Livres
506 897
Membres
515 341

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Matoline 2020-03-09T19:41:00+01:00

Chapitre 4 :

Méléri

«…

— Justement, je préfère t’avoir à l’œil. À portée de main.

— Pour quoi faire ? Tu passes ton temps à m’ignorer. Je serais tout aussi bien ailleurs, avec…

— Mais parce que tu es à moi, me coupe-t-il la parole en échouant son nez dans mon cou. Et aussi parce que… Putain, Mel, ton odeur m’a tellement manqué.

Lentement, beaucoup trop lentement, sa langue trace un sillon brûlant et humide le long de ma jugulaire. Je tape l’arrière de mon crâne une fois, puis une seconde, afin de remettre de l’ordre dans mes idées et tenter de faire renaître de ses cendres ma raison. Mon corps n’est plus qu’un immense bûcher, et pourtant, il n’aspire qu’à s’accrocher à son bourreau.

— Je ne t’appartiens pas, Shilow, déglutis-je.

— Pas encore, mais tu sais que ça arrivera fatalement. Parce que toi et moi, c’est ça, non ? Une putain de promesse, mon ange...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par EloLML 2020-05-20T17:38:11+02:00

Je ne vois que lui. Lui et son désespoir. Lui et mon impuissance à le débarrasser de son malheur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par EloLML 2020-05-20T17:37:53+02:00

Ma bouche retrouve la sienne dans un baiser violent. Parce qu’on s’affronte et on lutte. Toujours. Parce que, ouais, on s’aime. Toujours. Et parce que parfois, parfois, ça ne suffit pas toujours.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2020-03-09T19:33:32+01:00

Chapitre 3 :

Shilow

«…

–– Je n’ai plus 16 ans, tu ne m’impressionnes plus.

–– Parce que je t’impressionnais quand tu avais 16 ans ? rétorqué-je sur le même ton. Moi, je ne me souviens que d’une morveuse qui s’accrochait à mes basques.

Mes yeux dérivent sur sa poitrine moulée dans un bout de tissu totalement indécent pour les synapses d’un mec. De la pointe de ma langue, je lèche mes incisives.

–– Cela étant dit… Bien des choses ont apparemment changé…

Sa bouche s’arrondit en un O parfait, ses prunelles chavirent en un orage programmé. La guerre des nerfs est déclarée.

–– Tu as raison sur un point…

Elle saisit sa tasse, effectue quelques pas afin de rejoindre le seuil de la porte et de s’esquiver dans sa chambre. À demi retournée vers moi, elle m’adresse un sourire rebelle qui me révèle combien elle ne se laissera pas dompter si facilement. Qu’importe le jeu que je veuille impulser. Ou non. Encore faut-il que je me décide à établir le meilleur plan d’action possible en ce qui la concerne.

–– Les choses ont changé. J’ai changé.

La provocation me cisaille le ventre.

–– Ada et Clay ne seront pas là pour te couver, lancé-je, féroce. Ni ton frère, ni tes parents. Tu marches en solo.

Elle tourne les talons, lève le bras et agite négligemment la main pour me signifier à quel point je la saoule.

–– Tant mieux !

–– Ça ne fait que commencer !

–– C’est déjà terminé, Shilow !

Amusé, je la regarde s’éloigner,...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Vannoue 2020-03-08T12:45:51+01:00

– Je préfère t’avoir à l’œil. À portée de main.

À portée de cœur.

– Pour quoi faire ? Tu passes ton temps à m’ignorer. Je serais tout aussi bien ailleurs, avec…

– Mais parce que tu es à moi, me coupe-t-il. Et aussi parce que… putain, Mel, ton odeur m’a tellement manqué.

Lentement, beaucoup trop lentement, sa langue trace un sillon brûlant et humide le long de ma jugulaire. Je tape l’arrière de mon crâne une fois, puis une seconde, afin de remettre de l’ordre dans mes idées et tenter de faire renaître de ses cendres ma raison. Mon corps n’est plus qu’un immense bûcher, et pourtant, il n’aspire qu’à s’accrocher à son bourreau.

– Je ne t’appartiens pas, Shilow, déglutis-je.

– Pas encore, mais tu sais que ça arrivera fatalement. Parce que toi et moi, c’est ça, non ? Une putain de promesse, mon ange.

Visiblement, ses mots lui coûtent. Sa paume se déploie progressivement sur mon ventre, enfonce des doigts rageurs dans ma chair. Quelques secondes, il ne lui faut que quelques secondes pour de nouveau me faire sombrer dans ce désir puissant, addictif et dangereux.

D’une pression, il me colle à la paroi alors qu’il s’éloigne.

– Tu n’y vas pas, conclut-il.

Un rire sombre s’extirpe de ma gorge. J’attrape son poignet, le ramène sèchement contre moi.

– Tu ne comprends rien, Shy, susurré-je, sur la pointe des pieds pour murmurer à la commissure de sa bouche : que je sois un jour à toi – ou non – ne m’entrave pas pour autant à tes pieds.

Je le repousse à mon tour, relève le menton.

– Félicitations, tu es toujours aussi doué pour… m’amener dans ton enfer brûlant, mais tu crois vraiment que ça va te suffire ?

Sans attendre la moindre réponse, je ramasse mon sac puis quitte la maison. Avec son sourire carnassier et dévastateur flottant au-dessus de ma tête.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode