Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de FeyGirl : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Caverne du ciel La Caverne du ciel
Poul Anderson   
Les aventures d'un james bond de l'espace ! intéressant amusant malgré un style dépassé lie â l'age de ce livre.

par al61
La Patrouille du Temps, tome 1 : La Patrouille du temps La Patrouille du Temps, tome 1 : La Patrouille du temps
Poul Anderson   
Ce n'est pas pour rien que ce livre est un des musts de la science-fiction. Si le thème est archi-classique, la narration par Poul Anderson est d'une maîtrise totale.
Il n'y a rien à redire sur le traitement des paradoxes induits par le voyage dans le temps, les personnages sont des héros humains, pas des surhommes, et l'auteur nous fait magnifiquement partager son goût de l'analyse historique.
Un livre intelligent, qui n'est sûrement pas qu'un roman.

par BPiet
Solaris Solaris
Stanislas Lem   
Un livre fascinant qui se lit comme un rêve éveillé .Une réflexion philosophique plus qu'un livre de SF , il ne faut surtout pas chercher à comprendre au risque de se perdre , beaucoup de termes techniques fort peu compréhensibles mais qu'importe , cela permet de garder une part de mystère et surtout de faire fonctionner à plein régime son imagination !
La Chute d'Hypérion La Chute d'Hypérion
Dan Simmons   
Alors que le premier tome manquait un chouïa de rythme (c'était voulu, puisqu'il s'agissait de bien présenter les personnages principaux, leur histoire et leur motivation à se rendre sur Hypérion), ce second volume est palpitant de bout en bout.
D'une part on continue à suivre les pèlerins arrivés aux tombeaux du temps sur Hypérion et leurs confrontations avec le Gritche, d'autre part on garde un œil sur la situation politique et militaire de l'Hégémonie, plus que jamais menacée par les Extros.
On a donc de l'aventure, du complot, de la stratégie politicienne et militaire (spatiale) et on obtient beaucoup de réponses aux questions soulevées depuis le début de la saga. Mais pas toutes...
Pour cela, sans doute faudra t-il en lire la suite, Endymion.

par tolomas
La maison où je suis mort autrefois La maison où je suis mort autrefois
Keigo Higashino   
on hésite, on commence, on le repose, on le reprend et on ne le lâche plus. on veux savoir, comprendre, on cherche et on le fini. histoire courte mais tellement bien écrite, on en redemande.
Keigo Higashino est un auteur de roman policer incroyable je vous conseil ces autres livres vous ne serez pas déçu.

par gismo57
Perfidia Perfidia
James Ellroy   
Apprécier un Ellroy, ça se mérite.
Ce n'est pas un polar qu'on dévore, mais qu'on prend le temps de déguster pour n'en rater aucune saveur. C'est à lire lentement pour bien capter et mémoriser chaque détail, sous-entendu ou allusion qui ont tous leur importance dans ce tableau d'ensemble qu'est un roman d'Ellroy. On utilise souvent l'analogie du puzzle pour un polar, elle est on ne peut plus vraie ici.
Qui plus est, l'action se déroule du 6 au 27 décembre 1941, jour par jour, quasiment heure après heure, si ce n'est geste après geste de chaque personnage.
Autant dire qu'il vaut mieux le lire quand on a du temps devant soi, et avec l'assurance de ne pas être dérangé(e).

Sur le style d'écriture, je le trouvais assez "clinique", avec l'impression que l'auteur écrivait presque un rapport dès qu'il s'agit des personnages masculins principaux, tous policiers. Le style est très différent dès qu'il s'agit du personnage féminin central (Kay Lake), et alors la narratrice (car il s'agit de son journal), comme si Ellroy lui laissait galamment la place. Une écriture à deux en somme.

En fait d'écriture, il est souvent fait allusion à une certaine musicalité chez Ellroy, en particulier le jazz.
C'est effectivement le cas ici : celle d'une double écriture Ellroy-Lake, peut aussi être vue comme une partition à quatre mains, d'autant que Kay, à ses moments perdus, joue du piano (plutôt du classique, pas de jazz), et qu'il est fait régulièrement allusion dans le roman à Perfidia de Glenn Miller.

Rien n'est anodin chez Ellroy.

Ce titre du roman qui résume à lui seul l'ensemble de l'histoire est donc aussi le titre de cette musique qui fait toute l'atmosphère du roman et de cette époque.

Toujours est-il hautement appréciable de lire un auteur qui visiblement ne prend pas ses lecteurs pour des idiots.

Je pourrais encore en dire beaucoup sur l'époque (difficile de considérer les Etats-Unis comme une démocratie après ça) ; sur les personnages masculins (troubles, alcooliques et/ou accros à la drogue, obsédés par les/certaines femmes, toujours à tremper dans différentes magouilles, et leur violence) et en particulier Dudley Smith qui avec ses multiples défauts est un des personnages les plus troubles mais aussi le plus constant ; sur les personnages féminins (forcément superbes, forcément intelligentes, forcément manipulatrices, fières, hautaines, de fort caractère) dont Bette Davis, excusez du peu !

Donc beaucoup à lire, et beaucoup à dire comme toujours chez Ellroy.
Clandestin Clandestin
James Ellroy   
Il n'y a pas que les enquêtes de police qui soient clandestines dans ce roman de James Ellroy. Il y a aussi les ambitions, les liaisons amoureuses et sexuelles, les pulsions, les violences, les vies anodines, les morts atroces, les rédemptions. Elles mèneront l'agent de police Freddy Underhill sur la piste d'un tueur de femmes pendant les dernières années de sa jeunesse. Clandestin se situe, dans l’œuvre de James Ellroy, entre Brown's Requiem et Lune sanglante.
"Une fois de plus, la coupe est pleine, et l'on boira - ravi - le calice jusqu'à l'hallali, heureux tout de même de constater que le livre commence et finit par ce mot: rédemption." (Bruno Corty, Le Figaro Littéraire)
"Ellroy sortait à peine de l'enfer lorsqu'il entreprit ce deuxième roman. Avec la sombre allégresse d'un Parsifal en quête d'innocence." (Sylvaine Pasquier, L'Express)

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Freddy Michalski.

par Paraffine
Brown's requiem Brown's requiem
James Ellroy   
Un roman noir à souhait écrit sans concession avec un style presque tout aussi brutal que le scénario lui-même. Tout y est décrit "cash": la misère, les trafics en tout genre, la violence, et l'énorme gouffre social entre les classes.
Ellroy décrit une partie d'un tiers-monde vivant dans une des villes les plus mythiques du monde: Los Angeles. Au travers de cette dernière il couche une histoire prenante en soignant sa trame, ses descriptions, ses personnages, et révèle l'emprise que possède cette mégalopole sur sa population.

Fritz Brown, détective privé, s'est reconverti dans la récupération de voitures aux soldes impayés. Ce n'est pas extrêmement reluisant, mais cela lui permet de vivre à peu près décemment. Pour cet ancien flic et ancien alcoolique, tout n'a pas été toujours facile, mais l'affaire qu'on lui propose pourrait lui permettre non seulement de rompre son quotidien mais également de réaliser une action positive dans sa vie. Du moins c'est ce qu'il pense jusqu'au moment où tout bascule dans une inéluctable violence, et qu'il n'a d'autres choix que de l'affronter pour s'en sortir.

par Gryfondor
Dans la toile du temps Dans la toile du temps
Adrian Tchaikovsky   
Une lecture mitigée.

L'humanité s'est auto détruite, seule des arches ont pu être envoyées dans l'espace à la recherche d'une nouvelle planète pour tout recommencer. L'une de ces planètes, fruit d'une expérience ratée de l'ancienne civilisation terrestre, a permis l'évolution d'une espèce arachnide. L'affrontement est inévitable ?

Pour expliquer le roman, il suffit de mélanger Destination ténèbres de Robinson, Évolution de Baxter, Les fourmis de Werber, Aux tréfonds du ciel de Vinge et Élévation de Brin (dont l'auteur se réclame ouvertement) et vous savez tout.
Autant je me suis passionné pour l'évolution des arachnides, autant je me suis profondément ennuyé avec les humains, ce qui fait que je n'ai réellement apprécié que les deux tiers du livre.
La lecture n'est pas particulièrement exigeante, mais il faut savoir apprécier la Hard science, version biologie.
J'ai trouvé parfois ma lecture un peu froide, qu'il manquait d'un petit « je ne sais quoi » pouvant générer l'exaltation du lecteur.
Sur les différents concepts abordés dans le roman, une petite mention spéciale sur la condition masculine arachnide au travers de l'évolution de l'espèce.
J'ai bien aimé les cent dernières pages qui auraient méritées d'ailleurs un développement plus complet.

A lire donc, avec peut être une suite un jour ? Les spécialistes, ils en pensent quoi ?

par Fnitter
Un monde d'azur Un monde d'azur
Jack Vance   
Blue World : une planète-océan perdue, une communauté humaine y vit, issue d’un lointain naufrage de vaisseau spatial. Ils vivent sur des ilots végétaux flottants et sont organisés en castes. La vie est facile les iles sont fertiles l’océan regorge de ressources même s’il n’y a aucun métal. MAIS il y a les kragen des « monstres » marins semi-intelligents qui pullulent et dévorent les récoltes et plantations. Il y a un pacte avec le roi-kragen mais il va être dénoncé par un homme qui veut redonner le libre-arbitre à sa communauté quitte mettre le chaos sur le monde d’azur.

par ifness