Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Fell-from-the-sky : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Cœur à corps Cœur à corps
Emilie Collins   
https://sweetyhoneyaddictions.blogspot.com/2018/03/coeur-corps-emilie-collins.html

Mince, je ne sais pas par où commencer. Je crois que depuis le début de sa promo, j’adore ce roman.

Le fait que la maison d’édition nous demande de choisir le titre (et le titre final n’est pas celui que je voulais mais je vous pardonne), le fait qu’on nous immerge en avance dans le monde de la photographie. Tout a été fait pour qu'on s’intéresse à ce roman.

Ensuite il y a le concept. Voir ce texte sublime agrémenté de magnifiques photos qu’elles soient professionnelles ou amateurs est juste une superbe expérience. J’ai aimé reconnaître celles où c’est l’auteure qui pose d’ailleurs. Je crois que j’ai mis un temps fou à le lire parce que je ne pouvais pas m’empêcher d’admirer les photos qui accompagnaient les mots d'Emilie.

Et enfin, il y a le récit. Je fonds devant les écrits de Collins, j’adore les émotions qu’elle me fait ressentir au fil des pages qui se tournent sans s’arrêter. L’intrigue nous plonge d’abord dans des pensées relativement sombres et tristes par ce qui vit l’héroïne. On vit avec elle finalement les étapes du deuil comme l’anéantissement de son monde, la perte de son amour,... Et puis vient la colère et tout un tas d’autres sentiments.
Avec Erik, on entre dans son monde et on voit à travers ses yeux ce que la photo ou tout simplement la création dans son ensemble signifie pour lui.

Il y a un mot qui revient souvent dans son histoire, c’est le verbe « vibrer » dans toutes ses déclinaisons (et sans répétitions évidemment ^^). Et je crois que c’est ce qui résume le mieux ce roman. L’héroïne vibre de vengeance, le héros vibre de sa passion et ensemble ils vibrent d’une symphonie parfaite.

Je ne crois pas avoir plus de choses à vous dire à part que j’ai adoré Romane et sa sensibilité, sa jumelle et sa fougue, Alexiane et sa sagesse, leur mère et sa patience. Les hommes de ce roman ont tous un petit quelque chose qui nous attendrit, nous passionne ou nous amuse. Chacun des personnages vaut le détour.

Il est beaucoup question d’art dans bien des domaines dans ce livre et je pense qu’Emilie peut dire qu’elle a aussi joué de son art avec Erge à ses côtés et c’est une belle réussite. Merci.
Légion, Tome 2 : Omnia Vincit Amor Légion, Tome 2 : Omnia Vincit Amor
Amélie C. Astier   
Je pense que les mots sont superficiels pour décrire ce livre. Les émotions qu'on ressent sont indescriptibles.

C'est un ÉNORME COUP DE CŒUR

par natouskha
La Forme de l'eau La Forme de l'eau
Daniel Kraus    Guillermo Del Toro   
Le lecteur suit principalement six personnages, le récit suivant tour à tour leur point de vue, donnant ainsi une vue plus globale de l’intrigue, révélant sa complexité. Si l’on se rend compte rapidement de qui est du côté du Bien, l’équipe du Mal est plus difficile à déterminer dès le départ, avant de s’éclaircir peu à peu au fil des pages (ou des minutes d’écoute dans mon cas). L’auteur en profite pour dresser un tableau critique des États-Unis des années 60, où racisme, homophobie et discrimination en tout genre sont partout. Le monde du travail, notamment dans le milieu de la publicité, y est dépeint comme une sort de jungle où seuls les forts, les ambitieux s’en sortent et où les plus faibles, les gens différents, sont attachés aux tâches subalternes.

La guerre est aussi un thème abordé, à travers deux personnages. L’un représente l’ennemi russe de cette Guerre Froide, alors qu’avec Richard Strickland, on s’attarde davantage sur les traumatismes, la violence. Les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit, et ceux que l’on pensait lâches se révèlent être d’un courage extraordinaire. L’accent est davantage mis sur la psychologie des personnages que sur l’action, ce qui ne fut pas pour me déplaire.

Et l’histoire d’amour! Parce que oui, il y a de l’amour dans ce roman. Un amour impossible et pourtant très beau, tout en spontanéité, naturel, entre deux êtres qui font fi de leurs différences pour apprendre à communiquer, à se connaître. Un amour tel qu’affronter le danger pour le vivre est une évidence. Aucun obstacle ne semble insurmontable lorsque l’on aime…

par Virginy
La Voleuse de livres La Voleuse de livres
Markus Zusak   
Un livre parfait selon moi ! À la fois bouleversant, triste, cocasse... je manque de mots pour le décrire ! Un vrai chef-d'oeuvre ! Ceux qui sont intéressés par la Deuxième Guerre mondiale et par les livres seront charmés par ce livre ! Je le recommande à tous. Bonne lecture !

par Pamie
Flame in the Mist, Tome 1 Flame in the Mist, Tome 1
Renee Ahdieh   
«In this forest, there is no place to hide.»

J'ai un crush sur Okami. Je pense qu'il est important que je vous le dise immédiatement.

Il est aussi important que je vous l'annonce : J'ai ADORÉ ce livre! Sincèrement, je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas lu plus tôt... ah si, je sais. Je ne suis pas superficielle (vraiment?) mais est-ce que je suis la seule qui n'aime pas la couverture?

Honnêtement, je ne m'attendais pas à aimer Flame in the Mist autant que j'ai aimé The Wrath and the Dawn (voir plus). Et pour ceux qui, comme moi, ont entendu dire que c'est une réécriture de Mulan, sachez que ce roman est une histoire à part entière et non pas une simple réécriture, je dirais. Bien que du coup j'arrête pas de penser à Mulan (comme en témoignera cette review), le seul véritable point commun entre Mulan et Flame in the Mist c'est le fait que l'héroïne se tire en douce et s'habille en mec dans un but précis.

Je n'aurais pas dû oublier que c'est Renée Ahdieh. Cette auteure a le don de me faire sentir à mon aise. Dans chacun de ses romans, je me sens comme à la maison. Et j'adore cette sensation, bien-sûr.

◊ Renée Ahdieh m'avait déjà donné un aperçu de sa superbe plume via sa première duologie. Flame in the Mist n'a fait que me confirmer mon avis sur la merveilleuse façon que cette femme a d'écrire. C'est une plume entraînante avec des tournures de phrases poétiques. Le récit est tout bonnement passionnant. Je fais à présent pleinement confiance au talent de cette auteure, je dois bien admettre qu'elle assure!

◊ Alors que Mariko est en chemin pour aller rencontre son fiancé, son convoi est attaqué par le Black Clan (un groupe de voleurs et de tueurs franchement sympas) et Mariko est l'unique survivante de cette attaque. Elle va donc décider de se déguiser en homme pour infiltrer les rangs du Black Clan et tenter de découvrir qui a essayé de la tuer, pourquoi, et bien-sûr pour se venger sinon ce n'est pas drôle. Cependant, Mariko va prendre ses marques au sein du groupe où elle va enfin être reconnue pour ses compétences et non pas être jugée incapable de si ou de ça juste parce qu'elle est née avec le "mauvais" truc entre les jambes. (J'adore écrire des résumés nuls.)

L'histoire est addictive. Je l'ai dévoré comme un pancake aux pépites de chocolat. (Précis, n'est-ce pas?) Renée Ahdieh a écrit le parfait mélange avec au rendez-vous une intrigue trépidante, des secrets, des révélations, romance (bien-sûr) et j'en passe. L'auteure ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer et c'est avec grand plaisir que j'ai suivi cette aventure.

◊ Bon, je suppose que ce n'est pas une grande surprise si je vous dit que j'ai adoré le world building. Si? L'univers dans lequel se déroule l'histoire s'inspire de la culture japonaise (si je ne dis pas de conneries) et même si ce n'est pas ce que je préfère habituellement, j'ai beaucoup apprécié ce que j'ai découvert. C'était rafraichissant et les décors décrits m'ont énormément plu! On ne peut pas faire mieux, question dépaysement. (Que voulez-vous, quand on lit, on voyage.)

Ah et je ne vais pas me priver de faire un petit point spécial sur le Black Clan. Comme je l'ai dit plus haut, c'est un groupe de gars dont la principale activité est le vol. Et je ne m'attendais sincèrement pas à les aimer. MAIS, en découvrant le groupe via Mariko, on se rend compte que les choses sont bien plus complexes que ce le reste du monde prétend et du coup, dans un autre monde, dans une autre vie, dans un autre univers, j'espère que je fais partie du Black Clan. ^^

Oh, et le campement des ces hors-la-loi se trouve dans une sombre forêt avec des arbres mangeurs d'hommes. J'adore. ♥

◊ Les personnages sont géniaux. Clairement à la hauteur du reste du roman. Ils sont complets avec un brin de complexité et bien-sûr ils sont attachants. Que puis-je demander de plus? J'ai adoré découvrir les nouveaux personnages de Renée Ahdieh, qu'ils soient principaux ou secondaires.

J'ai beaucoup aimé Mariko. Ce n'est pas le genre d'héroïne qui prend des décisions idiotes ou qui perd de vue son objectif à la vue du premier beau mec. Elle est intelligente, elle est pleine de ressource, et elle a une véritable force d'esprit. (Merci Renée A. de ne pas avoir donné vie à une héroïne qui me donne envie de lui enfoncer la tête dans un mur.)

Okami est le genre de personnage qui m'attire immédiatement et sans le moindre effort. S'il était réel et que je le croisais dans la rue, je m’évanouirai. J'adore la personnalité et le caractère de Okami. Il est assez mystérieux et complexe et au final, je n'étais jamais sûre de la façon dont il allait se comporter d'une scène à une autre et j'ai beaucoup aimé ça. Il est aussi bien doux et protecteur que fort et menaçant. Le mélange parfait, je suis aux anges.

Ren est un personnage secondaire. Mais je suis tombée amoureuse de lui. Même si j'ai un crush sur Okami, je le laisse à Mariko et je prends Ren. #renismine

◊ Avec des relations amoureuses comme celle-ci, je pourrais très vite reprendre goût à la romance. J'ai adoré la relation de Mariko et Okami. La dynamique entre les deux m'a énormément plu, il y a une véritable alchimie entre eux - chaque scène entre eux est faite d'étincelles. (Oh et parfois l'étincelle en question s’enflamme. ♥)

Je les ship grave! Pas d'insta-love, une romance qui se développe doucement mais (très) sûrement... Je ne peux qu'approuver. De plus, j'aime sincèrement l'idée que Okami se soit senti attiré par Mariko avant-même de savoir qu'elle est une fille. Ça rend le tout tellement plus magique et crédible. J'aurais sincèrement été déçue s'il avait commencé à avoir des sentiments pour elle uniquement après découvert ce qui se cachait sous son kosode (c'est entre autre très ressemblant au kimono mais c'est plus court. Eh ouais, j'ai appris mes leçons. ;)). ^^

◊ Il y a autre chose que j'ai beaucoup aimé par rapport à Flame in the Mist. (Quelque chose que j'appréciais déjà dans l'esprit de Mulan.) Via le personnage de Mariko (principalement) Renée Ahdieh fait passer un message très important selon moi. Ce message étant qu'être une femme ne signifie pas qu'on est moins capable de faire ce qu'un homme est jugé d'office capable de faire. (Wow, ça c'est de la phrase. Je ne suis même pas sûre que ça soit clair. ^^)

◊ En conclusion, Flame in the Mist est un roman que je conseille vivement puisque c'est un coup de cœur. J'ai adoré ma lecture de la première à la dernière ligne et il me tarde de pouvoir découvrir la suite. (Faites que le temps passe vite, merci.)

◊ (Petite parenthèse.) Ce n'est pas quelque chose que j'ai l'habitude de montrer, d’ordinaire je garde cette partie de ma lecture pour moi. Sauf pour My Lady Jane (remember?) mais bon. J'aime commenter quelques citations et je n'ai pas pu m'en empêcher.

«Never doubt. Never fear. Never overthink.» ← omg, Jay Kristoff sort de ce corps!

«Be as swift as the wind. As silent as the forest. As fierce as the fire. As unshakable as the mountain. And you can do anything...» ← Oui bah, avant de pouvoir faire n'importe quoi, tu dois quand-même être "as swift as the wind et tout le blabla". Autrement dit, il va falloir que tu te casse le cul ma petite.

«I believe the stars align so souls can find one another. Whether they are meant to be souls in love or souls in life remains to be seen.» ← *sifflement admirateur*

«To me, you are magic.» ← Je fonds comme la cire d'une bougie sous la flamme.

«If I am marching to my death, then I will march to it as a girl. Without fear.» ← On dirait moi au début de mes règles, jusqu'à ce que la douleur me mène à me rouler en boule dans mon lit en priant que le monde s'écroule sur ma tête.

«The stars could fall - the moon could crash from the heavens - and Mariko could not care.» ←↑oui c'est ce que je disais.

«"Are you ever angry you were born a woman?"
"I've never been angry to have been born a woman. There have been times I've been angry at how the world treats us."» ← J’approuve.

(Et maintenant j'arrive plus à me sortir la chance "Comme un homme" de la tête. arrhh! Oh, je sens que je vais finir ma soirée en écoutant des chansons Disney moi. ^^)

«Control is an illusion. Expectations will not rule my days. Not anymore.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/07/05/flame-in-the-mist-renee-ahdieh/

par Sheo
The Folk of the Air, tome 1 : The Cruel Prince The Folk of the Air, tome 1 : The Cruel Prince
Holly Black   
The Cruel Prince va sortir au éditions Rageot au printemps 2020 !
La Trilogie du Tearling, Tome 1 : Reine de cendres La Trilogie du Tearling, Tome 1 : Reine de cendres
Erika Johansen   
Je me souviens d'avoir passé un très bon moment de lecture ! On est assez vite plongé-es au coeur de l'intrigue, quand Kelsea se retrouve à devoir devenir Reine. J'ai trouvé son comportement assez "réaliste", et je pense que c'est une des rares personnages que je n'ai pas eu envie de secouer toutes les cinq minutes. J'ai trouvé son raisonnements et ces actions plutôt justes. Après, elle ne peut pas être totalement parfaite et heureusement, sinon ça serait vraaaaaiment ennuyant. J'ai aussi aimé le fait qu'elle ne soit pas décrire comme une beauté de déesse, mais plutôt une beauté commune; ça change. Les autres personnages, comme les gardes de la Reine, sont aussi intéressants et attachants.
Et surtout, ameeeeen, il n'y a pas d'histoire d'amour gniangnian qui se pointe comme un cheveu sur la soupe, et ça, c'est vraiment appréciable !
L'univers est bien développé et expliqué, l'intrigue avec la reine Rouge est vraiment intéressant et donne envie d'en savoir plus et surtout de savoir jusqu'où ça va aller, et comment ça va se finir.
Donc j'ai hâte de pouvoir me plonger dans la suite !

par Hena
Blood Of Silence, Tome 1 : Hurricane & Creed Blood Of Silence, Tome 1 : Hurricane & Creed
Amélie C. Astier    Mary Matthews   
avis complet sur http://lesreinesdelanuit.blogspot.fr/2014/09/blood-of-silence-de-maryrhage-amheliie.html

Alors celles qui lisent le résumé vont se dire "rho encore une histoire de triangle amoureux, y'en a marre, c'est toujours pareil!!" et là je dis STOP !!! NON NON NON !! Certes, dans Blood of Silence il est question (entre beaucoup d'autres choses) d'un triangle amoureux, mais totalement innovant !! De l'inédit, du jamais vu (je peux vous le garantir ) !!

(...)

Là où le récit est totalement INNOVANT, c'est qu'il est narré non pas du point de vue d'un homme (même si c'est rare, c'est du déjà vu) mais de DEUX hommes !!! Oui, oui ! Ici le roman est narré à deux voix, un chapitre du point de vue de Creed et le suivant de Hurricane. Pas de nana pleurnicharde qui ne sait pas quel mec choisir.... mais deux mâles bourrés de testostérones, meurtris et blessés par la vie qui ne les a pas épargnés. Deux hommes dont la famille (quelle soit de sang ou non) passe avant tout, où leur "club" (gang) est leur vie, où l'amour n'a pas sa place...et pourtant...

Ce livre est un petit diamant. Loin d'être parfait, c'est un diamant brut avec ses irrégularités et ses imperfections, que ce soit dans la ponctuation mal placée, l'orthographe à corriger ou certaines tournures de phrases maladroites... mais derrière tout cela, nous sommes éblouies par sa brillance et son éclat !!
C'est addictif, prenant, émouvant, original, tant par l'écriture (la narration à deux voix) que par l'univers (le monde des bikers).
J'ai adoré et j'en redemande. Alors je ne dirais plus qu'une seule chose : vivement la suite !!


par toutoun
(Im)Parfait (Im)Parfait
Emma M. Green   
Mon Dieu quelle belle histoire !!!

J’ai adoré Imparfait du début à la fin. Ce trio m’a emportée immédiatement dans la vie rocambolesque de ce vieil hôtel situé dans l’un des quartiers de la capitale que j’affectionne le plus : Montmartre.

Juliette croque la vie à pleines dents, elle mène une vie insouciante et prône la positive attitude même si sa famille est quasi inexistante. Elle est une bouffée d’air frais à elle seule. Il est impossible de ne pas apprécier son personnage.

« Quand il me prend dans ses bras, qu’il me parle tout bas, je vois la vie en rose »

Lazlo lui est un héros taciturne et vraiment asocial. Malgré cela, il se révèle être un jeune homme blessé par la vie qui l’a contraint à se renfermer sur lui-même. Les auteures ont créé des personnages si différents l’un de l’autre qu’une fois réunis ils forment un ensemble ensorcelant.

« J’ai perdu la tête depuis que j’ai vu Suzette… »

Et puis arrive mon coup de cœur de ce trio, Suzanne ! J’ai adoré cette mamie désinvolte voir rock'n roll qui aime la vie et la rend plus jolie à ceux qui l’entourent. Elle trouve toujours les mots qu’il faut pour réconforter. Et c’est là qu’arrivent les larmes, car oui forcément c’est là que je me suis rendue compte que la mienne me manquait cruellement et que j’aurais donné n’importe quoi pour qu’elle me raconte elle aussi ses souvenirs.

Ce roman est truffé d’amour et de références musicales très éclectiques qui m’ont particulièrement plu. Du baume au cœur à l’état pur ! Il est inutile de comparer les histoires écrites par ces deux auteurs puisqu’elles ont toutes quelque chose d’unique. Mais celle-ci a un goût particulier, c’est une romance douce aux airs de guinguette concoctée avec beaucoup de tendresse et qui respire la joie de vivre. Les héros ont des faiblesses certes mais c’est en unissant leurs imperfections qu’ils forment un tout délicieusement et tendrement « IMPARFAIT ».

A glisser dans votre PAL sans l’ombre d’une hésitation !
Prince captif, Tome 1 : L'Esclave Prince captif, Tome 1 : L'Esclave
C. S. Pacat   
Bon, bon, bon. Par où commencer ?

Tout d'abord, je vais commencer par dire que j'ai adoré. En fait, je me suis carrément délectée de ma lecture. C'était super.

J'ai beaucoup entendu parler du PRINCE CAPTIF avant de me décider à m'y plonger à mon tour.
Et une fois qu'il s'est retrouvé dans mes mains, avant même que je l'ai commencé, il était clair dès le départ que ce livre terminerait dans ma liste de diamant et se révèlerait être un coup de cœur. Pour cause, L'ESCLAVE avait tout ce dont j'avais besoin qu'il ait pour pouvoir le définir en tant que tel.

Dans ce premier tome d'une trilogie qui promet d'être tout bonnement épique, C.S. Pacat nous fait découvrir un univers aussi fascinant qu'impitoyable, avec des intrigues de cour, des complots et des manœuvres politiques parfaitement bien réfléchies. Et avec des personnages forts de caractère qu'on se plait à aimer parce qu'ils sont tout simplement parfaits dans le rôle qu'ils jouent dans cette histoire.

C'est un mélange drôlement bien fait d'esclavage, de trahisons, plein de suspens et où les personnages sont loin d'être des imbéciles. Et attention aux apparences car certains cachent très bien leur jeu.

On se laisse très facilement emporté par la vague de questions et d'émotions qu'apporte le PRINCE CAPTIF. Chaque mot qu'écrit l'auteure est un nouveau sentiment, une nouvelle émotion, qui s'emparait à coup sûr de tout mon être. Et pour être tout à fait honnête, c'est une lecture qui m'a plu comme peu réussissent à le faire.

Déjà, la plume de C.S. Pacat est tout simplement captivante. Elle est riche, fluide, descriptive et tout bêtement entraînante.

Ensuite, l'histoire, tout comme les personnages, est d'une crédibilité sans faute ! On y croit du début à la fin. À aucun moment on ne va se dire que telle ou telle chose fait tache dans le décor et que ça ne marche pas. Loin de là ! Tout concorde à la perfection !

Pour faire un court résumé de l'histoire, c'est celle de Damen, prince héritier du trône d'Akielos, qui se retrouve suite à une trahison qu'il n'attendait pas de la part de son demi-frère, Kastor, au cœur du royaume ennemi à servir pour le prince héritier de Vère en tant que son esclave personnel. Prince héritier, Laurent, qui ne porte déjà pas les akieloniens dans son cœur mais encore moins le prince héritier de ce fameux royaume... Du coup, on peut deviner sans problème que si Damen tient à garder sa tête, il va devoir faire profil-bas et tout mettre en œuvre pour que sa véritable identité ne soit pas découverte.

Alors tout au long de ces 312 pages, nous suivons principalement Damen dans ses aventures à la cour de Vère qui est loin d'être un doux paradis... surtout pour lui qui est l'esclave personnel de Laurent !

Pour parler des personnages, ils sont tous parfaits dans leur rôle ! On ne peut pas ne pas les aimer, même si ce ne sont ni des tendres ni des anges.

Mais plus particulièrement, je voudrais parler de Laurent.
Comment vous expliquer que je voue un culte à ce personnage ? Ce n'est pas un être parfait, bien loin de là. C'est même un jeune homme cruel, sournois et froid. Il a tout de l'anti-héros dans toute sa splendeur ! Et c'est ce qui fait que je l'aime tant. Il n'est pas spécialement gentil et il ne s'en cache pas. Il est même plutôt hypocrite, manipulateur et égoïste. Il est fier, arrogant mais par dessus tout il est crédible de la tête aux pieds.
Et malgré le fait qu'il soit tout ce que j'ai pu citer plus haut et plus encore, on ne peut pas vraiment mépriser ce personnage. Pour ma part en tout cas. Il fait certes des trucs qui lui vaudraient bien des claques dans la tronche et pire encore mais il n'en reste pas moins fascinant, captivant et passionnant. Mais par dessus tout, je l'avoue, je me suis attachée à lui.
Je crois même que sans ce personnage et tout ce qu'il représente, l'histoire n'aurait aucun intérêt et serait bien fade.
Ok, je l'avoue, c'est mon personnage préféré ! Eh oui !
Aussi, je crois qu'au-delà des apparences se trouve un jeune homme dont la haine causée par la mort de son frère des années auparavant cache quelqu'un de bien et de digne de confiance.
Je pense, après ça reste à prouver... scientifiquement parlant, c'est une ordure de première. ^^

Ensuite, quant à Damen c'est le héro par excellence quand on y pense bien. Mais c'est loin d'être gênant. Et puis il n'est pas parfait non plus, n'allez pas croire. Néanmoins, il est moins tout ce qu'est Laurent. J'irais même jusqu'à penser qu'ils sont aux antipodes l'un de l'autre.
Damen, malgré le fait qu'il soit dans un merdier total et traité comme un esclave alors qu'en réalité il est un prince, ne se laisse pas démonter par tout ça. Il reste fort, il encaisse les coups (aussi bien au sens propre qu'au sens figuré) et malgré le fait qu'il soit tout en bas de l'échelle alimentaire dans ce royaume, il ne perds jamais une occasion de dire ce qu'il pense.
Tout comme Laurent, il est intelligent mais contrairement à ce dernier, il ne se sert pas de cette intelligence pour manipuler les autres.
Alors bon, certes Damen n'est pas parfait mais il l'est quand même plus que Laurent. C'est peut-être la raison pour laquelle je l'ai aimé -ah ça oui !- mais pas autant que ce dernier. Mais bien-sûr, je me suis attachée à lui comme je m'attacherais au dernier carré de chocolat de la planète. ^^

Quant à la relation entre ces deux personnages, c'est un pur régal ! Chaque fois qu'ils se retrouvent au même endroit, ça sent la tension à plein nez !
Si je devais décrire leur relation en quelques mots, je serais obligée de dire : tendue (comme une chaine sur le point de se briser), fascinante (à en donner des frissons), addictive (parce qu'on veut toujours un peu plus de Laurent/Damen), brutale (suffit de lire un certain passage par rapport à une croix pour le savoir ^^), sensuelle (à vous en faire baver et étouffer) et enfin, étrangement touchante (eh oui, aussi incroyable que ça puisse paraître et pour des raisons que je ne m'explique pas, je l'ai trouvé touchante...).

En gros, PRINCE CAPTIF c'est le genre de lecture qui ne vous laisse pas indemne. Vous refermez votre livre en vous disant que vous avez couru un marathon et vécu une expérience de dingue.

Finalement, j'ai eu l'impression de découvrir une histoire poétiquement brûlante. J'explique mon expression peu claire.
Enfin, je vais essayer.

La plume de l'auteure, que j'ai décrite plus haut, rend tout (personnages, histoire, univers, situation) poétique sans que ça ne le soit pour autant. Et tout ça rend la lecture brûlante. Parce que tout du long on sent notre cœur s'embraser à un regard croisé, à un acte fait, à une parole dite. Tout, quoi.
Poétiquement brûlant. Un peu comme si en lisant ce bouquin, on prenait feu. Comme si le livre était la boite d'allumette et moi, je suis l'allumette. Et que la dureté de l'univers le rendait presque beau.

Toujours pas clair ? J'avoue que j'abandonne pour le coup. Je n'arrive pas à expliquer mais c'est ce que ça m'a fait ressentir.
Et puis, au final, personne n'a dit que ce qu'on ressentait était toujours clair ! ;)

Et parce que mon commentaire va dans tous les sens, je voudrais rapidement revenir sur Laurent.
N'oublions pas que c'est un prince qui n'avait pas prévu de se préparer un jour à être roi puisqu'il est cadet et que c'est donc son frère qui aurait dû monter sur le trône et diriger Vère.
Aussi, tout le monde passe son temps à comparer Laurent à ce fameux frère (Auguste).
Je pense donc qu'il est probable qu'il soit devenu si froid et tout ça un peu à cause de ça. Bien entendu, je me trompe sûrement mais voilà.
Ensuite, je me suis souvent dit qu'il cachait le fait qu'il soit intelligent. Quand on pense Laurent on pense : manipulateur, arrogant, nonchalant, malin, tout ce qu'on veut. Mais pas vraiment intelligent alors qu'en réalité, le petit est loin d'être bête !
Et pour terminer, à mes yeux, Laurent est un véritable mystère que j'espère pouvoir élucider lors des deux prochains tomes.

De plus, la petite histoire qu'il y a à la fin à propos d'Erasmus,m'a énormément plu ! C'était court mais vraiment bon ! Un excellent bonus.

Tout simplement, C.S. Pacat m'a offert un voyage au cœur d'une œuvre à couper le souffle, qui donne des frissons et à la fin, on ne peut qu'en redemander ! :)

par Sheo