Livres
455 039
Membres
404 186

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Non, vraiment, avoir un ange sous la main était ce qu’on faisait de mieux en matière de technologie. Rien à redire."

Felicity Atcock 6, "Les anges voient rouge"

Afficher en entier

«-Tu m'aimes...ai-je réussi à dire, la gorge nouée.

-Oui, je t'aime.»

Afficher en entier

« Le casque sous le bras, il s’est avancé vers moi tout de cuir vêtu, les cheveux en bataille. La voix d’Adam s’est élevée dans le babyphone au même moment.

- Tu arrives pile quand ton fils se réveille !

- C’est ce qu’on appelle la connexion divine, a-t-il répondu en m’embrassant sur la joue. Déjà en train de jardiner ? »

Afficher en entier

⚠️ Spoiler

« — Tu voudrais rester seul ?

Il m’a transcendée du regard.

— Ne l’ai-je pas déjà été assez longtemps ? Tous ces siècles à courir après l’éternité, à voir les hommes mourir. Non, je ne veux plus rester seul.

Sa détresse m’a brisé le cœur, je me suis jetée sur lui pour le prendre dans mes bras. Il m’a serrée contre lui, respirant le parfum de mes cheveux, en éprouvant leur texture avec sa joue.

Je reconstruirais le monde pour lui. »

Afficher en entier

"Je vous aurais aimés, choyés et portés au-delà de tout ce qui est possible ..."

Afficher en entier

« - Regarde ma bouche, Stephenie. Il. N'ira. Nulle. Part.

-Ne me force pas à te soumettre, Terrence. Car tu sais que je ferai ce que je juge nécessaire, avec ou sans ton accord.

- C'est mon fils! a-t-il hurlé. »

Afficher en entier

Je suis restée bouche bée devant le spectacle que j'avais sous les yeux. Stanislas avait sorti mon fils de son lit, déplié le petit canapé et l'avait allongé tout contre lui. Ils dormaient en chien de fusil ! La scène était si inattendue que je n'ai pu empêcher mes yeux de se mouiller. Je me suis demandé quelle aurait été ma vie et celle d'Adam si c'était avec Stan que j'avais eu un enfant.

Ce dernier m'a alors fait un coup que je n'aurais jamais cru possible.

- Je vous aurais aimés, choyés et portés au-delà de tout ce qui est possible. Dis à Haaiah que j'arrive.

Je n'avais jamais eu autant de mal à avaler ma salive.

Stan avait lu dans mes pensées.

Afficher en entier

"-Je fais rester ici cette nuit, gamine.

A moitié endormie, je me suis entendue lui demander pourquoi.

-Parce que j’espère bien te sauter à un moment donné.

Alors j'ai répondu sans même m'en rendre compte :

-Moi aussi...."

p.204

Afficher en entier

Nous nous sommes observés quelques secondes sans rien dire. Plus de plaisanteries, plus de railleries, juste nous et ce que nous représentions l’un pour l’autre. Puis Stan m’a souri.

— Je suis là.

J’ai posé ma main dans la sienne et j’ai fermé les paupières.

— Merci.

Afficher en entier

« — Écoutez, monsieur Orcus…

— Orcus tout court.

— Euh, oui… Écoutez, monsieur Toukour, je suis dans une situation très délicate parce que je ne vais pas pouvoir vous délivrer tout ce que je sais. Vous demander de me faire confiance serait sans doute un peu exagéré, mais si vous pouviez éviter de poser trop de questions et vous contenter de m’aider, ce serait vraiment très aimable à vous.

Il en est resté stupéfait pendant plusieurs secondes avant de réagir. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode