Livres
462 119
Membres
419 060

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

La prophétie s’était déclarée. Floryanna a déchiré les portails des mondes que protège FÉERÉLIA.

Et ce n’est que le commencement des ennuis.

Afficher en entier

Hé, je ne suis pas aussi peste que ça quand même. Je trouvais dommage que devant tant de beauté il n’émergeât de ton être que des larmes et de la déprime. Sois heureuse de porter la vie, oui la tienne n’est pas enviable en ce moment, mais c’est le cas de beaucoup de monde et pourtant ils ne le montrent pas. Regarde le petit bonhomme que tu admirais, se prénomme Arthus, il a perdu ses parents capturés par Morrigann. Et pourtant, regarde comme il danse et s’amuse. À quoi bon pleurer sur quelque chose que tu ne peux pas changer ? Ne t’y trompe pas quand il rentrera avec sa tante, ils pleureront toutes les larmes de leur corps. Mais là, nous préparons Samhain qui arrive dans quelques jours, il sera bien tant de pleurer plus tard.

Afficher en entier

Dans un monde parfait, j’aurai le droit au bonheur. Mais celui-ci ne l’est pas, enfin aucun ne le sont. À la place, je vais devoir me marier à une femme que je n’aime pas et pour qui mon corps ne ressent aucune envie.

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler)– Voilà, on y vient. C’est ça le lézard, frappe pour tuer. Pense à ta mère et ta sœur, tu aurais pu les sauver si tu ne t’étais pas caché dans les jupes de Kiel !

Oh ! merde. Même moi je sais que j’ai été trop loin, il fonce sur moi avec un air de folie dans les yeux. Il frappe avec son katana sans me laisser le temps de répliquer, je ne peux que parer ses coups. Je sais ce qu’il éprouve, j’ai vécu la même chose tellement de fois en pensant à ma mère, j’aurais tant voulu lui venir en aide.

Mais putain ! Ciara, tu ne peux pas fermer ta grande gueule des fois.

Il n’avait rien dit jusqu’à présent, mais c’est comme si chaque coup délivrait sa parole.

– J’étais un enfant ! Un putain de gosse ! Que voulais-tu que je fasse contre des dieux ?

Chaque mot est asséné avec autant de violence que ceux-ci en contiennent, son katana frappe ma lame avec tant de brutalité que j’ai peur qu’elle finisse par se briser.

– Kiel me tenait par le bras, je voulais me transformer. Je voulais les tuer, les occire jusqu’au dernier et tant pis pour les conséquences. Ma sœur était à peine un bébé sorti de l’œuf. Bordel ! Ciara, ils les ont brûlées vivantes. Tu m’entends VIVANTES !

– Fadaises et vastes conneries. Tu l’as dit toi-même, tu n’étais qu’un enfant. Tu n’aurais rien pu contre eux et finalement tu serais sur cette putain de place, édifier en statue par un homme qui regrette de ne pas avoir eu assez de courage pour réduire à néant ceux qui l’avaient privé de sa famille.

D’une pirouette, j’évite sa lame qui me laisse une vilaine enfilade sur le bras, une de plus. Je ne suis plus à cela près !

Mais il ne s’arrête plus et je commence à faiblir, quand je vois des larmes perler à ses yeux

Hé ! merde. Décidément, ce mot va finir par être ma marque de fabrique tant je le répète. S’il pleure devant ses hommes, ils n’auront plus le moindre respect pour lui, et j’en serais la seule responsable.

Ma décision est prise. Tant pis pour mon ego, pour une fois je vais perdre.

Je multiplie les bévues qui même à moi semblent grosses comme un veau dans un poulailler, mais il est tellement empêtré dans sa peine qu’il n’arrive pas à me mettre à terre.

– Mais merde, cesse de blablater comme une poule et bats-toi, bordel !

Je vois la colère déformer son visage. On y arrive.

– Tu vas cesser de me comparer à des bestioles, c’est moi qui te le dis.

D’instinct, je saute pour éviter sa lame effilée. Semblant mal me réceptionner, je tombe… dans la fosse.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode