elle hésite grandement à se lancer dans une nouvelle histoire, avec le père d'une amie de Chloé qu'elle apprécie beaucoup.
Elle est aussi obnubilée par la série de meurtre à laquelle elle doit faire face et ne cesse d'y penser, en faisant presque une traque personnelle. elle veut coincer ce tueur.

Ce roman montre plusieurs points de vues et donc on a aussi le point de vue du tueur notamment et on se rend compte à quel point il est dérangé, au point de me faire peur même dans ma lecture. Cette affaire de police est très inquiétante et dérangeante lorsqu'on la découvre et en lisant, je me sentais mal à l'aise par rapport à cela.

L'écriture de l'auteur se laisse bien lire et les pages défilent assez rapidement. Pourtant, je sais pas trop mais je trouve qu'il va trop vite ou qu'il veut donner trop d'informations à la fois et donc, une fois que l'on referme le livre, on reste sur notre faim. Je trouvais qu'il manquait de détails, j'aurais voulu en savoir plus sur Holly, sur Brendan le jeune père avec lequel elle commence une relation, mais aussi sur le père de Holly qui joue quand même un rôle important dans la fin du roman. J'aurais voulu plus de détails personnels. L'auteur reste trop en surface et je trouve cela dommage.

En bref, une bonne lecture mais sans plus...

>> http://meliegrey.blogspot.fr/2016/02/je-te-trouverais-de-ak-alexander.html

par MelieGrey
Chambre numéro 10 Chambre numéro 10
Ake Edwardson   
Le réceptionniste avait ressenti le besoin de se rendre dans la chambre, on n'avait pas encore éclairci pourquoi.
Il s'était précipité vers elle.
Il avait appelé depuis la chambre sur son téléphone mobile.
Le commissariat avait envoyé sur place une ambulance et une voiture radio. La voiture de police ne s'était pas embarrassée des sens interdits. Il n'y avait que cela dans les vieilles rues au sud de la Gare centrale.
Les deux inspecteurs, un homme et une femme, s'étaient fait conduire à la chambre, au troisième étage, par une femme qui semblait complètement terrifiée. Le réceptionniste les attendait sur le seuil. Devant la porte ouverte. Le corps gisait à même le sol. D'une voix sans timbre, l'homme avait raconté ce qu'il avait vu. Son regard faisait le tour de la pièce, comme s'il en avait connu les moindres recoins. La femme policier, venue d'un autre district, s'était glissée la première dans la chambre pour s'agenouiller ensuite auprès du corps. Celui-ci n'était pas dans une position naturelle.
Le nœud coulant enserrait encore très fort son cou. On voyait une chaise renversée à un mètre de sa tête. Il n'y avait aucun signe de vie sur son visage ni dans ses yeux éteints. L'officier de police s'efforça longtemps de prendre un pouls qui ne battait plus. Elle releva la tête et vit les poutres qui s'entrecroisaient au plafond. Il y avait là quelque chose d'étrange, de moyenâgeux. Tout semblait dater d'un autre temps, être issu d'un autre monde, ou sorti d'une scène de cinéma. C'était une belle chambre, tout à fait en ordre, si l'on exceptait la chaise renversée. La fenêtre laissait maintenant passer le mugissement de l'ambulance, dans le lointain d'abord, et puis très haut, très fort, quand elle freina pour entrer dans la rue. Autant de bruit pour rien.
Elle regarda encore une fois le visage de la femme, ses yeux grand ouverts. La corde et la chaise. Les poutres. Il y avait de la hauteur sous plafond.
– Appelle la police scientifique, dit-elle à son collègue.


Ce doux pays Ce doux pays
Ake Edwardson   
Depuis plusieurs semaines, pas la moindre brise à Göteborg. Comme si la ville retenait son souffle à l'approche de la Saint-Jean. Fraîchement rentré de vacances en Andalousie, le commissaire Erik Winter est déjà confronté à l'un des pires règlements de compte de sa carrière. Dans une épicerie isolée des nord, trois hommes sont retrouvés assassinés, sauvagement défigurés. Qui pouvait bien en vouloir à ces hommes au point d'effacer leur visage ? L'enquête s'annonce délicate dans ce climat de peur, d'autant que les témoins potentiels issus de la communauté kurde de la banlieue de Göteborg se volatilisent un à un. Au fil du temps, Erik Winter a appris à écouter son intuition. Mais, cette fois, il aurait préféré ne pas l'entendre.

par x-Key
After Anna After Anna
Alex Lake   
Lien ici : http://wp.me/p5AuT9-2yO

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de Thriller. Et avec ce résumé qui a de quoi attiser ma curiosité, je dois dire que ce roman est arrivé à point nommé. Résultat ?

Un thriller psychologique qui va vous rendre dingue !

Julia est une mère de famille active et débordée. Nous avons tous un jour, été en retard pour aller récupérer son enfant à l'école. Mais il suffit d'un malencontreux contretemps pour que votre univers bascule et qu'il vous plonge dans votre pire cauchemar… la disparition de votre enfant…

Un univers que je découvre pour la première fois.

Une plume précise, frappante et captivante. Une intrigue qui est brillamment menée, qui va vous interpeller et qui ne vous laissera pas indifférent. On accroche dès les premières pages. Des personnages qui sont bien travaillés. Des émotions bruts qui sont habilement retranscrits permettant aux lecteurs de se mettre facilement dans la peau de cette mère de famille. Lorsqu'un enfant est concerné, on ne peut reste insensible.

Mais là où l'auteure a su faire preuve d'ingéniosité…

…c'est dans la construction de sa trame. Un récit particulier et troublant. Nous assistons aux évènements en même temps que notre héroïne. Mais à certains moments nous sommes témoins d’événements assez perturbants. On aura qu'une question en tête : Mais de qui peut-il s'agir ?
Un suspens prenant qui est à son comble pendant la disparition et même après la réapparition de l'enfant. Une enquête corsée où Alex Lake prend un malin plaisir à jouer avec nos nerfs en brouillant les pistes avec une grande finesse. On angoisse. On retient notre souffle. On perd patience. On récolte chaque indice. On se pose des questions. On se doute de quelque chose. Et pourtant on n'arrive pas à découvrir l'identité du ravisseur. Et lorsqu'on découvre de qui il s'agit, on est sous le choc. Jamais, je n'aurai deviné que cette personne puisse être à ce point instable…
En bref

"After Anna" de Alex Lake est un excellent thriller psychologique. Une lecture qui m'a été difficile de lâcher et où ma nuit fut très courte (mais je ne le regrette rien). Fans de Gillian Flynn ou de Paula Hawkins ce livre est fait pour vous !
Little Girl Gone Little Girl Gone
Alexandra Burt   
Une petite fille disparaît, et pourtant tout était fermé dans l'appart. Si c'est une bonne base pour une histoire, c'est tellement le cafouillis dans ce récit que c'est impossible de s'attacher

par Agnes-27

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode